Pour les jeunes, Macron incarne le libéralisme

Publié Par GenerationLibre, le dans Politique, Pushmobile

Un article de Génération Libre

Premier enseignement, la perception positive du mot « libéralisme » chez les Français progresse. Ils étaient 57% à déclarer « aimer le libéralisme » en 2014 et 58% en 2015. Ils sont, cette année, 59% à déclarer « aimer le libéralisme », contre 52% qui déclarent « aimer l’État ».

Deuxième enseignement, il semble que le libéralisme ait enfin trouvé son incarnation politique. Alors que les éditions précédentes désignaient Nicolas Sarkozy comme « meilleur représentant du libéralisme et des idées libérales », faisant fi de son très timide bilan du point de vue libéral (abandon du rapport Attali sur l’ouverture des professions réglementées, du rapport Silicani sur l’assouplissement du statut de la fonction publique, du rapport Perruchot sur le financement des syndicats, etc.), c’est Emmanuel Macron qui incarne cette année les idées libérales, loin devant Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Christine Lagarde et Bruno Le Maire. Une idée partagée par 54% des sympathisants du Parti socialiste et 57% des sympathisants Les Républicains.

La personnalité française incarnant le mieux les idées libérales

Macron

Source : Baromètre IFOP édition 2016

Troisième enseignement, découlant pour partie du deuxième sans doute, ce sont les plus jeunes qui sont les plus favorables au libéralisme (66% des moins de 25 ans). Donnant aux idées libérales un visage moderne, un élan transpartisan et une dynamique progressiste, Emmanuel Macron a certainement contribué à cette évolution du sentiment libéral dans la nouvelle génération.

Enfin, si la gauche devrait, pour la majorité des sondés, rester fidèle à son caractère « socialiste » (30%), la droite devrait, en revanche, avant tout se définir comme libérale (plutôt que conservatrice, gaulliste, souverainiste, etc.) pour 31% des sympathisants Les Républicains (vs 28% pour une droite « gaulliste » et 2% pour une droite « souverainiste ») notamment.

 

Capture d’écran 2016-05-17 à 15.54.40

Source : Baromètre IFOP édition 2016

 

Le libéralisme économique a le vent en poupe

Les Français sont de plus en plus nombreux à penser que l’État devrait moins intervenir en matière économique et sont 53% à déclarer « aimer l’économie de marché » (tout en étant 64% à déclarer « aimer l’État », preuve que les deux ne sont pas incompatibles).

53% des sondés continuent à plaider pour que l’État intervienne davantage mais cette tendance est en baisse (ils étaient 58% en 2015). En ce qui concerne ceux qui déclarent « aimer l’État », les résultats les plus élevés figurent chez les ménages les plus aisés (avec 69% des 4000 euros et plus de revenu net mensuel par ménage concerné).

La même tendance s’observe en matière sociale. La majorité des sondés juge l’État « trop protecteur » (43%) et 70% rejettent l’État-Providence (dont 58% de sympathisants de gauche). 56% sont favorables à « la mise en place d’un revenu qui se substituerait à la plupart des allocations existantes ».

Capture d’écran 2016-05-17 à 15.31.20

Source : Baromètre IFOP édition 2016

 

Un tournant libéral encore trop théorique et les libertés individuelles à la traîne

Malgré une appétence libérale qui progresse, les sondés demeurent attachés à l’intervention de l’État dans de nombreux secteurs. 83% des sondés considèrent que l’école doit être gérée par le secteur public. Résultat identique pour la santé, et même le permis de conduire, dont l’organisation relève pourtant d’un parcours du combattant en France, suscitent une préférence pour le secteur public de la part des sondés.

Même constat sur le plan des libertés individuelles. 68% des sondés jugent l’état d’urgence compatible avec le respect des libertés. 71% considèrent que la liberté d’expression est suffisamment garantie et 65% pensent de même concernant le droit de propriété.

Le chemin est donc encore long pour les idées libérales, qui ont progressé sur le plan des valeurs mais doivent continuer à gagner du terrain sur le volet pratique. Toutefois, les signaux sont au vert.

Si l’intervention de l’État reste plébiscitée dans de nombreux domaines, la tendance est à la baisse dans la plupart des secteurs, de la vie culturelle (-4 points) aux transports (-9 points).

Considérez-vous que ces activités devraient, à l’avenir, être assurées par le secteur privé ou public ?

Capture d’écran 2016-05-17 à 16.48.46

 

Les Français ne sont, par ailleurs, pas dupes : seuls 11% associent le mot « libéralisme » au gouvernement (contre 28% pour « socialisme »). Nous sommes loin des cris d’orfraie des frondeurs.

Enfin, la « Liberté » demeure le mot de la devise de la République préféré des sondés.

Consultez les résultats détaillés du baromètre ici.

Sur le web

  1. En est-il LE représentant, du Libéralisme ? Il ne peut s’enorgueillir d’être le seul mais il est bien l’un d’entre eux.
    A moins qu’il nous ait trompé superbement et e révèle être un énième homme avide de pouvoir, Emmanuel Macron porte un discours tant attendu par certains qu’on pouvait se dire Libéral et de Gauche.
    Il est important de bien savoir qu’historiquement, toute la gauche n’est pas collectiviste et étatiste (bien que le Parti Socialiste de la rue Solferino se soit acharner à confondre les deux) mais qu’il existe, au moins parmi les citoyens, un courant symbolisé par Emmanuel Macron.
    Il ne peut y avoir de Liberté sans un minimum d’Egalité. Et l’Egalité n’a pas de sens si elle ne sert pas la Liberté.

    1. « Il ne peut s’enorgueillir d’être le seul mais il est bien l’un d’entre eux. »

      Et ça c’était la blague du jour par G.L.

    2. effectivement macron sert à faire croire que le parti socialiste n’est pas synonyme de parti du collectivisme et de l’égalitarisme forcené( ce qu’il est). Il sert en cela françois h qui veut le soutien des centristes. Bon ceci dit macron n’est pas au ps me semble-t-il.

      1. Certes je vois trop le bon côté des choses. Certes Macron fait partie d’un gouvernement socialiste. Mais il n’est pas un membre du PS (d’ailleurs, les zélotes du parti n’en voudraient pas…). Je reste convaincu qu’il est très ouvert au libéralisme, qu’il en est une figure à « Gauche ». Il n’est pas un libéral orthodoxe mais certainement pas un socialiste non plus.

  2. Macron , un libéral comme les autres mais plus présentable et tellement cooool ..le doc gynéco de la politique sans le pétard .ça change du personnel politique actuel hyper tendu …il irait bien avec Juppé , Rafarin et quelques autres comme notre François, des types hyper cool si vous rigolez de leurs blagues et restez a votre place sur le strapontin de la république , énarquien oblige !

  3. C’était la blague du jour, par l’ensemble des électeurs consultés pour les sondages.

    Et ben les cocos, si Macron incarne le libéralisme dans la tête des français, c’est que nous avons encore du chemin à faire.

    Et ce qui m’inquiète le plus, c’est que tous ceux qui sont capables de voter pour lui en pensant voter pour le libéralisme, viendront ensuite accuser ce dernier des conséquences de la couche d’étatisme supplémentaire qu’il aura mis en place. Nous serons repartis pour quelques décennies de diabolisation du libéralisme.

  4. Macron n’est pas un libéral, c’est un social-démocrate qui a parfois contacte avec la réalité. Mais dans un pays avec une classe politique sur orbite et des extrémistes socialistes des deux bords qui atteignent l’héliopause, c’est encourageant.

  5. macron n’est rien d’autre qu’un socialiste complice et corrompu, il participe au grand racket généralisé . Seule sa démission de ce gouvernement de sangsues , pourrait lui apporter une once de crédibilité. Une once seulement.

  6. Ce baromètre ne montre qu’une seule chose, c’est que statistiquement on peut tirer n’importe quelle conclusion de n’importe quelle serie de questions préalablement établies.
    J’ai fais partie des années durant du panel de la SOFRES. Intéressant. D’énormes questionnaires papier à remplir chaque mois, sur plein de sujets. Mais jamais, quand on me demandait mon avis sur l’un d’eux on ne se souciait de savoir si je savais de quoi il retournait. Le flot de réponses doit en principe niveler ces approximations ou ce inexactitudes.

    Mon prof de statistiques nous avait bien expliqué que l’échantillon dit « représentatif » était pondéré pour bien représenter la société, mais qu’il n’était pas du ressort des Stats de juger et de tirer des conclusions autres que mathématiques. Et que si statistiquement on posait une question à un panel convenablement constitué (valide) mais que la question traitait d’un sujet manifestement méconnu ou mecompris, on aurait une majorité qui se dégagerait au niveau statistique (la fameuse opinion publique), mais que cette majorité ne permettrait pas de répondre à la question !

    Je vous en fiche mon billet, sur les personnes consultées dans là fameux baromètre dont il est question ici, si on demandait à chacun de définir le libéralisme, et qu’on ne retienne pour valides que les réponses des gens qui savent de quoi ils parlent, les résultats seraient dramaticalement différents.

    Ce que montre au final cette « étude » c’est bien le fait que les médias, les politiques, les manipulateurs en tous genre utilisent d’abord et avant tout le détournement du langage à leur profit. Les plus forts (du moins les plus visibles) en la matière étant les ténors du FN, les seuls à avoir compris que le langage était une arme de premier plan.
    Jusqu’à faire dire à ce baromètre que les « gens » sont largement favorables à un revenu universel. TIens, tiens…

  7. Le problème de Macron et des autres « libéraux » qu’on nous présente, c’est que leur seul axe de libéralisation de l’économie passe par la casse, et seulement cela, du droit du travail… Comment voulez vous que l’on ne nous confondent pas avec le MEDEF ? Le droit du travail, c’est la dernière chose à libéraliser, une fois qu’on a fait le boulot dans tous les autres secteurs et que les travailleurs peuvent bénéficier de la liberté économique promise.

  8. Si les français pensent que macron est libéral, il devient évident qu’ils ignorent totalement ce qu’est le libéralisme. Concernant la liberté, tout comme Eluard inscrit au parti communiste et qui écrit son nom partout, ils plébiscitent le mot mais abhorent la chose.

  9. Sachons aussi voir le positif avec 37% qui ont répondu juste: Aucune de ces personnalités.

    1. Ah quand même, y’a un qui suit! Je parcourrai les commentaires et m’étonnait de voir que personne n’avait remarqué, et même pas l’auteur, qu’il y avait quand même 37% des sondés assez lucides pour comprendre qu’aucune de ces personnalités ne pouvait prétendre incarner les idées libérales.

      Et 37%, c’est plus que ceux qui pensent que Macron les incarne, pourtant en tête.

      Ceci dit, s’il faut choisir entre la peste et le choléra, je préférerais de loin que Macron soit élu plutôt que ceux qui le suivent dans la liste. À part peut-être Mariton, mais j’ai beaucoup de mal avec les conservateurs qui essaient de se faire passer pour des libéraux…

  10. Ce sondage ne montre qu’une seule chose: les français ne connaissent absolument rien du libéralisme.

    1. Stéphane Boulots

      C’est comme les nuggets : tout le monde croit savoir ce que c’est mais personne ne sait en réalité ce qu’il y a dedans.

    2. Ron Swanson,

      Il me semble bien que l’on parle du libéral Macron qui envisageait de supprimer l’ISF en le componsant par une augmentation corrélative des frais de succession…

  11. Stéphane Boulots

    Macron ?

    Le type qui a fait passé la loi la plus collectiviste en France depuis le programme commun de 81 ?

    Définition socialiste du libéralisme : détricoter des lois liberticides en en créant d’autre tout aussi liberticides mais en se mettant à dos les syndicats.

    Test médiatique infaillible : Si les syndicats hurlent : c’est que c’est du libéralisme.

  12. Avant tout Macron est un beau parleur qui n’a de libéral que l’image que les médias veulent bien lui donner. À part des discours, qu’à t-il fait de croncret dans sa vie. Travailler pour de grandes banques, c’est cela le libéralisme ? Il est jeune, il a une belle gueule de gentil communiant… Alors n’est-ce pas le remplaçant tout trouvé de Hollande pour que le pays reste à gauche sans en annoncer la couleur !
    N’est-ce pas mesdames et messieurs les journalistes ? Vous avez bien travaillé pour le socialisme et d’abord pour vous !
    Et le lavage de cerveau continue.
    Malheureusement un certain nombre de gens de droite (?) en plus des jeunes s’y laissent prendre. Et nous nous en mordrons tous les doigts quand il sera trop tard …
    A moins que ce monsieur ne préparé sagement le terrain pour un Hollande bis !

    1. Mais que fait Aurélien Véron? Le pouvoir ça se prend ça se demande pas.
      Aucun chef d état et gouvernement ne sont libérales. Bref certains libéraux ne comprennent rien à la politique on dirait faudra pas s étonner de faire 1 à 5%.
      Chacun ces choix mais faire du macronbashing et encenser Fillon et Mariton, je trouve ça bien comique pour ma part certains ont la mémoire très courte on dirait…Le libéralisme de comptoir à encore du temps devant lui.

  13. Moui, joli sondage. Il serait opportun de commencer ce type de sondage avec des questions sur ce que représente le libéralisme pour les sondés. Ca changerait tout de suite la valeur du sondage.
    En l’absence de définition préalable, la valeur de ce sondage est égale à 0. Ce qui le met légèrement plus bas que les autres.

    1. Meuh ,

      Cé koi le libéralisme pour les djeuns…attend , j’ouvre un dico et je te renseigne…

  14. pour l’instant , macron est ps , donc il travaille pour ce parti ; point barre ;

  15. En tout cas, Manu a bon gout : costume sur-mesure, avec cran parisien (Camps de Luca ?), les amateurs apprécieront ! 😉

Les commentaires sont fermés.