Faire face au terrorisme

Publié Par Bertrand Lemennicier, le dans Libertés publiques

Par Bertrand Lemennicier.

grenade terrorisme credits Israel defense forces (licence creative commons)

Le problème du terrorisme contemporain au Proche Orient, c’est la nature même de l’État moderne occidental. Contrairement à ce que pensent les hommes politiques et les intellectuels dont ils s’inspirent, l’État moderne n’est pas la solution. Il est ironique qu’un groupe privé religieux dit islamique, avec une idéologie religieuse universaliste, s’empare de territoires et y installe sa loi en mettant en échec les frontières des États locaux modernes issus des accords secrets « Sykes Picot » de 1916 entre Anglais et Français. États modernes certes, mais sans « nation » en dépit de la volonté de certains (Lawrence d’Arabie) de créer une nation arabe.

Fragmentation des États

Tant que les occidentaux refuseront l’émergence d’une fragmentation des États du Moyen Orient en plus petits États homogènes religieusement, culturellement et politiquement, les islamistes vaincront. Le Djihad est une guerre juste (du point de vue des islamistes) « ad bellum » et injuste « in bello ». Tandis que les occidentaux répondent par une guerre injuste « ad bellum » (par la volonté d’imposer leur conception de l’État Moderne) et juste « in bello ». Cette asymétrie risque bien de leur faire perdre ce combat.

La tragédie de la rédaction de Charlie Hebdo1 est révélatrice de cette incompréhension qu’ont nos concitoyens sur la façon dont il faut lutter contre le terrorisme d’où qu’il vienne. Il faut surtout que les hommes d’État ne s’en occupent pas. Ils sont bons pour faire des déclarations tonitruantes pour l’unité nationale et nous faire croire qu’ils luttent contre le terrorisme grâce à leurs services de renseignement et les divers plan vigipirate.

Mais ce ne sont pas deux ou trois jeunes militaires déambulant dans une gare pleine d’une foule variée, ou deux ou trois gardes policiers devant le siège de Charlie Hebdo qui peuvent nous protéger. Quand les hommes d’État s’occupent de ces problèmes, l’expérience malheureusement le démontre, ce n’est pas le sort des victimes ou de leurs ayants-droit qui prime mais celui de leurs intérêts politiques.

La direction de Charlie Hebdo qui se savait menacée depuis de nombreuses années n’a pas voulu ou pu financer une protection efficace rapprochée proposée par les filiales des assurances telle Kidnap and Ransom (filiale de la Lloyds).

Cette direction de Charlie Hebdo a appris à ses dépens ce que vaut l’État en matière de protection. La plupart d’entre eux, y compris, hélas, notre collègue économiste Bernard Maris, qui a été tué à cette occasion, n’ont pas voulu comprendre qu’aujourd’hui, il faut dépolitiser cette lutte en la privatisant, y compris avec le droit individuel de porter les armes. La plupart d’entre eux étaient, ou sont encore, des étatistes convaincus.

Pas de leçon en matière de liberté d’expression

Quant aux cris d’orfraie sur les atteintes à la liberté d’expression, ce n’est pas aux journalistes français ni aux hommes politiques de nous donner des leçons sur ce sujet, car ils ont toujours fait ce qu’ils pouvaient pour en priver les autres. Je rappellerai aussi aux gauchistes de Charlie hebdo ce qu’ils disaient en 1968, eux ou leurs alter ego de l’époque : l’humour est une arme politique.

Ils ont toujours utilisé cette arme politique pour disqualifier ceux dont ils ne partageaient pas les idéaux. La liberté publique d’expression, comme tout ce qui est public ou pâture commune, est une source de conflits, compte tenu de son poids dans la formation des croyances et des opinions. C’est bien pour cela que les hommes de l’État et les journalistes qui les servent désirent la contrôler. La seule liberté d’expression est celle tolérée par les hommes de l’État. Ils ont en face d’eux des hommes qui sont comme eux, ils ne tolèrent pas non plus la liberté d’expression.

Nous partageons, en tant qu’intellectuel, cette révolte de nos médias contre les atteintes à la liberté d’expression, mais ne soyons pas dupes de ce que vaut la liberté d’expression dans nos régimes politiques que l’on appelle démocratie.


Sur le web

  1. L’article de Bertrand Lemennicier est paru initialement au moment des attentats contre le journal satirique.
  1. Et alors on fait quoi ? « on continue dans la grâce » ? On attend la charrette de foin ?

    1. On pourrait virer le ministre de l’intérieur pour ne pas avoir été capable d’organiser la protection de ces gens, et même pour avoir donné aux policiers protecteurs le rôle de « vache dans le couloir ». Ca ne ferait pas revenir les morts, le suivant ne serait pas mieux, mais au moins ça ferait prendre conscience de la faillibilité, pour ne pas dire la faillite systématique, de ceux qui nous maternent. Je n’ai entendu personne réclamer la tête de ceux qui ont failli à protéger, moi je la réclame, faites pareil, si on est assez nombreux ça conduira certains au moins à s’interroger.

        1. Yapluska…

    2. On fait ce qui est dit dans l’article: Port d’arme, dépolitisation de la lutte.

  2. Le plus intéressant c’est cette distinction entre la guerre juste ou injuste « ad bellum » et « in bello ». Ça me semble très juste sur le principe, à un détail essentiel près : on peut hélas douter que la guerre occidentale soit juste « in bello » compte tenu notamment de Guantánamo, des tortures, de l’effrayante quantité de « victimes collatérales » civiles dans les « assassinats ciblés » à coup de drone Reaper (près de 50 par cible légitime atteinte, semble-t-il), etc.
    Et donc, si déjà on arrêtait de se la péter en costume de grande puissance (nucléaire) légitime pour intervenir dans des affaires hors de nos frontières, ou en tenue de bon samaritain angélique qui transforment en français des gens qui ne se sentent pas tels (*), ça ne résoudrait sans doute pas TOUS les problèmes, mais une bonne partie quand même

    (*) la conception traditionnelle — qu’on trouve encore en Allemagne — de la nation est celle du sang. Ce n’est pas la conception française, mais le droit « du sol » ne l’est pas non plus : la conception française est celle de l’adhésion volontaire matérialisé par un engagement de type baptismal (en ceci elle est directement issue de la tradition catholique…)

    1. Il n’y a pas de guerre juste ou injuste.
      « La guerre est la continuation de la POLITIQUE par d’autres moyens » (Clausewitz).

      1. Et réciproquement la politique est le commencement de la guerre (simple réciproque évidente, explicitée par Foucault) .
        N’empêche.

  3. Je ne comprends pas tout (c’est pas péjoratif hin ! c’est vraiment que je ne comprends pas).
    On parle souvent que l’Etat doit s’en tenir à ses missions régaliennes et là, pouf !, l’Etat ne doit plus exister !
    Je suis tout à fait d’accord concernant le port de armes. Je n’en ai pas mais en attendant j’ai un chien de garde… faute de grive, on mange des merles !

    Je ne parle pas non plus de la partie sur la liberté d’expression dont je suis entièrement d’accord. J’ajouterai que ce qui me révulse aussi, c’est qu’on a formaté la gens a gobbé « leur » vérité. On ne réfléchit plus, on ne prend plus de recule, on avale des salades sans regarder le prisme d’un fait sous un autre angle.
    On s’apercoit que les journalistes dit « spécialistes » ne sont pas plus renseignés que nous et qu’ils ne donnent en réalité qu’un avis qu’ils disent être la vérité.

    La question est « où doit s’arrêter la liberté d’expression ? »
    Si on s’en tient à « la liberté s’arrête là où commence celle des autres » alors la liberté d’expression ne doit pas porter atteinte mais en dénonçant, en moquant une cause juste (au yeux des musulmans radicaux), n’a-t-elle pas été trop loin ?

    Comme je l’ai dit, si on regarde cette histoire des caricatures sous un autre angle, un musulman, dont la foi est la chose la plus importante au monde, bien plus que sa vie ou celle de ses enfants, n’a-t-il pas le droit d’être boulversé au plus profond de lui ?

    Ces « je suis charlie » me font bien marrer. Quand la liberté d’expression va dans leur sens, tout va bien. Quand quelqu’un s’exprime différemment d’eux, il faut le faire taire. Une belle bande de faux-cul…et d’abrutis.

    (désolé pour le pavé)

    1. Ca n’est pas simplement « l’état doit s’en tenir à ses missions régaliennes ». C’est « l’état doit accomplir efficacement ses missions régaliennes, et ne pas en prendre prétexte pour s’étendre au-delà ». En l’espèce, l’état a parfaitement échoué dans sa mission de protection des personnes et de leurs libertés, et sa seule réaction est de proposer d’amplifier les mesures qui se sont traduites pare ce fiasco complet, plutôt que de rechercher auprès de ceux qui réussissent les méthodes et les moyens différents qui lui permettraient de se corriger.

      Quant à la question de la liberté d’expression, personne que je sache n’oblige un musulman, un chrétien, un juif, un athée, à acheter un journal contenant des caricatures qui le choquent. A de très rares exceptions près, les idées développées dans Charlie Hebdo étaient loin d’avoir mon assentiment, je regrette amèrement le Grand Duduche ou les femmes de Wolinski et bien peu les idées politiques de leurs auteurs, mais j’ai une conviction profonde que la création est un chez soi où le reste du monde n’a pas à être respecté et encore moins à intervenir.

      1. « mais j’ai une conviction profonde que la création est un chez soi où le reste du monde n’a pas à être respecté et encore moins à intervenir ».

        Dans le fond je suis d’accord avec vous.
        Mais je me dis que c’est peut-être plus facile à dire qu’à vivre. Imaginez que la chose qui a le plus d’importance au monde à vos yeux soit carricaturés violemment, trainés dans la boue par une bande de journaliste que rien ne touche. Quel serait votre ressentiment ?

        Attention, je ne dis pas que vous prendriez les armes pour faire un carnage comme cette bande d’illuminés qui me dégoutent mais je dis juste qu’au-delà de nos idéaux, on peut se sentir meurtri au plus profond de soi par certains propos. Je m’interroge donc s’il doit y avoir une limite à la liberté d’expression ou si au contraire, elle doit être 100% libre et qu’un propos choquant doit être combattu par un argumentaire convaincu. Au fond, les musulmans n’auraient-ils pas dû combattre avec les mêmes armes que Charlie Hebdo ?
        Enfin j’avoue, les caricatures de Mahomet, 99% des musulmans s’en tamponnent !

        1. « Travesties par des gueux pour exciter des sots… »
          S’il y a vraiment quelque chose en quoi vous croyez profondément, avec amour, soyez tranquille, les gueux et les sots ne manqueront pas d’apparaître bien vite. Et même parfois des gens que vous respectez se joindront à eux. C’est la vie. Il ne sert à rien de demander aux gueux et aux sots de vous respecter : ce sont des gueux et des sots. Il ne sert à rien de demander à ceux que vous respectez de changer d’avis ou de vous ménager : s’ils renonçaient à leurs convictions ou à les exprimer simplement pour vous faire plaisir, ils cesseraient d’être respectables.
          Le choix vous reste entre souffrir dans ce malaise, ou renoncer vous-même à ce à quoi vous croyez pour vous contenter de hurler avec les loups et de croire à la parole officielle. Sauf que c’est forcément tout choisi, surtout si vous croyez en l’individu.

        2. « Imaginez que la chose qui a le plus d’importance au monde à vos yeux soit carricaturés violemment, trainés dans la boue par une bande de journaliste que rien ne touche. Quel serait votre ressentiment »

          Rien à foutre, si quelqu’un veut m’interdire d’avoir une opinion qui insultent ses croyances (comme si les musulmans avaient des mots doux pour les athées), c’est balle dans la tête direct sans négociation.
          C’est comme ça qu’on doit se comporter avec les totalitaristes , c’est même le devoir de tout homme libre, il est inconcevable de négocier la liberté et la justice pour faire plaisir à des ordures.

    2. Bertrand Lemennicier n’est pas que libéral, il est carrément libertarien, c’est à dire que pour lui l’État n’est même pas légitime dans les fonction régaliennes.

      1. Faux. Les libertariens ne sont pas anarchistes.

    3. « Je ne comprends pas tout (c’est pas péjoratif hin ! c’est vraiment que je ne comprends pas).
      On parle souvent que l’Etat doit s’en tenir à ses missions régaliennes et là, pouf !, l’Etat ne doit plus exister !
      Je suis tout à fait d’accord concernant le port de armes. Je n’en ai pas mais en attendant j’ai un chien de garde… faute de grive, on mange des merles ! »

      Votre propre sécurité ne peut pas être entièrement dans les mains de l’État régalien. Il ne pourra jamais l’assurer correctement.
      Une agression, c’est une question de secondes. L’intervention de la police, une question de minutes.

    4. Dire que l’Etat doit se résumer à ses fonctions régalienne, n’est qu’une proposition pour que l’Etat soit vraiment responsable.

      Le problème de base étant que l’Etat fait (c’est à dire s’accapare la production de valeur) au lieu d’être un instrument qui produit vraiment de la valeur.

      Ce qui serait le cas, si l’Etat ne faisait que ce que l’individualité ne peut pas faire : mettre les gens d’accord, résoudre les conflits, faire entendre raison aux abrutis entêtés et de mauvaise fois, surveiller que ce qui a été décidé de façon commune soit exécuté, etc…

      Se résumer à ses fonctions régaliennes, c’est diminuer la quantité de ‘l’Etat fait’ à ce qui est au minimum nécessaire pour que l’Etat se concentre sur ces tâches.

      Ce rôle indispensable, est actuellement tenu par des groupes de pression. Donc en fait personne ne le fait …

      L’Etat, dans cette dimension change complétement de nature et devient constitutif au lieu d’être exécutif et législatif.

  4. Bonjour
    Je suis d’accord avec vous concernant votre analyse géopolitique : nous échouerons si nous tentons d’imposer par la force notre conception de l’état sur des territoires qui ont pour seule raison d’exister le fait d’avoir été colonisé par la France ou l’Angleterre lors des siècles passes.
    Par contre maintenant qu’est-ce qu’on fait?
    On laisse ces pays « artificiels » se désintégrer sans intervenir? Sachant que ça va être difficile vu nos besoins en pétrole…
    L’objectif affirme de cette non-intervention serait l’espérance que d’ici quelques années/décennies on voit émerger de nouveaux états cohérents ? Qu’est ce qu’on fait pendant ce temps là?

    Par ailleurs je ne comprends les souhaits de certains de prendre les armes… Quand on voit le résultat aux US franchement ça donne pas envie…

  5. L’important n’est pas l’arme que vous portez, mais l’envie que vous avez de l’utiliser. Ou pas.

  6. Prise d’otage dans une épicerie cacher.
    Après tant d’autre drame, il devient clair que la protection des israélites de France n’est plus à la hauteur des dangers qui visent cette communauté. Celle-ci a besoin d’une police communautaire juive, et la République devrait lui accorder ce droit eu égard à sa situation particulière.

    Pour tous les autres des polices municipales et départementales avec les même prérogatives que la police nationale devraient elles aussi entrer en lices.

    1. Prémices de guerre civile.

      1. faut pas exagerer. un couvre-feu devrait suffire.

        1. Couvre feu et puis quoi encore ?

          Dimanche je vais au marché dans une ZUP avec une croix bien visible autour du cou déguster des Makrouts et boire du thé à la menthe

          Je ne suis pas Charlie mais y a des chance que je soit le seul gaulois.

          Et j’eteindrais la télé histoire de ne pas vomir devant le bal des faux culs qui défileront.

        2. far-west et 2ème amendement

    2. Et par quel miracle une police communautaire serait-elle plus efficace que la police nationale ?

      1. Une police locale ou communautaire a un coût unitaire bien moins cher. Elle peut donc être plus nombreuse, et par définition déjà positionner pour se défendre localement la société. Si besoin elle dispose des effectifs locaux pour instaurer des périmètre de sécurité. Elle peut aussi encadrer les citoyens en mesure de lui prêter main forte.

  7. Il y a paraît-il 1500 personnes immigrés susceptibles de faire le Jihad en France. C’est quand même pas la mer à boire de les virer avec perte et fracas.

    1. La guerre d’Algérie a mis la France à la porte avec 800 hommes déterminés. On peut imaginer aussi que ces premières attaques sont des tests de résistance, comme le feraient les guêpes de Sun Tzu.

      Il y a un juste milieu entre l’angélisme et la paranoïa : la lucidité.

      1. Ils ont bien mis la République française à la porte des cités, je n’osais vous le rappeler : les territoires perdus de la République que les plus extrémistes appellent « le califat de Seine saint-Denis ».

      2. En Algérie, ils étaient chez eux, mais en France, on est chez nous et ça se passera comme en Algérie mais sauf que ce sont eux qui seront virés.

        1. L’islam dit que l’Europe fait partie de l’Oumma. Et que notre situation occidentale étendue dite « des Lumières » est une situation transitoire, provisoire. Que notre Europe est une usurpation depuis 732 !

          fr.wikpedia.org/wiki/Vocabulaire_de_l’islam

          1. « Votre commentaire est en attente de validation. »

          2. Mon commentaire n’invente rien. Il est factuel, ne décrit qu’une réalité vue et entendue. Est-ce le mot clé en 5 lettres qui déclenche l’automatisme de la modération électronique ? Sans doute.

            1. Je suis certain que si j’avais séparé les lettres, le logiciel n’y aurait vu que du feu ! Je reprends donc mon dictionnaire des synonymies utilisé depuis mercredi, pour éradiquer les mots clés.

          3. Je conseille de lire Ezechiel 35 en décryptant qui est cette montagne de Séir. L’Europe sera donc délivrée de ces mauvais et pas qu’un peu.

            1. Tout a fait d accord avec vous Daniel , la victoire est certaine , nous n’avons pas de pays de rechange (contrairement à eux qui sont tous bi nationaux) et la guerre d’algerie est restée sur l’estomac de bcp d’entre nous et pas que les pieds noirs , mais ça va être chaud car ils sont sanguinaires à faire passer les SS pour des doux agneaux… bon profitons du peu des bribes de paix qui nous restent avant que ça flamb(y)

              1. Les occidentaux ne sont pas des anges non plus, votre appel à la haine le prouve.

                La violence est une affaire de conscience personnelle, pas une affaire collective. C’est pour cela que nos États socialistes sont très mal équipes pour répondre au terrorisme.

                Ce n’est pas avec des slogans que l’on combat le terrorisme, mais avec des Navy Seals.

                1. Juste milieu entre « tendre la joue gauche » et « frapper les premiers ». Oscillations, connexions, hésitations et voyages électriques entre le cerveau reptilien et les méninges. L’art de la survie se situe en équilibre entre les deux zones qui accueillent le premier « l’instinct de la bête », les deuxièmes « la conscience universaliste de l’homo sapiens sapiens ».

                2. Les références de Daniel sont toutes dans l’Ancien Testament, qu’on peut comparer en terme de violence et d’appels au meurtre, au Coran. La différence entre les chrétiens et les coranistes sont dans les conciles et les réformes successives : Abraham, Moïse, JC, Constantin, Trente, Luther, Calvin, 1789, Vatican I & II… Les zélotes et réformistes du Coran existent mais n’ont pas été officialisés et institutionnalisés, au nom du blasphème, de l’apostasie, du message impossible à réformer car « on ne réforme pas la parole de Dieu ».

                  1. La loi du Talion étant la référence suprême et le deus ex maquina de l’Ancien Testament.

                  2. Oui, sans compter les injections de philosophie grecque que Jean, Augustin et bien d’autres ont intégrés, ainsi que les réactions aux philosophies occidentales, bouddhisme à travers le manichéisme etc…

                    La religion chrétienne est vivante … enfin quand les traditionalistes et autres fondamentalistes ne prennent pas le dessus et n’arrivent pas à faire un discours qui se tient à base de relectures anachroniques.

                    Comme je l’ai mis dans un autre commentaire : fondamentalement, les musulmans sont chrétiens, les chrétiens sont juifs, les juifs sont animistes et les animistes sont des singes… singes que nous sommes tous.

                  3. Vous faites une erreur fondamentale. Pour les chrétiens, c’est Dieu qui les venge et c’est possible parce qu’ils ont un Dieu vivant, tandis que les musulmans se vengent eux-mêmes parce que leur dieu ne sait pas le faire.

                    1. Dieu et son rayon laser, je suppose !

                    2. L’adresse de votre Dieu vivant, SVP, je voulais lui écrire un courrier.
                      Vos interprétations sont à la limite de la loufoquerie, donc bien dans l’esprit qu’adorait moquer Charlie Hebdo.

                      Est-ce un hommage du vice à le vertu ?

                    3. Saint Thomas, sors de ce corps ?

                    4. Il ne faut pas prendre les choses au pied de la lettre : pour les chrétiens c’est l’esprit saint qui est le lien entre Dieux et l’homme et qui vit dans les hommes. L’esprit saint est l’inspiration, la foi, qui permet a l’homme d’avoir sa liberté, son libre arbitre. Ce n’est pas une notion rationaliste.

                    5. Pour les catholiques dsl

                3.  » la violence est une affaire de conscience paersonnelle, pas une affaire collective …  »

                  les grandes idées, c’est beau …

                  je vous conseil de lire  » le passé d’une ilusion  » de françois furet.

                  1. Je voulais dire que l’acceptation de la violence est un choix personnel. Les collectivistes ne font que manipuler les esprits des individus.

                    Même les soviétiques ont développé la reconnaissance de l’acte héroïque, de l’action individuelle et de la hiérarchie, après avoir épuisé leurs troupes en vagues humaines.

            2. Ezequiel 35… Ça fait longtemps que j’ai quitté la Bible lue 2 ou 3 fois en intégralité. Je suis plutôt aujourd’hui dans le Mercator (païen) ou les traités d’orchestration (matérialisme) ou la philosophie de la nouvelle musique et des arts (progressisme), dans la lecture des cycles économiques et boursiers (libéralisme), des lignes de codes informatiques et musicaux (Internet, MAO). Question d’époque !

              1. Bon, en fait je n’aurais pas dû vous répondre à un autre endroit sachant votre nouvelle position.

                1. Je vis en 2015, contrairement à vous.

  8. Tout à fait d’accord avec votre conclusion. La liberté d’expression n’est d’ailleurs qu’un moyen qui a pour finalité le pluralisme. Dans un pays où les journalistes votent à 85% à gauche et où les médias (pas Contrepoints!) sont massivement subventionnés, c’est ce dernier qui est mis à mal. C’est plus pratique pour les politiques de parler de liberté d’expression que de subversion des médias…

  9. Comment peut-on se tromper de cible à ce point ? La liberté d’expression est certes égratignée par l’Etat, ou même plus … Mais le vrai danger est l’islamisme : qui osera maintenant publier un mot de travers ou une petite image critique à l’égard de l’Islam ? Tous nos principes libéraux s’effacent devant la menace de mort, tout simplement. Ce n’est pas l’Etat la plus grande menace, mais bien le terrorisme islamique.

  10. Des milliers de policiers ont bien du mal à arrêter deux militants musulmans. Sachant qu’il y a des milliers de musulmans radicaux prêts à agir combien faut il de policiers? Les activistes ne vont pas tarder à comprendre qu’en agissant simultanément quelques centaines d’individus peuvent créer le chaos.Heureusement , pour l’instant ils ne sont que dans le  » qualitatif  » et le symbole car sinon ils pourraient profiter du rassemblement de dizaines de milliers de personnes pour perpétrer des exactions.La solution ne passe donc pas par des forces de police mais par une stratégie qui oblige les musulmans modérés à gérer la crise à l’intérieur de leur religion et à faire le ménage en se désolidarisant complètement des radicaux .Il faudra bien débarrasser le Coran des versets indésirables pour que cela devienne quelque chose d’acceptable. Les chrétiens en ont fini avec l’inquisition. Les musulmans, dans leur propre intérêt, doivent en finir avec la partie sanguinaire et guerrière du coran.

  11. l’ue va consacrer un sommet aux térrorisme ….élus et élites ont fait preuve d’un laxisme et d’un je m’en foutisme abbérant , durant toutes ces années…..durant lesquelles ces voyous térroristes ont eu largement le temps de se préparer pour faire leur mauvais coups ; même quand ils sont en prison , ils se retrouvent avant l’heure en liberté ; maintenant , les crétins d’en haut se voient dans l’obligation de  » faire quelque chose  » , …ha bon ? mais quoi ? gouvernez , ce n’est pas seulement palper un gros salaire , c’est avant tout s’occuper du pays et des citoyens ;et ça , les zélus ne le comprenent pas ; on va payer pour un sommet innutile et bien trop tardif ;

  12. Article très juste.
    Le port d’arme et le développement de sociétés de sécurité privée permettraient d’offrir à tous une bien meilleure sécurité, à un coût bien moindre. Et surtout, chacun pourra déterminer le niveau de sécurité pour lequel il est prêt à payer. Chacun a des besoins différents en la matière.
    Et, dans le cas de Charlie Hebdo, liberté d’expression ne veut pas dire droit d’expression. Pourquoi nous, citoyens, devions payer la protection rapprochée offerte à cet hebdomadaire. Voilà la vraie question!

  13. Imaginez 100 types comme ceux qui viennent de frapper.
    L’Etat n’est pas en mesure de nous protéger. Quand les français vont-ils le comprendre ?

    1. Cette semaine, ils n’étaient que 3. Des milliers de fonctionnaires étaient à leurs trousses, parmi lesquels les plus aguerris aux combats, et malgré leur très grand nombre, ils ont rencontré toutes les peines du monde pour les neutraliser.

      On peut se réjouir de la victoire des « forces de l’ordre » sur le coup, mais cela n’augure rien de bon. Cette affaire, en dépit de son dénouement favorable aux hommes de l’état, a mis en avant, je trouve, des faiblesses très inquiétantes que le monde entier a pu constater.

      1. Je partage votre inquiétude. Je crois qu’une sûreté efficace implique à la fois une police nationale et une vraie police locale capable de neutraliser des criminels. Le lien organique citoyens – police locale étant plus court protégera mieux la société civile. On voit ce modèle à l’oeuvre en Suisse.

        1. Là où tout à commencer, c’est à dire dans le 11ème arrondissement au siège de Charlie Hebdo, il n’y a pas eu un seul homme en état de combattre pendant de longues minutes.

          Puis l’Etat a sorti l’artillerie lourde, les gros bras et les fusils d’assaut pour tenter de se rattraper.

          Je maintiens : c’est l’arbre qui cache la forêt. il y a bien eu un échec grave à la préservation de la sûreté des citoyens même si in extremis ils ont réussi à dissimuler leur échec. On nage en pleine manipulation des foules. Ils colmatent maintenant les brèches devant les caméras et les micros. Ce qui se passe est très grave.

          Je suis d’accord avec vous en ce qui concerne une vraie police locale dotée d’une force de frappe digne de ce nom.

      2. ont pourrait aussi dire que trois candidats au martir, fanatisés ( ce qui n’est pas donné à tout le monde, voir l’épisode  » vent divin  » pendant la bataille d’okinawa ) n’ont réussi à tuer que 17 personnes … ce qui fait un piètre ratio , même si la notoriété de certains d’entre eux peut compenser la petitesse du nombre. ce jour là, la bourse n’a pas bougé …

  14. Je ne comprend pas .

    Je l’avoue, je ne suis pas un cerveau mais tout de même. La france est une haute puissance mondiale, le pays des droits de l’homme et du citoyen et donc de par cela une cible de choix pour les terroristes.

    Et malgré cela , combien d’attentats se passent par an ?
    Nos services secrets sont efficaces,ce n’est pas une supposion c’est une réalité. Demander la démission d’un ministre est stupide pour un evenement pareil. Le risque zero n’existe pas , le vouloir est une utopie, le demander un caprice.

    Et oui la lutte contre le terrorisme est forcé de passer par la diplomatie et donc par la politique. La syrie est spoilé par beaucoup de pays europeens mais depuis que leur Services ne s’entretiennent plus avec les notres , ca pue plus pour nos fesses. Quand au mot passé sur le droit individuel du port des armes, personnelement je ne me vois pas prendre un colt pour aller au taf sous pretexte qu’on a une chance infime d’être agressé.

    Mr.Bait

Les commentaires sont fermés.