Piketty : les 200 Américains les plus riches sont-ils des rentiers ?

Publié Par Guillaume Nicoulaud, le dans Économie générale

Par Guillaume Nicoulaud.

 

Les riches d’aujourd’hui sont-ils des rentiers comme nous l’explique Thomas Piketty ou, au contraire, ont-ils construit leurs fortunes de leurs propres mains ? C’est évidemment très difficile à dire et ce d’autant plus que le nombre de « riches » à étudier est important. Par exemple, si considérer qu’on est riche quand on appartient au 1% des plus grosses fortunes mondiales soit, selon les estimations du Crédit Suisse, un patrimoine net de plus de 759 900 dollars US en 2015 (surpris ?), cela nous fait tout de même 47.7 millions de parcours à étudier1.

Je vous propose donc ci-après une rapide analyse qui s’appuie sur un minuscule échantillon composé de gens richissimes : en l’occurrence, les 200 Américains les plus riches selon le classement Forbes 400 de 2015 ; l’air de rien, ça fait déjà pas mal de travail2. Fort heureusement, Forbes nous propose désormais un Self-Made Score, une note de 1 à 10 où 1 désigne les rentiers oisifs et 10, comme vous allez pouvoir le vérifier, des personnes ne correspondant pas du tout à l’idée que se fait Piketty des riches. Voici le détail :

1. A hérité d’une fortune et ne fait rien pour l’accroître.

On y trouve une bonne partie des héritiers de Sam Walton, (le fondateur de Walmart), notamment Alice (fille) et Christy (belle-fille), deux héritières de William W. Cargill et membres de la famille Duncan (Enterprise Products) mais aussi Laurene Powell Jobs, la veuve de Steve Jobs dont elle a hérité un énorme portefeuille d’actions, Walt Disney et Joan Tisch, veuve de Bob Tisch (co-fondateur de Loews Corp.). Comme vous pouvez le constater, c’est un groupe essentiellement féminin (12/13) constitué d’héritières au sens commun du terme mais aussi de veuves d’entrepreneurs.

2. A hérité d’une fortune et joue un rôle dans sa gestion.

C’est encore un groupe à dominante féminine dans lequel on retrouve quelques héritiers Mars (Forrest, Jacqueline et John), un Walton (Jim, qui a effectivement géré quelques affaires familiales) ; les autres sont essentiellement des filles ou des petites-filles de, qui, d’une manière ou d’une autre, ne se contentent pas de regarder leurs dividendes tomber comme Anne Cox Chambers, la fille de James M. Cox, dont on ne peut objectivement pas dire qu’elle s’est comportée en rentière.

3. A hérité d’une fortune et a contribué à l’accroître de façon marginale.

Cette fois-ci, c’est un groupe très masculin constitué essentiellement de personnes qui dirigent et développent l’entreprise fondée par leur père ou leur grand-père. On y trouve Carl Cook (Cook Group), Abigail Johnson (Fidelity Investments) et deux des fils de Donald Pritzker (Hyatt Hotel) auxquels se joint leur sœur, Penny, actuelle Secrétaire du Commerce de Barack Obama (elle ne fait pas partie du top 200).

4. A hérité d’une fortune et l’a augmenté significativement.

C’est un groupe assez similaire au précédent à ceci près que ceux-là se sont montrés beaucoup plus entreprenants. On y trouve l’ainé des fils de Sam Walton qui dirige Walmart avec succès depuis 1992, Jim Kennedy qui dirige Cox Enterprises, les trois fils de William Bernard Ziff qui ont préféré créer leur propre société plutôt que de reprendre l’entreprise paternelle et Peter Kellogg qui ne faisait pas dans les céréales mais dans le courtage en actions.

5. A hérité d’une petite ou moyenne entreprise et en a fait une fortune à dix chiffres.

C’est notre dernière catégorie d’héritiers mais ceux-là sont tout sauf des rentiers. Si certains ont eu la chance d’hériter d’une affaire florissante dans le bon secteur (Trump ou Leonard N. Stern dans l’immobilier) la plupart se sont révélés être de formidables développeurs : les frères Koch qui ont transformé la grosse PME paternelle en un des plus gigantesques conglomérats de tous les temps, Charles Butt (H-E-B), Mark Shoen (U-Haul) etc.

6. Embauché au bon endroit et au bon moment ou investisseur passif qui n’a pas créé l’entreprise.

C’est une petite catégorie un peu à part dans laquelle on trouve principalement des salariés de la première heure — Steve Ballmer chez Microsoft, Eric Schmidt chez Google et Jeffrey Skoll chez eBay. Bizarrement, on y trouve aussi Stan Kroenke qui se constitue une fortune dans l’immobilier puis dans le sport avant d’épouser une Walton (Ann, dont la fortune est comptée à part) et Peter Buck, co-fondateur de Subway.

7. A construit sa fortune en bénéficiant d’une avance de parents riches ou en monnayant ses origines.

Là encore, c’est une catégorie fourre-tout : on y retrouve Rupert Murdoch ou Philip Anschutz qui auraient, à mon humble avis, toute leur place dans le groupe 5 au côté de Trevor Rees-Jones, de Clay Mathile, de Daniel Och ou d’Archie Aldis Emmerson qui, pour autant que je sache, ont construit leurs fortunes seuls (et relèvent, à mon sens, plutôt de la catégorie 8).

8. A construit sa fortune en étant issu de la classe moyenne aisée.

C’est la catégorie de Bill Gates (fils d’un avocat et d’un business women de Seattle), de Mark Zuckerberg (papa dentiste et maman psychiatre) ou de Michael Bloomberg (son père était comptable). On y trouve aussi pas mal de noms connus : Warren Buffet, Jeff Bezos, Larry Page, Phil Knight, Michael Dell, Paul Allen, Elon Musk, George Lucas et Steven Spielberg pour ne citer que les plus célèbres.

9. A construit sa fortune en étant issu de la classe ouvrière ; parti de rien ou presque.

On y trouve Larry Ellison (Oracle), né d’un pilote qu’il ne connaitra jamais et d’une mère qui l’abandonne à 9 mois ; Sergey Brin (Google), fils d’un prof de math soviétique qui a fui l’URSS ; John Paulson, né dans le Queens et orphelin à 15 ans ; Ralph Lauren, un gamin du Bronx ; Bruce Kovner, un des meilleurs gérants de hedge fund de tous les temps…

10. A construit sa fortune en étant non seulement issu d’un milieu pauvre mais avec obstacles.

C’est la catégorie Zola, celle de Sheldon Adelson qui a grandi sous le seuil de pauvreté à Boston ; de George Soros, qui a échappé de justesse aux nazis à Budapest ; de Carl Icahn, fils d’un prof remplaçant du Queens ; de Kieu Hoang, qui a grandi pieds nus dans les rizières du Vietnam ; de Neil Bluhm, abandonné par son père à 13 ans…

Cela étant posé, voyons comment nos 200 super-riches se classent dans ces différentes catégories. Avant de vous donner les résultats, sachez tout de même qu’il fallait disposer d’un patrimoine net d’au moins 3,3 milliards de dollars pour entrer dans cette liste, que même chez les ultra-riches la distribution des patrimoines est très inégalitaire (Bill Gates, à lui seul, est plus riche que les 22 derniers de la liste…) et que l’âge moyen de ce petit club est de 67 printemps (j’y reviens). Voici donc notre panel, classé par Self-Made Score3 :

nicoulaud

Des héritiers, soit les groupes 1 à 5, je n’en compte que 66 sur un total de 200 individus ce qui nous fait un tiers du panel. Maintenant, si ce sont des rentiers que vous cherchez, des gens qui, pour l’essentiel, se contentent de percevoir leurs dividendes, ce sont les groupes 1 et 2 ; 24 personnes soit 12% de l’ensemble. Pour les raisons évoquées plus haut, je vais laisser de côté les groupes 6 et 7 pour me concentrer sur ceux qui, sans aucun doute possible, ne correspondent en rien à ce que décrit Thomas Piketty (les scores de 8 à 10) : ils sont 115 et représentent plus de 57% du panel.

Le groupe le plus important (et de loin), c’est le groupe 8, ceux qui sont issus de la classe moyenne à moyenne supérieure ; des gens pour qui le patrimoine hérité de leurs parents ne représente quasiment rien comparé aux fortunes qu’ils ont amassé de leurs propres mains. Si vous considérez les 48 qui appartiennent aux deux dernières catégories, ceux qui sont nés pauvres ou pas loin, ils sont deux fois plus nombreux que les rentiers des groupes 1 et 2, 48 contre 24. Alors oui, il y a bien encore quelques rentiers mais la plupart de ces gens-là ont construit l’essentiel ou la totalité de leurs fortunes en travaillant et en prenant des risques.

Comme vous pouvez le voir, nous n’avons pas affaire à une bande de gamins. Les plus jeunes de la bande, Zuckerberg et Dustin Moskovitz (Facebook puis Asana), ont tout de même 31 ans et Anne Cox Chambers (une rentière) s’approche du centenaire. Cela s’explique assez simplement : pour les héritiers, c’est qu’en général on hérite quand on a la cinquantaine (je n’ai que deux rentiers de moins de cinquante ans : Scott Duncan, 33 ans et Milane Frantz, 46 ans) ; pour les entrepreneurs, c’est que leur fortune est généralement le résultat d’une vie entière de travail et de prises de risque. Il faut juste réaliser qu’un type comme Adelson, par exemple, a mis 70 ans à bâtir sa fortune4.

Autre aspect intéressant et ce même si je n’ai pas de statistique précise à vous proposer : les fortunes de la quasi-totalité de ces gens sont composées d’actions de l’entreprise qu’ils ont créée (groupes 8, 9 et 10) ou dont ils ont hérité (1 à 5). Il doit bien exister, dans le tas, un rentier qui fait appel aux services d’un gestionnaire de fortune pour gérer son magot (façon Piketty) mais je ne l’ai pas trouvé : les Walton, Mars et autres héritiers Cargill restent actionnaires de la boutique familiale même si certains d’entre eux ne participent pas activement à sa gestion. La conséquence de ceci, c’est que ces patrimoines sont extrêmement volatils et donc la hiérarchie des fortunes change en permanence.

Caramba ! Encore raté M. Piketty !

Sur le web

  1. Le Crédit Suisse raisonne sur la base de la population adulte mondiale soit 4.7 milliards d’individus.
  2. Si vous voulez me donner un coup de main pour faire les 200 suivants, les données sont ici (les patrimoines sont exprimés en milliards de dollars US).
  3. Sur ce panel, j’ai classé moi-même trois personnes qui n’étaient pas classées par Forbes ; il s’agit de Kieu Hoang, qui mérite largement un score de 10 et des frères Bubba et Dan Cathy auxquels j’ai assigné un score de 3. Par ailleurs, quand plusieurs personnes sont classées ensemble (un couple par exemple), j’utilise simplement l’âge moyen. Enfin, je vous propose un patrimoine médian pour éviter les distorsions créées par le groupe 8 (Gates et Buffet) et cette donnée est exprimée en milliards de dollars US.
  4. La légende raconte qu’il commencé en empruntant 200 dollars à son oncle en 1945, alors qu’il n’avait que 12 ans, pour s’acheter une licence de vendeur de journaux à Boston.
  1. Merci pour le travail. C’est Harry (Aristarkke) qui va être content, lui qui demandait le rapport héritiers /investisseurs sur les 40 ou 80 premiers dans le précedent article… il en a 200.

  2. Piketty me fait penser à certains passage bien connus de la théorie marxiste.
    L’appât du gain des capitalistes aurait tendance à paupériser de plus en plus la classe ouvrière.
    Les XIXe et XXe siècles ont démontré le contraire.
    Aucune hésitation ou inconnue dans le discours de Piketty. Ses prévisions sont imparables…, comme celles de Marx.

  3. Picsou rentier ?
    Lui même a commencé à faire fortune en investissant dans les terrains minier du Yukon et dans les prêts auprès des mineurs. Puis il a investi partout ailleurs, profitant notamment de la crise de 29.
    Non, Picsou non plus n’est pas un rentier, M. Piketty 🙂

  4. 1% des plus grosses fortunes mondiales = un patrimoine net de plus de 759 900 dollars US en 2015 ?
    Comparer des patrimoines du monde entier valorisés en une (ou plusieurs) monnaie(s) est absurde, sachant par exemple qu’une maison dans un pays riche peut valoir 100 fois plus qu’une maison équivalente dans un pays pauvre. Si vous êtes propriétaire de votre maison, et seulement de votre maison, dans certaines régions françaises, vous êtes déjà dans les 1% les plus riches du monde, et vous ne vivez pas dans l’opulence.
    Il faut comparer ce qui est comparable.

  5. Très encourageant pour qui souhaite exploiter à son avantage l’ascenseur social ! Très réconfortant face au inepties pikettieste !

  6. Malheureusement, les marxistes ne raisonnent pas comme nous. Vous avez démontré que la fortune est le résultat de la méritocratie, soit ! Mais pour qui raisonne en classes sociales, vous avez surtout prouvé qu’un riche a 15 fois plus de chances de s’enrichir qu’un pauvre.
    Démonstration : si on applique, pour simplifier, la règle des 80/20 : les 20% plus riches de la population vs les 80% autres prolétaires nous avons donc dans votre tableau les catégories 1 à 8 qui sont des riches et les catégories 9 et 10 qui sont les pauvres : soit 142 fortunes issues de 20% de la population contre 48 fortunes pour les 80% restant : résultat (142/48)*5=14,79 CQFD
    Piketty peut dormir sur sont oreiller moelleux de sa bien pensanse collectivistes. Le chemin de la liberté sera long et difficile car le contraire de la vérité ce n’est pas le mensonge, ce sont les certitudes (Nietzche).

    1. merci captain obvious : monter un cran de richesse (rajouter un zéro à sa fortune) est plus facile qu’en monter deux, et a fortiori trois ou dix.

    2. Erreur Ramses les catégories 1 à 10 n’ont rien à voir avec des déciles de population et votre règle des 80-20 est complètement absurde et votre statistique de « 15 fois plus de chances » tombe à l’eau…
      Au contraire, les pauvres représentant en général dans une majorité de pays les 2 voire 3 premiers déciles on se rend compte qu’ils représentent ici (19+29)/200=24% des 200 plus riches et donc en fait ils ont autant de chances que les autres (2-3 déciles vs 24%)

      Si vous raisonnez avec les très pauvres (premier décile) vous avez 19/200 = 9.5% soit très proche des 10% de la population de ce décile.

  7. Comment réduire les inégalités: « More Adam Smith, Less Karl Marx ! » http://davidstockmanscontracorner.com/how-to-reduce-income-inequality-more-adam-smith-less-karl-marx/
    (Notez que la brookings Inst. est un think tank très centriste, plutôt démocrate. Donc, on ne peut pas leur reprocher leur parti pris idéologique)

  8. La thèse de Piketty a été contestée dès sa publication par les plus éminents d’entre eux comme l’illustre John Galbraith (un Démocrate, donc insoupçonnable de partialité idéologique) ou Philippe Aghion ( Harvard et collège de France) qui fut son professeur et celui de Macron et conseiller économique de Hollande en 2012. Tous ont identifié les mêmes erreurs de calcul et un manque de rigueur (pour ne pas dire manipulation) dans les données statistiques. d’ailleurs, Piketty a trafiqué les chiffres et volontairement complexifié son argumentation pour que le lecteur s’y perde et conclut comme le signataire de cet article. Le trafic des chiffres a été souligné par la Havard School, quant à la confusion du raisonnement il suffit de lire les premières pages de la démonstration de M. Piketty pour s’en rendre compte.

    Piketty cite toujours des périodes qui l’arrange. Par exemple, quand il parle de concentration du capital, il part toujours de 1918, quand tout le capital d’Europe avait été annihilé. En fait, si on regarde les concentrations actuelles, elles sont comparables à 1900. En fait, ce qu’il nous dit vraiment, c’est qu’il a fallu 100 ans pour se remettre de la première guerre mondiale.

    http://blog.turgot.org/index.php?post/Conference-Piketty

    comme dit Clive Crooks: « J’avançais que l’erreur du livre était de défendre une théorie qu’il ne parvenait pas à soutenir. Piketty dit que le capitalisme contient une contradiction fondamentale : dans la nature du système, les inégalités de revenus et de richesses tendent à augmenter de façon inexorable, et la ploutocratie en est la conséquence logique. Il délivre une théorie de circonstance pour soutenir tout cela, mais cela est loin d’être une théorie, plutôt un mélange d’identités comptables et de suppositions. Les chiffres du livre lui-même ne prouvent rien non plus. Et cela tout en considérant alors que les chiffres étaient corrects… ».

    Piketty a fait 70 références à Marx dans son torchon, bouquin pardon.
    Ludwig von Mises et Eugen von Böhm-Bawerk qui sont des auteurs importants au sujet des théories du capital et de ses taux de revient ont été cités combien de fois? pas bcp.
    Et même David Ricardo, à qui monsieur (comme Marx d’ailleurs) avoue avoir un intérêt pour lui, n’est pas davantage analyser, lui qui a aussi une théorie sur l’accumulation du capital.

    http://fr.irefeurope.org/Richesses-et-croissance-les-tromperies-statistiques-de-Thomas-Piketty,a2892

    Je vous conseille de lire : « Anti-Piketty : vive le capital au XXIe siècle ! » de Jean-Philippe Delsol, Nicolas Lecaussin et Emmanuel Martin ainsi que « Piketty au piquet ! » de Frédéric Georges-Tudo, livre moins sérieux mais intéressant

    Si l’anglais ne vous rebute pas, je vous conseille la lecture de cette « book review » de 43 pages du livre de Thomas Piketty : http://ejpe.org/pdf/7-2-art-4.pdf . c’ est absolument remarquable
    quelques liens intéressants à lire: http://www.bloombergview.com/articles/2015-03-27/piketty-s-three-big-mistakes-in-inequality-analysis
    https://docs.google.com/document/d/1GLvjbw7ycvAxolQNpmNk4nGKGgI0kJwaq9BjQGRtycw/edit?pli=1# http://www.econtalk.org/archives/2014/11/daron_acemoglu.html https://docs.google.com/document/d/1R5p-jIV04zzfHhTCN_9I2r5iiCVoyqQI1TS5OcqkkAU/edit?pli=1
    http://www.lalibre.be/debats/opinions/piketty-ignore-90-de-la-population-557ba8c33570783474011d3f Si vous voulez du solide et du gratuit sur Piketty, vous avez les papiers de Mankiw et de McCloskey (entre autres), ici :
    https://www.aeaweb.org/aea/2015conference/program/retrieve.php?pdfid=520
    http://www.deirdremccloskey.org/docs/pdf/PikettyReviewEssay.pdf Piketty défié par un étudiant de MIT ! http://www.economist.com/blogs/freeexchange/2015/03/wealth-inequality?fsrc=scn%2Ffb%2Fte%2Fbl%2Fed%2Fnimbysinthetwentyfirstcentury

    PIKETTY démolit par Krugman: http://www.nytimes.com/2015/08/03/books/review-the-economics-of-inequality-by-thomas-piketty.html?_r=2
    Si même des idéologues gauchistes comme Krugman ne sont pas d’accord avec lui

    Vidéo intéressante: https://www.youtube.com/watch?v=aL90pISm7Y8

Les commentaires sont fermés.