Les commandes de tables de ping pong inquiètent la Silicon Valley

Publié Par Alexis Vintray, le dans Entreprise et management

Par Alexis Vintray.

L’économie avait son Big Mac Index, la Silicon Valley aura-t-elle bientôt son Ping Pong Index ? Le volume de commandes de tables de ping pong dans la Silicon Valley serait en effet un très bon indicateur de l’état du marché high-tech selon le Wall Street Journal. Le journal économique a mis en rapport les ventes de table de ping pong dans la principale boutique de la Silicon Valley d’une part, et le nombre de deals de capital-risque signés sur la période d’autre part. La corrélation est visuellement saisissante, et inquiétante aussi, puisque les ventes de tables sont au plus bas !

Vente de tables de ping pong et deals faits dans la Silicon Valley

Crédits : WSJ, tous droits réservés

Après une croissance forte et largement critiquée pour être exagérée, les valorisations des start-ups et des « licornes » de la Silicon Valley ont nettement baissé récemment. Ce qui s’en ressent sur le nombre de pongistes ! Ainsi, le propriétaire de la boutique de ping pong de souligner que Twitter, en proie à des difficultés financières, n’a rien commandé récemment. Mais selon la porte parole de Twitter, interrogée très sérieusement sur le sujet, « les salariés de Twitter préfèrent le basket indoor. » Mêmes baisses alarmantes chez Yahoo, Google ou Intel selon le WSJ.

Au premier trimestre 2016, les ventes de tables de ping pong ont baissé de 50% comparé au 4e trimestre 2015. Dans le même temps, les financement en direction des start-ups baissaient aussi fortement, de 25%.

Pour comprendre cet indicateur, il faut savoir que dans la Silicon Valley pourtant, pays où l’employé est roi, « le droit de jouer au ping pong est sacro-saint » selon les mots du WSJ. “Si vous n’avez pas de table de ping pong, vous n’être pas une entreprise tech » selon Sunil Rajasekar, CTO (directeur informatique) de Lithium Technologies à San Francisco. Et le WSJ d’ajouter que, par exemple, Pivotal, un autre éditeur de logiciels basé à San Francisco, a jusqu’à 8 tables !

Une caractéristique qui ne se limite pas à la Silicon Valley. A Paris aussi, la « FrenchTech » en joue, avec Brand and Celebrities, une start-up de la « Celebrity Marketing Intelligence », qui organisait un événement social autour de sa table de ping pong. Et Milk propose pour les start-ups en manque de place une table qui se transforme en table de ping pong.

A lire aussi :

  1. En revanche les ventes de cyber-stimulateur-prostatique bluetooth sont stratosphériques.

  2. Ou bien ils ont perdu leur vendeur-leader !

Les commentaires sont fermés.