Dans la Chine de Mao, on surveillait même le fait de parler dans son sommeil

De l’endoctrinement politique à la dénonciation sociale, l’héritage du maoïsme dans la Chine moderne est encore prégnant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Image générée par IA

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dans la Chine de Mao, on surveillait même le fait de parler dans son sommeil

Publié le 28 mai 2023
- A +

Par Barry Brownstein.

 

Lorsque le chanteur folk canadien Gordon Lightfoot, récemment décédé, chantait « Je t’ai entendu parler dans ton sommeil… de tes lèvres est sorti ce secret que je n’étais pas censé connaître », il parlait de l’infidélité conjugale.

Peu après l’arrivée au pouvoir du président Mao en Chine, les étudiants idéalistes ont appris que la fidélité politique à Mao et au parti communiste était la vertu la plus importante dont ils devaient faire preuve. Des membres du parti ou de la Ligue de la jeunesse étaient présents à chaque repas et dans chaque dortoir. L’historien Frank Dikötter décrit dans son livre La tragédie de la libération :

Ces communistes prenaient des notes sur le comportement diurne et nocturne de chaque étudiant. Même ses paroles durant son sommeil étaient enregistrées et considérées comme ayant une signification politique.

Malgré les leçons brutales de l’histoire, les jeunes Chinois gravitent à nouveau autour de l’évangile totalitaire de Mao, qu’ils considèrent « comme un héros qui parle à leur désespoir ». Un rédacteur technique de 23 ans a expliqué que les écrits de Mao « offrent un soulagement spirituel aux jeunes des petites villes comme moi ». Un sondage antérieur avait révélé que 85 % des personnes interrogées estimaient que « les mérites de Mao l’emportaient sur ses défauts ».

Le sommeil n’est pas encore surveillé dans l’Amérique d’aujourd’hui, mais certains pensent que les « crimes contre la pensée » devraient l’être.

Un universitaire sino-américain, écrivant sous le pseudonyme de Xiao Li, a souligné les similitudes entre la révolution culturelle de Mao et l’Amérique d’aujourd’hui. Il a observé que « les Gardes rouges de 1968 venaient souvent de milieux privilégiés ». Ces Gardes rouges, encouragés par Mao, « sortaient, cherchant à extirper de l’intérieur des ennemis de classe imaginaires ». Le père de Li était tourmenté par des brutes « parce qu’il descendait de contre-révolutionnaires » ; son travail se résumait à ramasser des bouses de vache.

Aujourd’hui, a observé Li, « l’avant-garde révolutionnaire de l’Occident est également composée de jeunes gens bien éduqués, un nombre disproportionné d’entre eux provenant d’établissements d’enseignement d’élite et exerçant des professions d’élite » qui chassent les « racistes masqués ».

Li a observé un autre parallèle inquiétant :

« En Chine, aucun livre, qu’il soit consacré à l’astronomie ou aux patrons de couture, ne pouvait manquer de contenir une introduction faisant l’éloge du président Mao, avec des citations tirées de ses œuvres. De même, aujourd’hui, les entreprises [occidentales] qui vendent n’importe quoi […] ressentent le besoin de se soumettre devant les manifestants. »

Avant d’aller plus loin dans cette voie maoïste, il convient de rappeler où tout a commencé.

Il n’y a jamais eu de période de lune de miel ; Mao n’a jamais été un bon gars dont la révolution a tragiquement mal tourné. Mao a toujours été un totalitaire vicieux. La perte de dizaines de millions de vies n’était ni involontaire ni imprévisible.

Dans les années 1940, Yenan (Yan’an) était l’épicentre de la révolution communiste chinoise. Dans leur biographie saisissante de Mao, Jung Chang et Jon Halliday décrivent la façon dont les jeunes volontaires idéalistes étaient traités en 1943. Mao et son chef espion ont « conçu une accusation générale », transformant « pratiquement tous les jeunes volontaires en suspects d’espionnage ». Tous ces « espions » potentiels ont été placés en détention pour être « examinés ».

Chang et Halliday expliquent que Mao « est allé bien au-delà de ce que Hitler ou Staline ont réalisé : il a transformé les collègues en leurs geôliers, les anciens collègues, les prisonniers et les geôliers vivant dans les mêmes locaux ». L’innovation de Mao en matière de terreur a entraîné une augmentation considérable de la répression :

Ainsi, Mao n’a pas seulement creusé un fossé énorme entre ceux qui travaillaient et vivaient côte à côte, il a considérablement augmenté le nombre de personnes directement impliquées dans la répression, y compris la torture, élargissant ainsi l’orbite de manière significative par rapport à Staline ou Hitler, qui utilisaient principalement des élites secrètes (KGB, Gestapo) qui détenaient leurs victimes dans des lieux distincts et invisibles.

La production principale du communisme n’était pas les biens et les services, mais « les interrogatoires et les rassemblements de masse terrifiants, au cours desquels de jeunes volontaires étaient contraints d’avouer être des espions et d’en désigner d’autres devant de grandes foules qui avaient été fouettées jusqu’à la folie ».

L’émotion dominante produite par le contrôle des communistes était la peur, que Chang et Halliday décrivent comme insupportable.

Si vous n’étiez pas interrogé ou si vous ne criiez pas « hystériquement » des slogans lors de rassemblements, vous étiez « pilonné lors de réunions d’endoctrinement ». Les rares moments où l’on était seul étaient « consacrés… à la rédaction d’examens de conscience ». Les ordres de Mao étaient de « demander à chacun d’écrire son examen de conscience, trois fois, cinq fois, encore et encore… Dites à chacun de déverser tout ce qu’il a caché et qui n’est pas favorable au Parti ».

Chacun est devenu un informateur, même en se dénonçant soi-même. Chang et Halliday ont raconté comment « tout le monde a reçu l’ordre de noter les informations transmises officieusement par d’autres personnes, appelées « petites émissions » par le régime ». Un vétéran de la révolution a déclaré : « Vous deviez écrire ce que X ou Y avait dit, ainsi que ce que vous aviez dit vous-même et qui était censé être moins bon ».

Le critère du « pas très bon » était « vague », de sorte que « par crainte, les gens se trompaient en en incluant davantage ».

 

Aujourd’hui, les progressistes américains parcourent les tweets à la recherche de preuves de « petites émissions ». Vous risquez de mettre votre emploi en péril si vous aimez un message « pas très bon » sur les médias sociaux.

Mark Tykocinski, président de l’université Thomas Jefferson et doyen de sa faculté de médecine, a aimé des tweets qui remettaient en question les vaccins covid, la chirurgie de réassignation sexuelle pour les enfants et les bureaux diversité des universités. N’accordant aucune valeur à la liberté d’expression, la journaliste Susan Snyder, lauréate du prix Pulitzer, a informé les lecteurs de ce qu’elle pensait être les transgressions de M. Tykocinski dans le Philadelphia Inquirer.

Sur les campus universitaires américains contemporains, les étudiants sont encouragés à former des « groupes de réponse aux préjugés » pour dénoncer d’autres étudiants, professeurs et orateurs invités. Contrairement à la Chine de Mao, ces équipes n’ont pas encore battu à mort un professeur ou un orateur, mais elles perturbent les orateurs et menacent de recourir à la violence.

La Chambre des représentants du Minnesota a adopté un projet de loi visant à surveiller les discours des citoyens pour y déceler des contenus « tendancieux » censés susciter la haine et la peur.

Aujourd’hui en Amérique, à la lumière des révélations sur l’espionnage des Américains par le gouvernement, nous entendons ceux qui disent allègrement : « Je n’ai rien à cacher ». Ces personnes n’ont aucune idée des libertés auxquelles elles renoncent.

Dans la Chine de Mao, Chang et Halliday expliquent que « le concept de vie privée ne pouvait être évoqué, car un communiste était tenu de rejeter le privé ». Tout signe de résistance à la dénonciation était « considéré comme la preuve que la personne qui résistait était un espion, au motif spécieux que si vous êtes innocent, il ne doit rien y avoir qui ne puisse être rapporté au Parti ».

Alors que les ordres de Mao étaient appliqués dans un collège, un homme a plaisanté : « Devons-nous écrire nos conversations nocturnes sur l’oreiller avec nos femmes ? » Il fut rapidement considéré comme un espion, tout comme l’ensemble du personnel enseignant et administratif de son établissement, à l’exception d’un seul.

Chang et Halliday racontent comment Mao a brisé les liens de confiance et empêché l’échange de points de vue :

En supprimant les « petites émissions », [Mao] a également bloqué ce qui était pratiquement la seule source d’information non officielle, dans un contexte où il contrôlait complètement tous les autres canaux. Aucune presse extérieure n’était disponible et personne n’avait accès à une radio. Il n’était pas non plus possible d’échanger des lettres avec le monde extérieur, y compris avec sa famille : toute communication en provenance d’une zone nationaliste était une preuve d’espionnage.

Sous Mao, la pensée indépendante est morte ; « l’endoctrinement et la terreur ont transformé les jeunes volontaires pleins de vie […] en robots ».

L’ironie, la satire et l’humour étaient criminalisés, ces délits étaient appelés « prononcer des mots bizarres ». Mao voulait des machines robotisées. Chang et Halliday ont observé : « Il ne voulait pas d’une coopération active et volontaire (la volonté, après tout, pouvait être retirée). Il ne voulait pas de volontaires. Il avait besoin d’une machine dont tous les rouages fonctionneraient à l’unisson lorsqu’il appuierait sur le bouton ».

En 1944, lorsque des journalistes ont été admis à Yenan, l’un d’entre eux a décrit « une étrange uniformité ».

Le journaliste écrit :

« Si vous posez la même question à vingt ou trente personnes, des intellectuels aux ouvriers [sur n’importe quel sujet], leurs réponses sont toujours plus ou moins les mêmes… Même les questions sur l’amour, il semble y avoir un point de vue qui a été décidé en réunion. »

Ces volontaires et étudiants enthousiastes « nient collectivement et de tout cœur que le Parti ait une quelconque autorité directe sur leurs pensées ». De même, certains Américains ne s’inquiètent pas des atteintes à la vie privée et à la liberté d’expression.

Des millions de personnes devaient encore mourir pendant le Grand Bond en avant et la Révolution culturelle. Dix ans après les événements décrits dans le livre de Chang et Halliday, le projet totalitaire de Mao a été mis en œuvre dans toute la Chine.

Selon Dikötter, « l’éducation idéologique est devenue la norme, les séances d’autocritique, d’auto-condamnation et d’auto-exposition se succédant jour après jour, jusqu’à ce que toute résistance soit écrasée et que l’individu soit brisé, prêt à servir la collectivité ».

Chacun devait donner des détails accablants sur sa famille et ses amis.

Dikötter raconte :

« Même les impressions passagères et fugaces devaient être relevées et examinées, car elles révélaient souvent le bourgeois caché sous un masque de conformité socialiste. »

La haine rejoint la peur en tant qu’émotions dominantes ; l’amour et la compassion sont évincés. Dikötter décrit la triste réalité d’un pays maoïste rendu fou par la haine.

Les moines [bouddhistes], comme les enseignants, les ingénieurs ou les entrepreneurs, devaient se convertir, se dénoncer les uns les autres, abandonner leur « idéologie féodale » et démontrer leur haine envers leurs ennemis de classe. L’idée de compassion et de bonté à l’égard de tous les êtres vivants a disparu.

Sans liberté de pensée, le progrès est impossible. Lorsque les êtres humains n’ont pas la liberté de s’épanouir, la haine triomphe de l’amour. Le maoïsme a apporté la mort et la destruction ; les maoïstes d’aujourd’hui feront de même.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « Les maoïstes d’aujourd’hui… »
    Peut-être faudrait-il un peu mieux dire qui ils sont, et faire confiance à la grande majorité du peuple pour savoir toute seule que la Révolution Culturelle a été un des nombreux pires moments de l’Histoire, comme beaucoup aussi dans des contrées plus proches de la nôtre.

  • Édifiant, je lis actuellement le livre de père et fils sur la Chine de Mao et sa fascination et son admiration de Mao est absolument effrayant comment peut-on s’abonner à ce point et ou surtout manquer de courage pour dénoncer l’évidence. On ne doit pas prendre de gants avec les wok ce sont des gens extrêmement dangereux la meilleure solution étant de les enfermer comme l’a fait le président de Singapour il a eu bien raison à nous de faire pareil. Sur le plan médiatique ils s’intimides tout le monde a commencé par les entreprises quand on voit les délires ou au kystes de Super U par exemple à la télévision on est effaré le meilleur moyen également c’est de boycotter ces sociétés

  • Si, dans cet article, vous remplacez « maoïste » par « écologie », à l’exception de la référence historique du passé, vous voyez que le texte est tout à fait actuel.

    • C’est bien possible. Mais, s’ils sont tous les deux nuisibles, il existe une profonde différence entre le maoïste d’hier et celui d’aujourd’hui. Le second n’est pas au pouvoir. On peut le combattre sans verser aucun sang. Avec seulement un peu de courage.
      « La passivité nous est fatale. Notre objectif est de rendre l’ennemi passif » (Mao)

    • Oui c’est tout à fait ça je suis bien d’accord ce sont exactement les mêmes techniques d’intimidation qui sont utilisés par le woking celles utilisées par les communistes dans les années 30 lorsqu’il n’étaient pas au pouvoir dans les grandes démocraties et de façon générale tous les totalitaires autoritaires en herbe j’ai lu un article très intéressant sur le gouverneur de Californie qui a décidé d’interdire tous les propos wokistes et de les réduire au silence c’est exactement la technique à utiliser il ne faut pas prendre de gants avec ces gens-là car c’est le ferment des totalitarismes.

      • @Philippe
        Bonsoir,
        Etes-vous sûr qu’il s’agisse du gouverneur de Californie ? Il est tout à fait dans le mouvement woke car démocrate et la Californie est engluée dans le wokisme (pour ne pas dire socialiste).

    • Correct. C’ est exactement ça.

  • Mike Hume, dans « Droit à offenser » combat le politiquement correct, autrement dit wokisme.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Selon le Wall Street Journal du 6 septembre, après la Russie, la Chine a décidé d’interdire les iPhone et autres smartphones de marques étrangères à l’ensemble de ses fonctionnaires, lorsqu'ils sont au travail.

Autant dire que pour Apple, la nouvelle n’est pas à ranger dans le dossier des bonnes nouvelles. Cette décision a fait l’effet d’une bombe à fragmentation dans la mesure où elle ne cible pas Apple spécifiquement, mais elle est un moyen pour mettre à mal la stratégie de l’administration américaine dans sa volonté d’hégémonie tech... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore et par Lawrence W. Reed.

La semaine dernière marquait le 70e anniversaire des funérailles de Joseph Staline, le dictateur marxiste qui a dirigé l'Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale, et à l'apogée de son état de terreur.

https://www.youtube.com/watch?v=JDYxbRZdkSo

 

Staline, qui a suivi les traces sanglantes de Vladimir Lénine, a été victime d'une attaque cérébrale et est décédé à son Daach de Kuntsevo le 5 mars 1953. Il avait 74 ans.

Des funérailles nationales ont eu l... Poursuivre la lecture

Un nouvel ordre mondial est-il en train de se mettre en place sous la houlette des BRICS ?

Entre le 22 et 24 août se tient en Afrique du Sud le 15e sommet des BRICS. Ce forum informel composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud a gagné en importance cette dernière décennie, avec la montée en puissance de ses membres, surtout l’Inde et la Chine.

Les BRICS ont une population de 3,24 milliards d’habitants, soit 40 % de la population mondiale. En 2001, ils représentaient 8 % du PIB mondial. Désorma... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles