Brignoles : victoire du FN, victoire des constructivistes

Publié Par Philippe Bouchat, le dans Politique

Par Philippe Bouchat.

brignoles-fn

Laurent Lopez (FN) a été élu, dimanche 13 octobre, conseiller général dans le canton de Brignoles (Var).

 

À l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, le FN aura donc gagné son pari à Brignoles : son candidat à l’élection cantonale à récolté 53,9% des voix face à la candidate de l’UMP, pourtant soutenue par les différents partis du « front républicain », et malgré une hausse de participation de 12% par rapport au premier tour qui a vu l’élimination de la gauche.

Il y a bien des manières de réagir à cette nouvelle et les médias de la presse subsidiée ne s’en privent d’ailleurs pas, oscillant entre le choc de voir le parti extrémiste avoir un élu supplémentaire, la résignation d’une élection annoncée et la désignation des coupables de ce qu’ils estiment un symptôme d’une démocratie malade.

Pour ma part, je pense que tous les partis sont « gagnants » et que la démocratie française ne récolte finalement que ce qu’elle sème depuis le retrait du Grand Charles. Tous, sans exception, ont ce point commun de vouloir transformer la société par le truchement de l’État. Tous, sans exception, ont fait naître depuis des décennies des espoirs toujours déçus chez les citoyens. Tous, sans exception, créent de la frustration. Pourquoi ? Parce que l’État n’est, en aucun cas, la solution mais bien le problème ! Cette pathologie de l’action étatique a un nom : le constructivisme.

Or, à ce jeu, le FN est le seul qui n’a pas encore eu l’occasion de frustrer ses électeurs, profitant de son statut de parti de l’opposition, pour ne susciter que des espoirs. Cette victoire n’est pas le fruit du hasard. Mais les solutions qu’il prône sont exactement les mêmes que celles des partis traditionnels : l’intervention de l’État, mais en version extrémiste. Marine Lepen a raison lorsqu’elle refuse qu’on qualifie son parti d’extrême-droite : son extrémisme n’est pas de droite, mais constructiviste, le FN est le parti extrême-constructiviste.

Tant que les partis traditionnels prôneront des solutions constructivistes, le FN sera renforcé dans sa légitimité, jusqu’au jour où il accèdera au pouvoir. Que se passera-t-il ? Les énormes espérances qu’il a suscitées seront bien évidemment déçues et la frustration de la population sera inégalée : restera la dernière étape logique : le fascisme ou la national-socialisme qui, comme les partis traditionnels, comme le FN, prônera également des interventions de l’État, mais cette fois-ci au titre de solutions… finales.

Ce scénario catastrophe est-il inéluctable ? Oui ! Sauf… sauf à enfin essayer la liberté, le libéralisme. Non pas les caricatures que sont l’ultra-libéralisme des requins de la finance qui font crever les peuples, ni les capitalistes pourris « crony », ni les oligarques, non, mais le vrai libéralisme, celui de Bastiat, des « autrichiens », de Friedman, de Hayek… bref, celui qui n’a jamais été essayé.

Seul le libéralisme constitue le rempart contre le nationalisme-socialisme qui monte inexorablement ! Que les citoyens se réveillent : il est minuit moins cinq Dr Schweitzer !

Le FN a un boulevard devant lui tant que ses adversaires actuels sont en réalité ses alliés objectifs. Son véritable adversaire, c’est le libéralisme.


Sur le web.

  1. D’accord avec la critique du « constructivisme ».

    Mais en totale opposition avec vos délires (il n’y a pas d’autres mots)… sur FN au pouvoir – > national socialisme.

    S’agit il de faire peur aux petits nenfants avant qu’ils se couchent ou aillent voter ?

    Soyons sérieux.

    C’est délirant car le FN… n’aura pas le pouvoir.

    Même si je m’en félicite de sa victoire ce soir (pour moi le FN est un poil à gratter les bienpensants), je demeure rationnel : Brignoles = 17 000 habitants….

    Et je vois d’autres chiffres : présidentielles 2012, Marine Lepen 17.9 % et 6,4 millions de voix…

    Combien de députés ? Deux.

    Bref. Le FN est un hochet, un sextoy avec lequel on effraie le populo depuis 30 ans. Et il permet également de fédérer tous les gauchistes, les valeureux qui luttent contre le « fââââchisme ».

    Bref, un parfait doublé gagnant.

    Mais arithmétiquement, le FN ne peut pas (dans le cadre institutionnel de la 5ème) parvenir au pouvoir.

    C’est tout.

    Prétendre le contraire c’est faire le jeu du magicien Mitterrand et de toutes les crapules (à « gauche » et à « droite » qui ont suivi).

    Vous appelez de vos voeux un vrai changement ? Et la fin des obsessions constructivistes ?

    Mettez à bas le système actuel, tout le système actuel : asphyxie financière. Coupez leur l’oxygène (le pognon) et vous verrez que UMPSVERTSPCFN… disparaîtront.

    La vraie liberté elle est là. Le vrai combat il est là.

    1. Christophe vous avez en partie raison. Tout le monde fait remarquer aux dirigeants du FN que sans alliance, ils n’iront nulle part. Mais vous oubliez que le Fn veut précisément aller nulle part, juste à leur tour manger de la bonne soupe.

      Sauf que les pseudos « front républicains » n’ont aucune autre utilité que de démontrer que dans la société française partant à volo, l’UMPS affiche au grand jour ses accointances intellectuelles pour barrer la route aux populismes sans solution. Voilà qui peut être salutaire si on comprend que le dysfonctionnement provient d’un anti-libéralisme primaire ou au contraire extrêmement tueur pour la démocratie si personne à droite ou à gauche ne comprend les raisons de l’échec de ces 30 dernières années.

      Le résultats de ce soir démontre l’urgence de liberté et de responsabilité comme valeurs pour un gouvernement et je crains que la réponse ne sera qu’un enfermement dogmatique plongeant le pays vers encore plus de désespoir.

      1. facebook_philippe.bouchat

        Merci Duff! 100% d’accord avec vous! phb

      2. Je n’aurais pas mieux dit, cher Duff…

      3. Votre commentaire est parfaitement rédigé et ne contient que du bon sens.
        Sans parti libéral (et non pas ultra libéral), la France est condamné.
        Nos aïeux se sont battus pour cette liberté. Quand et comment l’avons nous perdu ? L’avons nous déjà goutée ?

        Le soucis c’est que de nombreux Francais aiment à se bercer dans le protectionnisme liberticide de l’Etat…
        Donc je me demande s’il y a une masse suffisante d’électeurs qui permettraient la victoire d’un tel parti.

        D’un autre coté, il y a tellement d’abstentionnisme et de votes blanc qu’on peut imaginer qu’une large frange de la population ne souhaite plus se déplacer pour exercer un choix qui n’en est pas un. Ces derniers reviendraient ils aux urnes avec l’émergence d’un tel parti ?

    2. facebook_philippe.bouchat

      Christophe, je ne prétends pas que le FN se dirige vers le pouvoir; je dis simplement que si on continue à revendiquer des solutions qui passent par l’Etat, cela deviendra inexorable. Nuance! Merci de votre commentaire en tout cas. phb

    3. « sur FN au pouvoir – > national socialisme »

      Tous les socialismes sont nationalistes et protectionnistes. Il n’y a jamais eu dans l’histoire d’expérience socialiste internationaliste. La première chose que font les socialistes est de fermer les frontières.

      1. Exact, c’est à mes yeux le plus gros bobard de l’histoire économique et social. Seule la prédominance de la dépense publique peut arriver à peu près à occulter cette triste réalité.

        1. Le socialisme à l’origine était nationaliste, plus encore le nationalisme est naît du socialisme.

          Mais le communisme est internationaliste, il ferme les frontière non parce qu’ils considèrent en soit que le socialisme ne doit se faire que dans le pays mais parce que la conjoncture (ils ne le dirons pas, mais les gens veulent quitter le pays et tant que le monde n’est pas communiste…) leurs fait agir ainsi.

  2. En quand ça sera au tour du FN, on aura ensuite le droit au retour du PCF. Puis le cycle recommencera.

    1. En fait, l’histoire bègue… J’ai comme l’impression que le XXI ème siècle risque d’être aussi sanglant que le XX ème, tout ceci pour les mêmes raisons…

  3. twitter_propagandegouv

    « bref, celui qui n’a jamais été essayé » …. En France, il faudrait préciser!

    Différentes formes de libéralismes plus ou moins poussés ont été essayés de par le monde et avec un certain succès ! Aujourd’hui, même les pays d’Europe du nord libéralisent leur économie sans pour autant que cela entraîne une baisse de la qualité des services publics!

    Taux de chômage faible, qualité et efficacité des services publics, des soins,hauts salaires… Les pays qui trustent les premières places, souvent devant la France ont la particularité d’être presque tous beaucoup plus libéraux que notre beau pays…

    A la différence du communisme, testé partout mais « jamais appliqué », le libéralisme fonctionne et est le meilleur moyen pour développer un pays et améliorer durablement la vie des gens!

  4. Belle victoire du Front de Gauche d’extrême droite.

  5. Erreur : fascisme et national-socialisme sont la même chose, à savoir de l’extrême gauche.

    J’ai beau chercher, j’ai du mal à trouver un pays qui ait exercé, ou au moins essayer, un pouvoir véritablement d’extrême droite… peut-être la France Gaulliste, à la rigueur. Mais là, il y avait tout à reconstruire et des sous en plus (remboursés jusqu’au dernier centime, en plus). À part ça, c’était pas terrible, mais ça à quand même fait de la France un pays crédible sur le plan international, comparé à l’épave qu’elle est aujourd’hui devenue…

    Si, il y a aussi le Japon et l’Inde, mais là, c’est surtout pour des raisons culturelles millénaires. Ça leur réussi d’ailleurs pas mal (il y a une très forte dose de libéralisme, avec des vrais morceaux dedans).

    Je comprends, même si je n’en fais pas du tout partie, qu’il y ait encore des “nostalgiques”.

    Si vous en voyez d’autres, je suis preneur !

  6. Brignoles, 16 000 habitants. Les médias ne savent vraiment plus quoi faire pour détourner l’attention des véritables problèmes, ou pour convaincre les gens d’aller voter.

    1. Certes, mais c’est la 11° branlée d’affilée que se prend le PS. En haut lieu, ils vont tirer la conclusion qu’ils ne font pas assez de socialisme.

      « La gauche est une salle d’attente pour le fascisme. » (L. Ferré)

  7. Vu la com. politico-mediatique appelant a luter contre le liberalisme et la mondialisation,est-ce reellement une surprise de voir un parti constructiviste et nationaliste prendre de l’ampleur?

    1. Oui mais ils font aussi du FN un Grand Méchant qui fait Peur. Ne serais-ce pas un rejet, combiné à un fort taux d’abstention (autre Grand Méchant), du système politico-médiatique ? Au premier tour, c’est l’abstention qui a gagné (plus de 50%), qu’en est-il du second ?

      1. Moi aussi j’aime bien parler politique, c’est un péché mignon bien français.

        Mais enfin, arrêtons de brandir les grands mots : socialisme, nationalisme, fascisme.

        Vous vous perdez dans des arguties sans fin.

        L’économie commande la politique, pas l’inverse.

        Le problème ontologique de la société française est économique avant d’être politique.

        Vous voulez vous débarrasser de l’UMPS, FN, VERTS et autres guignols ? Détruisez le système économique qui en constitue l’infrastructure.

        Sécu, retraites, fiscalité, « statut » (fonction publique), code du travail, collectivités locales, Euro…

        Voilà la clé de voûte.

        Les politiciens sont une conséquence (opportuniste sans doute) mais pas une cause, contrairement à ce que l’on peut penser.

        Supprimez leur le pognon, coupez leur les vivres, et leur pouvoir de nuisance disparaîtra. Arrêtez d’être des serfs, au service de ces gens. Arrêtez de leur payer la dime, avec votre travail, votre patrimoine.

        Je me fiche du FN. Même si je vote pour lui depuis 30 ans, car au moins (je dis bien au moins) cela emmerde les bobos et les gauchistes, Libé, Le Monde, ce qui constitue une petite satisfaction. Mais je ne me fais aucune illusion.

        Le FN est un non sujet. Et Brignoles encore moins.

        Car j’ai oublié d’autres chiffres à la présidentielle 2012. En face des 6 millions de voix de Marine Le Pen, il y a eu 18 millions pour Hollande, et 16,86 millions pour Sarkozy.

        Total 34,86 millions de… veaux.

        Ca fait beaucoup. Et il est clair que nos idées libérales ne seront JAMAIS « votées » en conscience par ces gens là.

        Les Français n’ont JAMAIS été -réellement- « libéraux ».

        Bilan : il faut leur ôter leur pouvoir de nuisance.

        Notre minorité doit imposer ses vues, via une démonstration à l’envers si j’ose dire : en mettant en faillite le système collectiviste et étatiste… alors nous lui enlèverons sa substance, littéralement.

        L’implosion de ce système de servage, de cette insulte philosophique et morale permanente, est préférable au maintien du status quo.

        1. @christophe

          Je partage votre opinion concernant l’impossibilité d’avoir enfin un système libéral sans passer par la case « tout laisser s’écrouler » avant, car le discours « libéral » qui prône plus de responsabilité, plus de « vraie rigueur » et qui suppose la disparition d’administrations inutiles à foison n’a aucune chance d’être approuvé par une majorité d’électeurs français élevés à la sauce « l’état doit tout faire, les individus doivent en faire le moins possible ».

          Maintenant j’aimerais toutefois apporter un bémol:
          Quand vous dites « Le FN est un non sujet », je ne suis pas d’accord. C’est un sujet à double titre:
          – 1) Comme expliqué si justement dans l’article, c’est le seul parti de France qui soit encore « porteur d’espoir » (pour la simple raison d’ailleurs, qu’il n’a jamais eu l’occasion de mettre son programme à l’œuvre),
          – 2) C’est peut-être le seul parti dans lequel il serait possible d’appliquer, au moins en partie, des solutions libérales (sans que cela ne transparaisse).

          Laissez-moi faire un peu de politique-fiction ici:

          L’implosion économique que vous appelez de vos vœux survient dans les mois qui viennent. L’Etat fait défaut, les fonctionnaires descendent dans la rue pour réclamer leurs salaires et de nouvelles élections. Qui se fait élire à ce moment là ? Le dernier parti « porteur d’espoir » (donc le FN, voir 1 ci dessus).

          Ce dernier sera donc en mesure d’effectuer tout ou partie de son programme nationaliste avec un niveau de « dictatorialité » d’autant plus important que la situation sera plus grave. Qui plus est, nos politiques sont les spécialistes du cataplasme et du « si ça ne marche pas c’est qu’on n’a pas fait assez de ce qu’on a dit », rien ne l’empêcherait alors d’appliquer des solutions pour le moins extrêmes.

          Le système qui en résulte (cf. Allemagne des années 1939), pourra probablement même donner des signes encourageants pour l’économie et l’emploi (on lancera la nouvelle gamme de chars « Pétain », des voitures made in France que chaque Français devra acheter et des grands travaux, comme la « ligne Maginot de la méditerannée »). Du coup, on pourrait en prendre pour des dizaines d’années…

          Vous voyez le tableau ? Ce n’est pas réjouissant…

          Laissez-moi maintenant en venir au point n°2, comment il est possible d’inclure du libéralisme dans un parti comme le FN.

          Le FN base la majorité de son argumentaire sur une question de sécurité (donc le fait de donner des moyens aux forces dites « de l’ordre »), c’est un des aspects régaliens de l’état que les libéraux considèrent, à juste titre, comme étant probablement le seul qui doive rester aux mains de l’état (avec l’armée et la justice)

          Rien n’empêcherait donc d’inclure une dose importante de « libéralisme » dans le reste de l’économie: santé, éducation, culture, syndicats politisés et autres ministères inutiles. Cela serait d’ailleurs d’autant plus facile que :
          – Pour financer son programme, il faut de l’argent. Même si on l’imprime soi-même (retour au Franc) il vaut mieux réussir à avoir un budget en équilibre. Donc on peut se passer des fonctions difficile à gérer et coûteuses.
          – Un parti « d’extrème quelquechose » au pouvoir, est probablement le seul à pouvoir – sans que cela choque – mettre en place des mesures « fortes » (et aussi réprimer par la force ceux qui s’y opposent), là où un parti plus traditionnel est obligé d’obtenir (ou de fabriquer) un « consensus » par la ruse et les copains des médias interposés.

          On aurait alors dans ce cas un début de société « libre » (il faut bien commencer quelque part), dans un état-policier, mais c’est toujours mieux que ce que nous avons actuellement.
          (remarquez que dans un état-policier ce commentaire serait probablement traqué par la police pour son aspect subversif…alors qu’aujourd’hui ce commentaire sera simplement relayé au ministère de la culture qui enverra un lecteur de « Libé » ou un éditorialiste le contredire point par point)

          Bien qu’elle me mette mal à l’aise par son côté « la fin justifie les moyen » et apprenti-sorcier, la conclusion serait qu’il faut s’intéresser au FN, lui apporter la connaissance économique qui lui fait défaut et s’en servir pour obtenir plus de liberté maintenant, plutôt que de devoir constater (collaborer) et subir une fois qu’il sera trop tard…

          1. Tout a fait d’accord, je soutiens aussi le FN pour cette raison.
            De toute façon, il n’y a plus rien a attendre de l’UMP et du PS, ils ne font que du bricolage pour se sucrer et sucrer leur petit copains, tout en essayant de ne pas trop se mettre mal avec l’Allemagne et avec l’UE.
            Il ne faut pas leur demander d’essayer le libéralisme, ils ne savent meme pas ce que cela veut dire.
            Si le FN au pouvoir conduit à une dictature politique, mais avec une économie libérée, pourquoi pas ?
            Rappelez-vous l’expérience de Pinochet au Chili. Il a su détruire la plupart des « bienfaits » du socialisme, pour mettre en place une économie libre, avec l’aide des Chicago boys.
            Il a sans doute été trop loin sur le plan des autres libertés (liberté d’expression, liberté de grève, liberté syndicale), mais sur le plan strictement économique, le Chili actuel en bénéficie toujours.

        2. Il me semble clairement possible de faire sauter l’administration.
          C’est le même principe que pour faire sauter le serveur d’un site internet: l’inonder de requêtes.

          H16 l’explique particulièrement bien dans son article: http://h16free.com/2013/06/26/23855-et-maintenant-un-peu-de-resistance-active

  8. Pauvre monde et surtout pauvre France, enfermée dans des joutes électorales.

    Il y a ceux qui ont voté Sarkozy et furent déçus et je n’en reviens toujours pas de quoi ? Puis, il y a ceux qui on poussé à l’élection de Hollande au seul motif d’éjecter son prédécesseur et qui maintenant se plaignent, il y aussi ceux qui ont voté pour Normal 1er, bercés des mêmes illusions que pour Sarkozy (à ce stade le cas est tout de même sérieux, je ne vois que les soins palliatifs, hélas…).

    Le FN, au motif qu’il n’a jamais pris le pouvoir, serait ainsi une alternance crédible.

    Et nous voila repartis dans le carrousel alternatif, car le vote FN se décompose soit dans l’expression d’un ras le bol, soit d’une utopique croyance et espérance en ses thèses.
    Las, le FN, comme le souligne l’article, n’apporte rien de neuf aux débats, bien au contraire il réinvente le moyen âge.

    Le vote blanc a toujours été une excellente alternative, n’en déplaise à certains car, à choisir un moindre mal, on choisi le mal quand même…

  9. C’est faux de dire que le « FN est le seul parti qui n’a pas encore eu l’occasion de frustrer ses électeurs ».
    Le FN a largement démontré à Orange, Toulon, Marignane que son national socialisme, comme tout socialisme, est pourri.
    Mais sinon, je suis d’accord avec l’auteur : tant que le FN est décrit délibérément par les merdias comme de l’extrême droite au lieu de ce qu’il est réellement, à savoir un parti socialiste écolo-nationaliste, il n’est pas un poison (comme on voudrait nous le faire croire) mais au contraire une bénédiction pour les socialistes, de gauche ou de droite. Nos socialauds déplorent publiquement la montée du FN tout autant qu’ils s’en félicitent en privé.
    « Dieu se rit des hommes qui chérissent les causes dont ils déplorent les effets. » Bossuet.

    1. facebook_philippe.bouchat

      belle phrase de Bossuet, merci miniTAX!

    2. Faux, le FN a un excellent bilan à Orange, notamment en ce qui concerne le redressement des finances, et Jacques Bompard a été réélu 3 fois. Il s’est séparé du FN en 2004 en raison de ses mauvais rapports personnels avec Jean-Marie Le Pen mais il est toujours Maire d’Orange depuis 1995.

  10. Sachant que la dérive extreme-gauche récente du FN n’est finalement qu’un changement de cap électoraliste et non de principe, je ne suis pas certain qu’un tel programme pro-interventionniste sera vraiment appliqué en cas d’accession au pouvoir du FN.

  11. Le « grand Charles » était « constructivisite » : bon nombre de mesures fondatrices de notre état providence en faillite ont été mises en place sous son autorité : ENA, Sécurité Sociale obligatoire, grands monopoles (EDF, GDF,..), grandes entreprises d’Etat (Renault…), planification (avec le fameux commissariat au plan, le plan calcul…).

    Alain Peyrefitte le cite : » seul l’Etat peut faire de grandes choses ». Surprenante erreur de jugement, mais qui se comprend pour quelqu’un qui n’a jamais fondé une entreprise.

    Mais à la différence de ces successeurs, il aura à coeur à ce que les prélèvements obligatoires ne dépassent pas 30 % du PIB (« au delà, on change de régime), de rembourser les dettes et de refuser de jouer avec la monnaie (refus de dévaluer à plusieurs reprises).

  12. Il me semble bien que les idées de Friedman ont été essayées. Par Augusto PINOCHET , au Chili.

    1. facebook_philippe.bouchat

      Oui @polo sur le plan économique; mais le libéralisme est d’un seul tenant; on n’est pas libéral pcq on suit une politique de dérégulation sur le plan éco et d’asservissement sur le plan politique => peut-on dire que la Chine est libérale ? pour moi non. voilà pq je dis que le libéralisme n’a jamais été essayé. belle semaine, phb

  13. « l’ultra-libéralisme » dont vous parlez n’a pour moi rien de libéral, la finance étant un milieu ultra régulé, la régulation profitant finalement aux puissants, aux influents, qui ne ne seront jamais mis en face de leurs responsabilités…

    « L’ultra-libéralisme » dont vous parlez, c’est du capitalisme de connivence, rien à voir ni de près ni de loi avec du libéralisme.

    1. facebook_philippe.bouchat

      Oui @yoyo6963 c’est exactement ce que je dis dans mon article : les ultra sont les requins de la finance qui font crever les gens et n’ont donc rien à voir avec les libéraux authentiques! Nous sommes bien d’accord, belle semaine, phb

  14. La droite est majoritaire dans le pays mais la gauche a encore de beaux jours devant elle. Exactement la même situation qu’en Allemagne mais au bénéfice de la droite chez nos cousins Teutons. Tant que le SPD et die Linke seront idéologiquement séparés, la droite sera maître du jeu. En France tant qu’il y aura césure entre l’UMP et le FN, la gauche plus unie triomphera toujours. Celle-ci va se régaler lors des prochaines triangulaires municipales PS-UMP-FN.

  15. Darth Plagueis le sage

    En fait tous ces partis politiques ne sont que démagogiques…

    LE PEUPLE SE MENT LITTERALEMENT A LUI MEME EN CHERCHANT SYSTEMATIQUEMENT LA REDISTRIBUTION DES RICHESSES PLUTOT QUE DE PRODUIRE DAVANTAGE DE RICHESSES.

    C’est bien plus agréable de croire au « progrès social » et à « la justice sociale et fiscale » que de travailler d’avantage, de prendre plus de risque et d’investir plus…

    Cherchons à produire le plus de richesses possibles, ce qui permet d’accroitre le niveau de vie de tout le monde alors que vivre au crochet d’autrui ne fait qu’étendre la misère au plus grand nombre…

    TANT QUE LE BON PEUPLE N’AURA PAS COMPRIS CELA, LA SOCIETE NE FERA QUE S’APAUVIR…

    1. facebook_philippe.bouchat

      Comme le dirait Alexandre Jardin, prenons-nous comme points d’appui; devenons charliens!

    2. Le peuple n’a plus de religion et la parole politique n’est plus crédible alors tout ce que veut le peuple c’est travailler le moins possible en étant payé le plus possible.

  16. Le libéralisme ou le camp de concentration. C’est un peu exagéré, non ?
    Par ailleurs, le Front National n’est pas complètement imperméable au libéralisme économique, il l’a été par le passé, il peut le redevenir, comme l’a bien dit HerveLE c’est surtout une manœuvre électorale, on ne sait pas si ils resteront sur cette ligne « socialisante » une fois au pouvoir.

    1. Ils le resteront car c’est un parti populiste et que le libéralisme a très mauvaise presse en France.
      La période pro-Reagan du FN collait juste à l’anticommunisme de l’époque. De plus il n’y a pas que l’économie qui compte.

      1. Marine Le Pen n’était-elle pas allée voir Ron Paul à Washington ?

  17. C’est la victoire du marketing cette élection. Chaque fois que j’allume la télé ou la radio on me parle du FN.
    Tout le monde peut comprendre que ça pèse plus qu’une simple abstention.

  18. Pas d’affolement, les enfants !

    D’abord, Brignolles, c’est un petit trou, où les gens ont choisi entre un monsieur et une dame.
    Est-ce un choix « politique », ou simplement que le candidat leur a paru plus sympa que la candidate ?

    Mais si c’est politique, il faut encore relativiser : en France, les partis se décrient les uns les autres, c’est même leur action principale. Les gens se replient alors vers un « parti vierge » qui n’a jamais commis d’erreur, puisqu’il n’a jamais rien fait.

    Et qui ne se gêne pas pour promettre tout ce que les gens veulent entendre. (nous on est les bons, ce sont les autres, la mondialisation, l’Europe, l’euro, le FMI qui sont méchants.) D’où un engouement, un effet de mode, comme on se rue sur des colifichets pour les virer quelques mois plus tard.

    On le voit très bien avec le parti populiste flamand NVA, qui a fait un score impressionnant récemment. Il a même gagné la ville d’Anvers. Joie des électeurs qui ont cru que les trottoirs allaient devenir étincelants de propreté, la ville se vider de ses drogués et de ses « bougnouls », et les « vrais anversois » trouver des emplois de rêve …

    Bien entendu, il n’en est rien, et la NVA perd des points tous les jours.

    C’est au pied du mur qu’on voit le maçon.

    Une fois de plus, les commentateurs confondent agitation et politique.

  19. Bonjour,

    J’avais parié sur la victoire du Front National à Brignoles.. J’ai eu donc raison et pourquoi donc ?
    Cela fait 40 ans que l’on nous baladent que la gauche et la droite font la même politique qui ruine notre pays.
    Seul le Front National a su prévoir tout ce qui arrive dans notre pays. Sur l’immigration, sur l’insécurité sur L’ Europe, sur le chômage, sur la mondialisation sauvage, sur l’euro, et sur notre économie etc etc …Sur presque tous les sujets vitaux il a eu raison.. Je suis enseignante et de gauche, enfin, je l’étais car à un moment donné il faut arrêter de suivre toujours les mêmes mauvais remèdes des UMP et PS..J’en ai aussi marre de voir que mon pays se fait envahir par des gens inassimilables et qui veulent nous imposer leurs modes de vies et même leur religion…Marre de voir nos villes changer au point de se demander q=si on est encore en France !! Marre d »avoir la peur au ventre quand je vais à mon collège en me demandant si je ne vais pas un problème avec les jeunes qui ne respectent rien..Se faire insulter gravement par le père d’une jeune fille car je lui avait demandé gentiment d’enlever son bandana en classe..Marre de voir ma fille ramer sans boulôt et sans avenir , marre de voir le gaspillage de nos impôts ravitailler les millions d’assistés ..
    Marre de voir que mon fils n’a pas eu un HLM car il y a eu priorité à une famille algérienne !! Marre de voir les prix flamber de jours en jours, marre de voir toute la  »misère » du monde venir grossir les assistés ..
    Et pourtant je suis une privilégiée car j’ai la garantie de l’emploi , alors je devrai me la fermer …Alors voila en quelques mots pourquoi je me suis rapprochée de rassemblement Bleu Marine et d’entendre Me Alain Delon abonder dans mon sens cela fait vraiment plaisir, croyez moi le peuple en a marre et il va bouger…

    Cordialement

    1. Une question
      est ce que ce sentiment est répandu parmi les profs?
      ou est ce que majoritairement on espère encore que les « recettes » et le « volontarisme » du système conduiront a une amélioration?

      1. Grass : « est ce que ce sentiment est répandu parmi les profs? »
        ————————–
        Il y a des chances oui. L’Edulcoration Nationale est un nid de gauchistes et en même temps l’endroit idéal pour avoir un max de contact direct et chaleureux avec les sauvageons allogènes, surtout dans les zones « d’éducation prioritaire ». Ingrédients parfaits pour vous concocter un bon électeur du FN, surtout après une bonne grosse désillusion en constatant que les foutaises pédagogistes dopées de moraline et de bonsantiman 90mg en soluté que toute la corporation avaient expérimenté sur plusieurs générations d’élèves finit systématiquement par générer des monstres analphabètes et irresponsables.

  20. Mon cher Philippe Bouchat,

    Comme vous le savez certainement, j’apprécie beaucoup vos articles. Votre critique, tant du FN que du monde politique français est parfaitement juste.

    Néanmoins, je ne suis pas d’accord avec le titre de l’article : le grand gagnant de Brignoles n’est pas le FN. C’est l’abstention.

    1. facebook_philippe.bouchat

      Merci Alain Lib! Effectivement l’abstention est la grande gagnante, même si la mobilisation fut moins mauvaise au 2nd tour par rapport au 1er! belle semaine, phb

  21. Tout ca semble orchestré comme si UMPS voulait faire campagne sur « no pasaran ».

    ils feront pas campagne sur des bilans, ils feront pas campagne sur la pauvreté qui recule, ils feront pas campagne sur leur exemplarité de citoyens. Le « no pasaran » reste un theme manichéen , facile a manier, et qui marche encore bien, pour faire campagne.

    Même si ca devient tout de même un peu dangereux.

  22. le FN a un excellent bilan (libéral-compatible) à Orange, notamment en ce qui concerne le redressement des finances, et Jacques Bompard a été réélu 3 fois. Il s’est séparé du FN en 2004 en raison de ses mauvais rapports personnels avec Jean-Marie Le Pen mais il est toujours Maire d’Orange depuis 1995.

  23. Euh ben non. Assez faible.
    J’associe constructivisme à:
    – théories des genres
    – euro
    – UE
    – Le magnifique apport de population immigré, ou ponzi migratoire, qui nous rendent riches de notre argent pris pour les recaver en allocations diverses et politique de la ville, avec, ne l’oublions pas, l’argument avancé de sauver le ponzi des retraites.

    En cela, elle est largement moins constructiviste que les autres.
    Ce sont plutôt tous les autres qui sont extrême constructivistes, où déconstructivistes, selon les sujets où l’angle d’attaque.
    Reste la position tout aussi socialiste que nos autres socialistes existants.
    Alors là oui, peut-être. Je n’arrive pas à savoir la part de posture et d’imposture là-dedans. Par imposture, pour l’instant, j’entends surtout le ponzi des retraites.
    Quant au fascisme, euh, ben non aussi.
    Je suis sur Contrepoints ou sur Libé, monde ou nouvel obs ou n’importe quel organisme subventionné dit de presse ?
    Vous croyez que vos migrants , en non novlangue, clandestins + regroupement familial, ont lu hayeck, et que bien évidemment, ils vont tous créer un parti libéral, avec toutes les entreprises qui vont avec?
    Vous croyez qu’ils viennent pour la beauté de notre culture, civilisation, etc etc etc
    Vous ne voyez pas que toute la gauche, UMP comprise bien sûr, veulent nous construire une nouvelle société?
    Vous ne voyez pas la haine profonde de ce pays et de ces habitants par, au hasard Guenole?
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/954829-front-national-pourquoi-je-n-en-ai-rien-a-faire-de-la-montee-de-marine-le-pen.html
    Mépris de classe, notion bien marxiste, d’un bobo parisien?
    Je passe sur meclanchon ou assimilé, trop facile.
    Quitte à choisir entre différents pots de merde, autant les nommer correctement pour pouvoir choisir, ou non d’ailleurs.
    Et là, je la trouve très mal nommée.

    1. Les « bons » français sont tout aussi assistés que les immigrés. Mais comme d’hab on préfère accuser autrui de nos propres maux.

      1. Le ponzi des retraites est une chose bien de chez nous.
        Quant aux bons français assistés, je ne dis pas le contraire.
        C’est « tout aussi » qui me fait tiquer.
        A moins de ne pas connaitre les taux de chômage de certaines banlieues qui montent à 40%.

        1. Donc c’est un problème d’immigrés ?

          1. Vous répondez à mon message plus bas mais pas celui-ci ?

    2. facebook_philippe.bouchat

      Cher In Vino Veritas, le constructivisme est cette pathologie liberticide qui consiste à vouloir construire (d’où son nom) un homme nouveau par l’intervention de l’Etat et de la Loi. La pseudo théorie du genre – qui n’a rien de scientifique, mais est purement idéologique – en est un bel exemple. Pour moi tous les partis, en ce compris le FN donc, sont des constructivistes en ce sens que tous prennent comme points d’appui de leurs « solutions » l’Etat et la loi, et non les individus. Seuls les libéraux, dans la diversité de leurs courants, prônent de prendre l’individu comme points d’appui des solutions à nos problèmes. J’espère que cette clarification vous est utile. phb

      1. Merci pour votre réponse.
        Je n’ai pas été peut-être très clair.
        Je la considère comme constructiviste, comme les autres et suivant de votre définition et son application, simplement moins que les autres en regard des points que j’ai mis en avant.
        Je considère aussi, suivant votre définition du constructivisme, que l’UE est constructiviste, avec l’euro chargé de rendre cet état de fait non réversible.
        Bien d’accord avec vous sur la (ou les) théorie du genre.

        1. C’est vrai l’UE est constructiviste. A la suite des deux guerres mondiales elle a essayé de construire une paix durable entre les pays européens. Les salauds !

          1. L’argument de la paix est au faux et hors-sujet complet.
            Une monnaie unique n’est pas le signe d’une paix. Voir l’UML.

          2. J’ai parlé de l’euro ?
            Encore un bouc-émissaire de tout façon. Avec le franc on serait tellement mieux c’est vrai. A base de dévaluation massive et d’inflation confiscatoire. Les bonnes vieilles recettes nationalistes !

          3. Tom : « A la suite des deux guerres mondiales elle a essayé de construire une paix durable entre les pays européens. Les salauds ! »
            —————————————
            C’est pas parce qu’ils essayent de construire la paix que n’importe quel moyen serait forcément le bon. Faut pas confondre ce qu’on aimerait et ce qui marche. Ce qui a marché pour l’Europe et qui marche partout sur la planète pour construire une paix durable, c’est des échanges commerciaux, comme la CECA. Et non un gros monstre coûteux remplis de bureaucrates non élus qui ne sont même pas fichus de choisir un siège pour leur parlement et dont les européens eux-même ne veulent plus.

  24. Dans tout ça, beaucoup d’analyses péremptoires qui le plus souvent enfoncent des portes ouvertes. Oui on meure de trop d’état et de manque de libéralisme c’est un fait. Ce n’est pas un scoop. Oui, nous payons aujourd’hui 40 ans d’incompétence à la tête de l’état. Oui, oui, oui… toutes ces analyses sont évidentes. Mais je ne vois pas, dans tout ce bavardage, de solutions claires et pratiques pour sortir de notre situation. Si de nombreux français votent pour le FN pour « faire exploser la marmite », pour faire écrouler le système, pour appeler au secours, pour se révolter contre ce système absurde dans lequel nous sommes et duquel nous n’arrivons pas à nous dépétrer, je crois que seuls quelques uns sont convaincus par les stratégies et les solutions du FN. Mais si même ces appels au secours ne sont pas entendus qui nous donnera la feuille de route, la bonne, pour sortir de ce merdier dans lequel nous sommes, pour aller vers plus de libéralisme et vers une véritable démocratie, pas une démocratie où 30% de la population n’est représentée à l’Assemblée Nationale que par deux députés et pas une démocratie où le résultat d’un référendum est ignoré par le Président de la République soit disant pour le bien des citoyens. Sinon les Cassandres auront peut-être vu juste et seront satisfaits de leurs analyses mais ce n’est pas pour cela qu’ils auront contribué de quelque façon que ce soit à sortir notre pays de ce mauvais pas.
    La critique et le bavardage politique sont aisés mais l’art politique lui est difficile.

  25. Bon article mais je pense qu’une fois que l’on a compris le concept de déplacement des idées, on trouvera que le FN est bien un parti d’extrême droite.
    http://www.contrepoints.org/2013/04/05/120594-gauche-droite-de-quoi-il-sagit-vraiment-et-pourquoi-les-liberaux-gagneraient-a-le-comprendre

Les commentaires sont fermés.