La guerre contre la drogue de Nixon visait les Noirs et les Hippies

Publié Par Reason, le dans Amérique du Nord

Par Robby Soave.
Un article de Reason

 

Le président Richard Nixon a créé la guerre contre la drogue dans un but spécifique : décimer ceux qu’il percevait comme ses ennemis politiques, la gauche pacifiste, et les Noirs américains.

C’est ce que révèle un long article d’Harper’s, dans lequel le journaliste Dan Baum relate un entretien conduit avec John Erlichman, un ancien membre du personnel de Nixon emprisonné pendant un an en raison de son implication dans le scandale du Watergate. Sans aucune sollicitation, Erlichman a avoué le vrai but de l’interdiction fédérale de la drogue :

« Vous voulez vraiment savoir de quoi il était vraiment question ? », a-t-il demandé avec la brusquerie d’un homme à qui il reste peu de chose à protéger après une disgrâce publique et un tour dans une prison fédérale. « La campagne de Nixon en 1968, et sa Maison Blanche ensuite, avaient deux ennemis : la gauche pacifiste et les Noirs américains. Vous comprenez ce que je dis ? Nous savions que nous ne pouvions rendre illégal ni le fait d’être contre la guerre, ni d’être Noir, mais en poussant la population à associer les hippies avec le cannabis et les Noirs avec l’héroïne, et en criminalisant les deux fortement, nous pourrions perturber ces communautés. Nous pourrions arrêter leurs leaders, faire des descentes dans leurs maisons, briser leur réunions, et les vilipender nuit après nuit dans les journaux du soir. Savions-nous que nous mentions à propos des drogues ? Bien sûr que nous le savions. »

L’infâme plan a échoué seulement dans le sens où Nixon a finalement perdu, victime de son comportement criminel et d’un manque absolu de scrupules. Mais la guerre contre la drogue a de manière certaine apporté la ruine, la pauvreté et le crime dans les communautés de minorités, a coûté au pays des sommes d’argent scandaleuses, et a étendu le champ d’action du pouvoir oppressif de l’État fédéral. Cela n’a pas été fait pour le noble bien du public, c’était une manœuvre politique, rien de plus.

La route vers l’enfer est peut-être pavée de bonnes intentions, mais elle n’est pas pavée uniquement de bonnes intentions.


Traduction par Contrepoints de « Nixon Invented the Drug War to Decimate Hippies and Black People, Former Adviser Confesses ».

  1. Bien qu’il faille prendre avec des pincettes toutes ces révélations/anecdotes/informations, force est de constater qu’elles vont dans le sens d’un ancien message que j’avais posté :

    « Il est impossible de comprendre à quel point un pays occidental est raciste tant qu’on juge normal que les drogues soient illégales.

    Dans un pays occidental, en apparence les minorités jouissent de tous les privilèges alors que la majorité blanche se doit d’être politiquement correcte et de se sentir éternellement coupable pour l’esclavage et/ou la colonisation. Mais en réalité les minorités sont fortement désavantagés par des politiques qui empêchent leur émergence économique. Les lois contre les drogues font partie de ces politiques faussant complètement la concurrence. Ce sont des lois contre les minorités avant d’être des lois contre les drogues.

    La plupart des crimes commis par des afro-américains sont liés aux trafics de drogue. La plupart de ces crimes résultent de l’illégalité des drogues.

    Bien sûr cela ne signifie pas que si les drogues devenaient légales, la ‘communauté afro-américaine’ se transformerait magiquement en une communauté aussi paisible et prospère que des vignobles bordelais. Si les drogues étaient légales la communauté afro-américaine resterait toujours la plus violente en comparaison d’autres communautés, cependant la chose cruciale à comprendre c’est que l’ampleur de cette violence diminuerait drastiquement. »

  2. intéressant. on savait déjà que ces politiques avaient pour effet de matraquer les afro, mais que c’était un but délibéré, ça c’est une nouvelle.

    1. Bof, je vois pas où sont les preuves ? Erlichman est mort…..en 1999. Tjs pratique de faire parler les morts. Pourquoi le journaliste a attendu si longtemps pou livrer cette histoire ?
      En plus, Harper’s est loin d’être neutre, ce magazine est clairement de gauche et hostile à la guerre contre la drogue et au Parti républicain.
      Moi, je ne crois pas du tout à la véracité de cette info tant qu’il n’y aura pas la moindre preuve.
      Je trouve quand même cela bizarre qu’Erlichman se soit laissé à ce genre de confidences surtout avec un journaliste de gauche. Mais surtout, c’est cela qui me fait dire que cette info est fausse, je trouve cela extrêmement bizarre que le journaliste ait attendu autant d’années avant de révéler l’info.

  3. Il faut bien noter que comme la consommation de drogue est fortement répandue c’est surtout un moyen de pression sur tout le monde. a prohibition sert avant tout à faire des lois à deux vitesses. En l’occurence contre les hippies et les noirs dans ce cas, mais surtout contre n’importe quel ennemi qui pourrait avoir la faiblesse de consommer et sur qui on peut abattre l’arme étatique sans la moindre scrupule.

    L’Indonésie est sur ce point un très bon exemple: Une pop star internationale se fait chopper avec de la drogue, elle s’en tire avec un pot de vin. Un citoyen lambda fera de la taule (même si cette personne peut payer le pot de vin).

    De même avec des lois ad hoc, on pourra perquisitionner chez n’importe qui pour des soupçons de possession de drogue. on pourra contrôler n’importe qui dans la rue etc… Les lois anti drogues donnent le pouvoir absolu à la police et c’est la leur principale utilité pour ceux qui les promulguent. Les gentilles mamans en colère et les papas-autorité qui se prononcent pour a lutte contre la méchante drogue mais qui ne s’insurgent pas de voir leur rejeton complètement bourré au réveillon sont les sombres crétins utiles des despotes.

    Ce qui me désepère c’est que ces gens (les sombres crétins) RECONNAISSENT que leur jugement sur la drogue est arbitraire surtout mis en relation avec leur bienveillance vis à vis e l’alcool (qu’ils consomment volontiers pour la plupart). Ils sont conscients de ne pas être cohérents avec eux mêmes. Ils sont conscients de ne pas suivre la logique mais bel et bien un jugement de valeur, mais ces armées de moutons sont quand même convaincus d’être les dépositaires du bon sens… Cette auto contradiction est la marque de la bêtise volontaire par FLEMME INTELLECUELLE et par peur du qu’en dira t’on. Ces gens sont effrayés à l’idée d ‘accepter de se comporter selon la logique. Admettre que la prohibition est innique c’est admettre qu’on a voté pour des tyrans. C’est admettre qu’on a cautionné de la persécution.

  4. Les USA bâtent ainsi un triste record du monde, et de très loin : celui de la population carcérale, entre 2,3 et 2,5 millions de personnes. Environ 700 prisonniers pour 100.000 habitants. Presque 25% de la population carcérale mondiale. Effectivement en majorité noire et hispano, essentiellement d’origine pauvre, et pour une bonne part en raison de cette fameuse guerre contre la drogue.
    Une arrestation = 10 ans.
    Seconde arrestation = perpétuité.
    Avec 1 ou 2 millions de personnels travaillant directement ou indirectement pour les prisons américaines, un budgét total frisant les 60 Mds$, on a ici le plus gros pourvoyeur d’emploi au monde, ainsi que le plus gros artifice faisant baisser le taux de chômage.
    Tout bénéfice pour l’Etat américain !
    USA pays de la liberté et des droits de l’homme : qu’est-ce que ce serait s’il s’agissait d’une dictature. Mais en fait…

    1. @ PukuraTane,

      Il n’empêche que la criminalité a aussi fortement baissé en 25 ans. Il y a une certaine tolérance zéro qui fait que le taux d’incarcération est l’un des plus plus élevé au monde. Heureusement que ce ne sont pas des jours amendes avec sursis que la justice inflige aux délinquants comme c’est la cas en Suisse qui a vu sa criminalité prendre l’ascenseur surtout dans les grandes ville du pays comme Lausanne ou Genève.

      D.J

      1. Ces deux pays créent de la criminalité avec a prohibition. Toutes leurs réussites/echecs sur ce point sont des succès/revers de pompiers pyromanes.

        1.  » Ces deux pays créent de la criminalité avec a prohibition.  »

          Donc il faudrait aussi légaliser le viol, les braquages, les agressions, le meurtre, les cambriolages, les vols de véhicules histoire d’arrêter de jouer les pompiers pyromanes et hop taux de criminalité zéro.

          D.J

      2. Beaucoup sont emprisonnés pour des crimes sans victime il ne faut pas l’oublier. Des vies et des ressources gaspillées dans le vide.

        1.  » Beaucoup sont emprisonnés pour des crimes sans victime il ne faut pas l’oublier. Des vies et des ressources gaspillées dans le vide.  »

          C’est la cas pour le trafic de drogue. On ne vend pas de la drogue à des victimes mais à des consommateurs consentants. D’où la stupidité de criminalisé le marché des stupéfiant. J’ai répondu à Mitch de façon ironique. La criminalité baisse aux USA alors que c’est la cas inverse dans des pays comme en France qui criminalise le marché de la drogue et sa consommation. Aux USA la guerre contre la drogue est un échec alors que le guerre contre la criminalité en général à eu des résultats positifs depuis plus de 25 ans par une politique de tolérance zéro. C’est évident que ça baisserais encore plus si le marché de la drogue était légalisé sur tout le territoire.

          D.J

  5. John Erlichman est mort en 1999. Alors, facile de lui faire dire tout et n’importe quoi aujourd’hui. Vu qu’il est mort, il ne peut pas confirmer ou infirmer de tels propos. Pourquoi avoir attendu tant d’années avant de publier ses propos ? Pourquoi ne pas les avoir publier tout de suite ?
    Pourquoi Erlichman se serait confié à un journaliste de gauche ?

    Harper’s est clairement de gauche, s’oppose à la guerre contre la drogue et est très hostile au parti républicain. Alors, désolé, mais c’est pas très fiable comme source. Apportez des preuves

Les commentaires sont fermés.