Le cirque : les attentats de Bruxelles vus de l’intérieur

Publié Par h16, le dans Édito

Par H16.

Ce sont donc de nouveaux attentats, au bilan lourd, qui viennent de frapper Bruxelles. Avec 260 victimes (morts et blessés), nul doute que les événements du 22 mars 2016 laisseront une empreinte durable dans la politique belge et surtout européenne.

Avant tout commentaire, je vous propose le témoignage d’un lecteur, que je remercie au passage, qui a vécu une partie des événements de près :

« Mon bureau est situé très proche de la station Maelbeek. De là où je suis, je vois très bien l’angle que forme la chaussée d’Etterbeek avec la rue Joseph II, et une bonne partie de la rue elle-même. C’est une parallèle à la rue de la Loi, sous laquelle passe le métro qui traverse le quartier européen vers le centre de Bruxelles. L’une des sorties du métro Maelbeek donne sur cette rue.

googlemaps - metro malbeek

Vers neuf heures et quart, mon attention a été attirée par l’agitation autour du carrefour formé par Joseph II et la chaussée d’Etterbeek : des gens criaient, les voitures semblaient ne plus savoir quoi faire, et deux flics en civil agitaient les bras pour rediriger le flot de véhicules.

À peu près au même moment, des personnes sont sorties du métro, plusieurs couvertes de sang, les habits déchirés. Certains s’assoient, à même le sol. D’autres s’allongent. Des militaires de patrouille habituellement dans ce quartier assez sécurisé (c’est le quartier européen et les chefs d’États et de gouvernements y passent régulièrement, toutes sirènes et cortèges policiers déployés) sont alors rapidement intervenus pour aider les premières victimes, pendant que leurs collègues s’engouffraient en courant dans la station.

sortie maalbeek

Les informations de collègues de bureau, qui arrivent alors du métro ou qui étaient dans la rue quelques minutes plus tôt, sont encore confuses, mais indiquent une explosion avec beaucoup de fumée, aux sorties de métro du rond-point Schuman, quelques centaines de mètres en amont, ainsi que des blessés et de la fumée, là aussi, directement aux sorties du métro donnant sur la rue de la Loi et sur la chaussée d’Etterbeek.

Pendant ce temps, les premières sirènes de police se font entendre. Les passants, au carrefour, commencent à s’agglutiner aux angles, pendant que les premiers policiers imposent aux voitures de faire demi-tour. Il ne doit pas être plus de 9:30. Les premières ambulances et voitures de pompiers arrivent sur les lieux. Mon bâtiment est évacué, et le personnel de sécurité nous intime l’ordre de nous disperser et de rentrer chez nous.

En traversant la chaussée d’Etterbeek pour m’éloigner, je peux voir un triplet de pompiers disposant un drap blanc sur une civière. Il n’y aura pas que des blessés. Je rentre chez moi. »

Les événements se suivent et se ressemblent un peu, surtout lorsqu’ils sont tragiques.

On pourrait évoquer les récupérations politiques, de chaque côté, quasi-pornographiques dans leur crudité et dans leur rapidité, la fumée des lieux même pas encore partie que déjà les uns dénonçaient les postures des autres empêchant la majorité de faire avancer son petit bout de loi, sa petite révision constitutionnelle…

… Pendant que les autres fustigent l’immobilisme des premiers, ou leurs mesures inadaptées, ou viennent proposer des mesures à la fois super-pratiques et over-opérationnelles. Quant aux remarques condescendantes de politocards français à l’égard des Belges, elles démontrent encore une fois que le socialisme, corollaire inévitable d’une hontectomie pratiquée jeune, entraîne toujours l’atrophie cérébrale qui explique à elle seule bien des comportements aberrants de nos dirigeants.

le socialisme

Bref, tous les petits stratèges de la sécurité en kit sont de sortie : vite, renforçons la sécurité ici et là, ajoutons des portiques, des contraintes, des règlements. Et même si c’est grotesque ou inadapté, cela fait bouger les lèvres des politiciens qui sont toujours très heureux quand elles bougent, même pour postillonner devant de bon gros micros mous médiatiques.

Cependant, dans la presse, dans la bouche de ces politiciens avides de micros, bien peu notent que les mesures de sécurité qui furent prises suite aux événements de janvier 2015, puis suite à ceux de novembre dernier, n’ont absolument rien empêché.

Combien poseront la question pourtant légitime de savoir s’il n’aurait pas fallu passer au niveau d’alerte 4 avant les attentats, par exemple la semaine passée alors que la traque d’Abdeslam s’intensifiait ?

Combien demanderont des explications sur cette histoire de renforcement de la sécurité dans les aéroports ? Après tout, en France, nous sommes officiellement en état d’urgence depuis quatre mois. Décider de renforcer la sécurité renforcée, c’est mignon, mais ne serait-ce pas admettre qu’elle n’était pas si renforcée que ça ? Et surtout, à quoi cela va bien pouvoir servir, mis à part mobiliser encore du personnel à des tâches d’utilité douteuse sans aucune garantie d’efficacité ?

Et puis tiens, au passage, qui, par exemple, notera la facilité avec laquelle les politiciens arrivent à dégoter des policiers et des gendarmes supplémentaires (Cazeneuve, cette fripouille politicienne sans scrupules, vient d’en trouver 1600 sous le sabot d’un cheval), alors qu’ils devraient tous, déjà, être largement mobilisés pour lutter contre le terrorisme et assurer notre sécurité ?

Et là encore, cette question lancinante, que je repose : pourquoi diable mobilisons-nous ces militaires alors que les derniers attentats ont éclaté dans des endroits (aéroport, quartier européen) sensément déjà sécurisés ?

Pourquoi, dans le même temps, a-t-on empilé des lois et des décrets visant à mettre le citoyen sur écoute, sous surveillance rapprochée alors qu’au vu des résultats et de l’aveu même des spécialistes du renseignement, ce flicage massif éparpillé tous azimuts ne sert à peu près à rien ?

Enfin, pourquoi n’hésite-t-on pas à multiplier les moyens (humains, financiers) pour les radars routiers, les contrôles sanitaires, à multiplier le nombre de gendarmes déployés pour débarquer chez des entrepreneurs qui auraient eu l’outrecuidance de ne pas payer leurs cotisations sociales, alors que, de l’aveu même des politiciens, le plus grand danger ne serait ni routier, ni sanitaire, ni fiscal, mais bien terroriste ? Et alors que Valls nous demande vaillamment de serrer les fesses nous habituer au terrorisme, Cazeneuve va courageusement continuer à mobiliser la police pour traquer Uber et les mères de famille en twingo qui frôlent le 59 km/h sur les départementales limitées à 50 en prétendant l’avoir mobilisé pour flasher des terroristes.

Bref.

Dans cette course haletante, personne ne semble vouloir s’arrêter et dire « A-t-on vraiment mis des moyens là où il faut ? » Les politiciens continuent à se moquer de nous en emballant leurs mesures catastrophiques et leurs explications consternantes dans de jolis papiers cadeaux sécuritaires. Les médias, qui devraient, en cette période plus qu’en toute autre, appuyer lourdement là où ça fait mal aux politiciens, aux élus et aux responsables, déroulent au contraire un tapis rouge de complaisance soviétique pour les autorités, roulent sur les mêmes sujets, les mêmes remarques, et personne ne semble avoir trouvé le temps ou le courage de poser les questions ci-dessus.

Le cirque politico-médiatique continue.
—-
Sur le web

  1. « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.”
    Bossuet

    Après avoir laissé rentrer des milliers de musulmans radicaux parmi les 400 000 immigrés qui rentrent chaque année sur le territoire français ( et ne parlons même pas des ghettos marocains/ algériens de Rotterdam, Bruxelles etc..) , les gouvernements biens-pensants nous expliquent maintenant qu’il va falloir lutter contre ces problèmes dont ils sont à l’origine en refusant de contrôler l’immigration.

    Et maintenant on nous dit que la réalité à changé, que c’est un nouveau paradigme, que l’Europe c’est le LIBAN, qu’il va falloir s’habituer aux attentats, vivre avec, et accepter les massacres..sans tomber dans l’amalgame.

    Dans 10 ans j’ai quitté ce continent avant de devoir vivre et subir la guerre civile qui se prépare.

    1. Non, le gouvernement nous explique qu’il faut lutter contre le racisme (100 millions de budget…), qu’au moins, nous mourrions en bon citoyen et même ptet en bonne santé ‘mangerbouger, sucré, l’abusdalcool, 5fruits, blabla…)

      1. Les « communicants » sont des crétins : souvent, ils font tellement compliqué que chacun comprend ce qu’il a envie de comprendre. Ceux qui les emploient sont encore plus bêtes car c’est à eux de juger si le message passe ou pas.

        Vous n’avez jamais remarqué dans les pubs : genre « je suis resté bloqué dans les bouchons avec ma splendide voiture d’occasion » ? Les opinions passant par l’émotion, c’est souvent l’angle d’attaque pour les « messages ». Mais manipuler l’opinion peut être risqué : soit parce qu’on atteint l’effet inverse, soit parce que personne n’aime être manipulé.

        Et encore faut-il être suffisamment proche du peuple pour juger de l’émotion principale qui se dégage du message pour la cible. Ce qui n’est surement pas leur cas …

  2. Cyniquement, je dirais que cette nouvelle tragédie va encore servir les intérêts des politiciens en leur permettant de renforce encore et toujours la répression rampante qui s’est installé avec Sarkozy et s’accélère depuis l’investiture de Hollande.
    Les mêmes qui ont créé le contexte favorable à une expansion de l’islamisme radical nous explique maintenant comment ils vont nous en protéger Si ce n’était pas aussi grave ce serait risible.
    Comme le dit l’auteur de l’article, comment sécuriser encore plus alors que la sécurité est soi-disant déjà renforcée ? A quoi sert alors l’état d’urgence ? A aller chopper des mamys dans des bingos ? A mettre sous résidence surveillée les opposants politiques ?
    L’ogre commence à sentir la grogne monter et ne fait que se servir de ce type d’événements pour renforcer son contrôle sur les masses, par tous les moyens possibles, dans le but de conserver son pouvoir et ses privilèges.
    Et que dire de la réaction débile de l’imbécile SAPIN sur la « naïveté » des Belges ? S’il avait une once d’honneur il démissionnerait sur le champs pour avoir proféré pareille ânerie.

  3. Me suis je fait zappé ou bien mon commentaire n’est il pas passé ?

  4. il va falloir commencer à se poser sérieusement la question des réseaux de complicité et entraide qui existent sur le sol européen.
    Surtout quand on voit que le « terroriste le plus recherché d’Europe » était planqué pas loin de chez sa mère ( c’est lplus pratique pour le linge et les repas ), alors que les mesures de surveillance de tous les citoyens s’intensifient.
    Les politiques qui ont toujours essayé de nier les évidences continuent à regarder ailleurs.

    1. il se cachait dans le seul quartier d’Europe ou tout le monde connait sa tete, le seul quartier ou il pouvait etre reconnu meme deguise… padamalgam

  5. Point de vue tout à fait sensé mais hélas, quand j’écoute ce qui se dit autour de moi, si peu partagé. Je me permets cependant une petite et dérisoire correction d’un anglicisme trop fréquent : le socialisme entraîne une atrophie cérébrale. Leur point faible c’est vraiment le cerveau!

    1. h16h16 Auteur de l’article

      Oui, corrigé.

  6. « Les politiciens continuent à se moquer de nous »
    C’est normal ,ils ne sont pas visés physiquement. Si ils étaient la cible des terroristes et qu’ils finissaient en confettis ,on aurait une tout autre chanson.

    1. Ils ne sont d’ailleurs jamais visés, comme si leur action, finalement, ne dérangeait pas particulièrement.
      Dans les pays qui luttent effectivement contre le terrorisme, ministre, généraux, diplomates sont la cible d’attentats; en Europe, c’est la population seulement. Les terroristes considéreraient-ils que nos hommes politiques sont inoffensifs? Ou mieux, qu’ils sont des idiots utiles.

  7. Cela ressemble de plus en plus, au niveau de l’attitude de nos politiciens, aux années trente

  8. « Quant aux remarques condescendantes de politocards français à l’égard des Belges, » Whouaw qu’en termes choisis ces choses là sont dites…
    Effectivement certains « politicards » (il s’agit d’un juge pour les affaires de terrorisme) font doucement remarquer que faire semblant d’ignorer que certaines banlieues grouille de fondamentalistes admirateurs du djihad. Mais bon mieux vaut se préoccuper de l’agriculture bio et des radars sur les routes.

    1. oups grouillent

    2. l’ex juge, je l’ai entendu, c’était bien « les belges » qu’ils visaient, alors qu’il aurait du viser les politocards, français ou belge, qui exploitent (électoralement) et cultive cette mauvaise graine

      1. Vous croyez vraiment qu’il « visait » mon boulanger et le plombier du coin ou bien les responsables politiques, vraiment ?

    3. h16h16 Auteur de l’article

      Hum. Le lien pointe sur les déclarations de Sapin.

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/03/22/97001-20160322FILWWW00348-attentats-de-bruxelles-sapin-denonce-une-naivete-belge.php

      Faut bien tout lire calmement. En mettant le doigt pour aider, si besoin.

  9. L’une des candidates principales à l’Oscar de la récupération sera certainement une jeune verte helvétique, Mlle Irina Studhalter :

    « Ich habe Angst. Nicht vor dem Islam, nicht vor Terror – sondern vor der rechtSpopulistischen Hetze, die folgend wir » (J’ai peur. Pas de l’islam ni du terrorisme mais du populisme de droite )

    1. C’est comme le « risque zéro n’existe pas », ils nous prennent pour des khons : ce qui existe c’est la politique, les décisions et la volonté de réellement MINIMISER les risques.

    2. Elle tient la corde avec De Haas qui avait regretté que le symposium géant de gynécologues le 31/12/15 à Cologne n’avait pas été organisé par des membres de l’estrème droaate rappelenlézeurléplusombres …

    3. « sondern vor der rechtSpopulistischen Hetze, die folgend wir  »

      Nein, « die folgen wird » — que vous n’avez pas traduit.

      Ca ne rend pas les Verts beaucoup plus intelligents quand ils se mêlent de politique, mais quand même ce n’est pas pareil !

  10. P.L.jesuisunhommelibre

    Après l’attentat, le niveau d’alerte est passé au niveau 4. Or, il y en 5 !!!

    Soit il doit baisser, l’attentat ayant eu lieu, le risque immédiat ayant baissé pour quelque temps, soit il doit être à son maximum. Alors pourquoi le niveau 4 ?

  11. On nous a serine avec les délits de contrôle au faciès. Pourtant je ne vois pas d autre moyen pour vraiment renforcer la sécurité. Contrôle renforcé pour tout ce qui ressemble à un moyen oriental.

    1. Oulala ! Attention à la dérive malheureux ! Vite vite, une dose de Padamalgam 1000 prescrit par Mariefolle 🙂 !!!

      1. C’est très drôle Cincinnatus!!! Mais que penser de la campagne contre le racisme de Vallaud-Bécassine? A force de prendre à haute dose du « Padamalgam1000 » prescrit par Mariefolle , on en vient à dénoncer le racisme des « blancs ».

  12. On est tellement heureux de vivre en « démocratie » qu’on en a oublié de redéfinir les régles du pouvoir. Nos politiques sont des monstres d’égoïsme , des intouchables , des nantis, des comédiens, des menteurs, des narcissiques …ils ne gouvernent pas, ils se contentent juste de régner. Ce qu’il aiment c’est le pouvoir ,c’est l’idée d’être haut dessus du peuple et des lois, ils aiment le paraître,la posture, ils aiment être vus, ils aiment qu’on les courtise et qu’on leur déroule le tapis rouge.
    Alors quand le politique à chaque attentat voit le peuple pleurer parce qu’il a la trouille, entonner des chansons d’amour ,se draper aux couleurs du pays meurtri, crier à l’unisson que la barbarie ne passera pas, quand il voit le peuple démuni face à la violence , ben il ne fait rien car ça accentue son pouvoir . Et il pousse même le vice jusqu’à tester son pouvoir en demandant au peuple ,surtout celui de la capitale, de se rassembler histoire que le monde entier voient que le peuple est bon et donc que son roi est bon.
    Une petite dose de gel larmes plus tard , le politique apparaitra , entouré de gardes du corps et escorté par des services de police armés jusqu’aux dents, les yeux humides d’une émotion forcée il parlera ,interviendra, remuera, gigotera, gesticulera,menacera surtout à l’heure de la grand messe du 13 heures et du 20 heures devant un journaliste au sourire niais tout content de poser des questions débiles .
    Quel est alors l’interêt de demander à des politiques si ils ont mis les moyens là ou il fallait ? c’est comme si on demandait à un diabétique qui vient de manger la moitié d’un pot de confiture si un fruit n’aurait pas été meilleur pour sa santé.
    Et pourquoi aussi leur rendre service en leur signalant qu’ils ont dépassé les limites dans un tweet (leroux) ? C’est trop d’honneur pour des gens qui n’éprouvent même plus le besoin de dissimuler qui ils sont vraiment ,tellement ils sont sûrs qu’ils ne leur arrivera rien .

  13. la Belgique est maintenant plus sure que jamais, les services sur les dents. Touristes, vous êtes bon pour au moins une année pendant que les 2 crétins bigots dégustent leurs 72 vierges vieilles boutonneuses. A vous les moules-frites.
    Pour la France, on est bon jusqu’à l’Euro de foot ❓ Cela pétera surement lors de cette manifestation, voire avant.

  14. « les mesures de sécurité qui furent prises suite aux événements de janvier 2015, puis suite à ceux de novembre dernier, n’ont absolument rien empêché. »

    Arrêtez de dire ce genre de choses, s’il vous plait ! Tout simplement car c’est un mensonge. Ici, c’est le site de l’information de qualité, il n’y a pas la place pour ce genre de phrase.

    Je suis d’accord avec tout le reste de l’article, mais je suis triste d’y lire ça. Combien de morts aurait pu faire cette ceinture retrouvée dans la poubelle ? Combien de morts aurait fait cette bombe si les potes d’abdelslam n’avaient pas dû se précipiter ? On ne sait pas, et vu sa taille je pense que c’est « bien plus ». Cet attentat mieux préparé aurait peut être fait 100 morts, qui sait…

  15. La seule question à se poser c’est: pourquoi …
    La réponse: ces attentats sont la conséquence d’une politique débile orchestrée qui poursuit un double objectif:
    1/ entretenir et faire durer l’instabilité au Moyen Orient par tous les moyens pour avoir un bon prétexte de justifier et continuer indéfiniment l’agression
    2/ au prétexte de protéger nos populations faire disparaitre toute liberté d’action, d’expression voire de pensée.

    « Les états qui sacrifient leur liberté pour la sécurité n’obtiendront ni l’un ni l’autre »

    Ces massacres ici ou là bas ne sont pas les faits d’un hasard

Les commentaires sont fermés.