Le Guen a raison ! 5 raisons de débattre de la légalisation du cannabis

Publié Par Baptiste Créteur, le dans Sujets de société

Par Baptiste Créteur.

Marijuana CC Flickr Scott Beale

Marijuana CC Flickr Scott Beale

 

1. 137 000 infractions en moins par an : moins de criminalité, moins de criminels

La légalisation du cannabis réduirait instantanément le nombre de criminels. En 2010, 122 000 arrestations pour usage de cannabis et 15 000 pour usage-revente et trafic de cannabis ont eu lieu. Rendre ces activités légales reviendrait à ne plus faire de leurs auteurs des criminels ; ce sont donc, mathématiquement, 137 000 infractions de moins par an.

Leurs auteurs n’entreraient pas dans la criminalité, et auraient moins de chances de s’y enfoncer. Le contact avec la criminalité et le syndrome de la vitre cassée (qui a peu à voir avec la théorie keynésienne, bien que la comparaison des deux soit amusante) encouragent son développement.

La compréhension du syndrome de la vitre cassée a permis de massivement réduire la criminalité à New York. L’idée est relativement simple : la décrépitude et le vandalisme favorisent le développement de la criminalité et des incivilités, tout simplement parce qu’ils donnent l’impression – sans doute à raison – que finalement, les gens n’en ont pas grand chose à faire ; une impression de négligence, un environnement décrépi. L’idée est simple, mais les implications sont très larges.

Dans son livre The Tipping Point, Malcolm Gladwell distingue trois « agents du changement », trois « règles de diffusion des épidémies » : l’implication d’individus particulièrement doués socialement ; quelque chose qui rende le message particulièrement mémorable ; et un contexte favorable. Le syndrome de la vitre cassée influence largement le contexte. Plus la criminalité est visible, plus il y aura de criminels et de criminalités. Faire disparaître tout un pan de la criminalité du champ de la criminalité est donc très bénéfique, d’autant plus qu’il s’agit d’une criminalité sans victime, d’une fausse criminalité : quelqu’un vend quelque chose à quelqu’un, pas de victime. Quelqu’un fait pousser une plante, pas de victime. Quelqu’un consomme une chose globalement inoffensive, pas de victime.

2. 1,2 milliard d’euros de recettes fiscales par an…

En 2014, le Colorado a gagné 53 millions de dollars en taxes sur la marijuana, soit 50 millions d’euros. Et ce, avec une population 12 fois inférieure à la France. Si on considère que les niveaux de consommation, de prix et de taxes seraient les mêmes, cela signifie que la France pourrait gagner 600 millions d’euros chaque année.

Au Colorado, 15% de la population déclare avoir fumé du cannabis dans le dernier mois – soit plus que la moyenne nationale américaine, 9%. En France, les proportions seraient un peu plus basses que dans le Colorado mais un peu plus élevées que la moyenne américaine et devraient se situer autour de 10%. Avec une taxation identique, les recettes fiscales du cannabis atteindraient plutôt 400 millions d’euros. Mais les taxes seraient probablement plus élevées.

Dans le Colorado, les taxes se répartissent comme suit : 2,9% de taxe sur les ventes et la distribution de cannabis médicinal, 10% de taxe spéciale sur la vente de cannabis, 15% de taxe d’exercice de vente de marijuana, et les frais d’enregistrement et de licence pour la vente de marijuana. Cela revient à 28%, plus une licence.

En France, pour un produit considéré comme comparable (bien que généralement plus nocif), la taxation est bien plus élevée : sur une bouteille d’alcool (whisky) à 13 euros, 84% reviennent à l’État. Exactement 3 fois plus. La légalisation du cannabis dans les mêmes conditions que dans le Colorado, mais avec une taxation à la française, génèrerait chaque année 1,2 milliard d’euros de recettes fiscales.

3. … 1,4 milliard d’euros de PIB, et 80 000 emplois

La légalisation du cannabis créerait de l’emploi. Les recettes fiscales représenteraient 1.2 milliard d’euros ; le PIB généré (si le cannabis est Made in France) atteindrait lui 1,43 milliard d’euros, soit un peu moins 0,1% du PIB. Les 230 millions d’euros qui ne vont pas dans les poches de l’État reviennent aux entreprises qui cultivent, collectent, distribuent et vendent le cannabis, sans compter l’écosystème qui se développe autour de l’amélioration des plantes par l’ingénierie d’hybridation et d’amélioration des espèces, la vente de graines et semences, la vente d’accessoires et les inévitables hausses de consommation de chips et de chocolat.

Et des emplois seraient créés, aussi bien dans l’agriculture que dans la transformation et les services. 10 000 ont été créés au Colorado ; en prenant en compte une consommation de 10% (contre 15% dans le Colorado) et une population 12 fois supérieure, en France, ce sont 80 000 emplois qui seraient créés. Des emplois qualifiés et peu qualifiés qui viendraient améliorer les chiffres, mais aussi les vies de chômeurs sans doute heureux de retrouver un emploi dans un secteur nouveau, au contact de la nature.

4. Un bénéfice de santé publique, et quelques jardiniers

La légalisation du cannabis introduit une frontière entre le cannabis et les drogues dures. Les circuits de distribution deviendraient distincts, ainsi que les populations. Concrètement, pour s’approvisionner, les fumeurs n’auraient pas à entrer en contact avec des revendeurs ayant potentiellement d’autres drogues à proposer et un avantage à leur en refourguer.

La consommation deviendrait également plus transparente. Des critères et labels de qualité pourraient être introduits, évitant le mélange avec des produits parfois nocifs.

Le cannabis a des applications médicales, et il n’est parfois vendu que pour cela. Les mêmes doses ayant les mêmes effets, cela peut être un bénéfice pour les malades et une réduction de coûts pour la Sécurité Sociale.

Surtout si la hausse de consommation de cannabis réduit la consommation d’un produit alternatif plus nocif : l’alcool. Les dommages physiques et intellectuels du cannabis sont bien moindres que ceux de l’alcool. En dehors d’une potentielle stimulation de tendances psychotiques chez les individus prédisposés, le cannabis n’a pas de réel effet négatif sur le comportement de ces utilisateurs ; ils ne violent et n’agressent pas, ils mangent des chips et du chocolat.

La consommation n’échapperait pas pour autant à tout contrôle ; la culture individuelle n’est pas facile d’accès. Le cannabis est une plante difficile à cultiver, demandant beaucoup de soins et sujette à nombre de maladies et nuisibles. Qu’elle se développe supposerait que beaucoup de Français développent leur talent de jardinier, ce qui n’est au fond pas une si mauvaise chose. Les fumeurs occasionnels ne deviendraient en tout état de cause que marginalement des cultivateurs amateurs.

5. Un bon geste politique et un regain de libertés individuelles

La légalisation du cannabis est majoritairement (mais pas exclusivement) une lutte progressiste. Un gouvernement socialiste dont la fidélité aux principes de gauche est remise en cause et qui aurait tort de se priver d’un débat ardent face à une droite qui a tout à perdre à sembler trop conservatrice. L’occasion, en quelque sorte, de permettre à des Français qui se sont divisés autour du mariage pour tous de se réunir autour de concessions mutuelles.

Outre ce bénéfice politique, le gouvernement ferait ainsi un pas vers les libertés individuelles. Les citoyens ne s’en porteraient que mieux ; ce serait, pour eux, une liberté de plus. C’est toujours ça de pris.

Il y a peu de raisons de s’opposer à la légalisation du cannabis, et nombreux sont les pays qui, s’ils ne l’ont déjà mise en œuvre, y réfléchissent. Un référendum ferait du bien à une démocratie française affaiblie par une déconnexion croissante entre la politique et les citoyens. Alors que le sujet a été abordé il y a quelques mois par plusieurs personnalités politiques, on comprend mal pourquoi le gouvernement ne relance pas le débat. Parce qu’il n’y a pas pensé, peut-être ?

  1. 100% d’accord ! du pragmatisme voilà ce qu’il faut ! fin de l’hypocrisie et du mensonge ! Mais quel politicien en aura le courage….

    1. au premier abord j’ai lu « 100% d’alcool! »

    2. Faux débat pour vrai probleme, toute cette mascarade, comme les sujet de voile lancé par Rossignol et Valls, ou autre concept sociétal, n’est présent dans le débat, car ce sont des débats populistes, donc encouragant les gens a se positionner d’un coté ou de l’autre… la réalité c’est que notre pays est un des pires Européen sur tous les points (économie, chomage, charges,…) et cela, on ne veut pas l’aborder, donc… on débat d’un sujet de société.

      Peu importe si oui ou non la légalisation du cannabis est bien, le seul sujet qui devrait tous nous concerner aujourd’hui, c’est la relance de l’économie… et a la question « faut-il légaliser le cannabis ? » nous devrions tous répondre « Et ca en est ou le chomage, la libéralisation de l’économie, on verra quand ca sera fait, les détails sociétaux parasites »…

      1. Oui, et je pense que notre gouvernement est seulement intéressé par le fait de se réconcilier avec l’extrême gauche et les recettes fiscales résultant d’une légalisation. En tout cas, pas par la liberté des citoyens

  2. « Mon ennemi c’est la finance ».
    😉

    Comment voulez-vous que Hollande fasse quoi que ce soit de cohérent, de vrai ?

    En outre, vous oubliez une donnée fondamentale : la spécificité française…

    Si la légalisation du cannabis est une vieille lune des socialistes… mais elle vient heurter le mur de la réalité démographie et ethnique… liée au trafic en France.

    Les banlieues.

    Ce sont les habitants des banlieues qui organisent, et vivent de ce trafic. Une légalisation serait une attaque directe contre leurs intérêts…

    Et les socialistes veulent tout sauf… des incidents en banlieue qui remettraient en cause le dogme du « vivre ensemble ».

    Voilà la donnée (nouvelle) et pourtant fondamentale.

    Voilà pourquoi il peut y avoir une légalisation au Colorado par exemple… et pourquoi elle est devenue strictement impossible en France.

    1. Certes une petite partie fera la tronche (et changera de bizness) mais la plus grosse partie sera ravi de pouvoir ouvrir des shops et autres boutiques en toute légalité.

      1. Les trafiquants d’aujourd’hui deviendront les « protecteurs » des boutiques qui s’ouvriront. La vermine n’a jamais de peine à s’adapter aux nouvelles conditions.

        1. Les commercants qui vendent des produits que des veulent acheter vont devenir des racketteurs… Parce que bien sur c’est le même business. Tout le monde sait que les Liquors shops aux USA sont rackettés et que la prohibition n’a pas du tout mis les moonshiners sur la paille… Ben voyons…

          Sophismes que vos arguments…

    2. Bonjour,

      ma réaction à vos amalgames ,

      « Ce sont les habitants des banlieues qui organisent, et vivent de ce trafic. Une légalisation serait une attaque directe contre leurs intérêts… »

      C’est une infime minorité organisée qui tire les ficelles et soumet la cité aux règles du traffic, avec la violence, la corruption.
      C’est une infime minortié qui vit de ce traffic.

      Les habitants des cités ne veulent pas que leur immeuble abrite un point de deal, être fouiller pour rentrer quelque part , que leur enfants soit au contact de ce milieu.

      Cela vous semble impossible à envisager de débarasser les cages d’escaliers (et plus généralement les lieux de vie) des dealeurs ?

  3. depuis que certains états aux usa ont légalisé le canabis , le traffic des drogues dures , comme l’héroïne auraient repris du panache ; ceci dit , je suis pour la légalisation du canabis , un des rares produits qui m’ouvrent l’appétit et surtout me permet de bien dormir ; mais je pense , comme charles , que cette légalisation ne se fera pas pour les raisons qu’il a si bien décrit ;

    1.  » le trafic des drogues dures , comme l’héroïne auraient repris du panache » l’emploi du conditionnel me semble correct vu la lutte que se livre les pro et les antis légalisation. pas facile de trouves des sources fiables.

  4. Vu le mécanisme d’action du cannabis, je ne suis pas sûr que ce soit moins nocif que l’alcool.

    La consommation de cannabis désocialise et vu l’état de notre « vivre ensemble », faut-il vraiment en ajouter ?

    1. la consommation de canabis désocialise….oui , si on en abuse ; c’est comme tout ;

    2. Au contraire !

      Des groupes de jeunes se fédèrent en bandes autour de l’objectif de dealer et de faire du chiffe. ILs sont organisés, structuré en entreprise: fabricant, importateur en gros, livreur, commercial.
      Il suffit juste de légaliser et ces jeunes passeront du statut de voyou voire de mafieux a celui d’honnête commerçant.

      La consommation de cannabis ne désocialise pas elle vous fait tomber dans l’illégalité. Dans ceertains milieux, l’usage de drogues vous permet de tisser des relations utiles. Dans le sport, le show-bizz par exemple.

      Le cannabis est largement moins nocif que l’alcool. Il n’y a pas de dépendance autre que psychologique.

      1. Non, non. Ils ne deviendront pas d’honnêtes commerçants. Plutôt que de vendre et travailler légalement, ils deviendront les « protecteurs » des commerçants honnêtes. Ca rapportera toujours plus que le travail légal et honnête. Une vermine reste toujours une vermine.

        1. N’importe quoi !

          La plupart des dealers font la même chose que les commerçants legaux et honnêtes. Ils ont une clientèle mais pratiquent dans l’illégalité.

          Donnez leurs des droits.

        2. On passe pas de vendeur à caïd. Ou alors marginalement. N’essayez pas de nous faire croire que les deux activités sont équivalente et qu’on passerait facilement de l’une à l’autre.

          Même si c’était le cas, les flics aujourd’hui affectés à la guerre contre la drogue serait bien mieux employés à s’occuper de ce genre de grand banditisme, plutôt que des petits dealers actuels.

      2. Quand un chirurgien thoracique et pulmonaire vous annonce que vous fumez du cannabis depuis 17 ans et le nombre de joints moyens consommés juste en regardant votre radio de poumon, je ne suis pas sur que ce soit si peu nocif…

        1. Plusieurs joints par jour pendant 17 ans… ben si c’est pas abuser ça ^^

          Pour comparer la toxicité, comparer ce qui est comparable: les alcooliques et les toxico ont toujours existé et existeront toujours…, stopper la prohibition permettrait de decriminaliser le consommateur landa, qui consomme normalement et de soigner les malades qui n’ont rien trouver de mieux pour se detruire.
          Stopper la prohibition, ce n’est pas seulement liberale, c’est avant tout une question de bon sens.

        2. ce qui est nocif, c’est les particules inhalées lors de la COMBUSTION du joint: si vous vapotez du cannabis ou en ingérez quotidiennement en spacecakes pendant 17 ans, vous aurez des poumons clean.
          De toute façon, cannabis ou pas, la plupart de ce qu’on nous vend en pharmacie ou au supermarché est bien plus nocif à long terme. Renseignez vous !

        3. Le problème c’est de fumer. Le cannabis a bien d’autres moyens d’ingestion moins nocif.

          1. Oui, encore faut-il investir dans un bon vaporisateur.

        4. Je fume des joints tous les jours depuis 17 ans et soudain j’ai un problème de santé.
          Pauvre de moi, si seulement la drogue était interdite, si seulement on me l’avait dit à l’école …
          Aaaahhhh mais, attendez, c’est déjà interdit, on me l’a dit à l’école !
          Du coup j’ai probablement acheté des produits frelatés au marché noir.
          Du coup j’ai probablement fumé, en plus du cannabis déjà plus ou moins toxique que je consomme en grande quantité, du plastique, de la mort au rat, de l’éther, de l’alcool à brûler, des excréments, du poivre, du chocolat, du carambar, du mercure etc.
          N’hésitez pas à vous documenter plus avant sur les produits de coupe déjà retrouvés dans des prélèvements, on frise souvent l’empoisonnement pur et simple.

          Tomber malade avec des produits obtenus au marché noir ça ne prouve pas grand chose quand à la nocivité du cannabis lui même. De la même façon que l’héroïnomane souffre d’abcès là où il se pique à cause des produits de coupe, le « stoner » s’empoisonne à petit feu avec des substances dont il ignore la nature.

          Je fais la remarque objectivement; le cannabis reste un produit toxique. C’est normal de tomber malade après 17 ans de consommation quotidienne, cela dit ça ferait pareil avec la moquette ou les rideaux, pour autant ils ne sont pas illégaux, à vous d’éviter de les fumer.

          1. en même temps, faut réfléchir un minimum avant d’aller pécho en cité, c’est pas ce qu’il y a de mieux, à moins d’avoir un bon ami qui connaisse des bons plans.

            La plupart du temps évidemment si t’achètes au premier dealer qui te tombes sous la main, tu vas fumer de la merde, puis bon: s’en rendre compte au bout de 17 ans, excuse-moi, mais faut être quand même vachement naïf…

            1. Si tu réfléchis avant tu ne vas pas « pécho » en cité. Du tout.
              Il n’y a pas de bons plans à trouver même avec de bons amis, le meilleur moyen de t’en convaincre serait de goûter au Maroc ce qu’ils appellent le « kif ». Tu vas comprendre la différence.
              Reste l’herbe simplement séchée, et encore, même comme ça ils arrivent à rajouter des impuretés …

              1. on a pas tous du fric ni du temps pour aller au maroc goûter les spécialités locales du rif

  5. 100% d’accord.

    et oser l’idee d’un referendum sur le sujet est interessant.

  6. Ce raisonnement est aussi parfaitement adapté à la légalisation de la cocaine ou à l’héroine.

  7. Autre avantage, une large distribution de canabis inhiberait les manifestations de mécontentement de la jeunesse

    1. Ca c’est une reflexion de vieillard. Et les anti-dépresseur ils inhibent pas le sentiment d’injustice de ceux qui touchent pas leur retraites ?

  8. j’avais un métier (avant) qui m’obligeait à regarder dans les placards des gens (avec leur accord), vous seriez étonne du nombre de placards avec éclairage et ventilation qu’il y a en France !

    Perso je considère au vu de cela que les gens sont deja des jardiniers depuis longtemps.
    Les Français sont les plus gros consommateurs de drogues (légales ou pas d’ailleurs peu importe.)

    La seule drogue qui devrait être interdite est la Drogue propagandus socialistus-fascisto-communisme.

    1. Faut relire ce que disait les Romains des Gaulois à propos de l’alcool.

  9. Houla, on est pas loin du L630 ! (-:
    mais suis tout à fait d’accord.

  10. et une bonne raison de toujours l’interdire : que deviendraient les quartiers sans ce trafic des ilots de verdures ?

    sinon , est ce qu’un fumeur ou un alcoolique ou un drogué est libre , est ce que leur entourage est libre ?

    parfois une interdiction individuelle donne une liberté collective !

    1. Les quartiers sans ce trafic, ils trouveraient bien le moyen d’appâter les gens avec d’autres drogues ou alors, ils partiraient en vrille car n’ayant plus de moyen, les gens se réfugieraient dans d’autres drogues, la plus dure étant la religion.
      Sans fric et sans espoir sur Terre, l’homme rejoint Dieu car seule l’utopie lui permet de justifier son existence.

    2. La « liberté collective » est un mot creux.

      la liberté est un droit de l’homme qui s’apprécie individuellement.

      La personne qui a pris sa première ligne de coke, puis sa deuxième ligne de coke, puis sa Xième ligne de coke, en étant majeure et sans avoir été forcée de le faire, est responsable de ses actes.

      L’état n’a pas à se mêler d’un choix de vie qui ne concerne que soi.

      Ça n’empêche pas, qu’à titre individuel je ferais tout ce qui est possible pour dissuader un proche de prendre ces saloperies.

    3. Il y a tout une échelle entre la personne qui ne consomme jamais d’alcool et l’alcoolique en phase terminal. La plupart des gens se trouvent entre les deux pour l’alcool, et plus proche de la première borne (jamais) que de la seconde (phase terminale).

  11. Il me semble qu’aujourd’hui environ la moitié du cannabis consommé en France est d’origine marocaine, un tel monopôle est une erreur stratégique de la France. Une pénurie du cannabis dû à une conjoncture différente au Maroc provoquerait des émeutes partout en France … La France ne tient plus sa sécurité chanvrienne en main …

    1. Vous avez raison, l’autre moitié étant du pneu fondu, du silicone, ou autre substances sympathiques….
      Dans ces conditions, il serait mieux d’autoriser la culture perso en placard.

      Au moins cela rendrait les choses plus justes, plus simples, plus en respect des gens et des lois du Made in France.

      1. Non l’autre moitié viens principalement d’Espagne, d’Hollande et de cultures locales qu’il faudrait laisser vivre. Je ne parle pas des résidus ajoutés dans le shit, monsieur Précipitation dit CAS

        1. Le cannabis Espagnol vient majoritairement du Maroc.

    2. N’importe quoi.

  12. Bonjour

    Autant j’aime bien lire vos articles, pleins de bon sens, autant celui-là me fait dire que vous avez raison d’un point de vue « fric » mais à coté de la plaque au point de vue santé publique ou jardinage.

    Le cannabis est une plante simple à cultiver, même en face des appartements de gendarmes. Elle n’a pas besoin de grand chose: un peu d’amour (mais pour les effets qu’elle procure, les cultivateurs la chérissent), de chaleur et d’UV. Et tout ça, c’est très facile ! Votre ignorance là dessus me surprend.

    Libéraliser la vente de cannabis, je suis contre au niveau global mais pour d’un point de vue médicamenteux. Contre au niveau global car cela revient à dire que sa consommation est sans danger ou plutôt réel danger prise toute seule. Or vous oubliez que les consommateurs ne prennent pas que des chips et des chocolats quand ils en fument. Ils consomment aussi de l’alcool. On sait à peu près son taux d’alcoolémie dans une soirée en comptant le nombre de verres pris mais il est impossible de connaitre le taux de THC absorbé tellement celui-ci varie en fonction de l’arrivage, la variété de cannabis et du dosage dans le joint. Or, en moyenne, pour le cannabis qu’on trouvait il y a dix ans sur le marché, un joint avec un verre d’alcool (dose bar) multiplie par 14 le risque d’accident. 40% des conducteurs contrôlés au cannabis consomment aussi de l’alcool et environ 10% des personnes impliquées dans un accident sont positives au cannabis.

    Il ne faut pas oublier que tout comme l’alcool, le cannabis provoque des effets indésirables qui sont néfastes pour la conduite tels l’euphorie et le sentiment de supériorité, l’altération du sens du risque (pourquoi les drogues étaient très consommés par les soldats jusque dans les années 70-80 ? Je compte l’alcool distribués au poilus durant 14-18), la diminution du temps de concentration, l’allongement du temps de réaction (ce dernier est estimé à une seconde pour un conducteur en pleine capacité de ses moyens. A 90km/h, en une seconde, il parcourt quand même 25 ! Imaginé s’il met 2 secondes avec les sentiments supra), la modification de la perception visuelle et auditive.

    Libéraliser le cannabis comme vous dites aurait donc des effets sur la supposée non dangerosité de cette plante et les gens s’en foutraient davantage de conduire après consommation. Seulement voilà, les risques sur les routes seraient accrus. Or je conduis, vous conduisez, nous conduisons tous. La liberté des uns s’arrête là ou commence celle d’autrui. Si les gens veulent fumer, pourquoi pas, libre à eux mais ils ne sont pas tout seuls et ils ne sont pas non plus responsables de leurs actes, personne n’assume dans cette société ! Il faut donc établir des règles pour tout un chacun.

    Votre point de vue se défend très bien si on ne regarde que le coté individuel du fumeur de joint et les recettes que l’État peut engranger. Mais il s’éclate sur sur l’autel de la liberté du pays qui veut que chacun puissions prendre le volant sans qu’un mec arrive en face complétement défoncé. Certes, le bâton ne fait pas très peur mais il a le mérite d’être là.
    Et puis, quand vous aurez perdu des membres de votre famille car l’autre est arrivé défoncé, peut être, surement, changerez vous d’avis.

    Il faut penser aux autres et aux conséquences de ses actes avant de revendiquer sa liberté individuelle et le roi pognon.

    1. Vous avez raison, le cannabis est dangereux, mais tout comme l’alcool comme vous le dites si bien. Hors l’alcool est légal et contrairement à ce dernier je ne connait personne qui soit mort d’une overdose de cannabis. donc oui cette plante possède des risques non négligeables, mais pourquoi se montrer hypocrite et ne pas consacrer tous ces millions consacrés à une lutte inutile contre un trafic qu’on ne peut qu’à peine endiguer à des centres de soins et des campagnes de prévention? J’ai cru comprendre que ça marchait plutôt bien au Portugal. Donc oui il est égoïste de vouloir légaliser, mais vous seriez bien hypocrite de ne pas vouloir appliquer le même traitement à l’alcool. Pour moi les choses sont simples, soit on permet au gens de consommer ce que bon leur semble dans un environnement qui se prête à cette consommation (ouverture de salles de défonce ouvertes H24 et gardées par les forces de l’ordre et des personnels médicaux, sensibilisation sur les dangers de la drogue et sur ses effets de manière instructive et sérieuse, ouverture de « cofee shop » détenteurs de licence, labels pour contrôler la qualité, …)

      1. Qui dit prévention dit répression accrue. Êtes vous d’accord ? Comment financez vous vos centres ? Seront ils rentables ? Comment vérifierez vous que les gens qui ont consommés et se sont défoncés ressortent clean ? N’y a t il pas une atteinte à la liberté individuelle là encore ?
        Pour l’alcool, je dirai pas de pitié. Si les gens ne veulent pas être responsables, c’est à l’État de protéger ses concitoyens. De facto, des peines ou amendes plus sévères, voire confiscation du véhicule et/ou indemnités pouvant aller jusqu’à la prise du logement pour rembourser les indemnités et les frais engagés pour remettre sur pied les victimes.

        Aujourd’hui, nous sommes dans le laxisme le plus total.

        1. @Stéphane B:

          « Contre au niveau global car cela revient à dire que sa consommation est sans danger ou plutôt réel danger prise toute seule. »

          Non. C’est juste pas vrai. Légaliser signifie juste qu’on ne met pas les gens en prison pour ca. Ca ne veut pas dire que c’est sans danger. Le fait que skier soit autoriser signifie il que c’est sans risque?

          « Qui dit prévention dit répression accrue. Êtes vous d’accord ? »

          Non.

          « Comment financez vous vos centres ? Seront ils rentables ? Comment vérifierez vous que les gens qui ont consommés et se sont défoncés ressortent clean ?  »

          Financés avec les impots sur la vente de cannabis. Rentables? La prévention sur l’alcool est elle rentable? Je vois pas pourquoi celle sur le cannabis devrait l’être plus. Comment vérifiez vous que les alcolos sortant des alcoliques anonymes ne prenent pas un pastis: Idem.

          « N’y a t il pas une atteinte à la liberté individuelle là encore ? »

          Pas plus que quand on met des gens en prison pour avoir fumé un pétard. Moins dirais-je même.

          « Pour l’alcool, je dirai pas de pitié. Si les gens ne veulent pas être responsables, c’est à l’État de protéger ses concitoyens. »

          Moi je préfère laisser crever les irresponsables qu’asservir les gens sobres à l’addiction des irresponsables en les rendant pénalement et financièrement responsables des vices des autres. Si personne ne veut les aider librement c’est probablement que ce sont des salauds en plus d’être des alcolos. Je ne vois pas pourquoi leur venir en aide devrait obligatoire. Moralement, je trouve ca bien d’aider son prochain. Quand ca devient une obligation c’est une servitude.

          « De facto, des peines ou amendes plus sévères, voire confiscation du véhicule et/ou indemnités pouvant aller jusqu’à la prise du logement pour rembourser les indemnités et les frais engagés pour remettre sur pied les victimes. »

          Encore mieux… Déjà qu’ils ont un problème avec l’alcool vous voulez faire d’eux des parias… Merci pour eux.

          On est dans le nanny state et vous voulez aller encore plus loin. Laisser les gens profiter de leur vie ou la ruiner selon leur choix.

          Quand on ne choisit pas comment on meurt, on ne choisit pas non pas non plus comment on vit. Vous etes un despote monsieur. C’est ignoble de vouloir traiter son prochain comme vous le faites

    2. Et si je si je prends la voiture avec une dose d’anxio en quoi le risque est plus grand qu’avec le canabis ?

      Le bon raisonnement c’est d’interdire de conduire avec des psychotropes de toute nature et c’est tout.

      1. Interdire ? Il vaudrait beaucoup mieux inciter les assurances à moduler leurs tarifs et leur prise en charge.

    3. Bonjour,

      pour réagir à votre commentaire,

      –  » Le cannabis est une plante simple à cultiver » : A condition d’avoir l’espace et le matériel nécessaire, trop de contraintes en chambre ou studio.

      –  » Ils consomment aussi de l’alcool » : Je n’ai pas très bien compris comment vous justifiez cela, vous oubliez tous ceux qui ne consomment pas du tout ou très peu d’alcool.

      – A propos des statistiques routières, je vous rappel que le risque d’avoir un accident mortel avec du thc dans le sang est inférieur au risque pris avec la dose d’alcool LéGALE! (enquête SAM 2005, France).

      – « effets indésirables qui sont néfastes pour la conduite tels l’euphorie et le sentiment de supériorité »
      Vous confondez clairement avec l’alcool, je pense que vous ne connaissez pas le cannabis.

      -« la diminution du temps de concentration, l’allongement du temps de réaction » au volant. Cf les statistiques SAM plus haut.Si c’est avéré, ce n’est pas un risque dangereusement accru dans les faits.

      Comme vous êtes attaché à la sécurité routière, voici la conclusion de l’étude :

      « …malgré une prévalence très proche de celle de l’alcool chez les conducteurs circulants, et du fait de risques relatifs plus modérés, même en prenant en compte les effets-doses, les enjeux de sécurité routière
      du cannabis (et a fortiori ceux attachés aux autres familles de stupéfiants, beaucoup moins prévalentes) sont sans commune mesure avec ceux de l’alcoolémie, supérieure ou non au seuil légal, qui reste, et de loin, la première cause de mortalité routière en France. »

      Voilà la vrai priorité sur la route.

      1. Vu que vous me parlez de SAM, je vais donc répondre avec une étude portant d’octobre 2001 à septembre 2003
        7458 accidents et 10748 conducteurs impliqués
        8,8% des conducteurs responsables sont positifs au cannabis
        Le cannabis double le risque d’être responsable d’un accident mortel
        Cannabis = 220 morts par an, beaucoup de moins de 25 ans
        40% de conducteurs positifs au cannabis plus alcool
        Cannabis plus alcool multiplie par 14 le risque d’accident mortel

        Alors oui l’alcool est un fléau qu’il convient d’éradiquer sur les routes, ce qui revient à dire pression de la Justice (avec des peines et amendes très élevées) et pression des assurances. Ces dernières devraient distribuer bonus et malus en fonction du passé du conducteur et d’un engagement de sa part à ne jamais boire par exemple ou d’un certain niveau. Cela signifie inter connexion Justice et assurance.

        Enfin, puisqu’on parlait de SAM, hormis la perte incommensurable que représentent le décès ou la blessure d’un proche, il faut rajouter le coût financier de la formation, des soins, des aides diverses qu’a reçu la personne décédée (l’investissement de la société) ainsi que ce qu’elle aurait pu rapporter. Lors des enquêtes SAM, ce coût était évalué en 2007 à 1 million d’euro en moyenne. Si on prend en considération les blessés grave, il peut exploser si c’est un jeune de 25 ans, qui a une formation bac + 7 et qui se retrouve tétraplégique suite à un accident après avoir passé deux mois dans le coma. Oui je sais, c’est dégueulasse de parler fric = personne mais n’est ce pas le cas, la réalité ?

        1. Positif au cannabis ne veut pas dire sous l’effet du cannabis. On est positif au cannabis jusqu’à 1 moi après la prise. L’effet dure quelques heures, tout au plus.

          La grosse majorité de vos 8.8% de conducteurs positifs au cannabis étaient probablement parfaitement sobre (du point de vue du cannabis en tout cas) au moment de leur accident. Vos stats sont bidons.

          1. Bidon ? bel argument ! N’avez vous donc rien d’autres comme arguments ? Il vous faut donc savoir que quand il est noté que c’est positif, il s’agit du contrôle fait juste après l’accident et ou le cannabis se retrouvait entre autre dans l’urine, donc non encore évacué.

            Vous écrivez qu’on est positif au cannabis un mois après la prise, cela démontre bien que le THC est stocké dans notre organisme et qu’il peut donc bloquer certaines actions ou modifier les comportements.

            1. Stéphane B.,

              ça se voit que vous parlez de choses que vous connaissez mal.

              J’étais juste de passage.

            2. Il a raison, positif au cannabis ne veut pas dire sous l’effet. On peut être testé positif plusieurs semaines après consommation.
              Et ça on l’apprend de nos jours en passant le code de la route cher Monsieur Stéphane B.

            3. Merci de se renseigner avant de sortir n’importe quoi…

              Le THC retrouvé dans l’urine correspond a la substance dégradé du cannabis qui n’a plus aucun effet psychotrope sur l’individu (voir THC-COOH).

              Le THC se stock dans les graisses lorsqu’il se dégrade, c’est pour cela que l’on peut être positif 1 mois après la dernière prise.

              Puis si le cannabis était si dangereux pour les automobilistes, cela ferait bien longtemps que d’autres pays (pour ne pas citer la hollande) aurait des statistiques plus qu’alarmantes en terme d’accident de la route, pourtant il n’en n’est rien…

              Vous dite que vous connaissez les effets sur le comportement scolaire, effectivement, il y a des gens qui en abusent et se retrouve a rater leur année scolaire. Pourtant d’autre révise et passe leur diplôme haut la main sous effet du cannabis.
              Je connais aussi un paquet de gens qui ont obtenu leur permis de conduire alors qu’il venait tout juste de fumer histoire d’être moins stressé.

              Le plus dingue dans l’histoire, c’est qu’on peut très bien avoir fumé du cannabis la veille au soir (sans forcément aller jusqu’à s’exploser la tête) et si le lendemain, un chauffard vous percute a contre sens sur une nationale et que vous vous retrouvez handicapé, aucune indemnisation ne sera possible alors que vous n’êtes pas en tords 😡

              Bref pour quelqu’un qui dit plus bas que vous connaissez la plante.. ça me fait doucement rire 🙂

            4. En fait, on est pas positif au THC mais a un sous produit jusqu’à 1 mois plus tard, tout comme on serait positif aux gamma plusieurs semaines après la prise d’alcool. Donc les stats sont bidons.

            5. Ca ne veut pas dire qu’il y a des effets cliniques observables. Il y a de l’alcool naturellement dans votre sang aussi en petite quantité ca ne veut pas dire que vous êtes bourré en permanence. La chimie orgnique fonctionne avec des seuils. En clair la présence de cannabis ne veut pas dire que vous êtes défoncé. Donc votre argument est mauvais, et « Moi  » a raison de soulever cette objection. Votre réponse est juste une fin de non recevoir.

        2. Finalement, même vous en venez aussi à parler « fric », sans admettre au passage que vous ne connaissez pas la plante.

          Pourquoi pas ?

          Mais je ne suis pas de votre côté, je donne du crédit aux arguments mis en lumière par cet article !

          1. Peut être tout simplement car je connais la plante, je connais aussi ces effets depuis 1987. Aussi bien ces effets directs liés à l’absorption via le joint qu’indirect avec la cendre du joint dans la bière qu’on buvait. Je connais aussi ces effets sur le comportement scolaire, j’en suis une des premières victimes mais je me suis bien repris, que sur l’état de conscience des gens qui fument. J’en suis aussi conscient de part ce qu’elle désinhibe chez les conducteurs (j’en vois souvent) ou chez les soldats notamment américains au Vietnam qui fumaient de l’herbe pour oublier.
            J’ai également pu constater ses effets sur mon ex beau frère et ses copains, surtout lorsqu’il s’est cartonné en moto, chargé suite à la soirée de la veille.

            Et vous que connaissez vous vraiment de cette plante ?

            1. Les détails de votre vie perso ne m’intéressent pas, aussi sordides soient ils. On a tous notre lot.

              Simplement, je connais certaines des vertus thérapeutiques de cette plante.

              1. Vous dites: « Simplement, je connais certaines des vertus thérapeutiques de cette plante. » tout comme moi, tout comme je l’ai précisé plus haut. Seulement, ce n’est pas parce que cette plante a des vertus thérapeutiques qu’elle doit être en vente libre. Qu’on fasse plutôt des médicaments comme on le fait si bien avec le pavot médicinal. Si je suis votre raisonnement, l’héroïne et l’opium devraient être aussi en vente libre.

                Quant à ma vie perso, cela ne regarde que moi certes, mais je vous répondais : « Finalement, même vous en venez aussi à parler « fric », sans admettre au passage que vous ne connaissez pas la plante. » Ne soyez donc mauvais joueur ! Admettez que vous vous êtes aventurés en terrain miné et au lieu de prendre la mouche, un « pardon, je me suis planté ou excusez moi » aurait de meilleur aloi.
                Je note par contre que hormis les vertus thérapeutiques, vous n’avez pas l’air de connaitre grand chose d’autre sur cette plante. Arrêtez alors de vouloir jouer le père « j’ai raison » On a déjà assez avec Valls et Caron (entre autres)

                1. Le cannabis n’a que des vertus si l’on en fait un usage raisonné.

                  1. @Jean CoNstantin: C’est faux, le cannabi est une drogue qui a TOUJOURS des effets négatifs. Je suis en faveur de la légalisation, mais quand je vois des erreurs sur des gens qui vantent le cannabis comme une espèce de panacée, ca me fait mal: Vos assertions sont con treproductives. Le cannabis a toujours des effets indésirables. La perte de mémoire à court terme est toujours la, et elle n’est clairement jamais bénéfique.

                    1. bonjour mitch,

                      quand on a conscience d’un problème lié au cannabis, pour vous la perte de mémoire à court terme, on agit/use en concéquence non ?

                      Si je constate un problème, je s’abstient avant de travailler à fond avec ma mémoire, par exemple au travail.

                      Pour simplement décompresser, je ne suis pas sur que cela soit un problème, un effets négatifs comme vous dites.

                      D’autre part,

                      Le cannabis n’est pas la panacée.
                      C’est le contexte qui donne à cette plante l’image de révolution thérapeutique (cf système cannabinoïde endogène).

                      Un peu comme si on « redécouvrait » aujourd’hui seulement les vertus antidouleurs du pavot à opium, à cause de plusieurs décennies d’interdiction et d’opacité totale sur son usage.
                      Ca aurait été criminel n’est ce pas ?

                2. « Qu’on fasse plutôt des médicaments comme on le fait si bien avec le pavot médicinal. Si je suis votre raisonnement, l’héroïne et l’opium devraient être aussi en vente libre. »
                  ils le sont déjà comme vous dites, et ce sont ces médicaments là qui provoquent psychoses, schizophrénies et autres « maladies psychiatriques ». Et encore ! L’opium en lui-même n’est pas si dangereux que ça puisqu’il est un excellent moyen de se sevrer du tabac ou de l’alcool. Par contre, produire des molécules dérivées de ces plantes, jouer au petit chimiste et revendre ses merdes aux gens en difficulté sous prétexte de les « soigner », c’est du meurtre déguisé.

                  Le cannabis induit dépressions et suicides ?
                  C’est pas ce qu’on disait dans les années 60 ?
                  La dépression, savez-vous ce que c’est ? vous l’avez déjà vécue ? elle est indépendante à toute consommation de psychotropes, tout simplement parce que les facteurs déclencheurs sont externes à ça. Vous pouvez être déprimé pour n’importe quoi: déception amoureuse, mauvais résultats scolaires, vie familiale difficile, environnement malsain…
                  Tous ces problèmes qui nous pourrissent la vie et dont on peut difficilement faire face peuvent nous amener à prendre des drogues, c’est ainsi depuis des millénaires.
                  Et ce n’est pas pour échapper à la réalité et s’enfermer dans notre petit monde: si des milliers de gens consomment à des fins spirituelles, c’est bien parce que sous effets du cannabis, les phases d’introspection éventuelles nous apportent des réponses quant à ces problèmes. Seulement, encore faut-il faire face à ses problèmes, et tout le monde n’en est pas capable, et pour certains hélas, ils prennent le dessus et ça peut mal finir, cannabis ou pas.

                  1. « l’héroïne et l’opium devraient être aussi en vente libre. »

                    Perso ça me parait évident.

                    « ils le sont déjà comme vous dites »

                    Et que l’on met tout les opiacés dans le même panier, l’héroïne, la morphine, la codéine, l’oxycodone… Et je n’ai cité que des morphiniques. Vous n’avez visiblement pas la moindre idée de la façon dont les produits psychoactifs interagissent avec les neurorécepteurs. Si l’on a inventé pleins de produits semblables à une petite différence près, c’est pour une bonne raison, il ne font pas la même chose.

                    Tout ça pour dire que les opiacés vendus légalement ne sont ni de l’héroïne ni de l’opium. L’opium n’étant pas une molécule mais une plante contenant un ensemble d’alcaloïde divers.

                    Cette façon de ne pas faire la distinction entre les diverses molécules est typique du type qui n’a pas la moindre idée de quoi il parle dans ce sujet.

                    Le danger addictif de l’héroïne vient de son métabolisme très rapide par désacétylation, qui provoque le rush qui rend les gens rapidement accros. Les autres opiacés sont addictifs mais moins. Leurs effets secondaires peuvent varier.

                    L’idée n’est pas de dire qu’ils ne sont pas dangereux, mais la propagande du genre « on vend déjà de l’héroïne » c’est du grand n’importe quoi.

                    « ce sont ces médicaments là qui provoquent psychoses, schizophrénies et autres « maladies psychiatriques ». »

                    C’est cool vous avez réussit à lancer un effet secondaire qui n’a rien à voir avec les opiacés…

                    « L’opium en lui-même n’est pas si dangereux que ça puisqu’il est un excellent moyen de se sevrer du tabac ou de l’alcool. »

                    L’opium contient des tas d’opiacés divers, dans une concentration relative difficile à maitriser et avec un dosage approximatif. Perso je préfèrerais un produit de type pharmaceutique, au moins je sais précisément ce que je fais, surtout avec ce genre de produit…

                    « Par contre, produire des molécules dérivées de ces plantes, jouer au petit chimiste et revendre ses merdes aux gens en difficulté sous prétexte de les « soigner », c’est du meurtre déguisé. »

                    Dit le type qui ne comprend absolument rien à la chimie. Au cas ou vous n’êtes pas au courant, on joue les petits chimistes pour atténuer les problèmes que causeraient la consommation d’opium naturel…

                    « La dépression, savez-vous ce que c’est ? vous l’avez déjà vécue ? elle est indépendante à toute consommation de psychotropes, tout simplement parce que les facteurs déclencheurs sont externes à ça. »

                    Et voilà que la dépression n’a rien à voir avec le taux de sérotonine dans le cerveau…

                    « Vous pouvez être déprimé pour n’importe quoi: déception amoureuse, mauvais résultats scolaires, vie familiale difficile, environnement malsain… »

                    Oui mais vous serez déprimé à cause d’un problème dans votre système sérotoninergique, un truc sensible sur lequel on tape plus ou moins suivant les psychotropes consommés.

                    Si je suis aujourd’hui pour la légalisation de toutes les drogues, c’est justement à cause des gens comme vous. Les petits soldats de la légalisation du cannabis qui démonisent absolument tout les autres produits psychoactifs sans ne rien caler à la neurochimie me sont insupportables.

          2. Et puis, c’est vous qui avez voulu que nous parlions de SAM ! Allez donc au bout de votre pensée et de l’enquête SAM mais vous retomberez sur les idées que j’ai émises ou reprises de l’enquête.

            1. Non d’aucune façon, je ne valide pas vos propos qui sont désormais hors sujet.

              On ne peut justifier l’interdit, par quelques drames survenus sur la route. Des millions de français consomment sans que cela pose problème.

              Il est temps d’encadrer, de commencer à fixer des limites cohérentes, de fixer un cadre légal pour l’usage, afin de permettre à la prévention d’avoir un sens.

              1. Ok alors quel cadre ? Argumentez en ce sens ! Qu’est ce que pour vous des limites cohérentes ? Comment allez vous faire pour les contrôler ? Avec quels moyens ? Quelles sanctions pour ceux qui les dépassent ? Comment effectuerez vous le suivi ? C’est facile yaquafaucon mais derrière, tout un système doit être mis en place. Alors ?

                Vous avez le droit de ne pas valider mes propos, de ne pas les accepter mais il s’agit de réalité et de vécu. Toutefois, je trouve que vous prenez la tangente et que vous esquivez au lieu de me répondre sur le fond.

                Quand aux quelques drames survenus sur la route, ils ne représentent qu’environ 300 tués avec le cannabis retrouvé dans l’organisme du responsable de l’accident. Ce chiffre se base sur SAM 2003 et le nombre de morts 2014. Je doute fort qu’il est tant varié que ça en 12 ans. D’après http://www.securite-routiere.gouv.fr/la-securite-routiere/l-observatoire-national-interministeriel-de-la-securite-routiere/bilans-annuels/les-bilans-annuels-de-la-securite-routiere-en-france, 3388 tués à 30 jours en 2014,et 26 707 personnes hospitalisées. Si on se base aussi sur les blessés, et toujours d’après le 8,8% d’auteurs responsables sous influence du cannabis, cela donne une fourchette de 2100 à 2500 personnes hospitalisées. Après tout, ce n’est pas grave, vous n’êtes pas touché dans votre chair.
                Mais c’est sur ce n’est que « quelques drames survenus sur la route ».

                On pourrait aussi rajouter le repli sur soi qui est un effet du cannabis et qui s’accompagne pour certains de dépression et de suicide. Au final, il coute cher ce cannabis à tout un chacun. Je doute fort que nous rentrerions dans nos frais si on libéralisait le marché. Je fais un parallèle avec le tabac. Quand on sait combien coute le traitement d’un cancer des poumons, fumer un paquet de clopes par jour ne permet pas de le rembourser, loin de là !

                Là ou je vous rejoins par contre, c’est qu’il est vrai qu’on nous bassine avec les morts sur les routes alors que le suicide et les conséquences du mal êtres sont bien plus nombreux. Dans ce cas de figure, je veux bien comprendre votre expression « quelques drames survenus sur la route ». Évitez juste de l’employer devant certaines personnes. Un peu d’humanité pardi !

                1. Quel cadre? Le meme que pour l alcool par exemple. Tout ce que vous dites estpire avec l’alcool, donc si on vous suit, pourquoi ne pas interdire l’alcool et legaliser le cannabis?

                  Le cancer du poumon, c’est surtout une belle economie de retraites, et rien n’oblige la secua prendre en charge les maladies issues de ce genre de comportements, les individuspouvant s’assurer eux-memes s’ils le souhaitent.

                  Fumer du cannabis avant de conduire pourrait tout a fait etre illegal meme si on legalise le cannabis.

                  Perso si j’ai un accident je me fous bien de savoir que le responsable n’avait ni bu ni fume, s’il tue un membre de ma famille il est tout aussi responsable a mes yeux.
                  La cocaine reste des dizaines d’annees dans les cheveux: faut-il interdire de conduire a tous ceux qui ont pris une trace il y 10 ans?

                  Parmi vos responsables d’accidents, combien avait bu du coca, du the, du cafe? Boissons qui ont un effet notoire sur les nerfs et donc les reflexes?

                  1. Il n’y a pas que les économies sur les retraites qui sont habilement caché lorsque l’on parle du coup du tabac, il y a aussi les dépenses de fin de vies des malades (1/3 des dépense médicale de toute voter vie) qui sont compté comme des frais médicaux supplémentaire dû au tabac… Comme si les non-fumeur ne mourrait jamais.

    4. Vous avez jamais fumé vous !

    5. En quoi aller en prison est-il meilleur pour la santé que de fumer du cannabis ?

    6. Tout à fait d’accord et on peut ajouter un danger souvent occulté: l’atteinte irréversible au niveau du cerveau pour certaines personnes  » sensibles  » ( j’en connais). Des médecins d’hôpitaux psychiatriques ont déjà eu l’occasion de l’expliquer. De plus il est possible que ces transformations irréversibles du cerveau soient transmissibles aux enfants ( épigénétique). On a bien tort de sous estimer les dangers de cette drogue. Si c’est anodin pour certains ce n’est pas le cas pour tous.

  13. J’ai un fils qui a gâché sa scolarité grâce au cannabis. Ce produit est un poison, qui entraine des gamins vers la marginalisation et il est un facteur déclenchant de schizophrénie. Il ne faut pas oublier ce dernier point quand on milite pour la « libéralisation » de cette merde.
    Vous dites que la « libéralisation » entrainera une diminution de la criminalité, mais elle ne fera que la déplacer vers d’autres produits. En matière de drogue, l’imagination est sans limite et les gamins toujours aussi attirés par la transgression.
    Le cannabis est un poison, et il faut le considérer comme tel. Sa vente devrait être considérée comme un empoisonnement, comme la mise en danger de la vie d’autrui.
    Toute personne sous l’effet de ce produit perd son libre arbitre, donc sa liberté de choix. De fait un consommateur a autant de discernement qu’une personne sous tutelle. Au volant d’un véhicule c’est un danger.
    La répression ne donne rien et coute cher, soit, mais pourquoi? Parce que les condamnations sont d’une telle faiblesse qu’elles n’ont aucun effet dissuasif. Six mois de prisons, pour les gains résultants de la vente de ce produit tiennent plus des vacances et dans l’année, le salaires de ces revendeurs, même en tenant compte de leur incarcération, est nettement supérieur à celui du Français de base. Alors, pourquoi arrêteraient-ils?
    Pour moi, la « libéralisation » du cannabis serait un scandale aussi important que celui de l’amiante. L’actuel laxisme de la police, de la justice et du gouvernement sur les problème de drogue tient aussi du scandale d’état que la boboïsation de notre époque fait passer sous silence.
    Hommage à tous les perchés de France, vous savez ces gamins qui après un « bad trip » deviennent de très bons clients pour les hôpitaux psychiatriques. Vous, les partisans de la « libéralisation », accepteriez-vous de prendre vos responsabilités, et comme vous êtes des libéraux, je le suppose, et donc de prendre en charges les coûts liés aux soins pour ces « perchés »?

    1. Bravo pour ce texte. Je vous rejoins totalement.

    2. Vous avez bien raison l’alcool, débarrassons nous de tous ces poisons qui détruisent les gens. J’ai d’ailleurs ici un projet de lois visant à se débarrasser une bonne fois pour toutes de l’alcool, ce produit dangereux et responsable entre autres d’excès de violence chez ses consommateurs, d’un nombre incroyable d’accidents de la route ainsi que de nombreuses morts par coma éthylique, je ne vous parle même pas des viols. Je compte bientôt envoyer une pétition à Mr Hollande et voudrait recueillir la signature du citoyen concerné que vous êtes.

      Un peu d’humour ne fait jamais de mal Tany. Je peux comprendre votre haine du cannabis mais je peux vous assurer que si votre fils est tombé dedans c’est qu’il n’a pas eut de chance. Alors avant de stigmatiser les usagers en montrant les irresponsables qui en abusent, sachez qu’il y as des millions de gens qui en consomment et vivent une vie épanouie et normale, au même titre que les consommateurs d’alcool comme mon père. Oui le cannabis est un poison, mais il n’est pas pire que certains produits légaux comme le tabac ou l’un des très nombreux médicaments vendus dans nos pharmacies (sous ordonnance ceci dit). alors oui la lois française est « laxiste » mais sachez que mettre les vendeurs en prison, en plus de ne rien changer au chiffre d’affaire des chefs de réseau qui en retrouve un dans les heures qui suivent, peut facilement les faire passer au niveau suivant. Les trafiquants, guetteurs et autres qui ressortent de prison en sortent différents, plus violent notamment. J’espère qu’avec ce regard nouveau sur les choses et mes modestes informations supplémentaires vous comprendrez que on ne peut pas continuer à pénaliser ainsi le cannabis et que la légalisation est fortement envisageable, voir souhaitable.

      1. 1 ) le tabac ne modifie pas la consciene.

        2) le foie protège l’organisme contre l’alcool. Le THC du cannabis se loge sans barrière dans le cerveau où il reste stocké plus d’un mois pour la moindre petite prise.

        1. « 1 ) le tabac ne modifie pas la consciene. »

          Bien sûr que si. Il provoque la production de dopamine. Et provoquer sur demande la production de dopamine revient à bousiller le mécanisme de récompense et de contrôle de l’humeur de notre cerveau. A long terme, c’est même peut-être plus néfaste que le cannabis pris seul.

          « 2) le foie protège l’organisme contre l’alcool. Le THC du cannabis se loge sans barrière dans le cerveau où il reste stocké plus d’un mois pour la moindre petite prise. »

          La protection du foi est loin d’être parfaite dans le cas de l’alcool. Par contre, les molécules d’alcool sont bien plus dangereuses pour le cerveau.

          Tout ça sans compter que l’alcool et le tabac provoquent une dépendance extrêmement forte, contrairement au cannabis (la dépendance au cannabis est très rare).

          1. Je ne suis pas contre la libéralisation du cannabis dans le principe puisque l’alcool est légal. Le cannabis n’est pas inoffensif tout comme l’alcool ou la cigarette. Cependant tous les fumeurs de cannabis que j’ai côtoyés consommaient de l’alcool , du cannabis et fumaient des cigarettes et tout cela dans la même soirée. Ce qui me faisait rire à l’époque (j’étais fumeuse très très occasionnelle du cannabis que j’ai abandonné car cela me donnait des effets indésirables en fonction de mon état psychologique ou physique) est qu’à l’époque pour défendre la consommation du cannabis, ils (et tous les consommateurs de cannabis ont cette remarque saugrenue par rapport aux faits) me disaient

            – « il vaut mieux fumer du cannabis que de boire ».
            Je leur rétorquais, certes !!! mais le problème c’est que vous buvez beaucoup et fumer beaucoup beaucoup de cannabis et des cigarettes. Que l’on fasse le choix entre boire et fumer me parait une attitude responsable, mais dans les faits beaucoup de jeunes consomment les deux voire les trois ? Moralité chez les jeunes, le cannabis n’est pas un substitut à l’alcool mais bien un complément.

            1. Pas tous les jeunes !!!, mais beaucoup trop ont cet argumentaire qui ne m’a jamais satisfaite. De plus le cannabis est une drogue qui « peut » accentuer le mal être lorsqu’il est déjà présent et peut pour des cas psychologiques très fragiles (genre suicidaire) aggraver l’état voire même passer à l’acte. Je l’ai constaté sur moi bien sur des problèmes de phobie qui s’accentuaient, ou la fatigue aussi. Le cannabis révèle le mal être psychologique et physique (l’alcool aussi mais les conséquences sont plus explosives, le cannabis est implosif. Alors les deux mélangés ?????.

          2. « Bien sûr que si. Il provoque la production de dopamine. »

            Il provoque un relâchement de dopamine qui est la cause de la sensation de satisfaction après avoir fumé. La nicotine a aussi certains effets antipsychotiques et dépresseurs, ce qui fait que les gens sont moins stressés après avoir fumé. Mais ce sont des effets très légers, qui n’ont rien à voir avec la « défonce » que procurent la plupart des drogues.

            C’est à mon sens ce qui fait le succès du tabac comme drogue quotidienne, une drogue assez puissante pour provoquer dépendance et satisfaction mais pas assez pour poser des problèmes dans sa vie.

        2. Le tabac ne modifie pas la conscience?

          En tout cas, sur la première cigarette de la journée, on sent clairement un impact sur la conscience.

          Et l’alcool, lui, détruit le cerveau. C’est prouvé.

      2. Vous reprenez tous les poncifs des pro « libéralisation ».
        Un médicament est à la base un poison, mais pris à doses calibrées et étudiées scientifiquement il peut soigner. Savez-vous pourquoi l’emblème des pharmaciens, le caducée, est un serpent?
        Par contre, si vous vous bourrez de « bromazépan » ou autre anxiolytique, les problèmes seront les mêmes.
        D’autre part, dire que la prison rend plus violent, si je suis votre raisonnement, il ne faut mettre personne à l’ombre, du Taubira en quelque sorte. Par contre, la récidive semble passer aux oubliettes ainsi que les peines plancher. La société donne sa chance à celui qui a effectué sa peine, par contre, s’il récidive il faut être beaucoup plus sévère. Bien sûr, une personne condamnée 10 fois pour le même délit et toujours en liberté aura tendance à considérer la société avec un mépris croissant, c’est cela la cause de l’augmentation de la violence, cette impunité.
        L’alcool, oui l’alcool est un fléau, mais je crois que breizh a répondu à cet argument.
        Enfin, je ne crois pas qu’une personne qui se sente obliger de fréquenter les « paradis artificiels » soit épanouie, le fait de faire appel à ce genre de substitut démontre justement ce manque d’épanouissement. Seuls les unijambistes ont besoin d’une béquille pour marcher.
        La liberté est si dure à acquérir que la gâcher en se rendant esclave de ces produits, et surtout de favoriser cet esclavage, est une imbécilité sans nom. Le libre arbitre demande de devenir adulte, ces produits vous réduisent à l’enfance, à la dépendance.

        1. Ces produits touchent surtout ceux qui ont déjà par ailleurs largement renoncé à leur libre arbitre. Apprenez aux enfants à l’exercer, c’est la meilleure manière de lutter contre tous les asservissements, celui de la drogue compris. Tandis qu’interdire la drogue ne va pas les rendre plus critiques ou autonomes, c’est juste remplacer le libre arbitre par la mise sous tutelle bien peu efficace de la loi.

        2. @Tany, on dit de ne pas mettre n’importe qui en prison, mais seulement ceux qui représentent une menace pour la société et ceux qui ont fait du mal à la société.

          Un père de famille ou une mère de famille, chef d’entreprise qui paie ses salariés et ses impôts, qui rentre du soir après une longue journée de travail fait il du mal à la société ou représente t-il un péril pour la société quand il fume un joint ?

          Vous trouvez sage de jeter un père ou une mère en taule, disloquer des familles, désorienter à vie leurs enfants, les mettre sur la paille juste à cause d’une herbe naturelle enroulée dans du papier et fumée?

          Votre position là est extrêmement grave, je ne sais pas si vous vous en rendez compte. Pour moi, c’est cette manière de voir les choses qui est une menace pour le plus grand nombre.

          Je vous suggère de vous poser ces questions :
          1 – D’où vous vient votre phobie des consommateurs de cannabis ?
          2 – Accordez vous foi à tout ce qu’on vous dit dans la vie ?

        3. @Tany

          Et puis, à tout casser, si je veux, moi, gâcher ma liberté à moi, à quel niveau se situe votre problème à vous ?

          C’est vraiment extraordinaire, quoi.

          PS : Personne n’a répondu de manière satisfaisante à un quelconque argument sur l’alcool. Personne.

          Désolé.

        4. « bromazépan »

          Bromazépam… Le nom signifie quelque-chose… Les problèmes seront présents mais ils seront assez différents.

      3. « …il y as des millions de gens qui en consomment et vivent une vie épanouie et normale, au même titre que les consommateurs d’alcool…

        D’un point de vue pragmatique, toutes les drogues devraient être licites ce qui éliminerait les trafics, mais on sait bien que l’élimination des trafics déstabiliserait gravement l’équilibre « économique » actuel.
        De là à dire que la consommation de cannabis comme la consommation d’alcool participe à une vie épanouie et normale…
        🙂 🙂

        En principe, chacun est libre de malmener son corps.
        L’ennui, c’est que le drogué ou l’alcoolique n’est pas seul face à sa dépendance, il entraine du monde dans sa spirale…

    3. Ce n’est pas la criminalisation qui a protégé votre fils… et même bien au contraire, puisqu’aux dégâts d’un produit à consommer à petite dose votre fils aurait pu avoir des problèmes judiciaires.

      1. OUI, et alors!
        qu’il assume ses actes. Qu’il soit responsable.

        1. Oui, et vous les votre, notamment l’education de votre fils, au lieu de blamer une plante.

          1. Et vous le faux Bastiat, vous fumiez des joints au lieu de suivre les cours de français ?
            Vos fautes de français n’honorent pas le vrai Bastiat. Faut croire que le cannabis rend con et prétentieux.
            Choisir Bastiat comme pseudo et écrire comme un sagouin. Faut oser. « C’est à ça qu’on les reconnaît ».

            1. Oui je fumais des joints, ce qui m’a pas empecher d’arriver troisieme national aux dicos d’or a l epoque… Mais bon c’etait il y a bien longtemps, ca fait bientot 10 ans que je n’ai plus jamais l’occasion d’ecrire francais, sauf sur Contrepoints… Donc comme je n’ai pas vraiment envie de me relire a chaque fois, je fais des fautes… Mais bon vous savez a quoi moi je « les » reconnais? L’insulte, l’absence d’argument, et la capacite a toujours rejeter la faute sur les autres.

    4. Beaucoup d’ados en consomment seulement parce que c’est interdit. Et aussi parce qu’ils emmerdent les gens qui leurs dictent ce qu’ils devraient faire alors qu’ils font pire. Comment osez vous dire que le cannabis est mal si vous buvez de l’alcool ?

      1. En même temps les musulmans nous disent que le cochon c’est pas bon….alors, les goûts et les couleurs, c’est pas forcement logique et rationnel.
        Une drogue est une drogue, notre cerveau adore cela. Pire, il a des capteurs pour, il est même capable d’en produire gratuitement (il faut taxer ou interdire ?!)
        Le cannabis c’est pas pire que les drogues légales. Cela, est le plus important à dire.

        1. Comment peuvent ils savoir que c’est pas bon s’il n’en mangent pas ? C’est débile ce que tu dis

        2. Le cannabis est une drogue douce. Il adoucie l’humeur tu devrais l’essayer. Mais il a des effets psychotropes chez certaines personnes dans certaines situations, il rend paranoïaque, et cela risque d’aggraver ta situation, alors je ne sais pas si c’est une bonne idée de s’y mettre … à toi de voir

        3. « Pire, il a des capteurs pour »

          En fait non, les drogues se conduisent comme des usurpateurs de molécules présentent dans notre cerveau et qui sont essentielles au fonctionnement correcte de ce magnifique outil.

    5. C’est pas l’utilisation le probleme, c’est pourquoi ?

      Dans un pays plus liberal comme en nouvelles Zeland, vous pouvez cultiver et fumer ce que vous voulez….
      Notre drogue à nous est le socialisme. C’est cela qu’il faut détruire.

      Lorsque le systeme vous envoie des signes comme les nôtres, le cannabis est une réponse logique et responsable de l’humain. Dans un contexte comme le notre qui rejette ou fui…votre enfant est absolument « normal ».

      Peut être n’etiez vous pas là au bon moment non plus pour constater que votre enfant avait la mixomatose et les dents qui poussent….qu’il voyait des renards, etc….

      Bref, vous êtes surement pas un cas isolé aujourd’hui.
      Notre société domestiquée doit servir l’Etat. Le reste n’est que superflu !

    6. Que la libéralisation / libération aurait-elle changé dans votre cas?

      Ah, et l’alcool aussi envoie les gens en HP. Un alcoolique sur deux a des problèmes psychatriques.

    7. « J’ai un fils qui a gâché sa scolarité grâce au cannabis. »
      Vous cherchez des excuses à votre fils, c’est compréhensible mais la vérité est que votre fils s’est gâché tout seul. Je connais pleins d’entrepreneurs qui fument de temps en temps.
      Tout votre discours est alors biaisé.

    8. Je suis désolé pour votre fils. Mais c’est pour cela qu’on en appelle à plus de sensibilisation et à l’abrogation de la prohibition. La politique actuelle ne permet pas une bonne sensibilisation. D’ailleurs, la loi française interdit jusqu’à dire du bien du cannabis, c’est à dire d’une plante ! C’est de l’hystérie. Cette hystérie qui entoure le cannabis dans plusieurs pays interdit aux adolescents de, ne serait-ce que, se confier à leurs parents qui auront vite fait de les juger. Ils sont livrés à eux mêmes, pas à cause des dealers, mais à cause de la politique de prohibition et de la normopathie ambiante qui touche jusqu’aux parents. Si un enfant ne peut se confier à son père ou à sa mère, à cause de ce qu’on dit sur un produit qu’il prend, qui va pouvoir l’aider ? Si c’était du tabac que prenait votre fils, il aurait fini par vous l’avouer quand il aurait eu besoin d’aide. Idem avec de l’alcool, qui soit dit en passant est beaucoup plus nocif que le cannabis.

      Vous nous dites que les consommateurs de cannabis n’ont plus ni libre arbitre, ni liberté de choix. Ce n’est pas vrai, excusez moi de vous contredire frontalement. Renseignez vous sur qui prend du cannabis : ce sont pour la plupart des gens comme vous et moi, des chefs d’entreprises, des cadres respectables, des pères et mères de famille, bref des gens bien. Il y a même eu plusieurs présidents américains qui en prenaient régulièrement et qui ont conservé toute leur liberté de choix et tout leur libre arbitre. D’ailleurs, personnellement, je pense, soit dit en passant, que c’est la prohibition qui favorise les choses comme la schizophrénie.

      Maintenant, vous nous dites que cette plante est un poison. En tout cas, je note que ce n’est pas l’avis de plus d’une vingtaine d’Etats américains et de leurs scientifiques. Cette plante, comme beaucoup d’autres, soigne, Monsieur. Cette plante a été utilisée depuis plus de 10000 ans, sans doute davantage, par la civilisation. Les poisons, il y en a sur la Terre. Et je ne parle pas encore de l’alcool. Je parle de l’arsenic, du cyanure,… Pourtant, consommer ces deux derniers produits est-il un délit ou un crime ? Pourquoi prendre une plante naturelle pourrait en être alors ?

      Vous fustigez aussi la « légèreté » des peines. Vous avez là aussi tort, car 5 années de taule juste pour avoir gobé quelque chose, qui n’a même pas été volé à quelqu’un, ce n’est pas une peine légère. Et puis, laissez moi vous dire que même si la peine encourue était la peine capitale, je ne me sentirais pas intimidé ni concerné. Mon corps m’appartient. Il n’appartient donc à personne d’autre que moi-même de décider ce qui y entre. Même si je suis menacé de mort par l’Etat, cette position ne variera pas d’un iota.

      Cela dit, et pour finir, je dois dire que jeter une personne en prison juste parce qu’elle a absorbé un produit naturel me paraît contraire à l’esprit des droits de l’homme. Et quand cette absorption ne nuit à personne, ce n’est plus de la République, c’est de la religion. Le plus grand danger, à mon avis, encouru par un consommateur de cannabis, c’est la Justice.

      Et moi, je ne parle pas de choses qu’on m’a dites.

      Du courage pour votre fils.

      1. « c’est la prohibition qui favorise les choses comme la schizophrénie. »

        La schizophrénie n’a pas grand chose à voir avec le régime légal. Ce n’est pas les produits de coupe, résultant de l’illégalité, qui produisent cela, mais bel et bien les principes actifs.

        « absorbé un produit naturel »

        Mais pour un produit pas naturel, tout va bien, on enferme à tout va ?

    9. Désolé mais votre fils avait juste juste un gros defaut d’éducation et comme tous les parents qui refusent d’assumer leur responsabilité vous préférez reporter la faute sur autrui et au comble du contre sens, vous vous en prenez maintenant au produit…
      Les comportements addictifs ont une origine humaine et non dans le produit.
      Le cannabis a peut-etre sauver votre fils car dans un pays avec la législation fachiste que vous souhaitez, il serait mort alcoolique.
      Je fume des joints depuis l’age de 16 ans et cela ne m’a pas empecher de faire une grande ecole d’ingenieur ( voir au contraire, pour dormir pendant les revisions…) et d’etre chef d’entreprise.
      C’est probablement moi qui offrirai son premier joint a mon fils, comme mon pere m’a offert mon premier verre de vins…et je lii apprendrais que pour jouir de tout,, il ne faut abuser de rien…

      1. Borlo: « Désolé mais votre fils avait juste juste un gros défaut d’éducation »

        On ne naît pas émotionnellement et intellectuellement câblé de la même manière, dans les familles nombreuses des enfants peuvent avoir des destins bien différents avec la même éducation. L’éducation peut influer dans les deux sens évidemment, mais les rencontres et la chance sont aussi importantes.

        C’est un peu dégueulasse de lui dire que tout est de sa faute de cette manière, vous verrez qu’on ne contrôle pas tout non plus en tant que parent, je vous souhaite d’avoir tiré le bon numéro avec votre fils. (je touche du bois pour l’instant mes ados vont très bien)

        1. Et traiter tous les fumeurs de joints de criminels irresponsables, de loques humaines etc… parce que son fils chéri a eu un problème c’est pas dégueulasse peut etre? Vouloir les mettre ne prison, et briser des vies c’est tellement plus humain: Deux poids deux mesures!

          1. Il n’empêche, Ilmryn a raison, on ne répond pas à une dégueulasserie par une dégueulasserie.

            D’autant plus que la douleur d’un père, même si elle n’excuse rien, permet d’expliquer les propos excessifs de ce dernier.

            1. Donc c’est bien ce que je pensais: Deux poids deux mesures: La douleur des toxicos foutus en prison arbitrairement, mis au chomage par la même occasion , brisés dans leur vie sociale et sentimentale, ne mérite pas la même bienveillance que celles papas frustrés que leur fils ne fasse pas polytechnique. Aller se faire sodomiser par des gros dégueulasses qui vous violent en prison parce que vous n’êtes pas un gros dur, se faire physiquement et moralement torturer par des barbares pendant plusieurs mois avec aucune échappatoire, c’est pas grave comme douleur! Se faire marquer à vie comme un criminel et légalement ostraciser c’est juste une dégueulasserie pour une dégueulasserie! Ce pauvre papa est tellement misérable! Son fiston n’est pas sur les tableaux d’honneur de l’école! Vite, taisons nous pendant que lui et sa bande despotes tristes brise des vies innocentes, si ça peut permettre de le consoler…

              Moi quand je recois une dégueulasserie, j’essaye de me demander pourquoi, et si je m’appercois que j’ai servi la première de dégueulasserie, Tany essaye de nous dire que sous prétexte que nous sommes en faveur de la liberté individuelle nous sommes responsable du malheur de sa famille. Non. Je ne suis pas responsable et ne le serai jamais, que ca lui plaise ou non. En revanche quand un mec sans histoire se fait encabnanner pour 30 grammes de shit, lui et ses collègues prohibitionnistes sont responsables de la peine infligée et des vies brisées. On ne prend pas un joint sous la menace d’un flingue. On va par contre bel et bien taule pour cette raison précise. Le malheur de ceux qui tiennent le flingue m’est indifférent. Qu’ils baissent leur arme, on discutera après.

              1. Mitch: « Donc c’est bien ce que je pensais »

                Non.

                Mitch: « mis au chomage par la même occasion , brisés dans leur vie sociale et sentimentale, ne mérite pas la même bienveillance que celles papas frustrés que leur fils ne fasse pas polytechnique. Aller se faire sodomiser par des gros dégueulasses qui vous violent en prison parce que vous n’êtes pas un gros dur, se faire physiquement et moralement torturer par des barbares pendant plusieurs mois avec aucune échappatoire, c’est pas grave comme douleur! Se faire marquer à vie »

                Quand vous serez redescendu lisez ce qui suit:

                Je suis pour la légalisation, j’ai fumé 20 ans mais c’est quand même une grosse merde qui n’aide vraiment pas les gens qui ont des problèmes il faut le savoir ce n’est pas un produit anodin, pas plus que l’alcool.

                Les prohibitionnistes m’emmerdent mais les toxicos béat devant leur produit miracle aussi.

                1. Si ils ne faisaient que m’emmerder, ça serait de bonne guerre, la ils veulent surtout me pourrir la vie, alors je suis 100% d’accord avec Mitch : « don’t thread on me » !

    10. C est honteux de se servir de la misère pour étaler sa propagande certe officielle mais largement outrancière. Depuis quand doit on se flageller pour avoir bu un apero car certains débiles explosent des gens en bagnoles,battent leur femmes et donnent des coups de couteaux car ils sont bourrés? Vos raisonnement d ayatollahs antiquité cannabis sont justes totalement hypocrites vous ne voyez que ce que le petit bout de votre lorgnette vous fait voir

    11. Vous auriez donc préféré que votre fils se fasse violer encore et encore en prison, qu’il vous le raconte à chaque visite. Avec des parents pareil, c’est pas étonnant qu’il se soit mis à fumer.

    12. @Tany: Donc vous pensez que si on avait envoyé votre fils en prison, il irait mieux?

      C’est ca le truc avec les prohibitionnistes: Ils s’insurgent contre une dangerosité (bien réelle) du produit, mais leur solution c’est de rajouter du malheur à ceux qui ont déjà des problèmes avec la drogue.

      Si on vous écoute, il faudrait emprisonner les jeunes qui fument des joints… Pourquoi? Pour leur apprendre à vivre? Pour les calmer ces petits cons?

      Moi je connais des cannabinomanes qui ont des doctorats en biochimie, des doctorats en géologie, qui sont devenus millionaires aux USA… Dites moi en quoi Richard Bronson a gaché sa vie à cause du cannabis?

      Laissez moi vous dire un truc qui va pas vous plaire: Votre fils n’a pas raté sa scolarité UNIQUEMENT à cause du cannabis. Il l’a ratée surtout à cause de lui même. Il l’a ratée parce qu’il a pas eu le discernement nécéssaire pour s’arrêter à temps et se modérer. Moi ce que je vois en vous c’est un père aveuglé par l’amour de ses enfants et qui cherche des excuses à son fils chéri parce que vous n’arrivez pas à vous imaginer une seule seconde qu’il est largement responsable de son propre echec. Les joints, personne ne les lui a carré dans bouche avec un entonoire. Il a choisi de prendre cette drogue, librement, sous influence peut être, mais librement. Votre volonté de pourrir la vie des gens qui vont bien et qui se droguent est malsaine. Vous généralisez à partir du cas de votre fils.

      Moi mon grand père a battu ses 7 gosses pendant des années, il a appauvri sa famille jusque dans une misère proche de celle décrite par Zola et rendu sa femme folle en grand epartie à cause du pinard. Il a pas détruit que sa vie, il en a bousillé d’autres. Est ce que je milite pour mettre tous les consomateurs d’alcool en prison? Non! Ma mère non plus. Votre désespoir, vos déceptions votre malheur n’est pas une raison pour infliger de la violence carcérale aux autres. Je vous le dis clairement vous etes aveuglé par la haine et vous essayez de rationaliser votre colére et de justifier votre haine envers autrui: Vous etes bien plus dangereux pour la société que les fumeurs de joints. Ils ne font de mal qu’à eux meme (sauf à conduire défoncés) alors que vous voulez faire du mal aux autres. Tous vos arguments sont spécieux. Je les prends uns par uns pour l’expliquer:

      « Ce produit est un poison, qui entraine des gamins vers la marginalisation et il est un facteur déclenchant de schizophrénie. Il ne faut pas oublier ce dernier point quand on milite pour la « libéralisation » de cette merde. »

      Comme tant d’autres produits, effectivement le cannabis est dangereux: En quoi emprisonner les consommateurs/producteurs/revendeurs rend il le produit moins dangereux? Au contraire, ca rend le produit plus dangereux en le réservant au milieux interlopes qui présentent des opportunités suplémentaires d’empoisonnement par produits frelattés, d’agressions, et d’aliénation par l’incarcération.

      « Vous dites que la « libéralisation » entrainera une diminution de la criminalité, mais elle ne fera que la déplacer vers d’autres produits. En matière de drogue, l’imagination est sans limite et les gamins toujours aussi attirés par la transgression. »

      Les jeunes prenennt effectivement du cannabis aussi par volonté de transgression… Mais jusqu’à un certain age… Or le fait de prohiber leur rend le cannabis accessible justement parce que les dealers ne demandent pas de carte d’identité. Les pays les moins prohibitifs sont en ceux où on consomme le moins, sauf à Singapour, pays dictatorial ou on tue les gens pour de la drogue: Vouliez vous que votre fils soit éxécuté pour avoir fumé des joints?

      « Le cannabis est un poison, et il faut le considérer comme tel. Sa vente devrait être considérée comme un empoisonnement, comme la mise en danger de la vie d’autrui. »

      Rien n’est poison tout est poison, le poison c’est la dose! On peut mourir de boire trop d’eau… On meurt du café à une dose inférieure à celle du cannabis. Ces affirmations péremptoires révellent soit une mauvaise fois patentée soit une maque de connaissance affolant. Quand on sait que vous utilisez ces arguments pour jouer avec la liberté d’autrui ca fait froid dans le dos.

      « Toute personne sous l’effet de ce produit perd son libre arbitre, donc sa liberté de choix. De fait un consommateur a autant de discernement qu’une personne sous tutelle. »

      Faux faux et archi faux. D’ailleurs lorsque votre fils était défoncé je suis certain que vous ne lui auriez pas pardonné de frapper sa mère plus que s’il avait été net. Votre fils est il devenu un psychopathe? A t’il jamais fait preuve de bonté de droiture ou fait le moindre effort? Qu’il ait eu moins de suite dans les idées, moins de motivation, je veux bien l’admettre, mais ce que vous dites est bien au dela de ca: Vous parler de perdre son libre arbitre. A vous écouter, un cannabinomane est comme un chien, dirigé par ses seuls instincts primaires, incapable d’interagir en société. C’est une éxagération tellement patentée qu’elle tient de la plus absurde mauvaise foi. Par ailleurs on peut une fois de plus dire la même chose de l’alcool, et votre post plus bas n’apporte aucune réelle objection à cette affirmation. Votre truc avec le foie qui protège est par ailleurs assez minable quand on sait que le cannabis est lui aussi partiellement dégradé par le foie…

      « La répression ne donne rien et coute cher, soit, mais pourquoi? Parce que les condamnations sont d’une telle faiblesse qu’elles n’ont aucun effet dissuasif. Six mois de prisons, pour les gains résultants de la vente de ce produit tiennent plus des vacances et dans l’année, le salaires de ces revendeurs, même en tenant compte de leur incarcération, est nettement supérieur à celui du Français de base. Alors, pourquoi arrêteraient-ils? »

      Le poncif du yaka:
      Les condamnations sont heureusement d’une grande faiblesse. En théorie, fumer sur un joint, c’est un an ferme. Pour appliquer cette loi il faudrait enfermer plus de 5 millions de personnes en France, plus de 15 millions si on prend en compte que le delai de prescription est de 10 ans et que les personnes ayant fumé dans les 10 dernières années représentent à peu près 15 millions. Une loi qui veut enfermer une personne sur 4 dans un pays est une loi despotique. Meme Staline n’en a pas fait autant.

      La dissusasion? En gros ca revient à punir sévérement les premiers qu’on choppe pour semer la terreur sur les autres pas moins « coupables. » Ca s’appelle du despotisme. Ces gens ne font de mal à personne. Sacrifier des gens qui ne font de mal à personne d’autre qu’eux même pour l’exemple ca s’appelle du despotisme. Par ailleurs croyez vous un instant qu’une telle loi serait également appliquée? Croyez vous vraiment que si le fils Hollande fume un joint il sera incarcéré? Mon oeil. Cette tolérance zero a toujours été une vaste blague!
      Le salaire est élevé justement à cause de la prohibition: Ca provoque une rareté économique qui permet de générer des profits importants. Par ailleurs si on taxait moins les salaires des emplois normaux, on arriverait à des rémunérations nettes très proches. Ce qui fait que les dealers sont bien payés c’est l’absence d’impots, de TVA, et de régulation: Pas d’amende pour travail dominical, pas de limitation du tems de travail, pas de CSG pas de cotisation sécu etc… Oui effectivement ils gagnent mieux leur vie mais principalement pour cette raison. Par ailleurs beaucoup de petits dealers sont pauvres: http://antisophiste.blogspot.com/2005/11/pourquoi-les-dealers-vivent-ils-chez.html

      « Pour moi, la « libéralisation » du cannabis serait un scandale aussi important que celui de l’amiante. »

      Sauf que l’amiante on la subit: Les gens empoisonés à l’amiante n’ont pas recherché de l’amiante. Ils l’ont subie. Les cannabinomanes savent que le cannabis est dangereux et le prennent en connaissance de cause. Les sinistrés de l’amiante ne savaient même pas qu’ils se faisaient pourrir la santé. Mettre ces deux phénomènes sur le même plan est une sophisme de bas étage destiné à appeler à l’affectif des gens.

      « L’actuel laxisme de la police, de la justice et du gouvernement sur les problème de drogue tient aussi du scandale d’état que la boboïsation de notre époque fait passer sous silence. »

      L’application de la loi stricto sensu serait un scandale digne des camps de la Kolyma. Par ailleurs ca conduirait comme expliqué plus haut à une loi à deux vitesses ou à une inquisition facon Torquémada. Si c’est ca votre solution, alors vous n’avez aucun respect pour la vie humaine, et votre soit disante compassion pour les pauvres consommateurs est une facade pour justifier un comportement haineux et violent.

      « Hommage à tous les perchés de France, vous savez ces gamins qui après un « bad trip » deviennent de très bons clients pour les hôpitaux psychiatriques. Vous, les partisans de la « libéralisation », accepteriez-vous de prendre vos responsabilités, et comme vous êtes des libéraux, je le suppose, et donc de prendre en charges les coûts liés aux soins pour ces « perchés »? »

      Bien sur que non! Les drogués qui deviennent des déchêts doivent porter leur propre responsabilité. Si ca les amène à crever dans un canniveau alors c’est leur problème. Retirer quelques cadavres des rues me semble par ailleurs moins cher et bien plus dissuasif pour les jeunes. Vous qui ne voulez pas prohiber votre pinard, vous considérez vous comme responsable de tous les alcooliques de france? Une fois de plus votre argument est un répugnant sophisme…

      Tous vos arguments sont fallatieux, sans exception. Je n’en reviens pas que l’on puisse tenir de tels propos , de telles contradictions, et de tels mensonges de facon aussi éhontée. Vous etes le degré zéro de l’arguemntation. Votre mépris des toxicomanes n’est PAS UN ARGUMENT. Votre condescendance envers ceux qui ne font pas les mêmes choix que vous est d’une arrogance hallucinante. Je suis désolé de devoir vous dire ca mais vous venez juste de montrer que vous parlez sans réfléchir, sans recul , sans connaissance. Le cannabis est une merde dites vous? Pas tant que votre propos. J’aurai honte de tomber dans de tels niveaux d’indigence intellectuelle.

    13. « J’ai un fils qui a gâché sa scolarité grâce au cannabis. »

      On se rassure comme on peut… 🙂

  14. Félicitation !! Que du bons sens.
    En ce qui concerne les « politiques » en France, ils faut qu’il admettent que la fin de la prohibition aux USA n’a pas transformé la population américaine en « poivrots » et l’Amérique a continué son essor économique, avec ses hauts et ses bas, mais…. a finit par gagner la II-ème guerre mondiale, donc…
    Mais, il faudrait faire preuve de bons sens. Et ils en manquent , totalement !!

  15. Ne pas oublier non plus que la légalisation du marché libérerais le police d’une tache rébarbative qui pourraient enfin se consacrer à protéger la population (désolé, là, je rêve)

    1. vous oubliez la Justice. La police est le bras armé mais la tête ne fait rien, le bras armé ne sert à rien. C’est le cas actuellement.

  16. 1 seule argument suffit : Aucun mort par overdose de consommation de cannabis.
    Cette drogue est parmi les plus inoffensives qui soit (relativement, hein).

    1. Cet argument est nul. Le type qui meurt ou qui survit à une overdose, c’est son affaire privée.La seule question est de savoir si son discernement sera aboli par la drogue au point de dépasser les bornes vis-à-vis d’autrui.

      1. « son discernement sera aboli par la drogue au point de dépasser les bornes vis-à-vis d’autrui. »
        Comme toujours, ceux qui connaissent le moins parlent le plus. Le cannabis entraîne des effets similaire aux drogue de type depressant/downer : relaxation musculaire, sédation, réduction de l’attention et fatigue.
        Difficile d’imaginer quelqu’un faire autre chose que de s’allonger sur son canapé…

        Vous allez me dire qu’on a déjà vu des meurtriers sous l’effet du cannabis et je vous dirais que ça n’a rien à voir. On a déjà vu des meurtrier mâcher du chewing-gum, on en déduit pas que le chewing-gum fait dépasser les bornes vis-à-vis d’autrui.

        1. Dépasser les bornes, ça peut simplement se faire en s’endormant au volant avec autrui à la place du mort. Autant je suis favorable à la dépénalisation, autant je le suis aussi à la responsabilité personnelle aggravée pour ceux qui font le malheur d’autrui sous l’influence d’une drogue (pas seulement le cannabis). Et dans ce sens, je suis assez méfiant vis-à-vis de ceux qui semblent vouloir ignorer cette responsabilité en affirmant que la perte d’attention ou de discernement n’est pas un facteur aggravant. Les drogues diminuent ceux qui les prennent, c’est leur affaire tant que personne d’autre n’en est affecté, c’est leur responsabilité à laquelle ils ne peuvent échapper si autrui en est affecté. S’ils me garantissent qu’ils assumeront cette responsabilité, qu’ils fassent à leur idée, no problem !

          1. L’alcool est légal partout, vous savez ?
            Quelle différence avec le cannabis ?

            1. Qu’il est légal. Que ça n’est pas la même molécule qui agit. Que voulez-vous me faire dire ? Je vous fais remarquer la parenthèse « (pas seulement le cannabis) » dans ce que j’ai écrit, ce qui montre à ceux qui sont éveillés et en pleine possession de leurs facultés que mon opinion s’applique à l’alcool ou au cannabis indifféremment.

              1. Donc on interdit aussi l’alcool ????

              2. donc dès qu’un produit est illégal, il est forcément nocif ?
                Pour beaucoup de gens, la légalité est l’argument de base pour dire que telle ou telle chose est dangereuse.
                Mais dans le cas présent, l’éthanol et le THC sont complètement différents dans le sens où l’éthanol (qui est techniquement un poison pour l’organisme), ne procure que de l’ébriété alors que le THC agit de concert avec les autres molécules thérapeutiques de la plante.
                En gros, l’éthanol n’est pas bénéfique, mais altère plutôt les cellules du foie, du cerveau et des reins.
                Après, ça ne sert a rien d’interdire l’alcool, ça reviendrait à stigmatiser toute une culture, mais en légalisant le cannabis, ceux qui auraient choppé le cancer en se bourrant la gueule assez souvent auraient l’espoir de s’en débarrasser grâce aux bienfaits de cette « drogue ».
                Ces gens là se rendraient peut-être compte qu’est-ce qui entre l’alcool et le cannabis est plus sain…

                Pour en revenir à la responsabilité individuelle, j’en connais des gens qui conduisent après avoir fumé un joint, mais au moment de prendre le volant, ils sont en pleine possession de leurs moyens, parce que contrairement à ceux qui sont ivres, ils sont capables de se dire s’ils sont réellement aptes à conduire ou pas. Dans la plupart des accidents de la route impliquant une consommation de cannabis, on oublie souvent de dire qu’elle était couplée à de l’alcool ou des médocs, mais faut croire que la gravité est plus forte pour le cannabis…

                1. L’éthanol agit sur le système GABAergic, qui est en effet bien plus critique pour la régulation « low level » du métabolisme de notre corps que le système Cannabinoidergique. C’est aussi un système qui a peu d’effet sur l’humeur comparé à d’autres, ce qui fait qu’il faut une grande dose d’alcool pour avoir les effets recherchés par rapport à d’autre types de substances psychoactives.

      2. La seule question est de savoir si un individu est libre d’absorber les substances qu’il veut, quelque soit le niveau de débilité de cette décision. La question du manque de discernement n’entre pas en compte, chaque individu doit se conduire de manière responsable, c’est au consommateur de ne pas faire n’importe quoi ou d’en subir les conséquences. Tout le reste n’est que de la masturbation intellectuelle collectiviste.

  17. Le point développé ici est largement utilitariste, mais de base le point 5 est le plus pertinent. C’est une question de liberté, un point c’est tout.

  18. Sujet dont le seul intérêt est purement idéologique.

    1. Nope.

      Tribunaux, prisons, qualité des produits, dizaines de milliers d’heures perdues en gestion de cette petite délinquance, économie parallèle.

      Tout cela est bien réel.

  19. On peut toujours se trouver de bonnes ou mauvaises raisons sur la légalisation ou la criminalisation d’un acte ou d’un produit.

    Vous avez oublié de compter les accidents car plus de gens dans les nuages feront beaucoup plus d’accidents tragiques partout, donc une explosion des charges medicales, sanitaires, veuves et orphelins… ensuite vous ne le dites pas mais moins de criminels dans le système carcéral, judiciaire, policier ce sera aussi plus de malheureux qui viendrons gonfler d’autres institutions (hôpital, refuge, asile, desintox…)

    A long terme il n’y a pas de bénéfice à la légalisation de la drogue si douce soit-elle, nous allons créer une nation de droguès qui sous l’emprise de la drogue vont commettre plus d’actes irréparables puisque la légalisation amène egalement une augmentation de consommateurs.

    Si c’est la tout l’exemple que nous voulons montrer aux enfants nous sommes tombé bien bas.

    Vous parlez de liberté mais la drogue n’est pas une liberté c’est une prison, un esclavage, nous devrions plutôt faire de l’education dès le plus jeune âge pour que personne n’ai le goût de prendre ces cochonneries, mais voila l’education ça ne rapporte pas d’argent alors personne n’en veut.

    1. Si on en parle, relisez moi plus haut. Seulement, tous n’ont pas cette vision. Ils veulent la liberté, LEUR liberté, se moquant par ignorance ou égoïsme de celle des autres

      1. Stéphane B, est ce tu as un problème si un adulte A vend à un adulte B du cannabis avec consentement des deux parties et sans violence ? Est ce tu as un problème (tu peux trouver cela pas très moral mais ce n’est pas le sujet ) avec cette transaction ? Est ce que tu penses qu’il faut garder l’interdiction de ce genre de situation ?
        Dans le cas où tu trouves que oui il faut surveiller les brebis de l’égarement. Qui est à ton avis le plus apte à les surveiller ?

        1. Je vais être clair. Chacun fait ce qu’il veut du moment qu’il est responsable, qu’il sait ce qu’il fait et qu’il est sur que derrière, il ne fera pas un acte stupide comme prendre le volant. La liberté des uns s’arrête là ou commence celle d’autrui, c’est à dire celle de la société. Par ici, j’en connais qui fument du cannabis et j’en ai rien à glander car ils sont là-haut dans leur montagne. J’ai un voisin schizophrène qui fume aussi. Rien à battre.

          Ce n’est pas la transaction qui me pose problème, ni le fait qu’il fume, c’est le degré d’irresponsabilité des gens et d’entendre dire ensuite dans les salles d’audience, que ce n’est pas sa faute, qu’il était pas bien, que ceci ou cela. Là je dis qu’il faut arrêter tout de suite. Il faut que les gens assument mais c’est devenu Has been d’assumer, c’est même un gros mot, une insulte.

          1. Je suis tout à fait d’accord, les drogues rendent les gens irresponsables. Par contre, leur interdire la drogue les rend encore plus irresponsables.

          2. Et tu n’as pas répondu à ma question

          3. La plupart des gens en faveur de la libéralisation dont d’accord avec le principe de Pittacos de Mythilène qui veut que l’intoxication lors d’un crime ou délit n’est pas une excuse mais un facteur aggravant.

    2. Vous pourriez vous économiser en vous attaquant à l’alcool qui est, contrairement au cannabis, une drogue addictive aux effets dévastateurs ET toléré légalement pour la conduite.

      La quantité de cannabis à fumer avant d’altérer visiblement sa conduite est juste énorme et rendrait l’individu lambda incapable d’atteindre son véhicule sans chuter. Il existe de nombreuses vidéos de test sur YouTube que je vous invite à visionner.

      1. Je vous l’accorde mais le cocktail alcool cannabis ne fais pas bon ménage. Et généralement, les deux sont pris ensemble dans les soirées.

        1. « généralement » est une excuse à deux balles pour prohiber parce que la présomption d’innocence existe. Incarcérer ceux qui évitent le mélange meme si c’est une minorité, parce que les irresponsables sont nombreux, est un acte de despotisme parfaitement dégueulasse.

    3. Super !

      Dans ce cas, interdisons l’alcool aussi. Vous n’êtes pas d’accord ?

    4. « nous allons créer une nation de drogués qui sous l’emprise de la drogue vont commettre plus d’actes irréparables »

      L’immense majorité des gens ne commet pas d’actes irréparables, et n’en commettrait pas plus s’ils n’étaient pas sanctionnés. Votre vision selon laquelle l’homme serait naturellement profondément malfaisant et devrait être retenu à tout instant par la loi de faire un malheur me heurte profondément, et justifierait toutes les dictatures.

  20. La description des effets positifs sur la santé publique est bien lacunaire. Si a faibles doses, pour les adultes, les effets nocifs sont relativement faibles, il y a la question fondamentale de la santé des adolescents.

    En effet, des chercheurs Néo-Zélandais ont démontré que l’usage régulier de cannabis ou similaires chez un adolescent, qui est donc en pleine période de formation de son cerveau, le QI baisse, irrémédiablement, d’environ 8 points.

    Conséquence : une moins bonne vie, moins bonne études, moins bon travail, rémunération, conjoint, etc..

    On les économistes lecteurs de contrepoints, familiers de la loi de l’offre et de la demande, comprendront que l’offre libre et le produit moins cher entraînera une plus forte consommation : déplacement vers la droite de la courbe de demande (car plus illégal) et déplacement vers la droite sur la courbe de demande, car prix plus bas.

    Une génération foutue. Je crois inutile de parler de limiter la vente aux adultes, car l’accès sera tellement facilité pour les adolescents que ce sera comme une légalisation totale.

    1. Vous êtes en train de nous dire qu’ils ont ciblé des jeunes qui ne consommaient pas de cannabis, mesuré leur QI, leur ont fait prendre du cannabis pendant une certaine période, puis re-mésuré leur QI ?

      C’est bien la méthodologie scientifique de base là, non ?

      Et les parents ont accepté ça ?

      1. Ah vous êtes spirituel ! Mais non, ce n’est pas comme ça.

        1/ Test d’ados de 13 ans
        2/ Test des mêmes à 38 ans et questionnaires sur leur usage de cannabis.
        3/ Classement et analyse du tout ça.

        1. A 38 ans hein ? Pour conclure sur les adolescents hein ? Sans parler de scientifiques adultes qui ne sensibilisent pas des gosses de 13 ans mais préfèrent les prendre pour des cobayes ? Sans parler du nombre de jeunes qu’ils faut mettre dans l’échantillon initial pour être sûr d’avoir au final un échantillon fiable de gens parmi eux ayant régulièrement pris cette plante ?

          Ecoute, Esprit crédule, sur cette affaire là, il y a une guerre des mots entre les pro et les anti. Et les anti sont ceux qui font feu de tout bois pour maintenir le statu quo.

          Cette étude, sans même entré dans ses profondeurs, appelle beaucoup beaucoup d’interrogations.

        2. Il est évident pour moi que le QI est une cause directe de l’usage ou non de cannabis, ce qui fausse complètement l’étude. Plus un enfant est intelligent, plus il se rend compte que les drogues ne mènent à rien, et moins il utilisera de cannabis.
          Cette étude ne veut rien dire.

          1. Vous avez raison Jeff, le cannabis c’est pour les cons ! MDR

          2. complètement faux, c’est même le contraire: les gens les plus curieux, imaginatifs, intelligents et réceptifs sont plus enclins à en consommer, et ce n’est pas pour s’abrutir mais bien parce que le cannabis leur correspond…

            D’ailleurs qui a dit que le cannabis rendait con ?

            la « baisse du QI » ne veut absolument rien dire: le cerveau est un muscle, si l’on s’en sert suffisamment, si on s’essaye a des activités intellectuelles quotidiennes, on gagne en intelligence, c’est pourtant pas compliqué à comprendre !
            ous effets, et j’en ai fait l’expérience plus d’une fois moi et mes proches, la concentration est accrue, l’imagination est exacerbée, la perception parfois accrue (tout dépend de la variété)… etc. Tout pour faire fonctionner le cerveau !

            Seulement, quand on est un cas social, qu’on branle rien dans la vie parce qu’on a été pourri gâté ou malmené étant jeune, alors oui, notre intellect risque d’être affecté par sa consommation, évidemment, d’autres paramètres rentrent en compte comme les RAISONS pour lesquelles on consomme, l’état d’esprit, le contexte ou encore notre état de fatigue.

            1. Dans l’ordre :

              – Affirmation non étayée et dénuée de toute logique ;
              – Sans lien avec l’étude en question ;
              – Et finalement, vous dites que vous êtes d’accord que le cannabis diminue le QI, ce qui contredit ce que vous dites avant.

              1. euh tu sais lire ?
                en gros pour résumer: si t’as le cerveau ramolli et que tu fais rien pour le remplir, la fumette n’arrangera en rien les choses. Et vice-versa…

          3. Pourtant, le FBI a dû modifier sortir les tests cannabiques de ses conditions de recrutement de cryptographes (Dieu sait combien il faut être intelligent pour faire ce métier) parce que tous les jeunes génies qui postulaient étaient positifs à ces tests.

    2. Faux: Le demande a une élasticité plus ou moins grande par rapport au prix. Dans le cas du cannabis on sait justement qu’elle est très faible puisque les consommateurs continuent à acheter malgré un prix prohibitif.

      Par ailleurs si vous vous vous souciez de la santé des jeunes, pourquoi prohiber la consommation pour les adultes? Pourquoi ne pas légaliser pour pouvoir imposer des contrôles d’identité aux revendeurs?

      Le chantage aux enfant: La ficelle la plus stupide et la plus éculée des prohibitionnistes moralisateursqui une fois de plus se gardent bien d’appliquer le même raisonnement à leur pinard:
      « Géraaaaard! Il faut que je te parle! »

  21. Bonjour,

    merci pour cet article, à partager !

    L’idée selon laquelle la disponibilité du cannabis, pourrait indirectement faire reculer la consommation d’alcool est intéressante, et rarement abordée.

    Voici un lien sur le sujet :

    http://www.ungass-on-drugs.eu/data/301

    Merci Contrepoints.

  22. Innaplicable contenu des accords internationaux de lutte anti drogue maintenant je constate que la guerre à la drogue ne fonctionne pas…

  23. Ca m’ étonnerait que les jeunes des banlieues organisent leur trafic international.Certes ils en tirent un bénéfice, mais moindre que les gros bonnets (comme Air Cocaine, non non ne suivez pas mon regard…..).

    La culture du cannabis est très facile en extèrieur, bien plus facile que la tomate par exemple, en intérieur il faut quelques connaissances, notamment pour la structure du sol et l’ additif d’ engrais. Sous serre éclairée et chauffée, le cannabis et le chrysanthème (pour fleurir les tombes) ont le même plan de culture, toutes deux sont des plantes dites de jour court : le fleurissement survient lorque la photopériode diminue.

  24. Tout dépends si on a envie de vivre dans la terreur, les trafics, la répression permanente, les contrôles arbitraires, des règlements de comptes criminels et l’enrôlement de la jeunesse dans la mafia ou le terrorisme.
    Ou si l’on préfère vivre libres et en paix dans une société qui a la compétence de ses prétentions, celle qui honore sa devise au respect des choix du peuple et de ses droits fondamentaux.

    Pour information, les chiffres officiels sont divisés par 5, puisque ne sont comptés que les personnes interpellées, soit 1 sur 5 selon les statistiques de l’OFDT.
    Pour les associations qui connaissent la situation sur le terrain, les consommateurs de Cannabis sont environ 18 millions, le chiffre d’affaire annuel serait de plus de4 milliards d’euros, avec la création d’au moins un million d’emploi et assurément le tiers d’entreprises nouvelles.

    Mais les Français restent les spécialistes du Cannabis en europe malgré la censure, les inombrables variétés et savoirs faire intemporels de nos campagnes séduisent nos voisins (cocorico) qui viennent partager nos cultures connues et reconnues en toute clandestinité.

    En France, la valeur liberté est souillée par le mensonge et la répression de cette politique malhonnête, les citoyens incriminés sont excédés par l’injustice et la trahison de leurs droits, ils ont décidés de constituer une vaste plainte contre les protagonistes de cette politique criminogène imposée à une population qui ne cause de tors à personne et qui subit le désastre de santé publique que produisent les lois de la prohibition.

    Hors, la constitution Française appelle les citoyens à lutter contre : l’intolérance, l’inégalité, la persécution, le génocide, l’arbitraire et la censure de l’opinion. C’est même un devoir salutaire au maintient de la république et de la démocratie. C’est ainsi qu’en 2010, des citoyens victimes de s trafics et de la justice, décident de former des milliers de clubs de culture – distribution pour boycotter le trafic et
    préserver la santé des usagers par la fourniture de fleurs saines et de bonne qualité.

    Aujourd’hui, près de 60% de la population est opposée à cette prohibition, et souhaite que soit légalisée cette plante médicinale moins nocive que les drogues légales vendues par des lobbys industriels.

  25. La Hollande et l’Espagne l’ont fait, et n’ont pas été aussi enthousiastes, revenant sur à l’ancien système : interdiction et pénalisation.
    La Libéralisation ayant entraîné le déplacement du traffic sur la diffusion d’autres drogues.
    Dand des quartiers des grandes et moyennes villes, les consommateurs d’héroïne tournent en rond, scrutant le sol, au cas où quelqu’un aurait laissé tomber sa dose : c’est pathétique de vouloir la même chose pour la France !
    Le chocolate se fume dans des cigarettes reconstituées et sans filtre, ou l’herbe se fume directement sans filtre : bonjour les poumons, les cancers..
    Et l’addiction : causant des graves problèmes familiaux : les enfant qui tabassent les parents ou les volent, pour avoir l’argent de leurs doses.

    1. Vous nous dites que la Hollande et l’Espagne ont de nouveau criminalisé le cannabis ?

      Je connais la réponse : Non.

      Etes vous donc en train de dire que leurs députés ont introduit des projets de lois dans ce sens ?

      La réponse, la seule que vous pouvez donner, c’est encore Non.

      Que nous dites vous ? Plus clairement et en moins brouillon.

  26. Cet article est d’une naïveté confondante. Les petits malfrats de banlieue vont se reconvertir en gentils commerçants, férus de comptabilité et heureux de contribuer à la collecte de la TVA et autres taxes.

    J’avoue de plus ma perplexité devant le plaisir de l’auteur à inventer une nouvelle taxe, un nouveau produit à taxer. Contrepoint qui fait l’apologie d’une nouvelle taxe et d’une nouvelle loi pour « encadrer » le marché, ça m’en bouche un sacré coin !

    Pas de doute, Créteur, c’est de la bonne que vous avez fumée. Avec le shit, les chips et le chocolat, la France est sauvée !

    Le cannabis présente un gros danger que vous n’avez pas pris en compte : c’est que ça coupe totalement de la réalité. Votre article en est la preuve. Votre naïveté en est presque pathétique. Vous nous faites un conte pour enfants et le pire, c’est que vous avez l’air d’y croire.

    1. Au lieu d’écrire des conneries (oui, moi aussi je peux manquer de respect), allez voir ce qu’il s’est passé aux EU quand ils l’ont dépénalisé.

      1. La dépénalisation, c’est une contre-décision. C’est un aveu d’impuissance, une non-réglementation. Et cette mesure a été un échec en Belgique. Au contraire, l’Etat doit avoir plus de contrôle sur le trafic et sur la consommation de cannabis. Actuellement, la politique de répression est vaine et ne produit aucun résultat positif. Les forces de l’ordre récupèrent quelques kilos par ici quand des tonnes passent juste à côté d’eux ! La consommation des adolescents explose alors que l’on connaît les effets de cette herbe sur le développement de l’enfant. Les petits dealers s’entretuent dans les banlieues tandis que les grands se goinfrent ! Le cannabis de synthèse est de plus en plus dangereux, il se répand et engendre des drames.

        Une légalisation du cannabis donnerait la possibilité à l’Etat de limiter l’âge des consommateurs, de contrôler la toxicité du cannabis, d’interdire l’herbe de synthèse. En résumé, l’Etat pourrait maîtriser la culture, la vente, l’achat et la consommation du cannabis. Le trafic, par définition, est souterrain. Tant qu’il ne sera pas à la surface, l’Etat ne pourra rien !

        1. « Le cannabis de synthèse est de plus en plus dangereux, il se répand et engendre des drames. »

          Le faute à qui ? Ce que vous appelez « cannabis de synthèse » est en réalité la 7e génération de Cannabinoïdes de synthèse. Si les chimistes en ont inventé 7, c’est car l »état les a obligé en interdisant tout ce qu’ils avaient inventé avant. L’état a systématiquement interdit les molécules les plus sures en premier tout simplement car il interdit les plus populaires. Personne ne voulant consommer n’importe quoi, les plus populaires sont les meilleures…

    2. Je sais pas à quoi vous carburez, mais il semble bien que vous êtes vous même bien coupée de la réalité.

      Les études montrent que des pays non-prohibitionnistes comme la hollande consomment moins que la GB ou la France prohibitionnistes.

      1. Je pense que vous ne m’avez pas lu jusqu’au bout : je suis contre la dépénalisation mais pour la légalisation ! En partie pour les raisons que vous évoquez.

        1. Je répondais à la Florence…

          1. Ah, excusez moi. Content de partager votre avis 🙂

          2. Redescendez de votre trip !
            ça me fait marrer les gens qui s’illusionnent tout seuls. Relisez l’article qui dégouline de bons sentiments. A en croire Créteur, la légalisation du cannabis sera magnifique. Ouvrez les yeux. La légalisation du cannabis , si elle doit avoir lieu, ne doit certainement pas être menée par des bisounours dans le genre de Créteur. Sa vision irénique est débile.

            Quant à vos fameuses études, on aimerait bien les voir et étudier si elles sont sérieuses. On aimerait bien avoir les relations de cause à effet car les corrélations douteuses, n’importe quel crétin malhonnête est capable de les faire.

            Le coup des jeunes qui seraient limités par l’Etat dans la consommation de cannabis me fait hurler de rire ! On a bien vu comme l’Etat est efficace pour empêcher les jeunes de se prendre des bitures express.

            Et puis, je vais vous faire une confidence : le tabac est parfaitement légal en France mais cela n’empêche nullement les trafics. Un truc de dingue, non ? Un truc inimaginable pour les esprits embrumés. Et de même les mineurs, auxquels la vente de tabac est interdite, fument massivement du tabac. ça alors !! Qui aurait pu croire une chose pareille ?!

            Quant aux petits dealers qui vont du jour au lendemain devenir des bons et gentils petits gars dociles et payés au smic, aux mafias qui vont disparaître par magie, que faire d’autre que de rigoler doucement.
            Et je ne parle même pas de la fameuse baisse de consommation d’alcool qui serait la conséquence de la légalisation du cannabis. Grand éclat de rire !

            Allez les gars, arrêtez de rêver, la légalisation du cannabis est beaucoup trop sérieuse pour la confier à des fumeurs de shit.

          3. Mais le plus drôle, je dois l’avouer, c’est de voir des gens qui se prétendent « libéraux » et qui sont en train d’imaginer une belle usine à gaz bien étatique, avec un commerce réglementé par des lois contraignantes et bien évidemment avec tout le cortège de taxes qui va avec. Je dois dire que c’est vraiment le pompon !

            1. Les études sont là et menées par des scientifiques bien moins hâbleurs que vous qui racontez n’importe quoi et mélangez tout pour enfumer vos interlocuteurs. Vous vous prétendez libérale et vous voulez faire interdire par l’état tout ce que vous n’aimez pas sans aucune observation des expériences sur le terrain, vous êtes totalement dogmatique et bornée.

              1. C’est vous qui racontez n’importe quoi. Le jour où un gars intelligent proposera une légalisation du cannabis avec des arguments et un plan qui tiennent la route, je dirai banco.
                Mais là , il n’y a que des bons sentiments. Pas la moindre méthode. Quel est vraiment l’objectif ? on le sait pas. ( on se doute que pour la plupart des commentateurs qui approuvent, la motivation est de se procurer tranquillement et légalement du shit mais c’est un peu court ) . Donc on ne sait pas quels moyens mettre en oeuvre, quelles seront les difficultés, quel sera le coût. A partir de là, on peut délirer dans tous les sens et se faire plaisir pour pas cher mais ça ne vaut pas un clou.

                Avec un tel argumentaire, je n’engage pas un seul centime sur l’entreprise « légalisation du cannabis » vu par Créteur.

                1. Je suis d’accord avec toi que la clé, et les cas aux États-Unis l’ont montré, c’est une campagne solide s’appuyant sur des arguments qui concernent tout le monde, un happening de hippies ne mène a rien.

                  En revanche la question du coût n’en est pas une, au contraire : financièrement la légalisation produit des bénéfices rapides, tant par la baisse des coûts de répression que par les recettes fiscales.

                  1. Pas d’accord. Si la justification de la légalisation est l’assèchement du trafic dans les banlieues, ça va coûter de mettre tous les dealers au pas. On ne peut pas justifier la légalisation pour tuer le trafic en laissant les mafias se reconvertir dans des trafics encore plus nuisibles ou entrer en résistance. Tous ces gens ne vont pas se laisser dépouiller de leurs revenus sans réagir. On ne peut pas se permettre des émeutes à n’en plus finir. D’une manière ou d’une autre, ça va coûter. Répression importante ou bien déversement de milliards d’euros d' »argent public » supplémentaires dans les quartiers , comme on le fait depuis des décennies. Cela a un coût. Ne pas oublier que la répression de la contrebande sera toujours nécessaire sinon pas de marché légal viable.

                    On en revient donc au départ. Quel est donc l’objectif ? Comment se décline-t-il ? Quels moyens ? Quelles difficultés ? Ne créera-t-on pas plus de problèmes qu’on en résoudra ? Etc.

                    Pour ce qui est des revenus, quels seront les prix de vente ? A comparer au prix du tabac. Si le shit est moins cher que le tabac, ça va tiquer. Quid des taxes, des charges sociales, de la réglementations concernant la vente aux mineurs ? Quid de la production, de la distribution ?
                    Est-ce que les gens n’auront pas tout simplement envie de faire pousser un plant sur le balcon, dans le jardin, dans une pièce avec une lampe, pour leur consommation personnelle ?

                    Suir le plan médical, est-ce que ce sera remboursé par la sécu ?

                    Faut mettre tout sur la table.

                2. « Ceux qui interdisaient d’interdire sont ceux qui ne cessent d’interdire tout ce qui ne va pas dans le sens de leur panégyrique. » Muray

              2. Exactement. Elle est dogmatique et bornée. Exactement les deux mots que je cherchais. Merci.

                C’est méchant de prendre des positions terribles qui ont des conséquences terribles sur la vie de gens honnêtes, sur leurs familles, sur leurs gosses.

                En quoi le fait qu’un responsable, un citoyen honnête qui contribue positivement au rayonnement de son pays, fume de l’herbe est il un crime ? Au point qu’on doive le traiter de cette manière ?

                Je vais grossir les choses pour que vous voyiez bien…si vous êtes de bonne foi. Dans les années 30 il y avait aux Etats Unis la prohibition de l’alcool. Trouveriez vous normal, si cette Prohibition était réinstaurée mais cette fois en France, qu’un homme soit jeté en prison pour 5 ans juste parce qu’il a bu … un verre de vin ?

                Réponse honnête attendue s’il vous plaît.

                La méchanceté, dans la vie, n’est vraiment pas toujours là où on la soupçonne. Quelle cruauté.

            2. Pour ma part je préférerais une libéralisation plus large, mais cela ne sera pas accepté par l’opinion. Une réglementation comparable à celle du tabac ou de l’alcool me parait déjà un très grand progrès, et c’est beaucoup plus facile à défendre. Le rapprochement avec l’alcool en particulier me semble justifié aussi bien tactiquement que par le caractère comparable des produits.

              1. Vous voyez donc le shit en vente dans les supermarchés comme c’est le cas pour l’alcool ?

                1. Et pourquoi pas ? Les clopes ou l’alcool sont vendus partout. Vous avez fait un mauvais trip avec du cannabis coupé au calva, c’est ça votre problème ? Allez mémère, allez vous occuper de votre chat et foutez la paix aux gens qui n’ont pas de leçons à recevoir d’une coincée du bulbe.

                  1. Had, à court d’arguments, passe direct aux insultes. Mort de rire !
                    Fais quand même gaffe à toi, Vieux, la fumette ça bousille pas mal les neurones.

                    1. Y pas que la fumette qui bousille les neurones, fais gaffe mémère, la connerie est encore plus destructrice que la fumette. Hitler végétarien, ne fumait pas, ne buvait pas et c’est le buveur de whisky, fumeur de cigares Churchill qui l’a dégommé. Le côté obscur de la force, si tu veux, mais je crois qu’il te faudra encore quelques millénaires to get it ma poulette. Aller, va astiquer ton parquet au lieu de raconter des conneries sans queue ni tête sur le ternet.

                      Ta cervelle manque de neuromédiateurs adéquats alors tu t’excites et tu finis ridicule.

                    2. Pour ceux qui seraient amenés à lire ce message, et parce qu’on est sur Contrepoints et pas sur un site de propagande, je précise que la seule étude ayant conclu à une réduction de la densité neuronale dans le CNS a été réalisée sur des rongeurs en hypoxie.
                      Toute étude ayant été réalisée sur des composants actifs dilués et inoculés à des rongeurs ne montrent rien de statistiquement significatif sur les neurones, contrairement à l’alcool, mais il est aujourd’hui soupçonné que des dégâts peuvent être occasionnés aux cellules gliales de l’hippocampe. Ca reste néanmoins un sujet délicat car une telle observation est difficile, on connait mal les circuits gliaux et les cellules gliales se régénèrent constamment.

                      Voila pour les faits plutôt que de lire des absurdités sur la prétendue neurotoxicité du cannabis.

                    3. « Vieux, la fumette ça bousille pas mal les neurones. »

                      Le cannabis n’est pas neurotoxique ou très peu, contrairement à l’alcool qui est il me semble la drogue courante la plus neurotoxique.

                2. Pif, ma question sur la vente en supermarché était sans arrière pensée. Juste pour vous faire préciser votre idée. C’est comme ça qu’on avance le mieux.

                  Laissons donc les remarques agressives de Had de côté.

                  1. Oui, ça avance à reculons avec Floflo.

                    1. Had, sois gentil, va jouer avec les enfants de ton âge. Laisse les grands discuter entre eux.

                    2. Je laisse les grandes idiotes dans ton style infantiliser les autres, pauvre tache. Ma pauvre fille, mais tu crois impressionner qui avec des foutaises sans queue ni tête et paternaliste jusqu’à la pestilence ?

                    3. Had, fais gaffe encore, tu es en train de t’étouffer avec ton propre vomi ! 😀

                    4. Florence, si vous n’étiez pas d’aussi mauvaise foi, vous ne susciteriez pas des réactions comme celles de Had. Tous vos posts sont méprisants et. Vous traitez créteur de naif, de toxico, vous n’avancez que des « arguement » fondés sur de la condescendance et vous essayez de faire passer votre mépris pour du bon sens. Le manque de respect c’est vous qui l’avez amené ici. Vous insurger que l’on vous serve votre propre soupe est franchement mal placé.

            3. Le plus drôle c’est de voir des libéraux qui préconisent la libre entreprise et un marché sans entraves et qui parlent d’interdire le commerce d’un produit.

              1. « Quand on observe la guerre contre la drogue, le rôle du gouvernement est de protéger le cartel. »

                Milton Friedman, prix Nobel d’économie 1976.

                1. « Quand on observe la guerre contre la drogue d’un point de vue purement économique, le rôle du gouvernement est de protéger le cartel. »

                  Milton Friedman, prix Nobel d’économie 1976.

    3. Vous ne savez même pas de quoi vous parlez, Madame. Et ça se voit.

  27. Beaucoup de préjugés des commentateurs ici, qui feraient bien de mieux s’informer :

    Pour le professeur Alexander, cette découverte remettait profondément en cause deux conceptions opposées de la toxicomanie. Les conservateurs l’envisagent comme une tare morale, conséquence de l’hédonisme. À l’inverse, les gens de gauche ont généralement tendance à la présenter comme une maladie qui se développe quand le cerveau est pris en otage par les substances chimiques. En réalité, la dépendance n’était selon lui qu’une forme d’adaptation à notre environnement. Ses causes ne trouvent pas leur origine en nous mais dans la cage où nous nous trouvons.

    http://www.huffingtonpost.fr/johann-hari/causes-addictions-drogues_b_6643266.html

    http://bigthink.com/ideafeed/study-alcohol-worse-for-mental-health-than-psychedelics

    http://www.gizmodo.fr/2015/02/24/cannabis-encore-moins-dangereux-etude.html

  28. Entièrement d’accord avec l’auteur, légalisons le cannabis ! Et puisque c’est un produit réservé aux adultes responsables d’eux même, réglementons-le comme l’alcool, suivant sa concentration en principe actif.

    Les plantes ou les feuilles devraient être en vente libre, les produits concentrés ou distillés payer une taxe similaire à l’alcool. (avec une notice de santé publique comme pour le tabac)

    L’ordre public et la tranquillité publique seront les grands gagnants, car une prohibition largement contournée et impunie est une rente qui suscite le trafic donc la délinquance.

    La ressource policière et judiciaire est fort onéreuse, elles pourront être recentrées sur les missions plus utiles à la population !

  29. L’article me semble trop optimiste sur la question des recettes fiscales:
    1) Il est difficile de dire si le marché du cannabis dans le Colorado constitue une référence appropriée. En effet, on ne sait pas quelle part du cannabis consommé dans cet Etat l’est par des non-résidents. Les Etats-Unis restant majoritairement prohibitionnistes il est très probable que le Colorado bénéficie de sa législation à part sur ce marché. A titre de comparaison, à l’époque ou les Pays-Bas étaient un ilôt de tolérance dans une Europe principalement répressive, 80% la production locale était consommée par des non-résidents ou exportée. Sauf qu’aujourd’hui, c’est la France qui fait figure d’exception, les pays voisins ayant dans l’ensemble des politiques de tolérance/dépénalisation. Et puis, tout dépend si l’on veut attirer les fumeurs étrangers ou pas: l’exemple des Pays-Bas, qui ont finit par restreindre le commerce du cannabis suite aux nuisances créées par les »narcotouristes », montre que les citoyens ne le souhaitent par forcément, même s’ils voient les consommateurs locaux avec bienveillance.
    2) Une « taxation à la française » sur le cannabis risquerait fort d’aboutir à l’effet inverse de celui recherché, à savoir le maintien d’une filière clandestine parallèle. Il faut voir que le prix du cannabis vendu illégalement est très supérieur à son coût de production et de distribution, les vendeurs profitant d’une offre rare de part son caractère illégal pour dégager une marge opérationnelle très élevée. Il existe donc un fort potentiel de baisse des prix de la part des vendeurs illégaux qui voudraient concurrencer les vendeurs légaux, contraints de vendre à un prix rendu trop élevé par les taxes et de respecter un certain nombres de règlementations (interdiction de la vente aux mineurs, par exemple).

    D’autre part l’auteur se trompe assez lourdement sur la difficulté qu’il y à cultiver du cannabis. Avec les variétés développées ces dernières années par les semenciers et disponibles sur internet pour des sommes très modiques, la culture en extérieur est à la portée du premier venu: il suffit d’un bout de jardin ou d’un balcon bien ensoleillé et d’un arrosage régulier pour assurer facilement la consommation annuelle d’un fumeur quotidien. Avec un terrain plus vaste et bien dégagé, vous pouvez facilement alimenter plusieurs dizaines de personnes. Actuellement, le principal obstacle à cette activité n’est l’aléa du aux nuisibles et aux maladies, et même pas la police, mais bien le risque de vol et/ou de racket, contre lequel vous devez vous défendre seul.

    1. Sur la filière illégale : oui, mais dans la cas de l’alcool c’est tres marginal, et même pour le tabac ça commence seulement à se développer – alors bien sur il ne faut pas mettre des taxes absurdes, mais beaucoup préféreront se fournir dans un magasin qui a une bonne réputation et propose un choix de produits de qualité, plutôt que d’économiser quelques euros en allant se fournir cjre un vendeur illégal dont le service et le choix ne sontvpas forcément a la hauteur.
      Le cannabis, même aux prix actuels, ce n’est pas très cher. A mon avis il suffirait que le prix TTC soit un peu en dessous du prix actuel pour que ca marche – et cela resterait très rentable pour le producteur, pour le marchand, et pour l’État.

  30. Oui, qu’enfin on sorte des mythes qui justifient la prohibition. L’opinion n’est peut-être pas encore prête, mais les États-Unis montrent la voie (après avoir été les plus grands propagandistes de la criminalisation)

    1. Les USA ne sont pas les seuls, il y a d’autres cas et de nombreux pays comme, le Mexique ravagé par les mafias du trafic, ont ouvert le débat sans tabous « hygiénistes ».

  31. « Si l’on observe la guerre contre la drogue d’un point de vue purement économique, le rôle du gouvernement est de protéger le cartel. »

    Milton Friedman, Prix Nobel d’économie 1976.

  32. C’est cocasse un libéral (^^) qui base son argumentaire sur la taxation …

  33. Vous résumez très bien les différents aspects de la dépénalisation / légalisation.

  34. Un secteur qui représente 1,4 milliards d’euros de PIB et qui génère 1,2 milliards d’euros de recettes fiscales ? Est-ce que presque toutes les recettes vont à l’Etat ?Je ne suis pas économiste mais j’ai l’impression qu’il y a comme un problème de logique dans votre argumentaire !

  35. Les points 1,2 et 3 sont contredits par un fait simple : 1/3 des cigarettes en France sont de contrebande. Et les cigarettes sont pourtant un produit légal. Il ne faut pas compter sur une dépénalisation pour d’une part générer des rentrées fiscales et d’autre part supprimer les trafics. Les trafics continueront à exister sur une échelle colossale car le produit sans les taxes et charges de l’état sera toujours plus intéressant pour les consommateurs qu’un produit surtaxé. Le tabac est actuellement le meilleur exemple.

    Le point 4 est contredit par le retour d’expérience sur le long terme d’un autre pays ayant fait ce choix : les pays Bas. Ce pays est devenu aujourd’hui la plaque tournante de l’Europe pour des drogues encore plus nocives : cocaïne, héroïne, crack et méthamphétamine. Je doute que ça améliore le volet santé publique.

    Enfin, le point 5 sur les libertés, est un peu un poncif éculé. On sait très bien qu’on ne peut pas tout faire au nom de la liberté. Sinon, pourquoi le cyanure ne serait il pas en vente libre ?

    1. Les Pays-Bas ont juste le plus important port d’Europe et sont idéalement situés (carrefour UK-France-Allemagne) pour alimenter le marché européen.
      Cela explique pourquoi ils sont une plaque tournante mais ne prouve pas qu’ils soient tous toxicos dans ce pays !

      La contrebande des cigarettes est le résultat d’une forte taxation, d’une distorsion du marché libre ; en outre, si nous avions un système libre d’assurance santé, les coûts seraient impactés sur l’assuré qui paierait une prime de risque en étant fumeur plutôt que de faire supporter cela par les autres assurés.

  36. La loi sur la prostitution et la dépénalisation du cannabis génèrent les plus gros flux de commentaires…
    Les « libéraux » ont des priorités …
    L’enfumage ça marche.

  37. Argumentation débile, financer le budget de l’Etat par la vente de drogue, faut le faire…
    Pour aller jusqu’au bout de ce type de justification, j’ajouterai : Supprimons la drogue et il n’y a plus de problème, et les marchands d’armes devront se recycler.

    A l’heure où l’Etat tente de limiter la consommation de tabac et d’alcool pour préserver la santé es français, voila qu’on veut dépénaliser la vente de la drogue, car l’usage, lui, il y a longtemps que c’est fait. Pas pour rien que la France est le plus grand consommateur de drogue, cessez donc de dire que l’usage de la drogue est interdit, merci les pourrilitiques.

    Rappelons aux naïfs que le traffic de drogue existera toujours, voyez pour le tabac, et dans les états Us où cela a été fait

    Admirez la cohérence de nos pourritologues : on va maintenant pénaliser les clients des prostituées et dépénaliser les marchands de drogue. Faut le faire !

    Et tout ça parce que qu’un député PS marseillais s’affole de voir ses électeurs s’entretuer. Comment va-t-il pouvoir continuer à financées magouilles?

    Mais j’y vois tout de même un gros avantage, d’accord : les français transformés en zombis, je n’ose penser au sous-développement cérébral des jeunes car c’est déjà en cours, et les scènes à la Mad Max sur les belles routes de France.

    Manque plus pour l’Etat qu’à libéraliser la prostitution en l’organisant, libéraliser la vente d’armes, et avec l’alcool et le tabac équilibrer le budget de la France, l’Etat proxénète-dealer est sauvé.

    Bon d’accord , pour les hôpitaux c’est pas gagné… mais on pourra toujours ré-ouvrir les centres psychiatriques, et multiplier les salles de shoot.

  38. Je ne comprends pas grand chose à cette question mais je pense qu’on doit avoir une certaine continuité sur la question. Ressortir ça au moment de la nuit debout, cela ressemble à de l’opportunisme de la part du gouvernement et ça c’est très condamnable. Mais jusqu’où est capable d’aller Hollande et son âme damnée Vals ?

  39. C’est marrant que personne ne parle des effets du cannabis autrement qu’en termes médicaux ou sociaux.
    Ex gros fumeur, j’apprécie désormais d’en consommer occasionnellement, loin de ce phénomène d’accoutumance qui caractérise le produit. Alors, je redécouvre le monde qui m’entoure avec un œil nouveau : les couleurs deviennent chatoyantes, les sons se font plus clairs, et surtout je réfléchis différemment.
    Mon grand kif c’est de marier l’usage de ce produit avec une écoute musicale de qualité : lorsque j’écoute des artistes comme Paco de Lucia, Miles Davis, Astor Piazzola ou Les Claypool ( liste très loin d’être exhaustive ), je change d’univers, me retrouvant à la frontière entre un monde terre à terre où la survie dicte mon comportement, et un monde onirique où mon imagination vagabonde librement. Il m’est arrivé de croire que Kind of Blue a été composé pour moi, tant je me sentais en phase avec la musique et le mysticisme qui s’en dégage. Ma perception du temps est différente lorsque j’ai fumé, et je peux ainsi me perdre dans l’immensité d’un soupir, ou avoir l’impression que la grosse caisse et la caisse claire se font face comme deux miroirs, renvoyant chacun l’image de l’autre à l’infini.
    La peinture impressionniste est à mon sens représentative de ce qu’on peut percevoir visuellement grâce à ce psychotrope. Il m’arrive de me demander si ces petites taches de peinture sont réellement des arbres, des maisons et des ruisseaux, ou si ce sont les arbres, les maisons et les ruisseaux réels qui ne sont en fait que des petites taches de vie. Tout semble parfaitement imbriqué, chaque élément étant en interaction avec les autres, comme tous les membres d’une fourmilière.
    A l’inverse, je peux regarder des débilités comme un blockbuster américain, ou écouter des merdes pas possibles comme le dernier album de Britney. Me sautent alors aux yeux toutes les grosses ficelles marketing composant l’essentiel de ces œuvres et je me demande comment on peut être assez con pour aimer ça. La moindre explosion d’un vehicule finissant sa course dans un fossé, ou le plus travaillé des gémissements de pouf peuvent provoquer un fou rire inextinguible, ou bien me navrer complètement, me faisant perdre toute foi en l’humanité.
    C’est ce dernier point qui selon moi justifie l’interdiction du cannabis : si plus de gens en consommaient, plus de gens se rendraient compte à quel point on se fout de leur gueule, et la société telle que nous la connaissons s’en trouverait déstabilisée.

  40. Juste une petite question pour un novice comme moi, sans aucun a priori, dans quel secteur d’activité bossent ceux qui fument du cannabis?
    Un petit sondage serait intéressant.

  41. Encore un débat pour « enfumer » l’opinion. Comme ça on ne parle plus des choses qui fâchent, c’est plus facile. Quand à la « démonstration des comptes » qui en est faite, il faut inclure les soins apportés pour tous les « fumeurs ». Le tabac et l’alcool nuisent à la santé, on arrête pas de nous le rabâcher, le cannabis aussi. SI c’est simplement pour « vider les prisons » l’argument ne tient pas. Si c’est pour des rentrées fiscale, non plus, le marché noir existera toujours, comme pour les cigarettes, il suffira d’aller acheter en Hollande comme on va a Andorre ou au Luxembourg.

  42. Que d’arguments, plus pertinents les uns que les autres!
    Mais il reste l’essentiel: nous vivons dans un pays où nous pouvons nous retrouver en prison pour avoir planté une graine dans son jardin, et cultivé une plante. Vive la liberté!!!

Les commentaires sont fermés.