Turquie : l’échec du putsch, une réussite islamiste ?

Publié Par Farhat Othman, le dans Moyen Orient

Par Farhat Othman.

Ne l’oublions pas ! Le régime turc — ou plus exactement l’héritage de la laïcité kémaliste — est placé sous la férule de l’institution militaire qui en est garante. Et celle-ci ne peut échapper à la vigilance de l’OTAN dont la Turquie est membre.

Coup d’état avorté

La tentative avortée de coup d’État démontre ainsi la confusion extrême qui règne dans les esprits des militaires, notamment turcs, sous l’effet de l’avancée de la stratégie islamiste dans le pays.

Que le dernier pronunciamiento ait échoué est bien la preuve du sérieux d’une telle avancée dans les rangs mêmes des militaires. Elle pointe aussi le soutien à peine occulte, quasiment manichéen, que les islamistes ont su trouver du côté de l’Occident aveuglé par ses intérêts immédiats.

En effet, nul ne doute que la stratégie de longue haleine des islamistes pour gagner et/ou conserver le pouvoir politique a toujours été de contrôler ses leviers, le plus important en premier, l’institution armée.

L’échec des militaires turcs est donc un succès éclatant de la stratégie des islamistes plus que jamais artistes inégalables dans l’art de l’esbroufe.

L’arme législative

Aussi, et on l’a déjà dit pour la Tunisie, il n’est qu’une seule arme qui pourrait être efficace en la matière, étant de nature à clarifier la situation en Turquie et ailleurs en terre d’islam : l’outil législatif.

Il est le seul à permettre, selon les règles de l’art démocratique, de juger objectivement une telle stratégie et démontrer de la plus évidente des manières si elle se pare abusivement d’atours démocratiques libéraux en étant appliquée avec un talent diabolique.

C’est avec des lois ouvertement libérales venant renforcer les droits et libertés privatives dans les domaines dits sensibles — et dont on ne veut pas parler, car supposés, bien à tort, tabous en islam — que cette arme s’enrayera si elle n’est utilisée que par esprit manichéen de religiosité.

Il importe donc que l’on ose en Turquie, mais ailleurs aussi en terre d’islam, surtout en l’émule turc qu’est la Tunisie, proposer et voter au plus vite des lois venant réaliser ce qui a été démontré parfaitement possible et même impératif en islam. Par exemple : l’égalité successorale entre les sexes, l’abolition de l’homophobie, la dépénalisation de l’apostasie, de la consommation d’alcool, de la nudité et des drogues douces.

C’est la capacité des religieux turcs et tunisiens à accepter une telle réforme législative d’envergure dans le domaine des mœurs qui administrera la preuve de manière indéniable de leur adhésion sincère et honnête au vivre-ensemble démocratique d’un véritable État de droit.

C’est cela qui déterminera le sérieux et la pérennité de leur prétention à faire partie du paysage politique des démocraties modernes, leur aptitude à devenir ou non une démocratie islamique.

  1. Merci pour cette analyse

  2. La Turquie était déjà un régime dictatoriale avant cette tentative de coup d’état. Vous pouvez être certain que le caractère dictatorial va se renforcer avec cette tentative.

  3. ou l’on commence à dire que les américains seraient les commanditaires de cette action….because ils sont pas contents du rapprochement de la turquie avec poutine….

  4. Il suffit de voir qu’Erdogan se sert de cette tentative de coup d’état pour organiser une purge pour se débarrasser de tous ceux qui sont critiques au sein de la magistrature, de l’armée,….En très grande majorité, les magistrats relevés de leurs fonctions n’ont strictement aucun lien avec les putschistes.

    Quand à accuser Gulen du putsch, c’est hautement ridicule quand on sait que pendant longtemps, Gulen a été la bête noire de l’armée turque. C’est ples partisans de Gulen au sein de la magistrature, de la police,….qui ont permis à Erdogan de se débarrasser du pouvoir de l’armée. Gulen est connu pour avoir des partisans au sein de la police et de la magistrature mais pas ou en tout cas très peu au sein de l’armée. Gulen est détesté par les militaires turcs.

  5. A l’heure actuelle, prêt de 140 procureurs et juges ont été arrêtés et plus de 2.745 des quelque 15.000 juges du pays ont été relevés de leur fonction. Cela vous donne une idée de la purge

  6. La tentative de coup d’état a bien pu être orchestré par Erdogan lui même. C’est notamment ce qu’insinue Gulen. Il est clair que ce coup d’état lui est bénéfique et le renforce (en terme de popularité,…). Cela lui permet de se débarraser de ses opposants au sein de la fonction publique et de légitimer son autoritarisme.
    Erdogan a déclenché une guerre pour gagner des élections. Alors, rien d’étonnant qu’il orchestre une tentative de coup d’état.
    Je trouve quand même étrange de voir que ce coup d’état ait échoué si facilement. Certes, il n’est as rare de voir un coup d’état échoué. Mais j’ai du mal à croire qu des officiers turcs assez haut placés aient pu être assez bêtes pour organiser un coup d’état qui était voué à l’échec. Tous les experts semblaient rejetés l’hypothèse d’un coup d’état en Turquie. Et même si ce coup d’état n’a pas été organisé par Erdogan, alors dans ce cas, c’est des officiers laiques de la vieille garde qui l’ont organisé ce qui ne colle pas du tout avec les accusations d’Erdogan qui fat de Gulen le responsable de ce coup d’état

    1. « La tentative de coup d’état a bien pu être orchestré par Erdogan lui même. C’est notamment ce qu’insinue Gulen. Il est clair que ce coup d’état lui est bénéfique et le renforce (en terme de popularité,…). Cela lui permet de se débarraser de ses opposants au sein de la fonction publique et de légitimer son autoritarisme. »

      C’est ridicule. Des généraux ont organisé le coup sauf que tous leurs subordonnés ne les ont pas suivis. Il aurait suffit qu’il y ait deux fois plus de personnes, ce qui étant donné la nature aléatoire du respect de la chaîne de commandement dans ces moments aurait put arriver, pour que cette situation plonge la Turquie dans le chaos pendant deux semaines. Dans ce cas là évidemment que personne n’aurait abordé cette théorie…

      « Je trouve quand même étrange de voir que ce coup d’état ait échoué si facilement. »

      Les généraux ont fait la même erreur que vous, ils étaient absolument persuadé que le peuple détestait Erdogan. Hors ce n’est pas la cas. L’échec de ce coup est justement une occasion pour ceux qui ne veulent pas comprendre pourquoi le peuple turque apprécie l’AKP de revoir leur jugement plutôt que de sombrer dans le complotisme.

      « c’est des officiers laiques de la vieille garde qui l’ont organisé ce qui ne colle pas du tout avec les accusations d’Erdogan qui fat de Gulen le responsable de ce coup d’état »

      En effet, c’est vrai. Mais la veille garde de l’armée n’ayant presque plus aucun soutient dans la population, il est plus intéressant pour Erdogan d’accuser Gulen, alors que ce dernier a lui aussi été persécuté par la vielle garde de l’armée…

  7. Ce coup d’état n’avait aucune chance de réussir. Toute personne ayant un minimum de bon sens et connaissant la situation de la Turquie le savait. Alors, pourquoi organiser un coup d’état qui est voué à l’échec et qui ne va que faire renforcer Erdogan ? Moi, je ne vois pas d’autre explication que le fait que ce coup d’état ait été organisé par Erdogan.
    Erdogan a dû mal à faire de la Turquie un régime présidentiel. Or, cet tentative de coup d’état arrive à point nommé pour lui permettre de réussir à faire de son pays un régime présidentiel comme il en rêve tant.
    En plus, la rapidité avec laquelle il a organisé la purge après cette tentative de coup d’état fait pencher la balance envers l’hypothèse d’un coup d’état organisé par Erdogan

    1. Moi, je ne vois pas d’autre explication que le fait que ce coup d’état ait été organisé par Erdogan.

      Pareil, cela me semble aussi évident.

      1. Et il se débarrasse de la tutelle de l’armée sur le gouvernement…

        1. c’est déjà le cas depuis longtemps. Il s’est débarrassé de cette tutelle justement grâce à Gulen (celui qui est accusé du coup d’état)

      2. En plus, je trouve assez étrange la manière dont le putsch a été mené. Bon, je ne suis pas spécialiste en coup d’état et donc je peux me tromper. Mais pour moi, la base quand on fait un coup d’état c’est d’arrêter le gouvernement en place. Pour moi, la base aurait été d’arrêter Erdogan et son gouvernement. Or, cela n’a pas été fait. Il aurait fallu arrêter les membres hauts placés du parti au pouvoir, l’AKP. Or, cela n’a pas été fait.
        Le fait qu’aucun proche d’Erdogan n’ait été véritablement menacé lors de cette tentative coup d’état me fait dire qu’il s’agit d’une manipulation venant d’Erdogan.

        1. Très peu de soldats ont participé au coup d’état. Les généraux avaient principalement accès à des moyens aériens, qu’ils ont d’ailleurs utilisé contre le parlement. Il y avait des brigades à terre, mais heureusement ces derniers n’ont pas osé tirer sur la foule (quelques dizaines de mots tout de même).

          Vous n’avez aucune preuve que c’est une manipulation d’Erdogan. Vous ne voulez pas réfléchir à l’hypothèse selon laquelle à part quelques généraux personne ne voulait de ce coup d’état…

        2. Je crois qu’ils ont visé la résidence du président, mais trop tard, cela faisait dix minutes qu’il était loin. Ils ont aussi eu l’avion dans le viseur.
          Ont-ils eu peur de tirer à cause de l’escorte ❓
          Bref, des moyens insuffisants, surestimation de la réaction du reste de l’armée.

    2. Entre la nullité des putschistes et l’ampleur de la répression, il est difficile effectivement de ne pas y voir une manipulation de la part d’Erdogan.

    3. « Alors, pourquoi organiser un coup d’état qui est voué à l’échec et qui ne va que faire renforcer Erdogan ? »

      Car les généraux se sont montré arrogants. Ils ont profité de la corruption pendant des dizaines d’années, et, alors qu’on leur demandait de prendre leur retraite car les choses ont changé, ils n’ont pas voulu l’accepter. Les hardliners se sont alors lancé dans une tentative de coup d’état tel les hardliners soviétiques en 1991. Comme pour ces derniers, ils ont échoué et vont devoir accepter que les choses ont changé et qu’ils n’ont plus tout les droits.

  8. On va voir ce qu’est une dictature islamique, après celles tombées (Stalinienne, Albanaise, Pol pot,…) et celles encore en vigueur (Cuba, Venezuela, Corée du nord). Prise de pouvoir similaire.
    Et les bons communistes nous resserviront, après avoir soutenu ces régimes, que cela n’a pas marché, car ce n’était pas du vrai socialisme…

  9. Avec sa répression très forte, il créé les problèmes de demain : certaines villes kurdes sont dignes de la Syrie. Et ils s’en prennent aussi aux Alevis…
    Cela pourrait être un faux pas.

  10. J’admire ces commentateurs qui sont capables d’expliquer à chaud le putsch de l’armée (une partie) de l’armée turque! Même si j’ai du mal à croitre qu’ils soient au courant du dessous de toutes les cartes!

    On parle bien de la seconde armée, en effectifs, de l’OTAN? Après les U.S.A.? Et d’un président R.T.Erdogan, dont la « multivalence » (comme ambivalence) n’est plus à démontrer?

    À mon avis, « Wait and see »!

  11. Le fait qui m’interpelle et m’interroge c’est la purge des 3000 juges et procureurs moins de 24 heures après ce putsch… un peu rapide non ?

    1. Oui, même analyse: 48h pour identifier et ecarter 3000 personnes, c’est une purge stalinienne, pas le fruit d’une enquête. ..
      Lanmise sous controle stricte de la magistrature est tres inquiétante, la Turquie prend une mauvaise direction pour son avenir.

    2. Il ne serait pas étonnant qu’Erdogan avait déjà sa liste de personnes à écarter depuis bien longtemps. Il s’est simplement servi de ce coup pour justifier ce qu’il voulait faire.

      D’ailleurs on pourrait faire une hypothèse que le putsch (déjà en préparation) s’est justement accéléré (d’où les imprécisions de sa réalisation) car les généraux ont appris qu’Erdogan envisageait de faire une purge. Tout est possible à ce stade, il faudra attendre un peu pour y voir plus clair.

  12. C’est l’armée mexicaine ce putsch…

  13. Les éléments écartés de leur postes sont-ils des éléments surtout laïques, ou des opposants aux prétentions absolutistes du gouvernement turque?

  14. Ca continue : 8770 policiers limogés, 103 généraux et amiraux arrétés et encore 30 gouverneurs démis de leurs fonctions. Comme il est probable que toutes ces personnes n’ont pas toutes participé á la tentative de coup d’état, elles étaient donc fichées (comme gullenistes ?)

  15. En faite, ils s’attendaient a cette situation alors le gouvernement était bien préparé. Deplus, le cou detat a été avancé de 6 heures parce que les renseignement turque avaient détectés des mouvement anormal des militaires (des écoutes téléphoniques ). Puis, faut pas oublier que le chef de l’armée et le chef de l’arme numéro 1 ( la plus grande arme) n’étaient pas daccord avec les putchistes. Aussi, dernierment. Il y eu pleins d’attentats donc les policiers et les renseignement étaient en alerte permanente. N’oublions pas que le pays est voisin de deux pays très instables donc c’est normal qu’ il doit préparé. déjà la police turque est doté de police spéciale antiterorste de haut niveau ( cette dernière à été la première attaqué ce qui a laissé 40 morts parmis les policiers. Deplus, l’armée avait attaqué le président turc avec 3 hélicoptère et 40 de forces spéciales de l’armée mais il arrivait 10 mon en retard car il était déjà informé . deplus, tout les partis politiques étaient contre le coût d’État car d’après leurs experiences passées c’est le pays entier qui paiement le prix pas seulement le gouvernement et le parlement turc a été bombarder d’ailleurs pour faire taire tout le monde.

Les commentaires sont fermés.