Non, le crédit d’État ne répare pas l’injustice

Publié Par Frédéric Bastiat, le dans Économie générale

Par Frédéric Bastiat.

Le crédit d’État ne répare pas les injustices By: CafeCredit.comCC BY 2.0

De tous les temps, mais surtout ces dernières années, on a songé à universaliser la richesse en universalisant le crédit.

Je ne crois pas exagérer en disant que, depuis la révolution de Février, les presses parisiennes ont vomi plus de 10 000 brochures préconisant cette solution du problème social.

Cette solution, hélas ! a pour base une pure illusion d’optique, si tant est qu’une illusion soit une base.

On commence par confondre le numéraire avec les produits, puis on confond le papier-monnaie avec le numéraire, et c’est de ces deux confusions qu’on prétend dégager une réalité.

Il faut absolument, dans cette question, oublier l’argent, la monnaie, les billets et les autres instruments au moyen desquels les produits passent de main en main, pour ne voir que les produits eux-mêmes, qui sont la véritable matière du prêt.

Car quand un laboureur emprunte 50 francs pour acheter une charrue, ce n’est pas en réalité 50 francs qu’on lui prête, c’est la charrue. Et quand un marchand emprunte 20 000 francs pour acheter une maison, ce n’est pas 20 000 francs qu’il doit, c’est la maison.

L’argent n’apparaît là que pour faciliter l’arrangement entre plusieurs parties.

Pierre peut n’être pas disposé à prêter sa charrue, et Jacques peut l’être à prêter son argent. Que fait alors Guillaume ? Il emprunte l’argent de Jacques et, avec cet argent, il achète la charrue de Pierre.

Mais, en fait, nul n’emprunte de l’argent pour l’argent lui-même. On emprunte l’argent pour arriver aux produits. Or, dans aucun pays, il ne peut se transmettre d’une main à l’autre plus de produits qu’il n’y en a.

Quelle que soit la somme de numéraire et de papier qui circule, l’ensemble des emprunteurs ne peut recevoir plus de charrues, de maisons, d’outils, d’approvisionnements, de matières premières, que l’ensemble des prêteurs n’en peut fournir.

Car mettons-nous bien dans la tête que tout emprunteur suppose un prêteur, et que tout emprunt implique un prêt. Cela posé, quel bien peuvent faire les institutions de crédit ? C’est de faciliter, entre les emprunteurs et les prêteurs, le moyen de se trouver et de s’entendre. Mais, ce qu’elles ne peuvent faire, c’est d’augmenter instantanément la masse des objets empruntés et prêtés.

Il le faudrait cependant pour que le but des Réformateurs fût atteint, puisqu’ils n’aspirent à rien moins qu’à mettre des charrues, des maisons, des outils, des approvisionnements, des matières premières entre les mains de tous ceux qui en désirent.

Et pour cela qu’imaginent-ils ? Donner au prêt la garantie de l’État.

Approfondissons la matière, car il y a là quelque chose qu’on voit et quelque chose qu’on ne voit pas. Tâchons de voir les deux choses.

Supposons qu’il n’y ait qu’une charrue dans le monde et que deux laboureurs y prétendent. Pierre est possesseur de la seule charrue qui soit disponible en France. Jean et Jacques désirent l’emprunter. Jean, par sa probité, par ses propriétés, par sa bonne renommée offre des garanties. On croit en lui ; il a du crédit. Jacques n’inspire pas de confiance ou en inspire moins. Naturellement arrive que Pierre prête sa charrue à Jean.

Mais voici que, sous l’inspiration socialiste, l’État intervient et dit à Pierre : prêtez votre charrue à Jacques, je vous garantis le remboursement, et cette garantie vaut mieux que celle de Jean, car il n’a que lui pour répondre de lui-même, et moi, je n’ai rien, il est vrai, mais je dispose de la fortune de tous les contribuables ; c’est avec leurs deniers qu’au besoin je vous payerai le principal et l’intérêt.

En conséquence, Pierre prête sa charrue à Jacques : c’est ce qu’on voit.

Et les socialistes se frottent les mains, disant : voyez comme notre plan a réussi. Grâce à l’intervention de l’État, le pauvre Jacques a une charrue. Il ne sera plus obligé à bêcher la terre ; le voilà sur la route de la fortune. C’est un bien pour lui et un profit pour la nation prise en masse.

Eh non ! messieurs, ce n’est pas un profit pour la nation, car voici ce qu’on ne voit pas.

On ne voit pas que la charrue n’a été à Jacques que parce qu’elle n’a pas été à Jean.

On ne voit pas que, si Jacques laboure au lieu de bêcher, Jean sera réduit à bêcher au lieu de labourer. Que, par conséquent, ce qu’on considérait comme un accroissement de prêt n’est qu’un déplacement de prêt.

En outre, on ne voit pas que ce déplacement implique deux profondes injustices.

Injustice envers Jean qui, après avoir mérité et conquis le crédit par sa probité et son activité s’en voit dépouillé.

Injustice envers les contribuables, exposés à payer une dette qui ne les regarde pas.

Dira-t-on que le gouvernement offre à Jean les mêmes facilités qu’à Jacques ? Mais puisqu’il n’y a qu’une charrue disponible, deux ne peuvent être prêtées.

L’argument revient toujours à ce que, grâce à l’intervention de l’État, il se fera plus d’emprunts qu’il ne peut se faire de prêts, car la charrue représente ici la masse des capitaux disponibles.

J’ai réduit, il est vrai, l’opération à son expression la plus simple ; mais, éprouvez à la même pierre de touche les institutions gouvernementales de crédit les plus compliquées, vous vous convaincrez qu’elles ne peuvent avoir que ce résultat : déplacer le crédit, non l’accroître.

Dans un pays et dans un temps donné, il n’y a qu’une certaine somme de capitaux en disponibilité et tous se placent. En garantissant des insolvables, l’État peut bien augmenter le nombre des emprunteurs, faire hausser ainsi le taux de l’intérêt (toujours au préjudice du contribuable), mais, ce qu’il ne peut faire, c’est augmenter le nombre des prêteurs et l’importance du total des prêts.

Qu’on ne m’impute point, cependant, une conclusion dont Dieu me préserve. Je dis que la Loi ne doit point favoriser artificiellement les emprunts ; mais je ne dis pas qu’elle doive artificiellement les entraver. S’il se trouve, dans notre régime hypothécaire ou ailleurs, des obstacles à la diffusion et à l’application du crédit, qu’on les fasse disparaître ; rien de mieux, rien de plus juste. Mais c’est là, avec la liberté, tout ce que doivent demander à la Loi des Réformateurs dignes de ce nom.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

  1. Votre démonstration est très claire, on comprend bien le sujet.

    Une question cependant, et si il y a assez de charrues pour tous mais que certains n’offrent pas assez de garanties pour un pret, ou du moins que le preteur se voit beaucoup trop exigeant, est-ce que dans ce cas la garantie d’etat n’est-elle pas vertueuse ?

    -> « On ne voit pas que la charrue n’a été à Jacques que parce qu’elle n’a pas été à Jean. »
    Ca vaut s’il y a qu’une seule charrue. Et s’il y en a deux au départ ?

    Je pense notamment aux prets immobiliers, et aux (jeunes) primo accédants qui n’ont pas toujours la possibilité d’offrir les garanties suffisantes (qui depuis la dernière crise se sont drastiquement compliquées).
    Par exemple un couple de freelance (donc, sans CDI) gagnant très bien sa vie, qui a largement les moyens de rembourser un pret, mais qui se le voit refuser car il n’a pas de sacro saint CDI.
    Est-ce que là l’Etat n’a pas un role bénéfique à jouer ?

Les commentaires sont fermés.