Revenu universel : Manuel Valls remet le couvert pour occuper la galerie

Publié Par h16, le dans Édito

Alors que c’est une véritable déferlante politique qu’on observe à la faveur des primaires du parti étatiste de droite, force est de constater une attitude beaucoup plus calme du côté des étatistes de gauche qui semblent actuellement jouer pianissimo. Bien sûr, l’actualité offre parfois la parole à l’une ou l’autre égérie des Socialistes et l’on peut découvrir certaines de leurs idées consternantes, mais globalement, c’est plutôt calme. Pour les membres du gouvernement, il faut pourtant continuer à exister médiatiquement. Heureusement, Valls, toujours aussi fermement Premier ministre, a trouvé un petit sujet histoire d’occuper un peu les médias : le revenu universel. Et ça tombe bien, il est pour.

C’est dans une tribune publiée sur son compte Facebook que Manuel Valls explique en détail sa nouvelle trouvaille : sobrement intitulée « Volontarisme, bon sens et simplification : faire vivre la solidarité » à la façon d’un BHL qui ferait un ouvrage sur la modestie et l’humilité, Manuel entend nous présenter quelques unes de ses recettes miracles pour redresser le pays, améliorer le vivrensemble, louanger les bons petits plats de chez nous…

valls mini… Et relancer le tourisme local avec la culture de la marijuana, celle qu’il a très probablement fumée à grosses bouffardes bleutées pour écrire certains passages de son texte entièrement réalisés à base de poudre de perlimpinpin et de sirop de licorne. C’est qu’il en faut, pour affirmer ainsi qu’aujourd’hui, « la pauvreté ne progresse plus en France », au moment même où tous les indicateurs montrent précisément le contraire.

Mais baste, saluons l’effort d’un Premier ministre en phase avec son monde et qui se fend d’un « billet Facebook » pour nous expliquer le bonheur simple d’un petit coup de Revenu Universel.

Parce qu’en termes de bon sens, de volontarisme et de science-fiction pardon simplification, c’est vers ce Revenu Universel que Manuel entend diriger son gouvernement. On l’imagine déjà, cornaquant sans relâche une administration mastodonte, pour obtenir d’elle qu’elle s’adapte enfin à un vrai désir de lisibilité et de transparence qu’émettent ses usagers pourtant régulièrement maltraités. C’est mignon. Le gouvernement, Valls en premier, vise en effet à simplifier ces minima, a donc étudié plusieurs pistes, et comme il le dit,…

« Le revenu universel, c’est-à-dire une allocation unique pour remplacer la dizaine de minima sociaux existants, en est une .»

Plus pragmatiquement, l’idée consisterait ici à remplacer l’ensemble des minima sociaux existants par un revenu de base universel. Fini le RSA, les allocations diverses et variées, les aides multiples ou complexes, les formulaires, les cerfas (fameux cerfas !), les petits papiers de l’administration par millions et, surtout, les démarches invraisemblables aux pièces justificatives toujours plus nombreuses et nécessaires mais jamais suffisantes : bientôt, avec une unique demande et – on l’imagine – un unique cerfa au numéro improbable, le demandeur obtiendra une aide unique, complète et adaptée à ses besoins lilliputiens. Quand je vous disais qu’il y avait de la marijuana impliquée dans l’histoire, le doute n’est pas permis.

valls mécontent small leftQue voulez-vous : la primaire de la droite bat son plein, il faut donc trouver un sujet sexy pour occuper les troupes socialistes et le Revenu Universel peut très bien constituer un sujet roboratif. À l’analyse et dans les petites lignes cependant, ce revenu universel de base semble déjà comporter quelques petits soucis.

Les propositions actuelles s’orientent (mollement) vers une « couverture-socle commune » de 400 euros pour tous les majeurs en situation d’insertion financée par l’État, ainsi qu’un « complément de soutien » payé par l’État pour les 65 ans et plus, pour les personnes en situation d’invalidité ou en incapacité de travailler. Bien évidemment, Valls n’en est pas encore à substituer dans la foulée les prestations sociales par ce Revenu universel, proposition suivante de certains rigolos approximatifs de la comptabilité publique, mais l’idée reste de prendre en compte un maximum de situations individuelles. : l’État veut s’occuper de tout le monde et surtout de chacun, de border ses millions de petits enfants contribuables, tous les soirs, bien comme il faut.

Autrement dit, ce revenu universel ne sera pas universel. Il va évoluer dans le temps et en fonction des personnes. Dans la vision du Premier ministre, il sera probablement assujetti à des conditions de ressources, et visera à combattre la pauvreté (mantra puissant, seul capable de fédérer les troupes de gauche en vue du prochain affrontement électoral).

manuel valls tristounetQuant à la simplification administrative qu’il offrira, est-il vraiment utile de rappeler toutes les précédentes réformes que ce gouvernement (et pas mal de ses prédécesseurs) aura lancées pour aboutir, à la force du poignet, à de nouvelles usines à gaz bien pire que le marécage qu’elles entendaient assainir ? Doit-on remettre une pièce dans le bastringue et parler de l’horreur d’ALUR, de la grotesque réforme régionale, de toutes les réformes fiscales ou éducatives que nos administrations se sont farcies et qui transforment la vie dans ce pays en un véritable petit enfer balisé par des cases à cocher et des pièces justificatives à fournir en trois exemplaires ?

Il semble absolument évident que ce Revenu Universel, qui ne sera pas un revenu mais plutôt une allocation, qui ne sera pas universel mais plutôt orienté et discriminant, ne participera en rien à la simplification administrative. D’ailleurs,

« Le gouvernement engagera un dialogue avec tous les acteurs pour construire une réponse souple, plus simple et donc plus efficace, qui prenne en compte les situations individuelles… »

Oh oui, du dialogue ! Et avec « tous les acteurs » ce qui veut dire plein de monde ! Et une réponse souple, ce qui sous-entend une adaptabilité de tous les instants à des situations les plus tordues ! Snif, snif, pas de doute : tout ceci sent furieusement le gros ratage en devenir et, plus précisément, l’odeur rance d’une tactique de dernière minute pour ramener quelques moutons égarés dans la bergerie socialiste.

manuel-valls-tristeLe procédé est assez grossier. Depuis le choix du médium (Facebook) qui vise essentiellement cette frange de la population (les jeunes) qui mérite d’être mobilisée (les vieux votant de façon cohérente et en bon ordre, il n’y a guère besoin de s’adresser à eux), jusque dans le choix du sujet (la précarité touchant bien plus les jeunes que les vieux), tout indique la seule tactique et pas grand chose derrière. De surcroît, comment ne pas rapprocher cette distribution de bons sentiments à pas cher des précédents cadeaux que l’équipe hollandesque fait actuellement à tours de bras pour tenter de sauver le soldat François alors qu’approchent les élections ?

Dès le départ, on sait que cette opération est vouée au patouillage artistique puisque c’est une « réforme d’ampleur ». Or, les réformes d’ampleur ont ceci de particulier, en France, de justement prendre leur ampleur dans le temps tout en accouchant d’hippopotames mutants qui alourdissent encore un peu plus l’existant. Dans le cas qui nous occupe, le fier Manuel a d’ailleurs déclaré que ce revenu universel pourrait mettre «cinq ans, dix ans ou quinze ans» à voir le jour, ce qui donne tout de suite une idée précise de la valeur qu’il accorde au projet.

Cinq, dix, quinze ans ? Alors même que son poste ne durera pas trois, ni deux, ni même un an ?

Pas de doute, c’est du foutage de gueule.

on appelle cela du foutage de gueule
—-
Sur le web

  1. Quel génie, ce Manu. Pendant qu’on engage un dialogue avec tous les acteurs et qu’on débat des modalités de ce revenu (qui n’a plus grand chose d’) universel, au moins on évite les sujets qui fâchent.

  2. le problême avec les politiques , c’est que toutes les conneries qu’ils font , on les paient durant des décénies ; valls voudrait endétter les français pour des siecles qu’il ne s’y prendrait pas autrement ;

  3. Faudra-t-il avoir la carte du PS pour bénéficier de ce mirifique revenu ?

  4. ça c’est du débat : on engage le dialogue uniquement avec ceux qui vont recevoir les sousous dans la popoche mais surtout pas avec ceux qui vont payer.

  5. Ce sera une Allocation Non Unique Sociale.
    Comme il se doit, cela sentira bon la rose, c’est l’essentiel :mrgreen:

  6. Sur Fessebouque plus qu’ailleurs, il convient, avec les waste of space patentés, de ne leur accorder que la plus parfaite des indifférences.

    Bref, j’ai l’impression d’avoir lu un beaucoup trop long commentaire sur la page FB de Manolo. Donc il a gagné.

  7. Wouhaou ! Valls vient d’inventer le……RSA !!!

    Bien dommage de transformer une bonne idée qu’est le vrai « revenu universel » en une nouvelle allocation qui existe déjà….
    L’intérêt du « revenu universel » c’est justement de supprimer TOUTES les allocations, et de reverser tout ça à TOUT le monde, sans condition de ressource…
    Venu de Valls, ça sent le piège…

Les commentaires sont fermés.