De la légalisation des armes à feu en France

Publié Par Contrepoints, le dans Sujets de société

Rares sont les sujets qui déchaînent des passions plus  violentes que la question de la légalisation des armes à feu. Contrepoints vous invite à un débat, nous l’espérons policé, en reprenant quelques arguments récurrents anti-légalisation et en y apportant des éléments de réponse.

Par Jacques Roberts

Il est devenu pratiquement impossible d’avoir un débat paisible et rationnel sur les armes à feu en France comme dans beaucoup d’autres pays. La seule mention du mot débouche habituellement sur une sorte d’urticaire, voire de l’hystérie. Les gens secouent la tête, incrédules, font une affreuse grimace et commencent à vous crier dessus. Sans aucun doute, il y aura une réaction similaire ici, mais je vous prie de lire ce petit article jusqu’au bout et de le soumettre à votre jugement. Je voudrais simplement être entendu avant que l’on ne me traîne devant un tribunal, que l’on ne me fasse un faux procès et que je sois pendu haut et court jusqu’à ce que mort s’ensuive. J’imagine qu’on ne me donnerait pas même le loisir d’une mort rapide devant un peloton d’exécution tellement les armes à feu sont détestées en France. La forme de cet article sera organisée autour d’affirmations souvent avancées par les partisans de lois anti-armes à feu. Je m’en tiendrai aux faits et à des éléments de la psychologie humaine de même qu’à quelques précédents historiques et comparaisons internationales pour remettre en question les prémisses de nos opposants sur ce sujet. À nouveau, vous pourrez dézinguer le messager une fois que vous l’aurez entendu.

Si nous légalisions les armes à feu en France, il y aurait des fusillades dans les lycées comme en Amérique.

Malheureusement, je n’ai pas été doté du don de prescience. Cependant, j’aimerais faire remarquer que des fusillades sont survenues à la fois en Allemagne et en Finlande. Dans le premier cas, le contrôle des armes à feu est consacré très durement par la loi, tandis que la Finlande tend aussi vers le contrôle sévère des armes à feu. Le premier fait dans ces lois est que les criminels ne vont pas attendre la reconnaissance officielle du droit de porter les armes comme cela les priverait d’un moyen fort pratique pour l’exercice de leurs activités. Le fait que vous ne pouviez en aucune façon riposter face à un bandit armé rend ses activités encore plus plaisantes et faciles pour lui-même. En revanche, les gens honnêtes ne souhaitent pas contourner la loi et ne peuvent porter des armes par désir d’être en conformité avec celle-ci. Parfois, la loi ne tient pas compte de vos droits naturels les plus fondamentaux et ceux-ci ne sont jamais aussi impérieusement ressentis que quand votre propriété et votre intégrité physique sont en jeu. Le droit de vous auto-défendre, de préserver l’intégrité de votre propriété et le droit de déterminer de votre propre corps et de votre vie justifient que vous soyez capable d’empêcher des voyous de vous contraindre à faire quelque chose que vous ne souhaitez pas faire ou à vous délester de votre propriété sans que vous y ayez consenti. Les criminels ont-il attendu l’approbation de l’État français lorsqu’ils ont ouvert le feu sur des policiers à l’aide de kalachnikovs ? Il est naïf de penser qu’interdire les armes à feu apporte une solution au crime. Passant honnête, rends-toi bien compte que les criminels sont déjà armés jusqu’aux dents tandis que tu te trouves impuissant en plein sur leur chemin vers toujours plus de vols, rapines, cambriolages, viols et meurtres. Soit vous inclinez la tête devant le couperet du boucher, soit vous vous évadez de l’abattoir et regagnez votre liberté perdue. La police ne peut être omniprésente et il est juste que vous puissiez vous auto-défendre.

La criminalité augmenterait si les armes à feu étaient légalisées comme ce fût le cas en Amérique.

Il n’y a absolument aucune preuve pour suggérer que le crime est corrélé avec la possession d’armes à feu, sans même parler de lien de causalité. Les gens tuent des gens, les armes à feu, elles, ne tuent pas. Les armes à feu sont des outils, des objets inanimés sans volonté propre, ce sont les gens qui les tiennent et appuient sur la gâchette. Tout d’abord, qu’il me soit permis de rappeler que les bandits auront toujours des armes à feu que les États le veuillent ou non. C’est un choix simple entre la capacité de s’auto-défendre et protéger ceux que vous aimez contre la tyrannie et le crime. Une femme seule n’a pas la moindre chance lorsque menacée par un groupe et seule une arme à feu peut augmenter ses chances comme elle ne requiert ni force physique ni contact avec l’agresseur[1].

En ce qui concerne la comparaison avec l’Amérique, elle est extrêmement faible. Autant que je sache, il n’y a jamais eu de tentative généralisée de contrôle des armes à feu sur l’intégralité du territoire américain depuis que l’Angleterre et ses compagnies fondèrent les États-Unis. En outre, la comparaison avec la Suisse établit clairement que les taux de criminalité sont plus faibles dans ce pays que dans la plupart des pays occidentaux. Pourtant, la Suisse a probablement les lois les moins sévères d’Europe en termes de contrôle des armes à feu et les Suisses gardent des armes à feu chez eux dans le cadre de leurs obligations de service militaire. La Suisse conserve le concept d’une armée de citoyens, idéal qui était autrefois celui des révolutionnaires française des années 1790. Un autre exemple est le Royaume-Uni où le contrôle des armes à feu débuta dès les années 1930 et fut finalement étendu jusqu’à ce que les armes de poing soient interdites en 1997. En dépit de contrôles plus sévères sur les armes à feu dès les années 1960, le crime connut son apogée dans les années 1990. Voter des lois ne résout pas les problèmes. Les lois ne sont jamais que des bouts de papier flattant l’orgueil de quelques politiciens et dont la plupart des gens ne sont que vaguement conscients. Par définition, le criminel se considère absous de toute obligation d’obéir à celle-ci. On ne peut faire disparaître les armes à feu par la législation.

Le complexe militaro-industriel est responsable de la libre possession des armes à feu aux États-Unis.

C’est probablement l’un des commentaires les moins informés qu’il m’ait été donné d’entendre sur les États-Unis. Le droit de détenir et porter les armes est consacré par le Deuxième Amendement de la Constitution américaine. La Constitution entra en vigueur dès 1787. A l’époque, les États-Unis n’avait quasiment pas d’armée permanente et il est risible de parler de complexe militaro-industriel au XVIIIème siècle. En fait, les États-Unis partageaient largement l’habitude britannique d’éviter d’avoir recours à la conscription massive des gens pour faire la guerre (donc par la coercition). Bien sûr, ces principes connurent quelques variations et n’étaient pas systématiquement appliqués. Toujours est-il que les États-Unis devinrent une puissance militaire seulement au cours de la première moitié du XXème siècle, mais étaient considérés comme un nain militaire auparavant. Les citoyens américains ont ainsi le droit de porter les armes comme un garde-fou contre un gouvernement qui deviendrait tyrannique. Dire que les Américains ont subi un lavage de cerveau orchestré par le « complexe militaro-industriel », c’est faire la démonstration de son ignorance totale des fondamentaux de l’histoire américaine. En outre, interdire la possession privée d’armes à feu fut une caractéristique récurrente des régimes totalitaires, la mesure fut particulièrement populaire dans l’Allemagne nazie, l’URSS et en Italie mussolinienne. Ces régimes n’étaient ainsi pas contrebalancés et leurs habitants étaient à genoux face à un pouvoir central détenant les instruments de leur oppression.

La violence est partout et ne pourrait qu’empirer si les armes à feu étaient introduites.

La violence est partout, tout est dans l’affirmation précédente : on la voit à la télévision, dans les jeux vidéos, dans les incivilités quotidiennes de nombre de gens. Si on suit cette logique, les films et jeux vidéos violents devraient être carrément interdits. Les armes à feu ne contribuent pas nécessairement à un climat de peur et de violence. Beaucoup de citoyens suisses ont de véritables arsenaux dans leurs caves et pourtant la Suisse est probablement l’un des pays les plus paisibles au monde. Les parents y éduquent leurs enfants quant aux dangers des armes à feu et aux circonstances dans lesquelles celles-ci devraient être utilisées. L’éducation devrait lever l’attrait de l’interdit et permettre l’infusion d’une morale quant à l’utilisation des armes à feu. Ce n’est pas en interdisant que l’on résout les problèmes, mais en saisissant le taureau par les cornes et en comptant avec ce qui est déjà un fait accompli ; les armes à feu existent et circulent.

Les armes à feu sont plus dangereuses que les couteaux ou autre, car elles tuent à distance.

Le sophisme est ici porté à son sommet. Les couteaux ne sont-ils pas employés pour tuer ? Certaines races de chiens ne tuent-elles pas ? Les chiens et les couteaux sont-ils interdits ? Pourtant, ils peuvent être utilisés pour tuer. Les poings ne peuvent-ils pas être utilisés pour tuer ? Les couteaux peuvent aussi être lancés de loin. Une analyse de la criminalité en Suisse suggère qu’il y avait plus de cas d’attaques par armes blanches (526) que par armes à feu (89) en 2006[2].

Pour couronner le tout (voir note de bas de page précédente), la plupart des cas de crime par arme à feu découlent d’armes possédées illégalement. En conséquence, le contrôle des armes à feu n’améliorerait pas la situation de la Suisse puisque les voyous possèderaient encore des armes quelle que soit la loi. Au contraire, cela pourrait mener à une augmentation de la criminalité puisque l’État confisquerait les armes des gens innocents et encouragerait ainsi à plus de violence de la part de bandits armés. Si les politiciens suivaient leur propre logique, ils interdiraient les couteaux. En fait, on m’a un jour demandé de présenter une pièce d’identité au Royaume-Uni, car je voulais acheter un banal couteau de cuisine dans un supermarché. Est-ce que cela aide à résoudre le crime par armes blanches au Royaume-Uni ? Pas le moins du monde.

En conclusion.

En résumé, le débat sur la possession privée d’armes à feu en France est déformé. La plupart des gens ne considèreront pas même l’option sous un angle rationnel. Ils vous crieront dessus, diront que vous êtes assoiffé de sang, que vous êtes un propagandiste des intérêts militaro-industriels et ainsi de suite. Que l’on voit cela par le prisme de la raison et des principes, il n’y a pourtant pas le moindre fondement pour l’interdiction de la détention privée d’armes à feu. C’était l’objectif de ce court article d’essayer de persuader les gens que c’est le cas. S’il parvient à encourager les gens à réfléchir et à se poser des questions sur le sujet, il aura déjà accompli une bonne partie du travail.

—-
Notes :

[1] KLECK G. and SAYLES S., “Rape and resistance” in Social Problems, 37, 149-162 (1990).

[2] http://en.wikipedia.org/wiki/Gun_politics_in_Switzerland#Gun_crime

Laisser un commentaire

  1. Encore heureux que les armes à feux soient interdites, quand je vois le comportement totalement hystérique de certaines personnes je me demande bien ce dont elles seraient capables si elles disposaient d’armes à feux. Ce n’est même pas une question de limiter les massacres type Columbine mais d’éviter que chaque petit conflit débouche sur un meurtre ou un « accident ». Il n’y a de mon point de vue aucun intérêt pour qui que se soit, de posséder une arme.

    1. « les massacres type Columbine »
      Il me semble que le port d’arme est interdit dans les universités américaines.

      « comportement totalement hystérique de certaines personnes je me demande bien ce dont elles seraient capables si elles disposaient d’armes à feux »
      Oui et bien au lieu de tuer par arme à feu, ils balancent les chiens, ou poussent les gens sur les rails des métros ou utilisent seulement le bon vieux couteau.
      Et nous pauvres con-citoyens braves et gentils, ne pouvons riposter. Alors imaginons un peu si tout le monde pouvait se défendre contre ces « hystériques », ça serait problématique!!!

      1. Et donc pour toutes ces choses que vous énoncez, une balle entre les deux yeux est la meilleure des ripostes ? Ça ressemble plutôt à de la justice expéditive…

        Il y a d’autres moyens de se défendre que de recourir à des armes à feu ou des armes tout court. Pourquoi ne pas réclamer des formations au self-defense (quelque soit la discipline) au lieu de prôner l’escalade des moyens armés?

        1. A vos propos je vois que vous n’avez jamais mis les pieds dans un club. L’efficacité de la self défense telle que vous la voyez est un mythe. A ce sujet je vous invite à faire un court d’essai dans un club pour vous faire une idée réaliste de la chose.

          1/pour être efficace encore faut-il être prêt physiquement…On limite donc le public à des jeunes hommes entre 20 et 40ans…Capable de s’entrainer 6 ou 8h par semaine sur plusieurs années….Que fait-on pour les autres ? Les femmes doivent donc se laisser faire ? Les retraités aussi ?

          2/Même en étant dans la catégorie décrite en un, toute technique à main nue est inutile face à une arme blanche, une arme à feu, ou un grand nombre d’opposant…En parlant de self-defense les pionniers on d’ailleurs comme précepte de n’utiliser les techniques à maintenue que le temps de se dégager…pour sortir une arme…Vous pouvez faire une recherche avec les mots clefs kelly mc cann sur youtube pour vous faire une idée de la chose.

          3/ votre argumentaire sur l’utilisation des self-defenses par l’armée et la police est un très mauvais argument :
          a) la formation pour les troupes de base est souvent inférieur à 32h autant dire inexistant.
          b) le but de la formation des troupes d’élite est totalement différent de ceux des personnes lambda.
          un groupe spécialisé quand il intervient :
          *est en surnombre (position de force)
          *sais sur ce qu’il intervient
          *s’est déjà assuré de la fatigué de l’opposant (pas de travail sur une personne en pleine forme. On le laisse donc poireauter un minimum)
          *la personne qui va entrer au contact (quand il y a contact) sais qu’il y a un tireur d’élite derrière lui au cas où il y aurais un soucis.

          une personne lambda est dans le cas du suspect : elle est en position d’infériorité, est moins forte, plus fatigué, surprise…bref elle part avec tous les désavantages possible…

          Si déjà les fo quand ils interviennent et ont mis tous les avantages de leur côtés ne peuvent pas intervenir seulement avec les mains nues, il faut sérieusement mettre en doute les capacité d’une personne moins entrainés qui part avec les désavantages…

    2. La France est déjà remplie d’armes à feu clandestines, (il y en a plus que d’immigrés clandestins, c’est pour dire !!)
      Seule les hors la loi et le gouvernement en sont équipé, les honnètes gens n’ont qu’a bien se tenir.

    3. Et est-ce que l’interdiction d’armes à feu a permis d’empêcher que des fusillades surviennent en Allemagne ? A-t-elle empêché les kalachnikovs de prendre la Courneuve ? La seule véritable question, c’est : attendrez-vous que l’on vous autorise à vous défendre quand les voyous se moquent de la loi ?

  2. J’allais me lancer dans un certain argumentaire, mais en fait, une première question: pour quoi faire, cette légalisation ?

    Vous sentez-vous à ce point menacé en France (à moins que vous ne soyez pas en France ?) qu’il vous faudrait une arme à feu ? Les meurtres ne sont pas légion (les homicides sont moins nombreux que les morts par accident du travail) et relèvent souvent du cadre familial dans lequel on imagine mal ce que vous appelez la riposte.

    Le fait, justement, de ne pas banaliser les armes amène les bandits que vous craignez tant (mais dont finalement vous avez moins à craindre que votre ex ou quelque proche mécontent) à ne pas s’armer ou se surarmer.

    Autre chose aussi, vous balayez l’argument sur la dangerosité des armes à feu… je dirai qu’un coup au but par arme à feu est bien souvent mortel, alors que vous pouvez être tailladé à l’arme blanche et vous en sortir. C’est un peu comme la différence entre la guerre conventionnelle et la guerre atomique ;)

    Enfin, libéraliser les armes dans un pays comme la France, où le taux d’homicides est bas et ne cesse de décroître depuis les premières statistiques, risquerait à mon avis justement de susciter une forme d’engouement et de sentiment de puissance (que l’on ne peut nier supérieur comparé à une lame). Et donc par là une recrudescence du recours à l’arme à feu dans des cas de figure où n’en n’ayant pas sous la main, eh bien on se reportait sur autre chose.
    D’où ma première question, dans ce contexte.

    1. « Vous sentez-vous à ce point menacé en France (à moins que vous ne soyez pas en France ?) qu’il vous faudrait une arme à feu ? »
      Dans beaucoup de coins de France, oui. L’insécurité est croissante, Sarkozy n’y a rien changé depuis 5 ans.

      « Le fait, justement, de ne pas banaliser les armes amène les bandits que vous craignez tant (mais dont finalement vous avez moins à craindre que votre ex ou quelque proche mécontent) à ne pas s’armer ou se surarmer. »
      Quelle blague. Les bandits n’ont que faire de la banalisation ou non. Ils sont déjà armés. Vous non.

      « je dirai qu’un coup au but par arme à feu est bien souvent mortel, alors que vous pouvez être tailladé à l’arme blanche et vous en sortir »
      Dans les 2 cas vous êtes au moins sévèrement amoché, ou mort. Interdisez les armes à feu, vous devez aussi interdire toutes les sortes d’armes blanches si vous voulez rester cohérent.

      « libéraliser les armes dans un pays comme la France risquerait à mon avis justement de susciter une forme d’engouement et de sentiment de puissance »
      L’engouement et le sentiment de puissance ne disparaissent pas avec la loi. Aujourd’hui les bandits ont déjà cet engouement, ce sentiment de puissance. Il n’y a qu’à voir le nombre d’armes, d’AK-47 dans les banlieues. La seule question à avoir, c’est est-ce que vous voulez pouvoir vous défendre ou non.

      1. Et donc pour régler le «problème des banlieues», banalisons les armes dans les mains de tous?

        Si elles sont si dangereuses que ça, pourquoi les statistiques d’homicides sont-elles si basses?

        Ne confondez pas insécurité avec sentiment d’insécurité. Ce dernier est vilement suscité et renforcé par les politiques qui se succèdent, et c’est très certainement un mauvais conseilleur, qui vous fait croire être agressé par un simple regard. De là à sortir son flingue pour un rien, on y arrive vite.

        À vous lire, il semble impossible de vivre en tels lieux à moins de sortir armure et armes. Or, la violence est beaucoup dirigée entre bandits, bandes et petites frappes (règlements de compte par exemple) et envers la police, elle même déjà armée (ce qui d’ailleurs peut expliquer les kalachnikovs dont il est question dans l’article), même si je ne nie pas qu’il y a aussi, comme ailleurs, des agressions sur des personnes innocentes.

        Comme je disais, vous êtes bien plus menacé par vos proches que par les «bandits de grand chemin».

        «L’engouement et le sentiment de puissance ne disparaissent pas avec la loi.» C’est bien là ce que je disais (pour le cas anglais) et c’est bien pour ça qu’il est sage de ne pas banaliser dans un pays à longue tradition de port d’armes restreint (pour ne pas susciter un effet que l’on ne saurait plus contrer par une nouvelle loi).

        Voilà à propos une nouvelle qui passe: «Guards on Italian tanker suspected of shooting dead 2 Indian fishermen after mistaking them for pirates http://bit.ly/z09lDc #AFP». Et pourtant, ce sont des gardes… Imaginez des gens qui ne sont pas formés à reconnaître une menace correctement ?

        1. Je n’avais pas relevé ce point dans mon commentaire mais ici ça me semble important.

          Légaliser n’est pas banaliser. Légalisez la drogue, elle n’en restera pas moins quelque chose de dangereux, que la grande majorité des gens n’utiliseront pas car ils savent que c’est nocif. Légalisez les armes, et si les gens en possèderont, ce n’est pas pour autant qu’on se baladera dans la rue une arme à la main. Il faut arrêter de prendre les gens pour des enfants.

          « les armes dans les mains de tous? »
          Vous préférez donc qu’elles restent uniquement dans les mains des voyous comme c’est le cas aujourd’hui. Et qu’on reste sans défense face à ça. Intéressant.

          « Si elles sont si dangereuses que ça, pourquoi les statistiques d’homicides sont-elles si basses? »
          L’utilisation des armes ne se fait pas que pour tirer, il y a d’abord et surtout l’utilisation pour menacer quelqu’un pour le faire coopérer.

          « relèvent souvent du cadre familial dans lequel on imagine mal ce que vous appelez la riposte. »
          Ah bon. Quand un proche porte atteinte à votre intégrité, vous ne vous défendez pas. Intéressant.
          (il ne s’agit pas de forcément tirer, mais au moins menacer)

          « qui vous fait croire être agressé par un simple regard. De là à sortir son flingue pour un rien, on y arrive vite. »
          Les gens ne sont pas stupides. Il y a que les dingues qui se sentent menacés au point de sortir un flingue pour un regard. Et ces dingues là, flingue ou non, s’ils veulent vous agresser parce qu’ils se sentent menacés, ils attendront pas d’avoir un flingue.

          « À vous lire, il semble impossible de vivre en tels lieux à moins de sortir armure et armes »
          Non. Chacun est responsable de son utilisation, de ce qu’il considère comme danger dans son environnement.

          « ne pas banaliser dans un pays à longue tradition de port d’armes restreint  »
          Justement. Ca devrait être un argument en faveur de la légalisation du port d’arme. Dans un pays où les gens ne sont pas habitués à avoir une arme, c’est pas du jour au lendemain que tout le monde sera armé et fera joujou dans la rue pour n’importe quelle raison.

          Parler de « banalisation » pour un objet aussi dangereux, c’est prendre les gens pour des enfants qui découvriraient un nouveau jouet. La légalisation des armes ne les rend pas moins dangereuses. Les gens ne sont pas moins conscients de son potentiel destructeur.

    2. Mentalité d’esclave, que celle qui consiste à demander une autorisation pour un droit .
      Le droit de pouvoir me défendre, implique le droit de posséder une arme.
      L’Etat nous désarme et prétends assumer notre sécurité.
      Comme d’habitude l’Etat se défausse de toutes responsabilités, en effet si vous êtes agressez vous ne pouvez pas porter plainte contre l’état, au prétexte qu’il n’aurait pas rempli ses obligations.

      Un homme libre rends d’abord compte à sa conscience.
      Liberté et responsabilité : Un homme libre doit assumer sa sécurité, ne serait-ce que par ses responsabilités vis-à-vis de sa famille. Imaginez que lors d’une banale agression dans la rue ou dans le métro, il prenne un mauvais coup et finisse tétraplégique ; quel malheur pour toute la famille.
      Un homme libre qui possède une arme, ne porte tort à personne.

    3. Il y a deux meurtres par jour rien qu’à Paris intramuros.

      Par ailleurs, si effectivement il n’y a pas autant de meurtres en France qu’aux USA c’est simplement parce qu’on cède !

      On cède sur tout, au quotidien nous acceptons notre soumission à l’insurgé, on tolère qu’il incendie nos voitures, nos maisons, nos écoles et on accepte de payer des assurances de plus en plus couteuses pour couvrir les frais.

      La libre possession d’armes de guerre comme en suisse pour les citoyens qui sortent du service militaire, permettrait de recouvrer notre souveraineté sur notre territoire et de reprendre la main.

      Vous voyez donc que le nombre de morts est un mauvais indicateur.

      Pas besoin de tuer pour obtenir le pouvoir, il suffit de parvenir à menacer durablement.

      Il n’y a pas plus de morts en Italie du Sud qu’en Ile-de-France…

      La mafia italienne n’a pas besoin de tuer pour imposer son pouvoir, elle a simplement besoin d’être durablement menaçante.

      Idem pour les islamo-fascistes partout en Ile-de-France !

      La libre possession d’armes de guerre (fusil mitrailleur comme dans de nombreux foyers suisses) pour les honnêtes citoyens (avec examen préalable constitué par le service militaire, comme en Suisse) permettrait de s’affranchir du régime de sujétion et de renverser les équilibres de pouvoir sur les territoires.

      Les armes les plus puissantes sont celles que l’on possède mais qu’on utilise pas…

      Par ailleurs, de nouvelles émeutes type 2005 sont toujours possibles et nous savons tous que si ces évènements se reproduisaient, ils seraient certainement infiniment plus violent qu’en 2005, alors, il faudrait que les citoyens soient mobilisables pour appuyer dans chaque quartier les CRS… comme en Suisse, chaque citoyen est mobilisable dans chaque village avec son fusil mitrailleur pour protéger son village ou sa ville en cas de besoin (conflit interne ou invasion de puissances étrangères…)

    4. LEs Suisses et les Canadiens ont des armes, ça ne tourne pas au massacre pour autant.
      Si les agresseurs savent qu’ils risquent la mort parce que les gens sont armes, ils y réfléchiront 2 fois avant d’agir.

  3. honnêtement il est très aisée de comprendre pourquoi les armes sont interdites.
    Les français ont une propension a la résistance, a faire des révolutions trop importantes. L’état ne peut se permettre une telle menace.
    Et puis certains serait tenté de faire le ménage dans les cités dite « chaude ». Ce serait embêtant tout de même de prendre tout l’électorat communiste.
    Ceci dit les citoyens suisses ont tous une armes chez eux, ils n’y a pas pour autant de crime en plus. De même pour le Liechtenstein.

    1. « Les français ont une propension a la résistance, a faire des révolutions trop importantes. L’état ne peut se permettre une telle menace »

      Je ne sais pas si c’est ironique mais prendre l’Elysée c’est pas vraiment une facilité (je signale que des avions de chasse ainsi que des tanks surveille en cas de « révolution ».

      « Et puis certains serait tenté de faire le ménage dans les cités dite « chaude » »

      Je dirais la même chose qu’au dessus. Un peu chaud sachant qu’elles ont appris depuis longtemps à se défendre. Donc pour éradiquer ces quartiers, bon courage

    2. La différence tient peut-être aussi à la raison historique de la présence de ces armes, ainsi qu’au service militaire qui, de ce que j’avais compris des explications d’un suisse, consiste en un rappel régulier sous les drapeaux. Et l’arme des suisses est une sorte de mitraillette (j’avoue mon inculture des modèles), pas aussi portable qu’un pistolet, pas vraiment arme d’autodéfense en cas d’agression dans la rue.

      Qu’en est-il aussi du port d’arme? Car la possession et le port sont deux choses distinctes.

    1. « Oui et bien au lieu de tuer par arme à feu, ils balancent les chiens, ou poussent les gens sur les rails des métros ou utilisent seulement le bon vieux couteau.
      Et nous pauvres con-citoyens braves et gentils, ne pouvons riposter. Alors imaginons un peu si tout le monde pouvait se défendre contre ces « hystériques », ça serait problématique!!! »
      En quelques sorte tu voudrais réinstaurer la loi du Talion et supprimer la justice ? Très peu pour moi.

  4. Le vrai problème, c’est donc que les gens malhonnêtes arrivent à se procurer des armes.

    Au lieu d’autoriser tout le monde à avoir des armes (dont le but premier, même si c’est un objet inanimé, est de donner la mort ou de blesser, cela ne sert à rien d’autre), il faut renforcer drastiquement le contrôle des armes en circulation.

    Le vrai problème est là.

    N’oublions pas que le rôle premier de l’état est d’assurer la liberté et la sécurité.

    Ce second point implique qu’il doive jouer son rôle dans le contrôle des armes, car seul l’état doit avoir le monopole de la violence (mais avec d’énormes contre pouvoirs afin de limiter ce pouvoir extravagant)

  5. En France, tout majeur a le droit de s’acheter une arme de 5ème catégorie (un fusil de chasse), pour peu qu’il présente un document qui certifie qu’il sait s’en servir (permis de chasse – 1,5 millions de personnes en France – ou licence d’un centre de tir).
    Pour les armes de catégorie inférieure, il faut posséder un permis (donné par la préfecture contre licence de la fédération française de tir), un peu comme pour une voiture, mais en plus restrictif. Si vous voulez une arme et que vous savez vous en servir, rien ne vous empêche d’en posséder.
    Que faudrait-il changer exactement à la législation française. Une kalachnikov pour tout majeur ? Des lances roquettes ? Des grenades ? Ou juste des armes de poing ? Où placez-vous le curseur ?
    Comme beaucoup de partisans de la vente des armes à feu en France, vous semblait par les Etats-Unis. Certains pays, pour des raisons historiques autorisent massivement les armes à feu, pas la France. Et pour abonder dans le sens de Flomyen, dans quel but le ferions-nous chez nous ? Pour nous rendre liiiibre ?

      1. Ce n’est pas vraiment du port d’arme, mais de la possession. Vous n’avez pas le droit de vous promenez avec un fusil chargé dans la rue, et je crois même que vous êtes devez démonter le chargeur pour le neutraliser le temps du trajet entre votre domicile et la zone de chasse/le stand de tir.
        En Suisse je ne crois pas que cela soit différent, la définition des catégories d’armes sont simplement plus souples. Par ailleurs les Suisses gardent le fusil qu’on leur donne lors de leur service militaire.
        Donc ce que veut cet article n’est effectivement pas clair du tout.

    1. Autant ce débat à chaque fois me soule par sa naïveté et ses arguments usant chaque fois de « l’exception » pour prouver une pseudo règle positive pour le port d’armes à feux. Autant là Mingus tu viens de plier le débat.

      Si les exemples des USA, si la prise en compte du fait qu’une arme sert à tuer, si le fait de voir que l’homme n’est qu’un animal civilisé qui sse reveille lorsque la civilisation à ses éceuils (il suffit de voir les mouvements lors de grosse grève dans les métro en particuliers) et que ces gens veulent une arme. Soit. Dès lors comme pour la voiture, il y a un permis à passer justifiant du savoir de base permettant l’utilisation d’une arme.

      Je n’oserais parler de juste utilisation car qui s’est déja retrouvé dans des situations de conflits physique ou potentiellement physique sais que la tension peut à la fois monter vite, avec cette sensation d’avoir un corps qui chauffe et un coeur à 200 à l’heure, mais sait également que certains mots suffisent parfois à calmer une situation, si tant est que l’on accepte de mettre son égo de coté. Autant dire que sortir une arme réduit immédiatement les chances de résolution pacifique de ce type.

      Je pense personnellement que beaucoup qui veulent une arme à feu ne se sente pas capable d’affronter une situation de ce genre et souhaiterais pouvoir en sortir par le haut grâce à cette pseudo protection que lui offrirait l’arme. A ceux là faite un sport de combat. D’un naturel calme et non bagarreur, j’ai commencé le krav maga suite à des situations délicates. La confiance revient et on prend confiace dans sa capacité à se défendre.

      Après un agresseur qui arrive avec un pistolet pré sorti, je ne vois pas comment en en ayant un sur soit permettrait de résoudre la situation, il a l’ascendant sur la menace « ultime ».

      Quoi qu’il en soit il me semble que tout argument pour une légalisation massive du droit à l’arme à feu est de fait caduc par le permis d’armes disponible à qui est motivé.

      1. « … mais sait également que certains mots suffisent parfois à calmer une situation, si tant est que l’on accepte de mettre son égo de coté ».

        Je n’ai pas d’avis tranché sur la légalisation du port d’armes à feu (au passage, ce dont Mingus parle, c’est la détention d’armes à feu, ce qui n’a rien à voir), mais sans vouloir vous offenser, votre discours est assez… « bisounours » dirons-nous. Il faudra m’expliquer en quoi le « dialogue » peut être d’une quelconque utilité lorsque par exemple une dizaine de voyous s’en prenne à vous pour voler votre porte-feuille…
        Défendre une cause avec de mauvais arguments est le plus grand tort qu’on puisse lui faire.

        « Je pense personnellement que beaucoup qui veulent une arme à feu ne se sente pas capable d’affronter une situation de ce genre et souhaiterais pouvoir en sortir par le haut grâce à cette pseudo protection que lui offrirait l’arme. A ceux là faite un sport de combat. D’un naturel calme et non bagarreur, j’ai commencé le krav maga suite à des situations délicates. La confiance revient et on prend confiace dans sa capacité à se défendre. »

        Si vous vous défendez et blessez votre agresseur en utilisant des techniques de combat, vous avez de bonnes chances que le juge considère que votre maîtrise des techniques de combat soit une circonstance aggravante pour VOUS. Le droit de se défendre en France est tellement restrictif en France qu’il est bien souvent impraticable, notamment lorsque l’agresseur se « contente » de s’en prendre à votre propriété et non à votre intégrité physique.

        1. Il me semblait avoir pris les précaution oratoire afin de prévenir l’accusation de « bisounourserie » qui allait me tomber dessus mais soit allons sur ce point. Ce que je dis c’est que dans 90% des cas où l’on se fait agresser c’est pour des petites choses. Bien souvent la violence arrive car la personne agressée va répondre quelque chose du genre « ah bon et tu va faire quoi » ou encore « ah oué ben viens si t’es un homme ». Là l’engrenage s’engage. Or, et je le redis il faut savoir mettre son égo dans sa poche, savoir rester calme et répondre posément permet de désamorcer cette monté de « violence » que recherche la plupart du temps l’agresseur, en particulier pour justifier son acte à lui-même.

          « dizaine de voyous s’en prenne à vous pour voler votre porte-feuille… »
          Vos touchez là au point précis de l’écueil de toutes défenses. A partir de 2 personnes en face il n’est pas possible de se défendre en cas de passage au physique. Pour peu que chacun en ait une vous êtes cuit. Au krav la majorité des techniques sont utilisées avec dans l’idée de pouvoir déstabiliser l’adversaire et fuir, le combat n’est pensé qu’en dernier recours et la baisse de l’ascension en premier.

          Concernant les droits de la défenses, idem ils sont mis à l’index du cours. Je vais prendre un exemple, lors d’un étranglement on peu dégager la tété de l’adversaire en appliquant une pression sur les yeux ou sur le nez, les deux ayant pour réaction un basculement de la tête vers l’arrière. A chaque fois il est rappelé qu’il vaut mieux le nez car un œil crevé passe mal fasse à un juge qu’un nez endolori. Tout n’est que proportion d’usage. Chaque situation est différente et avoir pratiquer un sport de combat permet plus facilement de gérer l’intensité et les coups à porter.

  6. Ce débat tourne, et c’était prévisible à : les armes à feu sont-elles bonnes ou non ?
    Or, ce n’est pas la question : en effet, la réalité nous montre et démontre qu’interdites ou pas, les armes à feu sont présentes et qu’il est facile de s’en procurer une. En clair, la prohibition sur les armes à feu ne résout strictement RIEN.
    A partir de ce simple constat, il devient intéressant de se poser la seule question valable : vaut-il mieux continuer une politique (en pratique) totalement inefficace, ou bien finalement légaliser ce trafic ?
    Je crois que la légalisation est la moins pire des deux solutions.
    Ce qui, évidemment, ne nous empêche pas de continuer à sévèrement punir le crime, bien sûr.

      1. Je dis une évidence : la prohibition sur les armes à feu n’empêche en rien les celles-ci d’être présentes dans notre société (Cf. banlieues, etc…)

  7. Bonjour,

    Article tout à fait passionnant, vraiment merci. Quelques objections cependant, si vous me permettez.
    Aussi spectaculaires soient-ils, les cas de massacres dans des lycées ne me semblent pas statistiquement pertinents. Ce qu’il faut regarder, c’est le taux d’homicide par arme à feu dans un pays. Or force est de constater qu’il y a bien corrélation entre ce taux d’homicide par arme à feu et les législations sur le port d’armes : toutes choses égales par ailleurs, plus la législation permet le port d’armes et plus il y a d’homicides par arme à feu.
    Cependant, cette corrélation n’est pas parfaite : le Canada a ainsi une législation aussi libérale que certains Etats des Etats-Unis et un taux d’homicide pourtant moindre. Pourtant le Canada a un taux d’homicides très supérieurs à ceux des pays européens. Donc il y a quand même une corrélation et c’est cette corrélation qui doit nous inviter à continuer d’interdire les armes.
    Toutefois, je vous rejoins sur le fait que, si les armes de gros calibre se généralisent dans les quartiers dits sensibles, les gens honnêtes n’auront bientôt plus d’autre choix que de s’en procurer eux-mêmes.
    La question centrale reste donc : comment rétablir l’ordre dans les zones urbaines sensibles françaises? Et là, il me semble que le Québécois Maurice Cusson a donné des réponses très convaincantes à cette question.
    Cordialement,
    Fabrice Descamps

    1. « Or force est de constater qu’il y a bien corrélation entre ce taux d’homicide par arme à feu et les législations sur le port d’armes : toutes choses égales par ailleurs, plus la législation permet le port d’armes et plus il y a d’homicides par arme à feu. »

      Faux ! Les états US où le port d’arme est autorisé connaissent moins de meurtre que les états ou les armes sont proscrites (New-York, Washington, etc…). État le plus libéral à ce sujet connaît même un taux de meurtre inférieur à la plupart des pays d’Europe. La Floride, qui a ré-introduit le permis de port d’arme accessible aux civils à vu le nombre de meurtres et de viols diminuer de façon spectaculaire !
      Beaucoup de cantons Suisse autorisaient le port d’arme libre jusqu’en 1997 (mais là aussi, l’interventionnisme étatique a mis fin à cette liberté).
      Voilà des exemples qui devrait vous parler !
      Je vous conseille de lire J.Lott « more gun, less crime.

      1. Je crois que c’est Raufer qui démontre très bien que ce qui dissuade un criminel d’agir n’est pas la possibilité d’être arrêté (par un citoyen armé, par la police), mais la certitude de l’être.
        Quant au fait qu’une étude prouve le « more gun, less crime »,elle est seule contre un océan d’études qui affirment « more gun, more death »

        1. Bonjour,

          Mingus (Charlie Mingus?) me coupe l’herbe sous le pied. John Lott compare le Wyoming à Washington DC pour en conclure que la liberté de porter des armes explique le faible taux d’homicide constaté dans le Wyoming. Ce n’est pas très sérieux. Comme les criminologues le montrent, la criminalité baisse pendant les crises économiques car le nombre de marchandises à voler diminue aussi. Or, dans le Wyoming, il n’y a jamais eu grand-chose à voler. Pour qu’une comparaison soit recevable, il faut comparer deux situations toutes choses égales par ailleurs.
          Mais n’allez pas du tout croire que j’aie une opposition de principe au port d’arme. Si NoName me démontre qu’il a raison, je cours m’acheter un Glock 17.
          Cordialement,
          FD

          1. La grosse différence entre les deux états, c’est que les gens qui y vivent sont très différents dans leurs mentalités.
            Le Cantal a un taux de délinquance inférieur à Lyon ou Marseille, parce qu’il n’y a pas le même type de population.
            Faible taux de meutres dans le Wyoming pour deux raisons:
            1) Il y a en proportion moins de délinquant
            2) Le délinquant qui aurait la mauvaise idée d’attaquer une station-service se trouverai confronté à la sortie à deux ou trois conducteurs dont le pick-up abriterait au moins un fusil de chasse et une arme de poing.
            Les armes ne fabriquent pas la délinquance, en revanche l’absence d’armes pour se défendre fabrique des troupeaux de citoyens sans défense.

          2. M. Descamps,
            dans votre réponse, vous admettez donc d’emblée que ce ne n’est pas la libéralisation des armes qui aurait une influence négative sur le nombre de meurtre… C’est bien, on avance en fin de compte… Je ne vois pas en quoi cela dément la thèse de J.Lott.

            De plus, il ne compare pas que le Wyoming et NY, mais parle des 40 états (à peu prêt, je ne suis plus sûr du chiffre) qui ont libéralisés, plus ou moins, le permis de port d’arme ces dernières années. Vous ne pouvez résumer une thèse à un seul exemple !
            Le Wyoming est symbolique car le taux d’armement y est le plus élevé ( 60% !). Quelque soit le nombre de marchandises à y voler, à entendre certains commentateurs, tous les conflits de voisinages devraient finir dans un bain de sang ! Hors, ce n’est pas le cas…
            De plus, nous pouvons aussi parler de la Suisse, qui n’a interdit le port d’arme que depuis 1997, qui autorise toujours très largement la détention, et qui n’a jamais été connu comme étant la Somalie Européenne… Ou de l’Angleterre, qui a « bannit » les armes de poing légales et qui a vu son taux de meurtre par arme à feux augmenter depuis (montrant bien que les lois sur les armes, ne touchent que les gens qui suivent les lois)…

            Je ne peux pas être certains que la criminalité baissera de façon extraordinaire si on réintroduit le port d’arme (avec contrôle). Mais je sais en revanche que cela ne se provoquera pas de raz-de-marrée de violence que nous prévoient certains, et, comme en Floride et autres états US, on pourrait même s’attendre à une baisse sensibles des attaques violentes et des viols.

            Il ne s’agit pas d’armer toute la population, mais de permettre aux citoyens qui démontrent leur responsabilité et leur compétence en tir de défense de passer un permis de port d’arme.

            A part ça, le glock 17 est un bon choix (j’en possède un), mais pour un port d’arme civil, je me contenterai largement d’un petit Ruger LCP en 32 ACP. Face à 3 racailles armées de couteau, ou un automobiliste irascible qui sort son cric pour vous exploser la figure, cela suffit largement à contenir la situation (et ils prendront rarement plus si le port d’arme sans permis conduit directement à la prison, ce qui n’est pas le cas actuellement).

            Au fait, j’aimerai bien voir « l’océan d’études » qui démontrerait que moins d’armes légales = moins de crime… Car tout ce que j’ai vu à présent, ce sont des grands discours déclamés avec passion mais sans aucun argument scientifique ou statistique fiable.

          3. Pas mal de sujets sont mélangés là.

            La détention : la loi française n’est pas si restrictive que ça, il suffit de prouver son aptitude à manipuler une arme pour avoir accès aux armes de catégorie 1.

            L’autodéfense : Chez soi, une batte de baseball, une hachette sont des bonnes armes d’autodéfense, adaptées à l’exiguïté des couloirs.

            La détention :

            « Face à 3 racailles armées de couteau, ou un automobiliste irascible qui sort son cric pour vous exploser la figure, cela suffit largement  »

            Dans ce cas, aves le port d’armes autorisée, les 3 racailles et votre automobilistes sortiraient des Glock, right ?
            Vous comptez sortir quoi en face ?

          4. NoName,
            D’accord avec vous pour dire qu’il n’y a pas de lien mécanique entre la libre possession d’armes et les taux d’homicides par arme à feu comme le montrent les exemples du Canada ou du Wyoming . Cependant il y a corrélation puisque la Suisse, que vous citez, a, si je me souviens bien, un taux d’homicide par armes à feu supérieur à celui de la France.
            Le cas anglais est encore différent puisqu’il s’agit d’une interdiction après une période beaucoup plus libérale. Or dans ce cas en effet, seules les honnêtes gens sont lésés puisque les voyous gardent leurs armes. Cela montre qu’il est beaucoup plus difficile de passer d’une période très libérale à une plus restrictive, donc n’est-ce pas à rebours une invitation à ne pas passer d’une législation restrictive à une libérale si l’on sait qu’il sera dur de faire machine arrière?
            Et que se passerait-il si, tout à coup, un Etat aussi armé que le Wyoming accédait à la prospérité de la Floride?
            De plus, on sait ce qui se passe l’année qui suit une libéralisation du port d’arme. Les taux baissent car, comme Maurice Cusson l’a prévu, le délinquant potentiel observe l’évolution de son environnement, donc il est plus prudent juste après la libéralisation. Mais qu’en est-il au bout de plusieurs années? On sait pareillement que les homicides ont baissé l’année qui a suivi la réintroduction de la peine de mort dans certains Etats américains, mais que les taux sont revenus assez vite à ceux connus avant sa réintroduction. Le parallèle entre ces deux cas mériterait d’être creusé.
            Pour le reste, je reconnais que vous argumentez bien.
            Cordialement,
            FD

          5. M.Mingus,
            Je pense que le mélange est de votre fait :

            « La détention : la loi française n’est pas si restrictive que ça, il suffit de prouver son aptitude à manipuler une arme pour avoir accès aux armes de catégorie 1. »
            Sous le couvert du tir sportif uniquement. Nombre limitée, munitions limités, contrôle tous les 3 ans. Ca ressemble souvent à un parcours du combattant, il faut faire preuve de beaucoup de patience devant les abus de certains fonctionnaires, mais oui, c’est encore possible (et remis en question régulièrement). Ai-je dis le contraire ?

            « L’autodéfense : Chez soi, une batte de baseball, une hachette sont des bonnes armes d’autodéfense, adaptées à l’exiguïté des couloirs. »

            Ha, j’adore, l’avis du spécialiste. C’est quoi votre expérience pour recommander la batte de base-ball ou la hachette comme arme de self défense à la maison ? Bon, déjà, la batte dans un couloir exiguë (pour reprendre votre exemple), vous n’avez jamais du manipuler une batte de votre vie. De plus, à 3 h du matin, en caleçon, avec le stress, vous serez vachement efficace. Si en plus vous êtes une femme de 1m60 pour 50kg, vous allez surtout faire rire votre agresseur… Et j’oubliais le meilleur: avec un simple tournevis ou pied de biche, il a autant de chance que vous (voir plus)…
            Ma défense à la maison est simple: un téléphone, une lampe torche, un 9mm. Je ne suis pas un jedi, je ne suis pas Bruce Lee, mais je sais manier une arme à feux plus sûrement qu’une hachette (et pourtant j’ai été scout ^^). Et mon expérience ne se limite pas aux films. Et vous ?

            « Dans ce cas, aves le port d’armes autorisée, les 3 racailles et votre automobilistes sortiraient des Glock, right ? »
            Non pas « right ». Les racailles n’ont pas le droit au port d’arme (puisque elle sont multi-récidivistes), et l’automobiliste irascible aurait certainement lui aussi un passé prestigieux lui interdisant l’accès au permis. On ne devient pas un agresseur armé du jour au lendemain. Il y quasi systématiquement un parcours détectable !

            De plus, dans ma proposition, je proposais aussi un renforcement des peines pour un port sans permis. Petite racaille qui se fait chopper avec un glock sans le permis ? Hop, passage en prison sans passer par la case « clafôtalasociété ».

            « Vous comptez sortir quoi en face ? »
            La vieille réplique du sur-armement. J’ai fais une fois l’expérience d’un automobiliste qui m’a foncé dessus. Comme je l’ai évité, il a ensuite tenter de me forcer à m’arrêter. Le petit manège a duré plus de 10 minutes, et la police, bien qu’appelée, n’est pas intervenue. Qu’il ait été armé ou pas, j’aurai préféré un petit 32ACP que rien du tout. Car lui, il ne s’est pas posé la question de la législation avant de tenter de m’emboutir à 120km/h, et il ne comptait sans doute pas que sur ses mains pour m’étaler une fois arrêté.

          6. @Noname

            Si je comprends bien vous êtes pour VOTRE droit à posséder des armes, puisque ni vos racailles, ni votre automobiliste à moitié dingue n’en ont. Les agresseurs ne sont pas armés, l’honnête citoyen qui se défend, si. Quelle blague !
            Et dans la mesure où vous avez à la maison un 9mm (votre Glock 17, si j’en crois votre message), quel est exactement le problème ? Vous souhaitez pouvoir porter votre arme dans la rue. Donc, je vous pose à nouveau la question : Vous comptez sortir quoi en face de 3 racailles sur-armées ?

      2. « Par ailleurs il reste à démontrer que le fait que des citoyens soient armés décourage les criminels »
        Quelques principes économiques de base: les criminels cherchent à maximiser leus profits et à miniser leurs pertes. Or une victime potentiellement armée augmente le coût d’un vol ou d’une agression.

        1. Le raisonnement me paraît simpliste et réducteur. Les criminels réfléchissent pas tous comme des investisseurs professionnels.
          Prenez l’exemple du gars qui va balancer des cailloux sur une patrouille de police. Il n’escompte aucun profit concret de son action, et n’a probablement qu’une très vague idée de ce qu’il risque (et s’évertue à s’en foutre). La police s’est mieux armée ces dernières années (flashball, taser), on a vu à quoi cela a conduit: certains « caillasseurs » sont passés à l’étape du dessus et tirent maintenant à balle réelles. Guéant à commandé des fusils à pompe, on verra bien ce que cela donne…
          D’une manière générale, une partie importante des faits que l’on classe dans la catégorie « criminalité » ne dérivent pas d’un calcul économique. Notamment en ce qui concerne les atteintes aux personnes, de nombreux autres facteurs peuvent rentrer en compte (par exemple, la colère, l’ivresse, l’usage de drogue…).
          Par ailleurs j’ai jeté un oeil à des articles de Maurice Cusson, cité ici par plusieurs commentaires, et dans l’un d’eux il cite le taux de mortalité annuel de 7% pour les dealers connus de la police aux Etats-Unis, qui est particulièrement éloquent quant à la manière dont la notion de « perte » est évaluée par les criminels (au passage, cela fait un sort au mythe de la valeur dissuasive de la peine de mort, puisque le risque d’assassinat encouru par les dealers est beaucoup plus élévé que celui d’être condamné à mort).
          Dernière considération sur votre raisonnement, vous envisagez l’usage légitime d’armes à feux dans le cas d’un vol ou d’une agression, ce qui montre bien que la question va au-delà de celle du port d’arme. En France, l’autodéfense n’est légitime que si elle proportionnelle à l’attaque: en clair vous n’avez pas le droit de tuer quelqu’un qui tente de vous arracher votre téléphone des mains. L’aspect dissuasif du port d’armes légalisé ne peut être établi qu’à condition de remettre en cause ce principe de proportionnalité.

          1. La question de la légitime défense bute sur la notion de télépathie !
            En effet lorsqu’un ou plusieurs agresseurs se jettent sur vous, vous ne pouvez connaître leurs intentions enfouies au coeur de leur cerveau.
            En conséquence, quiconque lève la main sur une autre personne, devrait s’attendre à risquer la mort.
            Je ne bat personne et je ne tolère de personne le droit de me battre.

            Dans votre exemple (du téléphone qu’un voyou souhaite vous arrachez) vous ignorez si votre résistance génèrera la fuite ou un coup de couteau.
            En conséquence le risque doit être porter par l’initiateur de l’agression et non par la victime.
            Personne n’oblige un voyou à vous agresser, il doit donc accepter d’en payer le prix.

        2. Article documentéq ici avec des sources comme le Ministère de la Justice US… beaucoup d’étude de Gary Clerk.
          Un professeur de sociologie anti arme mais néanmoins honnête avait déclaré qu’il n’était pas d’accord avec Clerk, néanmoins il n’avait rien à redire sur la pertinence de ses études…

    2. Il est certains qu’avec plus d’arme à feux, il y a souvent plus d’homicides par arme à feux. Cela ne veut pas dire qu’il y a plus d’homicides… Et même dans ce cas, on ne peut s’arrêter aux chiffres bruts: un homicide reste un homicide même en cas de légitime défense; est-ce une arme détenue légalement, etc..

      Toujours en Suisse, malgré un taux d’armement bien supérieur à la France, les arme à feux restent cependant moins utilisés que les couteaux…

      Pour le cas UK, difficile d’extrapoler à ce point. La législation était plus libérale, certes, mais les armes (légales) étaient enregistrées et soumises à autorisation.
      Si les voyous avaient accès uniquement aux armes anciennement légales, ils n’auraient pas pu les garder…

      Pour le cas du Wyoming et d’une prospérité plus grande, cela fait beaucoup de si.Encore une dois, difficile d’extrapoler à ce point.
      Pour la Floride, on dispose de statistiques désormais anciennes, car c’est en 1987 que le port d’arme a été réintroduit, mais je n’ai que les chiffres 5 ans après (diminution de 20% des meurtres).
      Maintenant, le fait que le Floride (comme tous les autres états), ne songe pas à à revenir sur cette libéralisation (qui n’est pas totale), aurait tendance à me faire dire qu’ils sont plutôt satisfaits du résultat.

      Si vous voulez persévérer dans les études des thèses de J.Lott&Cie et voir « l’autre bord »:
      http://www.pierrelemieux.org/artdroit.html
      http://www.quebecoislibre.org/asdroitarmes.html

    3. Faux, au Canada il est extrêmement fastidieux de se procurer une arme. Il faut plusieurs permis différent pour une simple arme de chasse et pour les armes de points c’est pire il faut informer la police a chaque déplacement de l’arme (et pas question de faire le plein en chemin).

      1. Oui j’oubliais, les armes non mortel comme le taser sont considérés comme arme à feu prohibé et même les bonbonnes de poivre de Cayenne sont interdite en haut d’un certain format.

        On ne parle pas non plus du droit à la légitime défense quasiment inexistant. La police à le droit sans aucun mandat de saisir tes armes n’importes quand et la présomption d’innocence s’évapore lorsqu’on parle d’arme à feu. Il faut un cours de maniement (ou l’on t’apprend en gros à ne pas te tirer dans le pied, c’est juste pathétique).

    4. @Mingus,
      Je ne suis pas pour MON droit de porter une arme, mais pour le droit d’un homme libre montrant qu’il en a les capacités à passer un permis de port d’arme.
      Croyez-vous que même aux US, on laisse aux récidivistes la possibilités de porter ou même détenir une arme? Non, bien entendu. Ceux là, en montrant qu’ils étaient violents et dangereux se sont vu retirer ce droit d’homme libre.
      Mais of course, cela ne les empêche pas de porter un arme, enfin en tout cas en France (surtout ça n’amène même pas en prison. Une ligne de plus dans un casier, ce n’est pas ce qui les dérange le plus..).

      Donc qu’est-ce que je peux sortir contre 3 racailles surarmés ?
      Mais surarmés avec quoi ? Vous pensez qu’ils vont passer du couteau/pistolet au RPG? Renseignez-vous un peu sur les habitudes de la racaille.
      J’ai la chance de côtoyer pas mal de force de l’ordre par le tir et la self-défense. Le constat est simple:
      qu’est-ce qui est le plus courant ? Le couteau à steak, le cutter à 4 €, la lame de scie. Pourquoi ? Parce-que l’ont peut facilement le dissimuler ou l’abandonner en cas de contrôle, et la perte financière est quasi nulle.

      Mais mettons, mes 3 racailles sont surarmées, ils sont 3 kalashs planqués dans leur sac, et moi je n’ai que mon petit 32 ACP.
      Mais au moins, j’ai le choix. Le choix d’agir ou pas selon les circonstances.
      L’anti-arme, au nom de si, d’hypothèses foireuses, m’impose de me mettre cul nu devant les agresseurs et de leur offrir le pot de vaseline.
      Je ne dis pas que ce n’est pas l’option que je choisirai! Mais au moins j’aurai le choix. 3 agresseurs, même avec un ptit ruger LCP, ça reste de l’odre de 3/4 secondes avec 2 balles centre-masse chacun.
      Sans compter que c’est uniquement si je suis obligé de tirer, puisque les statistiques US montrent que plus de 95% des actions où une arme (avec port d’arme) est sortie, l’agression stoppe sans un coup de feu.
      Ben oui, la racaille est fourbe, mais pas suicidaire.

      1. M. Descamps,
        Si j’ai pu un tant sois peu modifier votre façon de voir les choses par cet échange, c’est déjà très bien ^^.
        Merci

        Le débat sur les armes est souvent difficile, car il est soumis à des passions, voir des peurs très profondes. La vision de beaucoup d’intervenants est faussée par les films et la propagande anti-arme (qui est beaucoup plus présente que la propagande pro-arme).

        De plus, il va souvent plus loin que l’arme à feux. Il intervient sur les objets aux quotidiens, car il soumet le citoyen à un procès d’intention: ce que vous pourriez faire, même si vous n’avez jamais rien fait…
        A Paris par exemple, si vous avez plus d’un canif suisse, vous risquez de vous retrouver en garde à vue après une fouille. Pourtant, au quotidien, j’utilise une pince multitool qui dispose d’une lame bloquée. Je suis déjà dans l’illégalité, car soumis à un État qui fantasme sur ce que je pourrais faire de mal avec cet outil… A Paris, je n’ai donc que mon couteau Suisse, celui qui est le moins pratique dans mon bricolage au quotidien, celui avec le quel je risque de me blesser avec sa lame non bloquée…
        Pourtant, même un simple couteau suisse pourrait trancher une carotide, donc on va l’interdire aussi ? Et mon stylo, mon lacet de chaussure, etc… ?

  8. des armes à feu , ce n’est pas ça qui manque en france , mais à ce jour elles sont cachés ; j’ai lu un article à ce sujet dernièrement , ou l’on disait que pour 500 euros , l’on pouvait se procurer une kalachnikov , en france , et même pas besoin d’habiter une grande ville pour ça ; l’ouverture des frontières ont permis un gigantesque traffic de tout , armes compris ; si un jour ça pète vraiment dans ce pays , ceux qui sont sans défense vont s’en prendre plein la tronche , et il ne faudra pas compter sur nos courageux dirigeants pour nous défendre ;

  9. Justement je me posais la question. je crois que ce pays va chuter prodigieusement et vu le climat de violence larvée qui traîne dans les rues je crains fort que celle ci n’explose alors que je n’ai plus la moindre confiance dans la police de ce pays pour faire son boulot. Perso je suis en faveur de la détention d’armes à feu. J’ai des amis de mes parents qui se sont fait cambrioler, ils ont 65 et 72 ans. Le monsieur est rentré dans la maison alors que le larcin était commis, ils se sont enfuis et ont balancé au vieillard une hache. Il a eu de la chance et n’a pas été touché. Ca s’est passé dans mon quartier. La police a classé le dossier disant qu’il y avait une quinzaine de cambriolages par jour … ils s’en foutent. Mon buraliste s’est fait suivre à la sortie de son tabac. Ils sont rentré chez lui, ils l’ont ligoté lui sa femme et ses enfants. C’est lui même qui a réussi à retrouver les auteurs du crime et les faire arrêter. la police en a été incapable … Je pense qu’il faut aujourd’hui poser la question de l’organisation de sécurités privées et de la détention d’armes à feu.

    1. @ Freud
      Les histoires que vous racontez sont scandaleuses, mais je ne suis pas sûr que la détention d’armes à feu ait changé beaucoup. Le vieux monsieur se serait peut être pris un coup de 22 en pleine face. Les enfants du buraliste aurait pu être plus que ligotés. Néanmoins, cette demande de moyens de protection est légitime.
      Ces histoires posent surtout le problème de l’inefficacité de la police. Un état ne peut pas organiser le logement, l’industrie, la santé, les transports, l’approvisionnement en eau, électricité, etc. ET avoir une justice et une police efficace : il faut choisir.

      1. @Mingus : Je ne crois plus à l’état pour garantir la sécurité. je vois ce qu’il se passe en Grèce en ce moment et je me dis qu’en France si ça devait se produire ce serait nettement pire. Qui peut décemment affirmer que ça ne se passera pas en France ?

        L’histoire du Buraliste s’est produite il y a 4 ans, celui du vieil ami de mes parents le WE dernier (je suis encore sous le choc et ça m’a radicalisé)! Le premier à deux rues au sud de ma maison, le vieil homme deux rues au nord. J’habite un quartier correct, pas luxueux mais correct, pas de cité, proche du centre … Il me semble que nous avons dépassé le stade des discussions, il faut acter la faillite et prendre des mesures. Je suis favorable à l’organisation de sécurités privées et armées. Ca fait trente ans que l’on ne fait que poser les problèmes en France. Ca suffit maintenant il faut agir. Que l’on autorise les individus à organiser la protection de leurs biens et de leurs personnes. Et si quelqu’un rentre chez moi, je considère que je dois avoir le droit de lui tirer dessus. J’ai une femme un bébé et une gamine de deux ans. J’envisage très sérieusement de m’armer, je pense que d’ici peu maintenant les français vont se révolter, ils sont excédés et j’ai plutôt peur de ce qu’il va se passer dans la rue …

  10. Avant de se poser la question de la légalisation des armes à feu, peut-être faudrait-il commencer par légaliser – réellement – l’auto-défense, ie la défense de sio-même ET celle de sa propriété, vous croyez pas?

      1. « Et donc pour toutes ces choses que vous énoncez, une balle entre les deux yeux est la meilleure des ripostes ? Ça ressemble plutôt à de la justice expéditive… »

        Arme ou pas arme une fois que le mal est fait il faut répondre de ses actes. Si l’on argue que l’on s’est défendu dans son bon droit face à une agression imminente bref que l’on se prévaut de l’exception de légitime défense… encore faut-il que cette riposte à l’agression en cours ou imminente soit PROPORTIONNEE.
        Une balle entre les deux yeux pour un racket de chaussures… ca n’est pas proporionné.
        Une balle dans la tête pendant un viol… Si c’est la victime c’est proportionné. Si c’est un badeau qui surprend le crime en cours ça dépendra des faits.

        « Il y a d’autres moyens de se défendre que de recourir à des armes à feu ou des armes tout court. Pourquoi ne pas réclamer des formations au self-defense (quelque soit la discipline) au lieu de prôner l’escalade des moyens armés? »

        Par définition les arts martiaux exigent du temps et une bonne santé. Accessoirement une certaine passion. A ma connaissance la plupart des victimes sont des individus de sexe féminin et de préférence âgées ou assez jeunes (par définition des gens faibles comparés à leurs agresseurs jeunes et majoritairement masculins.)
        Quand bien même c’est un mauvais argument. Pourquoi croyez-vous que dans les compétitions de sports de combat on répartisse les compétiteurs par catégories de sexe et de poid ?
        Simple même avec de l’entrainement un homme est naturellement plus puissant qu’une femme dans la très large majorité des cas. C’est une évidence biologique.
        De même au sein du même sexe les individus plus lourd (exception faite des obèses, et encore.) ont une force physique nettement supérieure qui leur assure une victoire quasi systématique.

        Au final vue la qualité des victimes ça sera insuffisant à régler le soucis même si je vous concéderait que j’encourage toujours mes ami(e)s victimes d’agression de commencer les arts martiaux.

        Pour finir dire « on a plus de chances de survivre d’un coup de couteau que d’une balle » est une erreur. Statistiquement c’est même le contraire selon la police de LosAngeles. Je n’ai malheureusement pas réussi à retrouver un lien vers cette conclusion d’étude publiée il y’a 1-2 ans je crois.

        Enfin à par ça j’avoue que je suis dubitatif mais ouvert aux débats sur la question du port et de la possession d’armes à feu. Je ne vois pas pourquoi entre personnes intelligentes on ne pourrait se pencher sur cette question.

        1. Vous confondez art martial et self défense. Le premier repose sur des règles et des valeurs communes au pratiquant.

          Le deuxième est de permettre de se sortir d’une situation d’agression en utilisant en particulier les faiblesses du corps humain et en ayant évacué au maximum possible l’appréhension de l’agression physique. C’est à dire le nez, les yeux, la gorge et les parties pour les plus facile. Nul besoin de force pour donner un bon coup entre les jambes…

          1. Compter sur « un bon coup entre les jambes », c’est dans les films, mais en réalité tenter ça c’est partir au tapis 9 fois sur 10, d’une part parce que le coup est rarement au but (on touche plutôt la cuisse, pour un effet nul), d’autre part parce ça suppose de se mettre sur une seule jambe et de risquer de se faire saisir l’autre.

          2. P, si c’était aussi inutile, le krav ne serait pas enseigné dans les armées du monde entier (on n’est pas censé enseigner les coups mortels aux civils, mais souvent on peut les deviner)… ;)

  11. Je ne vois dans l’article et les commentaires que des arguments utilitaristes.
    D’un point de vue jusnaturaliste, LA question centrale est de savoir s’il est ou non contraire au droit naturel de posséder et de porter un objet dont le seul et unique but est l’atteinte, ou la menace de l’atteinte, au droit naturel d’autrui (contrairement à un couteau ou à un tournevis par exemple, dont le but premier est tout autre). Ce qui amène à se poser la deuxième question: dans quelles limites, dans quelles proportions, le droit naturel s’efface-t-il pour celui qui porte atteinte au droit naturel d’autrui?

    1. « Poser la question c’est déjà y répondre. » me disait mon professeur de droit pénal.

      => Dans les limites du droit à la légitime défense.
      Qui au final n’est que la traduction pénale d’un droit plus général à l’intégrité de sa personne et aux moyens de la conserver.

      Accessoirement en général vous limitez trop une arme à « un objet pour tuer » et vous oubliez tous qu’une arme est autant un sabre de vie qu’un sabre de mort (Yagyu Munenori).

      A mon avis la vraie question serait « si on permettait la vente d’armes dans quelles conditions l’encadrerait t’on pour que ça tombe entre des mains éclairées ? »

      1. la conception japonaise du sabre provient du fait qu’il servait aussi de bouclier, service que le sabre occidental ne pouvait pas rendre. En occident l’arme ne sert qu’à attaquer, ses vertus défensives ne résulte que de la dissuasion

        Mais je suis d’accord pour dire que le fonctionnement normal c’est l’autorisation général et une interdiction spécifique pour certains individus pour des raisons précises et suite à un procès. Les permis, en général, ne sont pas un bon système de fonctionnement (et ça vaut aussi pour les véhicules)

    2. Que l’arme soit faite pour chasser, pour faire la guerre, pour faire du tir sportif, on s’en fout.
      Un homme doit répondre de ses actes, aussi un homme libre qui possède une arme pour se défendre ne porte tort à personne.
      Aucune loi ne peut être au-dessus de ce droit fondamental: légitime défense.

      1. « Que l’arme soit faite pour chasser, pour faire la guerre, pour faire du tir sportif, on s’en fout. »
        A ce moment-là, pourquoi ne pas autoriser la vente d’explosifs militaires? Et puis si quelqu’un commet un attentat suicide avec, il devra répondre de ses actes.

        @Mister No-break: quelles sont les limites du droit à la légitime défense? Si des gens m’agressent à main nues, mais à plusieurs, ai-je le droit de sortir une arme? Si un cambrioleur rentre chez moi par effraction mais sans blesser ni attaquer personne, ai-je le droit de lui tirer dessus?

          1. Je trouve le glissement vers les explosifs tout à fait pertinent, pour rappel par exemple la TNT n’a pas été inventée pour en faire une arme, la poudre noire non plus, tout comme les couteaux ou autres battes de baseball…

            Pourquoi alors ne pas légaliser l’accès, la détention, le port de toute arme potentielle, y compris les explosifs ? Pourquoi n’ouvrir ce droit qu’aux armes à feu (qui sont elles faites pour tuer, pas nécessairement un humain mais elles n’ont pas d’autre intérêt que tuer ou gravement blesser, à la limite). Après tout, je pourrais estimer que pour me défendre d’une attaque par une bande armée, une grenade bien placée serait la meilleure solution… Ou pour un conducteur forcené (voir un autre commentaire), une petite roquette ferait l’affaire…

            Donc, est-ce que cela ne paraît pas ridicule ? Si oui pour les explosifs (qui ne sont pas des armes au départ), pourquoi ne le serait-ce pas des armes à feu (qui sont des armes au départ) ?

            1. Tout d’abord, techniquement, quand vous avez une arme à feu, vous avez des explosifs. D’autre part, rien ne vous empêche, avec des matériaux standard, de fabriquer et détenir des explosifs et si vous êtes suffisamment doué, d’en faire de particulièrement dangereux.

              Mais ce qui est ridicule, en l’occurrence, c’est d’utiliser cet argument pour dire : comme on ne va pas légaliser la détention d’explosif, comprenez qu’on ne va pas légaliser la détention d’arme. Alors qu’il semble assez évident qu’une arme à feu ne va pas se déclencher toute seule alors que des explosifs, par nature, ça peut.

          2. H16, vous vous contredisez puisque vous soulignez à la fois que les armes à feu contiennent des explosifs et que les explosifs sont soumis à l’aléa. Choses en quoi je suis totalement d’accord.

            1. Vous admettrez sans mal que l’aléa d’explosifs dans une arme à feu et d’explosif en gros n’est pas le même. C’est pour cela que comparer strictement l’un avec l’autre n’a pas de sens.

          3. Le C4 est remarquablement stable au point qu’on puisse s’en servir comme combustible de réchaud et le taper avec une masse pendant qu’il est enflammé. Défaut pour la cuisine il brule trop vite. (testé par les mythbusters)

            Ce n’est pas le cas de beaucoup d’explosifs artisanaux, d’instable à carrément imprévisible.

  12. Puisque le port d’armes –donc évidemment la détention– sont autorisés en France, à condition de prouver que l’on sait s’en servir correctement et de le déclarer à la police, et à condition d’avoir un casier vierge, pourrait-on définir de quoi il est question au juste lorsque cet article parle de légaliser les armes ?

    1. Il parle de légaliser le port d’arme. C’est-à-dire, pour être très clair, de se promener dans la rue avec un pistolet chargé. Mais noie tout ça dans de longs développements un peu vaseux, alors qu’aux USA, les armes à feu tuent 10 fois plus de personnes par accident qu’il y a de meurtres en France.

    2. Le fait est qu’aujourd’hui en France il faut soit le permis de chasser soit une licence de la FFT pour acheter une arme, ce sont des clauses de besoins, on ne peut pas rentrer dans une armurerie, sortir la carte bleu et repartir avec ce que l’on désir!!(si on le pouvait j’en profiterais bien!!)

        1. pourquoi faut-il un permis pour conduire un véhicule ?
          pour votre info, il y a encore moins de 10 ans n’importe qui pouvait conduire un tracteur, même un enfant sans limite inférieur d’age, et quasiment tous les enfants d’agriculteurs le faisait ; vous avez déjà entendu parler d’un problème suite à cette pratique ? non. conduire est à la portée d’un enfant, et les parents ne sont pas cons au point de laisser conduire seuls des enfants irresponsables. Le permis c’est juste un racket, ni plus ni moins.

    3. Non en France le port d’arme si il est prévu en théorie, n’existe pas dans les faits pour les personnes lambda.
      Pour en obtenir un en tant que personne lambda il faut un appui politique .

    4. Port d’arme autorisé ? ou ça ?

      On est en france et en france, le citoyen n’a pas le droit de se défendre et encore moins de constituer une menace pour l' »état ».
      Port d’arme autre que chasse interdit sauf a être un représentant de cet état et ne menacer que la société civile !
      Par contre, les représentants de l’état ont eux le droit de se défendre contre vous.Même les fonctionnaires du fisc ont maintenant, le droit au port d’arme dans leur activité. Faut dire qu’avec tous les ultra riches ultra libéraux voleurs des deniers de l’état.
      Les francais sont des esclaves…La (sensation de ) sécurité contre la liberté.
      Et puis si l’on veut sauvegarder la dictature soft dans laquelle non vivons (pas trop mal quand même) il ne faut pas que les citoyens aient trop de moyens de s’opposer efficacement.
      NB si ont apprenait dès la petite enfance la manipulation, le danger potentiel et la responsabilité que représentent les armes à feu et leur utilisation, les francais seraient un peu moins je ne sais comment dire

    5. Le port d’arme n’est jamais attribué au civil, sauf aux hommes politiques, bien entendu.
      La détention est encore permise, et j’explique le parcours du combattant administratif que c’est devenu.

  13. je voudrais revenir sur une partie d’un message de flomyen
    « Autre chose aussi, vous balayez l’argument sur la dangerosité des armes à feu… je dirai qu’un coup au but par arme à feu est bien souvent mortel, alors que vous pouvez être tailladé à l’arme blanche et vous en sortir.  »

    Ceci est totalement faux, il y a eu une étude du Fbi dans les années 80 à ce sujet et les blessures par armes blanches débouchent 3fois plus souvent sur la mort de la personne. Cela peut sembler illogique au premier abord mais c’est un fait.

  14. Pour ceux qui sont contre les armes, il y a une solution très simple : n’en achetez pas !

    Laissez les autres gens vivre en paix et profiter de leur liberté.

    La société du « risque 0″ façon délire Orwelien, non merci.

  15. A lire tout ce qui a été écrit, je dirais que l’introduction du port des armes à feu en France entrainerait une diminution la criminialité (plus de flingues = moins de criminels, vu que certains passent l’arme à gauche) tout en augmentant le nombre morts (homicides, accidents…).

    L’intérêt des armes à feu est qu’elles ont ce pouvoir égalisateur : toute personne normalement constituée peut se servir d’une arme à feu dans un contexte d’agression (moins de 5 mètres sur une cible immobile) et créent donc une égalité de fait entre l’agresseur et l’agressé. Là où une femme de 50 kg ne fait pas le poids face à un type de 120 kg, les armes à feu diminuent sensiblement l’écart. Donc, à mon sens, c’est une bonne chose.

    De plus, tout ce qui augmente les risques pour celui qui commet un crime est une autre bonne chose.

    Mais avant d’autoriser le port d’une arme à feu, je pense que la suppression de la proportionnalité dans le domaine de l’auto-défense serait dejà un grand pas en avant. Si demain, quelqu’un veut me voler mon téléphone, je ne compte pas me contenter de lui rendre la pareil (lui voler le sien ?), mais bien de faire en sorte (si j’y parviens) de m’assurer qu’il ne pourra plus le faire à l’avenir.

    1. « Mais avant d’autoriser le port d’une arme à feu, je pense que la suppression de la proportionnalité dans le domaine de l’auto-défense serait dejà un grand pas en avant »

      La remarque est revenue plusieurs fois dans les commentaires. Je n’ai pas souhaité déborder trop de mon sujet dans l’article, cependant, je suis en accord avec cette remarque. Rappelons que la légitime défense en droit français requiert, pour être exerçée, quatre conditions cumulative : 1) agression actuelle, 2) n’avoir aucune possibilité de fuite, 3) être dans un lieu habité et 4) proportionnalité. En somme, vous aurez toujours tort aux yeux de la loi. Les policiers eux-mêmes se font taper sur les doigts pour s’être défendu, alors imaginez bien comment Big Brother réagirait si vous remettiez en cause son sacrosaint « monopole de la violence physique légitime ». Comme « Russian » le dit plus bas, le port d’une arme à feu n’est que l’exercice de la liberté. Parce que la police ne sera pas toujours là au moment de l’agression, parce que vous ne pouvez compter que sur vous-même, il est impératif d’être en mesure de se défendre. Nous ne sommes pas dans une République de bisounours au contraire de ce que certains commentaires précédents laissent suggérer. Par ailleurs, je suis content que vous ayiez abordé le sujet sous l’angle du rééquilibrage des chances entre agresseur et agressé avec un exemple typique. Les commentateurs qui affirment que les arts martiaux sont suffisants n’ont manifestement jamais quitté le 13ème arrondissement.

  16. Je pensais comme beaucoup que seuls les professionnels du maintien de l’ordre devraient être autorisés à porter des armes à feu… jusqu’à ce que je lise en détail « Stopping Power » de J. Neil Schulman, qui est à mon sens l’étude la plus posée, factuelle et réfléchie sur le sujet.

    1. @ Jesrad

      L’introduction est tout de même assez indigeste, non ?
      Une once de « destinée manifeste », quelques goûtes de statistiques (à contrepoints, on adore les statistiques américaines), une mise en perspective historique qui oublie de dire que la déclaration d’indépendance est promulguée en état de guerre, qui vante la possibilité laissée de renverser le gouvernement (ce qui n’est jamais arrivé en 230 ans – best country of the world).
      Mais je persiste dans la lecture…

      En tout cas, les commentaires indiquent 2 arguments en faveur des armes à feux :
      1. cela fait baisser la criminalité. Là, c’est stats contre stats : de passionnants débats en perspective.
      2. c’est ma liberté de porter des armes. Peut-être mais votre liberté n’a pas le dernier mot.

      La seule question qui demeure est posée par Mateo :
      « LA question centrale est de savoir s’il est ou non contraire au droit naturel de posséder et de porter un objet dont le seul et unique but est l’atteinte, ou la menace de l’atteinte, au droit naturel d’autrui « 

      1.  » LA question centrale est de savoir s’il est ou non contraire au droit naturel de posséder et de porter un objet dont le seul et unique but est l’atteinte, ou la menace de l’atteinte, au droit naturel d’autrui  »

        Ce propos est fallacieux : vous affirmez que le but unique d’une arme est l’atteinte ou la menace d’atteinte au droit naturel d’autrui….
        Je vais vous montrer par l’absurde qu’une arme n’a pas pour SEULE finalité l’atteinte ou la menace d’atteinte au droit naturel d’autrui. Une arme est neutre, c’est l’usage qu’on en fait qui est licite ou illicite.
        Prenons l’exemple d’une femme qui porte une arme pour se protéger. Un jour un prédateur sexuel croise malheureusement sa route. Et désire assouvir ses pulsions sexuelles sur elle. Elle fait l’usage de son arme pour l’en empêcher
        Si l’on suit votre raisonnement, elle a porté atteinte au droit naturel du prédateur sexuel d’assouvir ses pulsions sur elle ?

        La légitime défense, la résistance au crime et à la tyrannie est un droit fondamental de l’homme.
        Or l’unique motivation d’un citoyen respectueux des lois à vouloir être armé, est de pouvoir exercer ce droit s’il est l’objet d’une atteinte injustifiée de la part d’un individu qui lui se moque de la loi.

        Voyons ce que ceux qui ont été à l’origine de la Constitution de la Première République Française et de la Déclaration des Droits de l’Homme en pensaient :

        « Dans le cadre de l’examen du projet de déclaration des droits de l’homme, Mirabeau avait proposé que soit adopté l’article suivant : « Tout citoyen a le droit d’avoir chez lui des armes et de s’en servir, soit pour la défense commune, soit pour sa propre défense, contre toute agression illégale qui mettrait en péril la vie, les membres ou la liberté d’un ou plusieurs citoyens ».
        Les membres du comité des cinq ont considéré à l’unanimité que « le droit déclaré « était évident de sa nature, et l’un des principaux garants de la liberté politique et civile (…) »

        voir ici :
        http://www.armes-ufa.com/spip.php?article365
        http://www.armes-ufa.com/spip.php?article1108

        Les Pères fondateurs de la Constitution Américaine avaient pensé à l’écrire, alors que les Fondateurs de la Constitution de la Première République Française et les auteurs de la Déclaration des Droits de l’Homme trouvaient cela si évident qu’ils pensaient qu’il était inutile de le préciser par écrit.

        J’ai lu quelque part dans ce blog que la France a « une longue tradition de restriction des armes »…..
        Jusqu’en 1939, jusqu’à ce que Laval (personnage politique dont l’incurie a préparé la France à la défaite face à l’Allemagne Nazi, et qui par la suit est entré en collaboration) ait fait passer un décret-loi sur les armes, n’importe quel citoyen pouvait aller par exemple à la Samaritaine s’acheter un pistolet et le porter dans sa poche (d’ailleurs il y a eu des pistolets de marque « La Samaritaine »). Je ne pense pas que tout le monde tirait sur tout monde en France, à l’époque où la détention et le port d’arme était libre dans ce pays..

  17. facebook_Jean-Louis_Beaufils.100000668458711

    Une des principales conquêtes de la Révolution, ce fut l’abolition du privilège de la noblesse de porter des armes. En 1913, le canon de 75 était en vente libre. Je sais que le sujet est très sensible, et plein de chausses-trappes. Sur les canons de l’ancien régime était inscrit « ultima ratio regis »: l’argument ultime des rois. Jaurès a écrit sur la Nation en Armes. Je serais moins virulent si le service militaire existait encore. En Avril 1961, c’est le contingent qui a tenu tête au coup d’état. Qui aujourd’hui a les moyens matériels de résister à un coup d’état? Nous sommes devenus des moutons.

  18. Bonsoir a tous, je voudrais dire que je vis en Amerique du Sud et que beaucoup de civils sont armes. Moi aussi. Je possede un permis de port d’arme qui doit etre renouvele tous les 2 ans. J’ai suivi pour cela un cursus particulier, cours theorique, connaissance de la loi, cours pratique. Vous ne pouvez passer la pratique que si vous avec reussi la partie theorique. Cela pour moi, dans une langue etrangere.
    Certains disent qu’il serait mieux de ne pas avoir d’arme. Mais d’autres, que si cela etait le cas, seuls les malfaiteurs seraient armes, et les honnetes gens alors, seraient penalises.

    Je precise que je suis une femme, d’un certain age, et que ma foi, je ne suis pas mauvaise du tout en tir. Je ne sors jamais sans mon arme et psychologiquement, je suis prete a tuer si les circonstances sont la.
    Parce que la ou je vis, les malfrats n’hesitent pas a tirer, et sans sommation SVP. D’autre part, la legitime defense est reconnue, tout simplement. Comme nous l’a explique notre instructeur, « une arme est faite pour tuer. »

    Pourquoi le droit de tuer serait-il unilateral?

    Je precise aussi que les criminels sont severement punis. Ils vont rellement en prison. La justice fait son travail.

    Peut etre que si en France, c’etait le cas, on ne se demanderait pas si c’est normal ou pas d’avoir une arme.

    Pour terminer sur une note plus fondamentale, je dirais que posseder une arme, c’est prendre ses responsabilites et ne pas s’en remettre a la puissance publique. C’est un acte de liberte. Evidemment, cela n’est possible que si la legitime defense est encadree par une legislation qui lui est favorable.

    C’est naturellement juste mon point de vue. En France, je suppose qu’il m’attirerait les foudres des bien pensants. Mais fort heureusement, je ne vis pas en france ou on peut etre violemment agresse et n’avoir pas le droit de se defendre, ou de deposer une plainte. Et en plus, si l’agresseur est identifie, tout ce qu’il risque, c’est quasiment l’impunite.

  19. Quand on voit les commentaires, l’article prend tout son sens.

    Mauvaises nouvelles, en France on peut avoir des armes quand on est tireur sportif. Et encore mauvaises nouvelles, il n’y a pas de massacres à la chaine.
    Français lobotomisés par la pensée unique…

  20. Est il nécessaire de rappeler aussi qu’en France, même avoir sur soi un couteau ou une bombe lacrymo est interdit. Autant dire qu’on a sciemment désarmé le citoyen face aux malfrats, et bien sûr à la violence d’Etat.
    On voudrait préparer de futur rafles ou des pogroms qu’on n’aurait pas fait mieux. Aucune surprise après tout, on est sur le continent qui a déclenché deux guerres mondiales tout en se posant en donneurs de leçons de civilisation au reste de la planète.

  21. Par expérience, le fait d’avoir une arme en présence (même vide et rangé) limite ne niveau d’agressivité des discutions.

    Concernant la balle entre les 2 yeux cité plus haut.
    Dans beaucoup de cas si la personne agressé sort une arme à feu en disant « casses-toi » stop l’agression.

    Flomyen, tu préfères te prendre un couteau de le ventre ou te faire tabasser qu’avoir à mettre en déroute une ou plusieurs personne?
    Alors, rassures-toi au cas où une jour en France on ai à nouveau le droit de porter une arme de poids, tu pourras te laisser faire.

    PS: même si je portais une arme celui que voudrais mon portefeuille l’aurait. à mon point de vue, un portefeuille ne vaut pas une vie(ni la mienne ni celle d’un potentiel agresseur).

    1. Vous n’êtes pas seul a penser ainsi, on entend souvent le sophisme de la pente fatale qui dit que tout le monde tirerais sur un malfrat sans sommation alors que la plupart le laisserait partir ou utiliserait l’option de tirer en dernier recours.

  22. Je veux bien prendre toutes les opinions en compte mais soyons un peu sérieux. Non seulement toutes les réfutations présentées sont réfutables (sinon par ce tour de passe passe qui consiste à affirmer qu' »Il n’y a absolument aucune preuve pour suggérer que … ») mais en plus vous n’apportez pas de vrais bénéfices pour les autoriser. Notre monde serait-il meilleur avec des armes ? Les gens auraient peur de s’agresser et nous vivrions en paix ? +10 points de croissance pour le secteur de l’armement ? Chouette ! Pendant un voyage en Amérique du sud j’ai fais la désagréable expérience de me faire tirer dessus. Je m’étais blessé dans la montagne et j’étais en hypothermie, j’ai donc cherché un endroit pour me réfugier / réchauffer. J’ai frappé à la porte d’une maison vide, personne ne répondant, j’ai essayé d’entrer à l’intérieur histoire de me donner une espérance de vie de plus d’une heure. Malheureusement le propriétaire était à l’intérieur et en plus de ne pas m’ouvrir, il avait la ferme attention de ne pas me laisser sortir : Pan, pan. J’ai été blessé par des éclats mais j’ai réussi à m’enfuir. Tout ça évidemment pour que ce brave monsieur garantisse sa sécurité et sa liberté …

    Soyons un peu sérieux, il y a des victoires sur l’état nature qu’ils valent plus que la liberté.

    1. Donc, il faut enlever les armes aux gens pour qu’ils ne puissent pas te refuser l’entrée dans leur propriété ? Manifestement, tu es plus à l’état de nature que nous, puisque tu nies le concept même de propriété privée…

    2. @ Neoxys. Ben voila!! vous avez fait en Amerique du sud ce que vous n’auriez jamais du faire. La notion de propriete ici, est differente de la votre. Personne ne se risquerait a faire ce que vous avez fait… sauf justement un malfrat.

      Si vous aviez fait cela chez moi, je vous aurais laisse entrer, mais aussi empeche de partir, sauf les pieds devant.

      Il faut comprendre que la mentalite est completement differente de celle des occidentaux. En fait, voyager c’est bien, peut etre, mais il faut connaitre la maniere de penser du pays ou on envisage d’aller. C’est aussi bete que cela. Et comme vous avez pu le voir, la vie ne peut tenir qu’a un fil, en l’occurrence, un droit de propriete. Malgre votre ignorance de ce fait, vous avez eu de la chance, vous vous en etes sorti!!

      C’est en France

      1. Ayant le choix entre le déshonneur de rentrer dans une maison fermée mais vide et la certitude de crever de froid sur un paillasson, évidemment, vous auriez évité le déshonneur.

        Et la marmotte ….

        Evidemment, ça n’est pas un argument valide contre le port d’armes, mais reprocher à quelqu’un en situation de détresse d’avoir cherché à survivre, c’est d’une hypocrisie sans bornes.

  23. On ne possède vraiment que ce que l’on peut défendre.

    Reprenons l’exemple de la fusillade norvégienne:
    Un siècle auparavant, femmes et hommes auraient pour beaucoup été porteurs(ses) de cannes épées et / ou de petites armes à feu ( style : pistolet de dames); de plus, les esprits de l’époque étaient tout à fait préparés à se défendre directement et sans états d’âme contr un agresseur dangreux.
    Pensez vous que dans ces conditions, le « forcené » norvégien aurait vécu assez longtemps pour faire autant de victimes?

  24. Il y a là un débat très intéressant, pour ma part je dis oui à la légalisation des armes à feux mais sous certaines conditions.
    Un véritable criminel n’aura pas de mal à se fournir en arme à feux ce qui a deux effets négatifs: cela renforce son pouvoir de contrainte et de peur sur les individus et bien que cela soit en quantité réduite ( je suppose ) cela reste tout de même une rentrée d’argent pour l’économie informelle.
    Il faut bien sur faire la part des choses en ce qui concerne défense et criminalité voir folie, c’est pour ça qu’un « teste psychologique » devra être mis en place.
    C’est comme le débat du cannabis, économiquement la légalisation d’armes comme celle du cannabis serait un apport non négligeable au PIB de notre état.
    Personnellement je me sentirai plus rassuré d’avoir une arme à feux et j’aurai aussi peur de l’utiliser car il y a le doute que l’individu que j’agresse soit détenteur d’une arme à feux lui aussi, on retrouve un équilibre de la terreur qui pourrait être ( à long terme bien sur ) une solution à certains clivages.
    Il ne faut pas bien sur oublier de préciser qu’une des causes majeurs de la détention d’armes à feux aux Etats-Unis est un moyen de défense contre un Etat qui deviendrait oppressif, bien sur si un jour nous en venons à la légalisation des armes à feux en France il faudrait changer les lois qui pénalise les individus qui ont tués ou blessés grièvement un voleur s’étant introduit chez eux.
    Mais ce débat laisse place à d’autres comme la peine de mort doit-elle être rétablie ?

  25. Rien que l’intitulé est nul
    Les armes sont légales en France si vous ne le saviez pas, atterrisser tous un peu .
    He oui c’est légale, mais elles sont soumises à de très fortes contraintes, visite médicale, pratiquer une activité qui oblige la détention ( chasse/tir sportif), un controle 3 fois par an et un casier vierge vérifié au moins tous les 3 ans .
    Croyez vous vraiment qu’elles sont confiées à n’importe qui, que nos chers élus sont inconscient à ce point.

    le danger sont les armes illegales, non repertoriées et dans de mauvaises mains, pour cela stopper la drogue et vous erradiquerez 80% des problèmes de bandes de citées et tueries , le reste c’est la pègre mais elle sera toujours présente

    Concernant les chasseurs, armés eux aussi, continuez à les décourager dans leur passion, mais venez pas vous étonnés lorsque vos primes d’assurance auto augmentera, car ce sont les fédérations de chasse qui paient les dégats dûs aux accidents avec la faune sauvage et pas vos assureurs.
    Dans le Var, 20% de chasseurs en moins , bilan les sangliers abondent et les battues administratives ne suffisent plus à reguler, moins de chasseurs armés, moins de jeunes pour la relève.

    Arrêtez d’interdire, l’état s’en charge, pour moi si vous n’avez pas d’arme légale c’est que vous avez quelque chose à cacher/ à vous reprocher , la conscience pas tranquille à la responsabilité de la détenir, donc pas sur de vous et de vos actes en tant que citoyens responsables

    mais tous ne sont pas comme vous, n’oubliez pas que nos parents/grands parents ont pris les armes faces à l’occupant, et vous , vous les repousseriez avec quoi????????

    Nous ne sommes pas aux pays des bisounours, vous repoussez certaines communautés que vous ne voulez dans vos grandes villes, bilan les campagnes connaissent les problèmes de cambriolages et dégradations gratuites.
    Nous autres péquenots de campagne ne pouvons compter sur les FDO car nous sommes en zones gendarmerie, appelés après 18h et c’est ferme, les effectifs sont insuffisants.tandis que dans vos villes zone police, beaucoup plus pourvu, les commissariat étant ouverts 24/24h

    Toute personne responsable a le devoir de défendre ses biens et sa famille, et ce serait en effet mieux de ne pas à avoir le faire, mais pas avant un moment hélas

  26. Actuellement ça va très mal, nous ne sommes pas loin du chaos généralisé. Le jour où tout va sombrer, sans excé de pessimisme on peut penser que celà arrivera à plus ou moins long terme. Ce jour là les seuls qui auront une chance de s’en sortir seront les gens armés et qui se seront préparé à cette éventualité. Les autres citoyens, pacifistes de pacotille et autres donneurs de leçons, n’auront plus que leurs yeux pour pleurer. De plus si demain une tyrannie se met en place dans notre pays, une chose qui pourrait vraiment arriver. Notre devoir, pour notre descendance serait de résister et de nous battre.
    Constitution des droits de l’Homme de 1793 :
    Article 35. Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

  27. Merci beaucoup pour cet article plein de bon sens et bien écrit. J’aimerai beaucoup que ce genre de discours soit plus répandu dans notre société, dans les médias en particulier, malheureusement c’est l’inverse qui se passe :(

  28. Si ce n’est qu’une histoire de défense personnelle, pourquoi ne pas se contenter de légaliser les armes non-létales ? La fonction première d’une arme à feu est tout de même de tuer, alors qu’un taser relève plus directement de l’autodéfense. Il y aura toujours des accidents, mais les voleurs / agresseurs sont « de grands gaillards de 120kg », qui doivent probablement être en bonne santé (quoique leur poids pourrait indiquer des problèmes cardio-vasculaires…) ?

    1. Pataub, je viens de lire l’article et tous les commentaires, et le vôtre m’inspire trois questions :
      – pourriez-vous svp détailler de façon argumentée dans quels arguments ou affirmations résiderait « le mannque de rationalité » dans ce débat sur les armes ?
      – à défaut de telles explications, à quoi sert votre commentaire ?
      – à défaut de telles explications, ne pensez-vous pas que votre propre affirmation soit dénuée de toute « rationalité », puisque dénuée de tout raisonnement ?

  29. Plus il y a d’armes qui circulent plus c’est probable et facile que les gens mal honnêtes s’en procurent et ensuite on sait comment ça se termine !