L’argent des autres est-il une énergie renouvelable ?

Publié Par Contrepoints, le dans Environnement

Par Mathieu Mistret.

Parc éolien CC NguyenDai

Parc éolien CC NguyenDai

Au lieu de se poser de grandes questions sur l’évolution du climat et sur la limitation de l’impact présumé de l’Homme sur celui-ci, il serait temps de se poser de bonnes questions concernant les énergies renouvelables.

Le marché de l’électricité souffre de plusieurs maux. En premier lieu, la faiblesse de l’activité économique en Europe se traduit par une demande assez basse et donc agit à la baisse sur les prix. Jusqu’ici, tout va bien : la demande est plus que satisfaite par l’offre, les prix baissent.
En revanche, d’autres facteurs plus pernicieux entrent en ligne de compte.

1. La production d’électricité par le charbon consécutive à l’arrêt des centrales nucléaires allemandes tend à inonder le marché d’électricité peu coûteuse.

2. Les subventions aux énergies renouvelables (solaire et éolien) agissent à la baisse sur les prix (au détriment du citoyen et des entreprises).

3. La production solaire et éolienne est maximale dans les périodes ou la demande est relativement faible (printemps et automne pour l’éolien, midi pour le solaire). Les prix baissent pendant ces périodes.

Concernant le dernier point en particulier, il est bon de rappeler que la seule façon de stocker massivement de l’énergie en 2015 est l’accumulation d’eau derrière un barrage. Cela risque de durer encore quelques temps et les promoteurs du renouvelable solaire et éolien le savent bien. Ils plaident donc pour que les hydro-électriciens investissent dans le pompage qui permet d’absorber les surplus d’électricité à prix très bas (parfois négatif !) et de les turbiner quand la demande et les prix seront plus élevés. C’est malin et dans un marché libre, ça peut très bien fonctionner.

Sauf que les dés sont pipés. Curieusement, l’hydroélectricité bénéficie rarement du même enthousiasme que le solaire ou l’éolien alors que son rendement est le plus élevé de tous les modes de production, qu’elle est la seule à pouvoir accumuler de l’énergie en grande quantité et qu’elle est parfaitement propre en termes de CO2.

Nos chers amis écologistes dans leur catastrophisme habituel ont poussé à la fermeture des centrales nucléaires allemandes et bientôt suisses. Il en résulte l’utilisation de charbon. Cela devrait-il être considéré comme une preuve que les alternatives à faibles émissions sont crédibles ?

Nos chers amis écologistes dans leur planisme moralisateur ont poussé à subventionner des énergies renouvelables inefficaces en termes de volume et de période de production.

Nos chers amis écologistes dans leur grand amour des animaux que personne d’autre n’aime réclament toujours plus de normes pour les milieux aquatiques.

Ils ont provoqué une baisse massive des prix, ils travaillent à la perte de rendement du mode de production d’énergie qui en a le plus et maintenant, ils comptent sur les investissements des autres dans le pompage pour réparer leur grotesque manipulation d’un marché initialement libre. Y-a-t-il un volontaire pour leur expliquer que l’argent des autres n’est pas renouvelable ?

Il y a peut-être trop de CO2 mais assurément, eux, ils ne manquent pas d’air.

  1. La soviétisation du marché de l’énergie peut sembler secondaire à beaucoup de gens. C’est probablement qu’ils n’ont qu’une idée assez vague de la place de l’énergie dans l’économie humaine, des effets de la planification étatique dans l’ex URSS, des heures glorieuses des chocs pétrolier où l’on « chassait le GASPI » et où la France « n’avait pas de pétrole, mais avait des idées ». A cette dernière époque la grande idée était le tout nucléaire. Aujourd’hui la grande idée est le tout éolien. Quand au GASPI, l’espèce se porte très bien malgré 40 ans de chasse acharnée …

    1. La prédation a maintenu l’espèce 😉

  2. Les enr profitent d’une distortion de concurrence car leur production est « assurée » d’être injectée dans le réseau. Ca tient de la perversion et du totalitarisme.

    Concernant le charbon, vous avez raison. C’est bien parce que l’Allemagne reposent sur un stock gigantesque de charbon qu’elle a pu prendre le risque des enr, en essayant d’exporter ses produits aux pays en cachant la « saleté » par un affichage « écologique » (qu’on peut considéré comme fallacieux) des enr. En France, EELV n’est que le bras armée des Grünen allemands, il faut le rappeler.

    Ce modèle charbonneux (ou gazier) est donc difficilement applicable en France sauf importations massives. Certes, les enr ne sont pas incompatibles avec le nucléaire, car la production nucléaire peut être modulée de 5% à J-1 (voyez notamment la différence de production entre le jour et la nuit, et la marge que permettent les exportations ( http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-mix-energetique )). Mais il y a des limites. En ce sens, le charbon offre de bien meilleures potentialités d’insersion des enr car la production peut être arrêtée ou redémarrée bien plus rapidement que le nucl.

    Le choix allemand d’arrêt du nucl n’est donc pas moral mais pragmatique, et les acteurs font tout pour le masquer, jusqu’à la religion politique. Avec ces choix, les émissions de CO2 vont augmenter dans un premier temps, mais chut … et de toute façon, les politiques allemands s’en foutent car si réchauffement climatique il y a, ça n’est géographiquement pas un problème pour l’Allemagne … mais chut … car ils compte bien profiter du vent de panique mondial pour faire du business. C’est tout à leur honneur. En France, ils ont réussi à imposer la subvention par nos politiques !!! Du beau travail, sans forcément anticiper l’arrivée de la Chine dans le solaire qui leur a sérieusement entamé leurs exportations … mais c’est une autre histoire.

    On peut quand même rappeler que la France a profité très tôt du potentiel hydraulique. c’est une enr en place depuis des décennies, mais celle-ci n’étant pas « vendue » comme cela car elle est pilotable, prévisible des échelles de temps supra-météorologiques, et stockable, contrairement au vent et au soleil.

    1. charbon et biomasse en allemagne et brulage de poubelles… les éoliennes et les pv c’est pour la photo…

  3. D’abord c’est les pétroliers qui ont freiner les recherche sur le renouvelable. Puis les politiques avec l’impulsion des écologistes ont favorisé le renouvelable. Mais comme les différents partis on des projets différents ça a été la confusion totale. J’ai un ami qui a acheté des panneaux solaires puis les primes ont été supprimer. L’installateur a fait faillite et mon ami n’a jamais ses panneaux et il doit rembourser son prêt à la banque. C’est la banque qui fait de l’argent renouvelable.

  4. @ Matthieu Mistret

    « 2. Les subventions aux énergies renouvelables (solaire et éolien) agissent à la baisse sur les prix (au détriment du citoyen et des entreprises).

    3. La production solaire et éolienne est maximale dans les périodes ou la demande est relativement faible (printemps et automne pour l’éolien, midi pour le solaire). Les prix baissent pendant ces périodes. »

    Et c’est bien là où le bât blesse, plus le marché de gros baisse et plus la contribution au service public de l’électricté ( CSPE ) augmente, elle est acquittée par les consommateurs ( ménages et PME ) et prélevée sur nos factures .

    Le prix de gros quant à lui profite aux seuls gros consommateurs d’électricité qui payent une CSPE plafonnée, et si ces derniers ne peuvent absorber les productions excédentaires, on déleste le réseau…

    Cherchez l’erreur !

    http://www.temoignagefiscal.com/comprendre-lelectricite-4eme-partie/

    « L’arrivée des énergies renouvelables éoliennes, par nature imprévisibles et avec des productions extrêmement variables (à l’échelle de l’heure ou moins) pose un sérieux problème aux gestionnaires. Quant au solaire photovoltaïque sa production (très variable d’un jour à l’autre d’un facteur 10) est concentrée principalement entre 11 et 13h. Les surproductions intempestives (mais qui ponctuellement peuvent être importantes) doivent être évacuées quoi qu’il arrive… Elles sont alors soit bradées sur le marché libre, soit « vendus » à des prix négatifs (jusqu’à – 500€/MWh) à des utilisateurs pouvant les absorber. Pour la France et l’Allemagne il s’agit de la Suisse et de l’Autriche qui possèdent de fortes capacités de production hydraulique très souples ; pour le Danemark qui a développé une forte production éolienne, la moitié de cette production est cédée à la Norvège. Dans les cas extrêmes, la solution est de tout simplement effectuer un délestage (en 2013 en Allemagne 550 GWh d’électricité renouvelable ont été ainsi perdus). »

    Il n’y a pas que les réseaux qui soient délestés à pure perte des productions éolienne et photovoltaïque, nos porte-monnaie aussi, les consommateurs allemands avec la EEG et les français avec la CSPE !

    Ces contributions indemnisant EDF et les entreprises locales de distribution du manque à gagner entre le tarif d’achat obligé soient 90,60 € / MWh en éolien et 390,60 € / MWh en photovoltaïque ( respectivement 9,06 cts € et 39,60 cts € du kwh ) et le prix du marché sur lequel elles revendent ces productions aléatoires, un manque à gagner qui devient exorbitant lorsque la production excédentaire est vendue à perte ( quelquefois à prix négatifs ) ou encore fait l’objet de délestages…

    http://www.ifrap.org/agriculture-et-energie/obligation-dachat-prix-administre-lopacite-du-marche-de-lelectricite

    « Obligation d’achat, prix administré : l’opacité du marché de l’électricité »

    1. Et plus on installe d’éolien en Europe (et pas seulement dans un pays donné), plus le nombre de jour où on achète du courant au prix fort pour le jeter va augmenter. La CSPE augmentera donc bien plus vite que proportionnellement au nombre d’éoliennes installées.

    2. On est bien d’accord.

  5. faire payer aux autre le coût de l’intermittence….le summum a été les petits malins qui ont proposé les batteries des voitures électriques comme un mode de stockage de l’électricité….

  6. Il faut une autre façon de vivre. Se passer de voitures retourner a la campagne. Se chauffer au bois. Isoler sa maison. Laissé le pétrole au agriculteur si on veut pas connaître des famines. Construire des éoliennes pour moudre le grain quand il y a du vent. Limité l industrie a l essentiel. Faire des jardins. Supprimer les activités sportives professionnelles.

    1. A louer : grotte 4 pièces cuisine, superbement décorée de fresques. Chauffage bois. Environnement agréable. Supermarché de mammouths à proximité.

      1. Commentaires stupides.

        1. Tous les deviants dans le Kolyma teur : une balle dans la nuque pour tout le monde mais que les fachauds comment par donner l’exemple.

        2. une question bralet comment vivez vous? vivez vous en accord avec le modèle universel que vous préconisez?
          et sinon pourquoi?

          on doit faire quoi voter pour décider d’un mode de vie, plutôt que de laisser à chacun la façon dont il mène sa vie?

          faut décider du menu aussi…le mardi ce sera choucroute..pour tout le monde partout….

          que dire..vous me rappelez ce type qui vendait son projet de constitution mondiale….

          et j’ajouterais que c’est une des caractéristiques des écolos…ne pas faire ce qu’on dit qu’il faudrait faire, ainsi, on a l’air intelligent concerné….et on a rien à changer… c’est sympatoche jusqu’ au jour où, manque de bol ,y a un gars élu avec ce programme qui le met en pratique…

          1. Nous sommes tous prix dans un engrenage et il est difficile d y échapper.
            Qd j étais jeune j’ai fait comme tout le monde .
            Maintenant a la retraite je suis plus libre alors je peux habiter ou je veux.
            J’ai une maison à la campagne que j’ai isolée aux normes bbc avec double fenêtres. J ai remplacé le chauffage au fuel par un poêle à bois. Il me suffit que quelques stères de bois pour me chauffer.
            J’ai un jardin des poules.
            J’ai toujours une voiture mais je préfère me déplacer a vélo. Petit a petit j essaye de m éloigner de la société de consommation.
            J’ai aucun pouvoir pour décider pour les autres. Seulement d écrire comme vous et de dire ce que je pense ça sert à rien mais c’est bien de pouvoir le faire.
            Je connais un peu les problèmes des énergies. Dans ma jeunesse j’ai fait un stage dans une centrale thermique. J’ai travaillé dans une société qui fabriquait les tubes guides des centrales nucléaires et je suis toujours intéressé aux énergies par les calculs.
            Je suis très inquiet pour l avenir .
            On raisonne a court terme,on construit et on abandonne.
            Dans 100 ans
            Que vont devenir ces grands pilonnes en béton des éoliennes. Les mètre carré de capteurs solaires.
            Ces autoroutes si il n’y a plus de pétrole ces centrales nucléaires que l on peut plus démanteler,ces usines etc..des surfaces agricoles perdues pour toujours.
            On avait promis les énergies pas cher et en abondance dans les années 70 avec les surgénérateurs et ça été un fiasco financier et technique. Cadarache on entend plus parler.

    2. Chacun doit rester libre de vivre comme il veut. Cependant un point l’interpelle : si vous voulez vous chauffer au bois , vous participez à la déforestation ! pas bon pour la planète , ça !

      1. Le bois c est une énergie renouvelable.

  7. Les matériels agricoles ont permis de diminuer considérablement le travail des hommes , éviter les disettes et les famines.
    Le temps gagné a été utilisé pour fabriquer des objets comme la voiture ou l avion.
    Ces industries ont concentrées les populations dans des grandes villes qui subissent les conséquences de la pollution.
    Ces concentrations ont contribuées aux élevages intensifs des poules pondeuses. 38 millions sur 45 sont enfermés dans des cages au format A4.pratique digne du moyen-âge Ces poules bien sûr pondent des oeufs de supermarché qui n ont rien a voir avec les oeufs fermiers. Et cela est vraie pour beaucoup d autres produits alimentaires.
    Alors je préfère travailler moins dans l industrie faire un jardin élever des poules habiter la campagne ne pas subir la pollution des automobiles et regrette la disparition des artisans dans les campagnes.bouchers ….
    De toutes façon l automobile avec les grandes surfaces sont condamnées a disparaître avec la fin des énergies fossilles en laissant désolation ruines et famines.

    1. Ah le retour à la terre le paradis!
      Qq poules, des carottes et des moutons pour faire ses vêtements en laine.
      Et la veillée au coin du feu, c’est quand même mieux qu’internet.
      D’ailleurs, jetez votre ordi ne ne venez plus poster à 4H32 sur CP
      Il y a une vraie vie..

      1. J’ai oublié mon ordinateur je suis sur mon téléphone.

    2. Les premieres voitures sont arrivees en meme temps que les premiers tracteurs… qui etaient moins puissants qu’un attelage de chevaux. Ce n’est donc pas le gain en main d’oeuvre agricole qui a permis de passer du temps a inventer la voiture.

      Les premiers avions datent d’avant la premiere guerre mondiale, mais jusqu’a la second guerre mondiale, la majorite de l’agriculture en Europe se faisait encore avec des chevaux.

      La concentration dans les grandes villes date de bien avant les tracteurs: deja dans le Moyen-Age, la pollution dans les villes (pas d’egouts…) causait des epidemies.

      Les poules pondeuses en batterie, cela n’existait probablement pas au Moyen-Age. Pourquoi s’emmerder a nourrir des poules si elle peuvent le faire toute seule.

      Bref, vous m’avez bien fait rire avec votre maniere de refaire l’histoire.
      Quant a votre preference pour la campagne, je la partage mais je ne veux l’imposer a personne.

    3. La grosse erreur est de croire que l’on peut revenir en arrière : euthanasier la moitié de la population, convaincre les citadins de retourner travailler aux champs, les femmes qu’elles doivent rester au foyer pour faire la cuisine …

      Le monde évolue de façon spontanée et non réellement contrôlée par les politiques et encore moins les idéalistes. Au mieux, on peut infléchir une évolution ou la retarder. Vouloir régenter pour atteindre un but précis (et pire encore revenir en arrière) ne peut que provoquer des catastrophes.

      Tous ces gens qui veulent se bâtir leur petite solution autarcique (et expliquer aux autres qu’ils doivent faire de même) à partir de produits manufacturés et de services dont le prix n’est abordable que grâce à un volume de marché et une spécialisation professionnelle sont-ils capables d’additionner 2 et 2 ?

      Si on n’a pas trouvé de VRAIE solution pour produire de l’énergie abondante et pas chère avant l’épuisement ou plutôt le renchérissement des énergies fossiles, alors l’humanité court à sa perte. Pourquoi être si pressé ?

    4. Bralet: allez-y, construisez votre éolienne, élevez vos poules, faites ce que vous voulez, personne ici ne vous empêchera de choisir ce mode de vie ou ne vous en imposera un autre.

      Tout ce qu’on vous demande, c’est de nous rendre la politesse. Ne nous imposez pas vos idées. Personnellement, je pense que le raisonnement qui vous a conduit à ces conclusions est faux et repose sur des postulats erronés. Mais je peux me tromper. Vous ne détenez pas la vérité ultime, et moi non plus.
      La seule option morale possible, c’est la liberté de choix individuelle.

    5. ben oui sans doute il n’y aura plus de pétrole un jour… pour le reste..on doit bien sur essayer de trouver des sources d’énergies…

  8. Si on laisse les énergie fossilles a l agriculture qui pour les tracteurs ne consomme que 1%. Les réserves de pétrole estimé a 30 ans sont multipliées par 100.
    Et c’est heureux pour nos enfants et les générations futures.
    La politique actuelle nous conduit au désastre.

    1. faites le! mais que faites vous ici…vous avez idée du pétrole qu’il faut pour fabriquer un pc, faire tourner les serveurs..etc…

    2. depuis 1859, et la ruée vers le pétrole à titusville, on dit « dans 40 ans, le pétrole c’est fini ». depuis plus de 150 ans, on dit « dans 40 ans, le pétrole c’est fini ». d’où sortez vous donc ce 30 ans ? avez vous des sources ?

      quant à vos préoccupations sur l’agriculture de ces 3 000 prochaines années, c’est bien joli, mais il y a des choses plus sérieuses à plus court terme. par exemple le paiement des retraites dans 10 ans, la gestion et le remboursement de la dette de la sécu et de l’état dans 5 ans…

      1. Je regarde les documentaires. 30 ans c’est une estimation des spécialistes.
        C’est pas dans 30 avec un arrêt brutal.
        C est courbe avec un maxi sui serait proche.
        Tout le monde sait que c’est de plus en plus compliqué de trouver du pétrole.
        Si on regarde la balance commerciale de la France. 70 milliard de déficit. C’est plus que les énergies que l’on achète. Donc en théorie on ne peut pas acheter le pétrole pour nos voitures ni le gaz pour le chauffage ni l uranium pour nos centrales nucléaires. Et tout ça ca fait plusieurs années.
        Alors il faudra bien choisir des priorités.
        Il me semble que la nourriture un toit et du chauffage sont indispensables.
        Imaginé que l agriculture ne peut plus utiliser ses tracteurs faute de pétrole. Il faudrait travailler comme nos grands parents.
        Les petites exploitations ont disparues le savoir-faire n existe plus. Les surfaces agricoles ont diminuées, la population a augmentée.les rendements chuteraient . Comment ferait on pour nourrir la population.

      2. Si vous avez regardé le documentaire sur la pollution des véhicules diesels. NO2 et particules fines. Et leur impacte sur la santé 400000 morts par ans en europe. Les coûts de remboursements secu. Le problème le plus important c’est bien l automobile.

Les commentaires sont fermés.