Pourquoi il vaut mieux jouer à Pokémon qu’au socialisme [Replay]

Publié Par Baptiste Créteur, le dans Édito

Pokemon CC flickr Aaron MuszalskiLes hommes politiques et ceux qui les élisent, et d’une façon générale ceux qui pensent avoir leur mot à dire dans les choix des autres, se comportent comme une armée de joueurs se battant pour le contrôle de la souris. L’expérience a déjà été menée, ce qui permet de se faire une bonne idée de ses conséquences sur le déroulement de la partie (ou l’état du monde).

On peut s’en faire une idée dans le monde réel ; les expériences du socialisme, du collectivisme et du dirigisme se sont toujours et partout soldées par des échecs. Mais puisqu’il se trouve toujours d’irréductibles pour refuser ou manquer de voir les choses telles qu’elles sont, il faut tirer les leçons d’une expérience bien plus simple (et moins destructrice) : Twitch Pokémon.

Le principe est le suivant : un jeu théoriquement conçu pour un joueur, Pokémon, est joué par des milliers de joueurs à la fois, les décisions étant prises collectivement. Au-delà de son caractère ludique, l’expérience est riche d’enseignements. Certains, ayant trait à la gestion de projet, sont recensés dans un article :

  • Leçon n°1 : donnez aux gens du pouvoir mais pas de responsabilités, et beaucoup d’entre eux se changeront en bombes à retardement.
  • Leçon n°2 : malgré la Leçon n°1, la plupart des gens ont de bonnes intentions et réussissent, mais ces réussites sont dissimulées par les gens mal intentionnés.
  • Leçon n°3 : ce n’est pas suffisant de savoir quoi faire et à quel moment. L’essentiel est dans la réalisation.
  • Leçon n°4 : quand tout le monde est un leader, personne ne l’est.
  • Leçon n°5 : avec suffisamment de ressources et de temps, la plupart des projets « aboutissent », mais au prix d’énormément de temps et énormément de ressources.

Et on peut en tirer un enseignement plus large : prendre collectivement des décisions individuelles détruit de la valeur. Au lieu de jouer chacun leur partie, et avoir finalement des milliers de parties plus ou moins abouties, les joueurs se sont unis pour jouer une seule et même partie, consommant bien plus de ressources et de temps pour des résultats moindres. Même en écartant les joueurs mal intentionnés.

Car les joueurs ont des objectifs différents, et des stratégies différentes pour les atteindre. Les décisions prises collectivement, comme les traitements statistiques, écartent souvent l’exceptionnel et l’audacieux pour préférer le moyen (ou le médiocre, selon le point de vue).

La mise en commun des décisions, des ressources et des produits n’est pas le meilleur moyen d’avancer. Même en répliquant la partie jouée par les milliers de joueurs autant de fois qu’il y a de joueurs, le produit total ne sera pas aussi bon que si chaque joueur avait joué sa propre partie. Et il est possible de faire encore mieux.

En reliant les parties les unes aux autres, non par la centralisation des décisions, mais par l’échange et la coopération, les joueurs seront tous avantagés. Personne ne sera forcé de prendre part à l’échange, donc personne n’a quoi que ce soit à y perdre. Et chacun peut en bénéficier, tirant profit du niveau des meilleurs joueurs.

Au lieu de centraliser les commandes, il est bon de mettre en place une bourse d’échanges de Pokémon et d’objets. Et si le jeu le permettait, nul doute que la coopération se développerait ; dans des jeux multijoueurs comme Diablo, de nombreux débutants suivent de meilleurs joueurs pour acquérir plus rapidement de l’expérience et des objets et mener à bien leurs quêtes.

Moins un jeu est linéaire, plus il est censé laisser aux joueurs une marge de manœuvre – et plus chaque joueur a à gagner de l’échange avec les autres joueurs. Et le jeu le moins linéaire, c’est la vie.

  1. ça peut sembler idiot en tant que joueur de longue date mais je n’ai jamais fait de lien entre les jeux et la liberté au sens politique, c’est excellent M.Créteur 😀
    Et pourtant quand j’y repense mon envie de liberté a commencé ici ^^ Pokémon est vraiment une ode à la débrouillardise et au voyage, vivement qu’il y ait un Pokémon Online, un MMORPG Pokémon gigantesque 😀

    1. c’est une bonne idée, vous devriez le faire ! ca pourrait vous rapporter une fortune 🙂 (en partenariat avec la société bien sur)

  2. « Pourquoi il vaut mieux jouer à Pokémon qu’au socialisme »

    Peut-être faudrait-il pousser la réflexion plus loin : aujourd’hui le socialisme façon bisounours a autant de plomb dans l’aile que le socialisme façon lutte des classes. Mais comme on nous enseigne que le méchant est le libéral apatride avide aux doigts crochus, on joue de moins en moins au socialisme pour lui préférer le national-socialisme.

  3. Très heureux que vous postiez cet article Baptiste. En tant que « casual gamer », ça fait quelque temps que je nourris le même genre de pensée. Les différentes règles de fonctionnement des jeux établies par les développeurs forment de véritables systèmes politiques, expérimentés « virtuellement » par les joueurs en ligne, et conduisant à l’application de principes qui sont très comparables à ceux développés par différentes théories/idéologies/philosophies, comme le collectivisme, le libéralisme, le dirigisme, etc.

    Les sociologues, politologues, philosophes trouveraient dans l’étude de ces jeux, des différentes règles qui les régissent, dans les comportements individuels et collectifs des joueurs, une riche source d’enseignement.

    Cela d’autant plus que dans ces jeux en ligne, on peut observer en temps réel les changements comportementaux induits par le changement des règles par les développeurs, et aussi comment les joueurs et les développeurs se positionnent les uns par rapport aux autres, interagissent et communiquent, un peu à la façon dont les citoyens/contribuables et les représentants de l’état interagissent.

  4. Mathilde de St Amour

    Ça c’est intéressant comme parallèle, même si mon expérience des jeux vidéo est limitée 😉

  5. Alors je ne veut pas critiquer l’article mais la bourse d’échange pokemon existe depuis la version Platine je crois.
    Et dans X/Y, les fonctionnalités d’entraide comme le parc des amis sont bien développées.
    Comme quoi même Nintendo fait mieux que le PS 🙂

  6. « Anno 1404 », l’un des meilleurs jeux auquel j’ai joué pour apprendre les bases et les règles de l’économie, devrait être distribué à toutes ces tronches de cake de l’ENA. Il y aurait moins de catastrophes à leurs prises de fonction ensuite… 🙂

    1. De leur point de vue, il n’y a aucune catastrophe, puisque toute la promo obtient des postes enviables.

    2. EvE Online est aussi excellent dans le domaine.

  7. Aaaah, Twitch plays Pokemon, le Dieu Helix, Jesus Bird et le fourbe faux prophète Pyroli… De l’Anarchie sont né l’ensemble des héros de cette épopée, tandis que la vraie progression dans le jeu se faisait sous la Démocracie… http://www.contrepoints.org/2014/02/24/157412-ce-que-lexperience-twitch-plays-pokemon-nous-apprend-sur-le-management

    Peut-être que c’est ça, la leçon de Twitch plays pokemon. Les vrais héros et leurs nemesis n’apparaissent que dans le chaos le plus total. Et que la Démocratie directe marche bien pour les grandes décisions.

  8. Sim City aussi permet de retenir des leçons : une politique sociale plombe les finances sans vraiment attirer les foules (hormis les pauvres), et des impôts élevés font fuir tout le monde.
    Comme quoi n’importe quel concepteur de jeu pourrait mieux gouverner la France que nos énarques adorés…

    1. Peut être que nos énarques adorée se foutent pas mal de l’état de la France et ne sont là que pour profiter du système, eux et leurs (nombreux) amis fonctionnaires et politiciens.

    2. Ce n’est pas comparable : dans SimCity c’est programmé pour que ça se passe comme ça

      1. C’est programmé pour que ça sebpasse comme ca parle que c’est une simulation réaliste…

    3. c’est une bonne idée, vous devriez le faire ! ca pourrait vous rapporter une fortune 🙂 (en partenariat avec la société bien sur)

    4. Excusez pour la réponse précédente je me suis trompé…

      En tant que joueur de sim city je suis tout à fait d’accord avec vous, parfois je me demande même si ce n’est pas ce jeux qui m’a « formé » à favoriser des politiques fiscale « supply side » (pas de taxe sur les entreprise, ou alors maximum 2%, et taux d’impôt dégressif, généralement 1 ou 2% pour les riches, le double pour la classe moyenne, le double pour les bas revenus…sauf quand j’ai des revenus externes teel que les casinos et bases militaire, là j’arrive souvent à supprimer les impôts).

      Cela dit on pourrait aussi dire que dans sim city il est obligatoire d’avoir des écoles et des hôpitaux publiques, des système d’approvisionnement en eau et même électricité publiques (et non seulement c’est publique, mais on doit le financer par l’impôt, on ne peut même pas installer un tarif en fonction de la consommation !), idem pour les infrastructures de transport (dont port, aéroports, autoroutes…), les déchets…alors que pourtant tout cela est très souvent privatisé aux USA.
      Si la ville ne le fait pas, personne ne le fait…de plus si on souhaite éviter d’avoir du chômage, de la pauvreté et de la criminalité, fixer un taux d’imposition suffisamment élevé pour faire fuir les bas revenus peut se révéler plus tôt efficace dans sim city, ce qui n’a absolument rien de libéral 😉
      A l’inverse exonéré totalement d’impôt les entreprises peut aussi être un bon calcul économique, mais cela revient à leur fournir gratuitement de l’énergie, de l’eau, des infrastructures de transport (que je limite aux routes) et des services de sécurité (encore que généralement je n’ai qu’une petite caserne sous financé et pas de police), ce qui est une forme de socialisme.

  9. Oh et pour Contrepoints : il y a l’élection présidentielle au Brésil demain, et du coup on parle beaucoup de son économie désormais en récession (bref la fête des émergents est finie), ce serait bien qu’on ait un article sur les politiques du Brésil et ses prétendants au titre de leader.
    Il y a une forte proximité avec la France : impôts élevés, bureaucratie insoutenables, corruption, politiciens au pouvoir étant ceux qui promettent le plus d’aides sociales..Tout cela fini par détruire une économie jeune et à fort potentiel, avec une croissance prévue entre 0 et 0,3% cette année et 1% l’an prochain.
    Bref c’est pas forcément su par beaucoup de gens mais ça nivellerait par le haut ^^

    1. + une bureaucratie très lourde.

      1. « bureaucratie insoutenable »

        😀

        1. Oui, c’est plus fort comme terme, et c’est exact !

          1. A différencier de la « burnocratie », modèle viril et agissant qu’il reste à faire advenir :p

  10. « donnez aux gens du pouvoir mais pas de responsabilités, et beaucoup d’entre eux se changeront en bombes à retardement. » rien de pire que de laisser la gestion de notre argent à des gens qui ne doivent rendre compte à personne, n’assument aucune responsabilité,se servent et vident sans vergogne les caisses de l’état, mais ont le pouvoir d’augmenter les impôts…

Les commentaires sont fermés.