Présidentielles : première mesure des intentions de vote des Français

Publié Par Contrepoints, le dans Politique

Par la rédaction de Contrepoints.

Sondage BVA

Sondage BVA

 

Pour cette première mesure des intentions de vote des Français, BVA a travaillé sur quatre hypothèses de candidatures pour Les Républicains : Alain Juppé (sans François Bayrou), Nicolas Sarkozy, François Fillon et Bruno Le Maire.

Voici les résultats de ce sondage BVA-Presse Régionale.

François Hollande disqualifié

François Hollande n’apparaît pas en mesure, pour le moment, de se qualifier pour le second tour. Quelle que soit l’hypothèse testée, l’actuel président de la République arriverait en troisième position, loin derrière Marine Le Pen et le candidat Les Républicains, avec un score oscillant entre 13,5% et 15% des suffrages exprimés seulement. Face à Alain Juppé, il serait même 3ème ex-aequo avec Jean-Luc Mélenchon.

Marine Le Pen arriverait en tête du premier tour, sauf face à Alain Juppé

Quelle que soit l’hypothèse testée, la présidente du Front national apparaît en mesure de se qualifier pour le second tour de l’élection présidentielle, avec un score compris entre 27% et 30% des voix.

Alain Juppé devance nettement les autres candidats Les Républicains

Si tous les candidats Les Républicains testés apparaissent en mesure de se qualifier pour le second tour, Alain Juppé (35%) est aujourd’hui le seul capable d’arriver en tête au premier tour devant Marine Le Pen. Son score est supérieur à celui de Nicolas Sarkozy (22%), François Fillon (21%) et Bruno Le Maire (18%).

Intentions de vote au premier tour-Hypothèse Alain Juppé-Sans François Bayrou. Sondage BVA

Intentions de vote au premier tour-Hypothèse Alain Juppé-Sans François Bayrou. Sondage BVA

 

Jean-Luc Mélenchon talonnerait François Hollande

Selon les hypothèses testées, le score de Jean-Luc Mélenchon oscille entre 12% et 13,5%, juste derrière François Hollande. Il fait même jeu égal avec lui dans l’hypothèse où la droite serait représentée par Alain Juppé. Il bénéficie sans doute de la fracture interne de la gauche. Deux sujets d’actualité impactent le plus les intentions de vote de ces électeurs : la Loi Travail et la mouvement Nuit Debout.

Terrorisme, crise des migrants et impôts : les 3 sujets d’actualité ayant le plus impacté les intentions de vote

Ces thèmes (parmi les dix ayant fait le plus de bruit sur Internet au cours des dernières semaines) traduisent ainsi les préoccupations des Français et apparaissent en décalage avec les sujets relayés par les médias (Nuit Debout, Panama Papers).

Ces résultats varient significativement selon l’intention de vote exprimée : les électeurs potentiels de Marine Le Pen mentionnent prioritairement le terrorisme, la crise des migrants et la déchéance de nationalité, quand les personnes ayant l’intention de voter pour Jean-Luc Mélenchon mettent en avant le projet de loi El Khomri ou le mouvement Nuit Debout.

  1. Que signifie un sondage quand on ne connaît ni les cabdidats, ni les programmes? L’oligarchie continue à vouloir nous faire croire que Juppé sera le candidat de la droite…

    1. Les gens ne votent pas pour des programmes (qu’ils ne lisent pas, de toutes façons), mais pour les valeurs véhiculées par les discours. Bref, le vent. Les médias diffusent ensuite ce vent, et ils diffusent plus fort le vent de ceux qui leur plaisent (Juppé pour la droite, pour une raison qui m’échappe – considérer ce vieux croûton repris de justesse comme le « renouveau » me dépasse).

      « Les gens ne votent pas avec leur têtes, ils votent avec leurs tripes » comme l’a fort justement dit feu Georges Frêche. (qui a aussi fort justement dit qu’il avait toujours été élu par une majorité de cons).

      1. Pour Juppé, c’est pas trop compliquer. Au sein du peuple Français dans son ensemble (donc transpartisan) c’est le plus moue, donc la gauche se dit « c’est le moins pire a droite », la droite écoute les sirènes des médias et se dit « Sarko nous a décu, les autres n’ont aucune chance de gagner, donc Juppé »…. ce qui fait de lui le mieux placé. La presse, se dit que contrairement a Le Pen qui risque de lui supprimer les subventions (ce n’est qu’une peur, car la réalité, c’est que le FN continuera a abreuver la presse de ces subventions qui lui permettront de continuer a jouir comme les autres des avantages de la fonction), avec Juppé il y a le moins de risque a ce que leur financement s’arrete et de manière générale qu’on remete en question leur travail. Juppé, comme Hollande sont les candidats parfait pour la presse…. Macron (étant un poil libéral) leur fait plus peur, Le Pen qui prétend qu’elle supprimerait certaines subventions a la presse idem,…. donc faut mettre Juppé face a Hollande, ca serait le top pour eux.

        Après mon probleme ne vient pas des médias, mais des moutons, des citoyens… comme le fait qu’on nous annonce tous les jours que Hollande descend dans les sondages, et qu’il est toujours a 14%… mais qui sont ces 14% qui le soutienne ? J’en ai jamais entendu parler moi…. et de l’autre qui sont ces cretins de Francais qui sont près a voter pour Juppé, Sarkozy, Hollande, Valls, LePen, qui ont mis la France dans l’état ou elle est ? Allez on peut sortir LePen, qui n’a pas encore eu une place de ministre ou présidente… mais bon avec son programme communiste, les gens tellement aveuglé, ne voit que le ridicule débat du nationalisme, patriotisme….

        1. Excellente analyse !

  2. et rama yade , qui vient d’annoncer sa candidature en 2017….ça en fait du monde …mais la place est tellement bonne ….

  3. Le seul qui me choque est Melenchon qui continue à représenter l’archaïsme sovietique

  4. Ali Juppé, le candidat de l’anti-changement, semble bien parti pour l’emporter. Il sera notre nouveau Général… nous voilà !

  5. Il manque François Asselineau dans les candidats.

Les commentaires sont fermés.