Les restrictions sur les armes au Japon n’expliquent pas sa faible criminalité

L’arme improvisée qu’un assassin a utilisée pour tuer l’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe suggère à la fois l’impact et les limites des lois strictes sur les armes à feu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
walter P22 armes credits Anas Ahmad (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les restrictions sur les armes au Japon n’expliquent pas sa faible criminalité

Publié le 18 juillet 2022
- A +

Par Jacob Sullum.

L’arme improvisée qu’un assassin a utilisée pour tuer l’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe vendredi dernier suggère à la fois l’impact et les limites des lois strictes sur les armes à feu qui en rendent la possession légale quasi impossible. S’il était plus facile d’acheter une arme à feu au Japon, le tueur n’aurait sans doute pas eu recours à un dispositif artisanal, bricolé, composé de deux tubes métalliques reliés par du ruban électrique. En même temps, l’incident démontre qu’aucune législation ne peut empêcher quelqu’un de se procurer une arme à feu s’il est déterminé à le faire.

L’assassin de Shinzo Abe a fabriqué une arme à double canon d’environ 16 pouces de long, capable de tirer deux coups sans rechargement. Le New York Times rapporte que « l’on ignore quel type de munitions a été utilisé ». Mais dans une vidéo de l’événement, « on peut entendre deux coups de feu, à environ deux secondes et demie d’intervalle, avec un rapport profond qui suggère qu’ils proviennent d’une cartouche telle que celles tirées par un fusil de chasse couramment utilisé par les chasseurs civils. » Le Guardian rapporte que la police a trouvé « plusieurs armes artisanales similaires » au domicile du tueur.

Bien qu’elles soient moins fiables et précises que les armes à feu fabriquées en usine, ces armes peuvent être facilement fabriquées avec des matériaux couramment disponibles dans les quincailleries. Un investissement plus important est nécessaire pour obtenir des résultats plus satisfaisants. Mais même sans pièces préfabriquées, note J.D. Tuccille de Reason, une fraiseuse CNC comme la Ghost Gunner 3 « peut transformer un bloc de métal brut en un récepteur AR-15 ». Les gens peuvent également « utiliser des modèles largement disponibles pour fabriquer une arme à feu avec des imprimantes 3D », avec des résultats se situant entre les deux autres options.

On peut lire dans le New York Times :

Le Japon a des réglementations exceptionnellement strictes qui interdisent au citoyen moyen d’obtenir une arme à feu fabriquée en usine. La propriété civile d’armes à feu, à l’exception de celles utilisées pour la chasse, est généralement interdite par la loi sur le contrôle des armes à feu et des épées du pays.

Max Fisher, journaliste au Times, suggère que l’assassinat, qui pourrait s’apparenter à un échec du contrôle des armes à feu à la japonaise, « est un rappel, et peut-être même souligne, le succès de ces restrictions. » Il note que l’attaque est choquante non seulement en raison de la cible très médiatisée, mais aussi parce que la violence armée est extrêmement rare au Japon, où les civils possédaient environ 377 000 armes à feu enregistrées et non enregistrées en 2017, soit environ une pour 300 personnes. À l’époque, le ratio américain était estimé à environ 1,2 par résident, soit 400 fois plus élevé. Si l’on tient compte des ventes d’armes à feu réalisées depuis lors, le ratio américain actuel est encore plus élevé.

Cette comparaison reflète une différence marquée des politiques publiques, mais aussi une différence marquée des faits auxquels les décideurs doivent faire face. Même en laissant de côté les contraintes que le deuxième amendement impose au contrôle des armes à feu aux États-Unis, le fait que les Américains possèdent déjà plus de 400 millions d’armes à feu signifie que s’inspirer de l’approche du Japon n’est pas une option réalisable.

Cette réalité signifie également que les options politiquement possibles – y compris les propositions largement populaires telles que les lois sur le drapeau rouge, l’interdiction de certains types d’armes ou de chargeurs, et l’élargissement des vérifications des antécédents des acheteurs d’armes – n’auront qu’un impact marginal sur l’accès aux armes à feu aux États-Unis. De plus, cet impact sera surtout ressenti par les Américains pacifiques et respectueux de la loi, car les criminels sont très motivés pour obtenir des armes et disposent de nombreux moyens extra-légaux pour les obtenir.

En gardant ces points à l’esprit, que nous apprend l’expérience du Japon sur l’efficacité du contrôle des armes à feu ?

Selon Max Fisher :

« Le pays connaît moins de 10 décès par arme à feu à l’échelle nationale la plupart des années, contre des dizaines de milliers aux États-Unis. Depuis 2017, le Japon a enregistré 14 décès liés aux armes à feu, dans un pays de 125 millions d’habitants. »

Fisher exagère le nombre annuel d’homicides par arme à feu aux États-Unis, qui, au cours de la décennie 20112020, a été en moyenne d’environ 10 500. Mais il a certainement raison de dire que les gens s’entretuent avec des armes à feu beaucoup plus souvent aux États-Unis qu’au Japon. Et pas seulement avec des armes à feu.

En 2017, le Japon avait le taux d’homicide le plus bas du monde : 0,2 pour 100 000 personnes, contre 5,3 pour 100 000 aux États-Unis. Près de 11 000 des plus de 15 000 meurtres enregistrés aux États-Unis cette année-là, soit environ 73 %, impliquaient des armes à feu. En d’autres termes, même si aucun de ces meurtres par arme à feu n’avait eu lieu, le taux d’homicide américain aurait été plus de sept fois supérieur à celui du Japon. Et si l’on tient compte de la substitution d’armes, même l’exploit impossible consistant à éliminer toutes les armes à feu détenues par des civils laisserait un écart encore plus grand entre les deux pays.

La prévalence relative des armes à feu ne suffit manifestement pas à expliquer l’énorme différence en matière de crimes mortels entre le Japon et les États-Unis. C’est ce qui ressort également des comparaisons entre le Japon et d’autres pays dotés de lois strictes sur les armes à feu. Par exemple, les taux d’homicides en Australie, en Allemagne et au Royaume-Uni sont plusieurs fois plus élevés que le taux d’homicides au Japon, bien qu’ils ne représentent qu’une fraction du taux américain. En Russie, où la législation sur les armes à feu est nettement plus stricte que celle des Américains, les homicides sont encore plus fréquents qu’aux États-Unis.

Les restrictions sur les armes à feu au Japon n’expliquent pas pourquoi les meurtres commis avec des armes alternatives, notamment des couteaux et des objets contondants ainsi que des armes à feu artisanales, sont si inhabituels dans ce pays. La remarquable tranquillité du Japon va manifestement bien au-delà des réglementations sur les armes à feu que ses législateurs ont décidé d’imposer.

Il y a trois décennies David Kopel, spécialiste de la politique des armes à feu à l’Independence Institute notait que :

« La pression pour se conformer et la volonté intériorisée de le faire sont beaucoup plus fortes au Japon qu’en Amérique »

Il affirmait que « l’esprit de conformité fournit la meilleure explication du faible taux de criminalité du Japon ».

Le Japon se distingue d’une autre manière : son taux de suicide est relativement élevé. En 2019, il était de 14,6 pour 100 000 personnes, contre 13,9 pour 100 000 aux États-Unis, 10,5 pour 100 000 au Canada, 8,5 pour 100 000 au Royaume-Uni et 4,6 pour 100 000 en Grèce. En ce qui concerne le suicide, la rareté des armes à feu au Japon ne semble pas avoir eu l’effet escompté.

Quoi qu’il en soit, l’envie de défendre les restrictions sur les armes à feu au Japon après l’assassinat d’Abe, bien que prévisible dans le contexte du débat sur le contrôle des armes à feu aux États-Unis, est hors de propos lorsqu’il s’agit de discussions politiques pratiques. Le même esprit de conformité qu’on considère comme important pour expliquer le faible taux de criminalité au Japon, « explique également pourquoi les Japonais acceptent un contrôle strict des armes à feu ».

En revanche, selon lui :

« Une interdiction des armes à feu en Amérique similaire à celle du Japon serait étrangère à notre société qui, depuis plus de 300 ans, possède la culture des armes à feu la plus forte du monde […] Les lois japonaises sur les armes à feu font partie d’une philosophie autoritaire du gouvernement qui est fondamentalement en désaccord avec les traditions de liberté de l’Amérique. »

Que vous adhériez ou non à cette analyse, plus de 400 millions de faits sur le terrain compliquent considérablement toute leçon pratique que les décideurs américains pourraient tirer du Japon. Ni ces faits ni les contraintes constitutionnelles imposées par les Deuxième, Quatrième et Cinquième amendements ne peuvent être ignorés, même si les partisans américains du contrôle des armes à feu aimeraient prétendre le contraire.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • non ça traduit juste que laisser des gens acheter des tubes métalliques librement est irresponsable…

    sérieusement, le débat sur les armes à feu empêche une saine réflexion sur les causes de la violence aux usa…

    une société sans violence est improbable, un peu comme une société sans haine…et la vraies question est dans quelles limites les restrictions de libertés pour limiter violence ou haine sont acceptables..
    la violence est très présente chez les animaux sexués…

    je me pose souvent des questions sur les campagne voulant amener à zéro les violences conjugales..

    • « la violence est très présente chez les animaux sexué »
      Il est fallacieux selon moi et certains autres d’aller chercher dans la description des lois aveugles de la biologie ou de la physique des justifications à des choix éthiques normatifs. Je dois avouer me faire avoir souvent par ce paralogisme.
      Cependant nous avons des choix éthiques assez proches ( je le devine par vos questionnements incessants, j’ai les mêmes ) bien que je n’approuve pas ici leurs justifications.

      « une société sans violence est improbable, un peu comme une société sans haine…et la vraies question est dans quelles limites les restrictions de libertés pour limiter violence ou haine sont acceptables ».
      Je suis d’accord, mais j’ai la réponse à ses questions depuis belles lurettes ( ce qui ne m’empêche pas de continuer à me les poser sans-cesse pour trouver l’erreur qui pourrait s’y dissimuler )
      Quand on est libéral comme je le suis, les limites de la liberté ( des libertés politiques + des libertés économiques, mais pour moi c’est pareil, c’est la liberté, c’est pas un saucisson ) sont inclus avec le pack traditionnel – l’individu et sa propriété sont la limite – et toute autre limitation est inacceptable. Quand on ne l’est pas, c’est plus compliqué de définir la liberté, puisque ses limites fluctueront en fonction de la moral de chacun. Je n’ai pas la même morale que tous les libéraux, et la mienne évolue au fil du temps, de mes lectures, de mes expériences, mais j’ai la même conception de la justice, qui elle ne bouge pas. Cette conception de la justice nous unis, nous la séparons bien de la morale, le libéralisme est une meta-éthique pour moi, mais je me gourre peut-être, c’est pas clair dans ma tête.
      Je ne rêve pas d’une société sans crime ou haine. Il faudrait créer un homme-nouveau pour se faire, et rien que l’idée me file la nausée.
      Je rêve d’une société où rien n’est interdit, où le malheur existe, où le bonheur est soutenable, où seuls les atteintes physiques à la personne et les vols de propriété sont criminalisés et où les vices ne sont pas des crimes ( je suis radical, je sais ) si pratiqués par, ou entre, adultes consentants, et où les vertus de courage, de persévérance, de tempérance sont enseignés aux enfants.
      Ce thème d’une société sans crime et sans haine a été abordé de nombreuses fois par des auteurs de fiction ( Un bonheur insoutenable de Ira Levin me vient en premier à l’esprit ) et on a déjà vu trop de fois dans l’histoire récentes les tentatives et les résultats désastreux voire pire de ces utopistes des sociétés parfaites, scusez le pléonasme.
      Je me fais souvent qualifier d’utopiste à cause de mon radicalisme libertaire, pourtant ce dont je rêve ne règle pas l’intégralité des problèmes de l’humanité, elle permet seulement de définir les limites permettant au plus grand nombre de vivre comme ils le souhaitent sans se heurter sans cesse aux voisins et à ses interdits moraux érigés en Loi qui s’applique à tous les autres.
      Dans les faits, et pas dans mes rêves cette fois, je m’en tamponne déjà des interdits moraux du voisins. Les miens me suffisent en n’imposant rien aux autres, seulement à moi-même. Pour les autoritaires qui marchent sur mes plates bandes, j’ai le majeur de ma main droite et la force de frappe qui s’ensuivra s’ils n’otent pas leurs pieds rapidement.
      Il peut donc m’arriver d’être haineux voire même violent si les limites sont franchies. Je crois à la nécessité de déléguer l’usage légale de la violence à une institution, mais quand celui à qui je délégue est parti déjeuner ou aux abonnés absents, je reprend mon droit, le débat heuristique ayant aussi ses limites quand l’un des deux n’est pas un gentilhomme mais un autoritaire qui menace de passer de la parole aux actes.

      • en fait je ne is pas libéral… car je relativise la propriété privée… et la frontière n’ets pas si nette dans celui dans nos actes nuit à autrui..

        c’estce qui fait que j’apporte beaucoup d’attnetion à la justification de restrictions de libertés par exemple pour la pandémie..
        en somme une restriction de libertés pour « nuisance »,proche cas du covid, doit être encadrée et scrutée ..

        le libéralisme radical.., le seul qui tienne entièrement debout est impossible..

  • Excellent article. Merci Contrepoints.

  • Le lien entre quantité d’armes à feu et homicides tient du sophisme.
    Comme le montre l’assassinat de Abe, là où il y a une volonté, il y a un chemin (Confucius).
    Je vois dans l’article la naissance d’une polémique entre l’auteur et Fisher. Comme chaque fois qu’on ne parle pas de la même chose (ou qu’on veut présenter l’affaire à sa convenance). Car l’un parle de décès, l’autre d’homicides. Les deux ont raison sur les chiffres, mais l’auteur a oublié de comprendre que les décès comprennent… les suicides. Qui représentent, aux USA, les 2/3 des dits décès.
    L’exemple japonais prouve aussi, hélas, qu’on n’a pas besoin d’un gun pour se tuer.
    Bref. Quand on prend pour cible les armes à feu dans les drames américains, je pense à cet autre proverbe attribué à Confucius sur le doigt et la lune.

  • Article intéressant mais il faut faire attention aux chiffres.
    Le nombre d’homicide par arme à feu aux USA indiqué dans l’article inclue bcp de choses: fusillades et règlements de compte entre mafieux et gangs, homicides dans le cadre de l’intervention de la police lors d’un crime et/ou délit, légitime défense, crimes passionnels, accidents de chasse/tir…etc Il y a en fait peu ou pas de « Mr Toutlemonde » qui déciderai de tirer sur son voisin ou un passant suite à une altercation (risque souvent vendu par les anti-armes pour en limiter l’accès). Un étude sur les homicides par armes à feu non liés à la criminalité organisée, à la légitime défense ou accidentels commandée par l’équipe Obama avait été promptement mise dans un tiroir car ne retrouvant que 499 homicides « classiques » (càd par des possesseurs légaux et déclarés d’armes à feux) sur une période 20 ans (étude arrêtée et 2015 ou 2016, je ne me souviens plus…).

    Pour le Japon, il est évident que la limitation de l’accès aux armes peut limiter certains excès mais le contexte social et culturel est différent. Même les règlements de comptes entre mafieux par armes à feu sont rarissimes. Non que les yakusas soient plus « gentils », mais ils sont, à mon avis, mieux organisés.
    Un crime par armes à feu laisse des traces et bcp d’indices pouvant à terme se retourner contre l’auteur du tir sans parler du manque fréquent de discrétion en cas de densité élevée de population. Faire « disparaitre » entièrement qqu’un est plus judicieux dans un pays qui voit disparaître annuellement environ 80000 personnes donc bcp volontairement (à tel point qu’il y a des entreprises spécialisées pour cela), le contexte culturel, légal et juridique rendant extrêmement difficile toute recherche de l’individu disparu… Tout ceci fait supposer que le nombre des homicides soit sous-estimé.

    Mais bon, pour les anti-armes, seul compte le nombre global de tués par armes à feu suicides inclus, c’est plus parlant. Le reste n’est que détail et populisme… 🙂

    https://panodyssey.com/fr/article/curiosites/johatsu-les-disparitions-volontaires-au-japon-8fbrnh8an5k7
    https://www.cnews.fr/monde/2016-08-29/une-fusillade-eclate-au-japon-un-evenement-rarissime-737335

  • On pourrait se pencher sur les agression sexuelles pour rigoler.

    Le Japon a intérêt a changé tout ça s’il veut pas finir comme la Chine.

    Vive les gun et le hentai.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Arnaud Grivaud.

Dix jours après l’assassinat de l’ancien Premier ministre Shinzo Abe, la secte Moon se trouve au cœur de l’attention médiatique. Selon les premiers éléments de l’enquête, la secte aurait profité financièrement de la mère de l’assassin, Tetsuya Yamagami, et ce dernier aurait cherché à se venger.

L’Église de l’unification, aussi appelée Secte Moon, fondée en 1952 par le révérend sud-coréen Sun Myung Moon (1920-2012), est un groupe religieux chrétien aux multiples dérives sectaires. Son fondateur se présente com... Poursuivre la lecture

Le destin économique d'un pays est principalement déterminé par sa démographie, sa puissance technologique, sa géographie et le degré de liberté économique que ses institutions garantissent aux citoyens. Le rôle des hommes consiste à jongler avec ces éléments dans un creuset que l'on appelle communément l'histoire économique.

Le décès tragique de Shinzo Abe le 8 juillet 2022 est l'occasion de revenir sur l'héritage économique de celui qui détient le record de longévité dans la fonction de Premier ministre au Japon (un an en 2006-7 et 8... Poursuivre la lecture

La ville de New York fut jadis l’orgueil de son pays et une influence sans pareille – dans certains pays, dire qu’on vient de NY veut simplement dire qu’on vit aux États-Unis.

Mais comme trop d’États à tendance démocrate, l’Empire State a connu un fort déclin et n’est plus que l’ombre de lui-même. En fait, c’est l’un des endroits ayant franchi le cap de « l’inversion ultime » d’Ayn Rand : le gouvernement fait ce qu’il veut et les citoyens doivent implorer sa permission.

Ça a crevé les yeux lors d’une récente décision de la Cour ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles