Lettre ouverte des jeunes libéraux-radicaux suisses à Gérard Depardieu

Publié Par Philippe Nantermod, le dans Suisse

M. Depardieu, si d’aventure votre séjour belge devait vous déplaire, sachez que nous nous battrons toujours pour que la Suisse défende sa pleine souveraineté fiscale.

Par Philippe Nantermod et Maurus Zeier, depuis la Suisse.

Gérard Depardieu en 2010 au festival de Cannes

Monsieur Gérard Depardieu
Artmédia
20, Av. Rapp
75007 Paris
France

Berne, le 22 décembre 2012

Monsieur Depardieu,

Les récentes insultes dont vous avez fait l’objet suite à votre décision de quitter votre pays natal ont provoqué au sein de notre mouvement politique une profonde indignation. De manière constante, les jeunes libéraux-radicaux suisses se sont toujours engagés pour rejeter les ingérences incessantes du gouvernement français à l’encontre de la fiscalité de ses voisins ; en qualifiant de minable l’exercice de votre droit inaliénable à l’exil, le gouvernement hexagonal a gravement dérapé.

Ce n’est pas seulement votre droit au départ qui est remis en question par les remarques déplacées des ministres, mais aussi la souveraineté fiscale d’États tiers qui ont su gérer correctement leurs finances publiques contrairement à la France qui, depuis 1976, n’a plus connu un seul exercice bénéficiaire.

Depuis plusieurs mois, le nouveau Président Hollande et son équipe ministérielle tentent par tous les moyens possibles d’obtenir l’application du droit français à l’étranger, de faire les fonds de tiroir plutôt que d’entreprendre les vraies mesures d’économies que le bon sens impose. L’été dernier, il a même été question d’un accord prévoyant l’application indirecte des taux d’imposition des successions français en Suisse.

Les jeunes libéraux-radicaux suisses s’emploient à soutenir un État svelte qui permette l’épanouissement personnel et le droit de profiter de son travail. La France a choisi la voie de l’asservissement à un État vorace et pléthorique, nous préférons les libertés individuelles et la sobriété des collectivités. Ne pas devenir un enfer fiscal, pour reprendre une métaphore usée par les tenants du tout à l’État.

Aux yeux des jeunes libéraux-radicaux, les nouveaux taux d’imposition français, bien que démocratiquement adoptés, n’en demeurent pas moins spoliateurs et légitiment pleinement votre exil comme celui d’autres grands noms de la culture et de l’économie.

Si d’aventure votre séjour belge devait vous déplaire, sachez que nous nous battrons toujours pour que la Suisse défende sa pleine souveraineté fiscale. Ce que vous gagneriez en impôt, vous pourriez même l’apporter au cinéma suisse. La libre-circulation des personnes permet – et c’est une chance – une concurrence fiscale qui vous donne droit de choisir le lieu où vous voulez vivre, faire votre vie et payer vos impôts.

Face au nouvel impérialisme du gouvernement Ayrault qui réclame désormais une uniformisation fiscale et d’un fisc qui s’appuie sur des preuves obtenues illégalement (comme l’achat de listes de données bancaires volées), nous voulons que la Suisse reste une terre d’accueil pour celles et ceux qui défendent les valeurs de liberté, de protection de la sphère privée et l’État de droit.

En nous réjouissant de vous rencontrer sous nos latitudes, nous vous prions de croire, Monsieur Depardieu, à l’expression de nos salutations distinguées.

Philippe Nantermod
Co-président des jeunes libéraux-radicaux suisses

Maurus Zeier
Co-président des jeunes libéraux-radicaux suisses

Sur le web

Laisser un commentaire

  1. Je prends acte de votre engagement à lutter contre une socialisation rampante de la Suisse car ceux qui veulent faire plonger le pays ne manquent pas.
    Courage et merci pour votre billet

    1. Le seul vrai pays Libéral (au sens où ce site l’entends !) c’est l’Afganistan , y a pas d’état et chacun fait ce qu’il veut.
      Donc vous pouvez partir là bas bandes de ringards!

      1. Roger, comme tous les ignorants essaye de faire passer le miniarchisme pour l’anarchie pure et simple. Alors cher Monsieur, puisque l’Etatisme semble etre votre preference, regardons les extremes voulez vous?

        L’afghanistan serait le pire du pire de la caricature du liberalisme? Admettons… Opposons ca au pire du pire de l’Etatisme: la Coree du Nord… Si vous deviez absolument vous rendre dans un de ces deux pays, lequel choisiriez vous?

        Alors petit paltoquet? Anarchie ou Goulag? Perso je prefere 1000 fois la peste Afghane ou je peux me retirer dans des campagnes reculees a la gangrene du goulag. Merci quand même.

          1. Vous en etes reduits a jouer sur les mots? Je prend ca comme une acceptation du fait que j’ai raison. Merci pour votre honnetete, ou plutot, merci de montrer votre malhonnetete au grand jour de maniere aussi evidente.

  2. Je veux avoir le niveau de vie de Depardieu et payer ses impôts.
    Je veux payer de l’ISF !
    Et avec ce qui me reste , j’ai m^me plus besoin de bosser toput en vivant bien et en payant des études à mes enfants.

    1. Vas y Roger, fais nous voir comme tu joues bien la comedie… Fais nous voir ton succes planetaire et ta reconnaissance internationale. On en reparle apres… Tartuffe!

      1. HAHAHAHAHA! « fais nous voir comme tu joues bien la comedie »

        Saltimbanque est une fierté maintenant? Que je regrette le temps ou se tremousser devant des millions de voyeurs etaient de la plus grande bassesse, le temps ou le divertissement etait une occupation honteuse et ou se mot donnait son sens lorsqu`il etait prononcé.

        Divertir! Détourner! Lisez le dico bandes d`ignards losers et arretez d`elever comme valeurs universelles les pires bassesses.

        Au passage, Depardieu pourrait etre un grand physicien (il n`a cependant clairement pas inventé la poudre, meme s`il en est un usager notoire), ce n`est clairement pas le debat.

  3. Jolie lettre que voila… mais …
    Vous oubliez un peu vite que la fortune de cette personne a en grande partie été réalisée et obtenue grâce à l’impôt. En France quand vous allez au Cinéma, vous payez une taxe. Cette taxe sert à financer le cinéma et dans des proportions dantesques. Alors cet acteur finissant (regardez dans quel état il est) a bien profité des largesses d’un état dont vos critères en font un état collectiviste et communiste, son argent il le doit à l’impôt. L’on pourrait dire de manière caricaturale que Depardieu est un artiste d’Etat, formé et financé grâce aux impôts des Francais.

    Il a pris l’argent des Francais et leur fait un bras d’honneur pour de basses considérations politiques (d’ailleurs les 75% d’impôts qu’il se plaint d’avoir payé ont été calculés du temps de son copain ultra-libéral Sarkozy).

    Mais n’oubliez pas non plus qu’au regard de ce qu’il est capable de faire, toute cette pub à couté en papier bien plus cher qu’il ne vaudra jamais plus.

      1. Il faudrait aussi nous expliquer votre argument par rapport aux films étrangers qu’il a tourné (1492, par exemple). Bon et puis comme l’a dit mon collègue, en qualifiant Sarko d’ultra-libéral, vous nous prouvez que vous ignorez tout du libéralisme.

      2. Regardez du coté de ses noces de jeunesse et de son divorce si difficile…

        Et « les autres acteurs » sont fortunés mais payent leurs impots de bons coeur pour permettre a leur amis saltimbanques de se nourir pour continuer de vous divertir.

        1. @ Zappaz: l’esclave c’est vous. Le maître auquel vous êtes asservis s’appelle « l’Etat Français », corrompu, empêtré dans ses « affaires » et incapable de gérer ses comptes convenablement depuis 30 ans.

        2. Dans notre monde, vous serez toujours libre de mettre vos biens en commun avec ceux que vous élirez… et qui l’accepteront, cher Zappaz.
          Nous ne vous obligerons pas à commercer avec nous. Donc pas d’esclavagisme.

          Par contre, ce que vous nous proposez, vous, …

    1. Son succès il le doit à son talent.
      Personne ne se serai déplacé pour aller voir ses films s’ils étaient mauvais.
      En plus de cela c’est un homme d’affaires avisé.
      Il a le droit de ne pas vouloir subir le chantage émotionel exercé par les revanchards jaloux.
      Vous dites que « Depardieu est un artiste d’Etat »: cela montre à quel point vous êtes asservis à vos « grands serviteurs de l’Etat ».
      Quant à qualifier Sarkozy « d’ultra-libéral », quelle franche rigolade….

    2. « Vous oubliez un peu vite que la fortune de cette personne a en grande partie été réalisée et obtenue grâce à l’impôt »
      Mais non, nous ne l’oublions pas; c’est même un scandale supplémentaire que nous dénonçons sans relâche.
      La culture subventionnée et donc d’état est une honte démocratique et un non-sens économique.
      Depardieu n’a jamais eu le choix, pas plus que les contribuables français : cinéma subventionné et contrôlé par l’état ou rien…

  4. « Face au nouvel impérialisme du gouvernement Ayrault qui réclame désormais une uniformisation fiscale et d’un fisc qui s’appuie sur des preuves obtenues illégalement (comme l’achat de listes de données bancaires volées) »

    quoi un suisse qui en appelle à la justice à l’honneur? n’avez vous pas honte de donner des leçons avant de balayer devant votre porte. ouvrez les comptes en suisse et après on en reparle.

    la suisse un pays qui des banques (cf UBS). arrêtez de vous moquez de nous

    1. Il n’y a rien de juste ou honorable dans le fait « d’ouvrir les comptes », pas plus qu’il n’est juste ou honorable d’ouvrir le courrier des gens. En dehors d’une procédure judiciaire c’est même profondément injuste et déshonorant.

    2. La France et les français devraient descendre de leur tas de fumier et cesser de donner des leçons au reste du monde.
      Les banques françaises sont toutes présentes en Suisse,à Monaco, à Singapour etc etc.
      Vous citez UBS et cela tombe bien puisqu’un certain ministre « grand serviteur de l’Etat » et donneur de leçons a bien du mal à se défaire des accusations portées à son encontre.

    3. Avez vous des rideaux dans votre salle de bain, dans votre cuisine ?
      Si oui, je présume que vous avez des choses à cacher ?
      Je propose donc d’envoyer la Stasi inspecter votre cuisine, vous êtes un individu hautement suspect.