Le PIB donne-t-il une image exacte de l’économie ? Peu probable

Comment la statistique du PIB réel trompe les décideurs politiques et masque la véritable croissance économique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le PIB donne-t-il une image exacte de l’économie ? Peu probable

Publié le 6 mai 2023
- A +

Par Frank Shostak.

 

Pour comprendre l’économie, la plupart des experts et commentateurs financiers s’appuient sur le produit intérieur brut (PIB). Le cadre du PIB examine la valeur des biens et services finaux produits au cours d’un intervalle de temps donné, généralement un trimestre ou une année.

Cette statistique est construite en partant du principe que c’est la consommation, et non la production de richesses, qui est le moteur de l’économie. Étant donné que les dépenses de consommation représentent la plus grande partie de la demande globale, on suppose que la demande de consommation est le moteur de la croissance économique, une hypothèse fondamentale de l’économie keynésienne.

L’idée est que la demande de biens entraîne presque immédiatement l’offre de biens. Ce cadre ignore toutefois les étapes de la production qui précèdent l’apparition du bien final. Il ne suffit pas de demander des biens, encore faut-il avoir les moyens de répondre à la demande. L’épargne réelle détermine la croissance économique. Si la croissance économique nécessite une infrastructure particulière mais qu’il n’y a pas assez d’épargne réelle, la croissance économique ne se produira pas.

Le cadre du PIB est cependant hostile à l’épargne, car les économistes keynésiens pensent que l’épargne affaiblit la consommation. Le cadre du PIB donne l’impression que ce n’est pas l’activité individuelle qui produit les biens et les services, mais quelque chose d’autre appelé « économie ». Pourtant, à aucun moment, la soi-disant économie n’a une vie propre indépendante de l’action individuelle. L’économie est une métaphore.

En additionnant les biens et services finaux, les statisticiens gouvernementaux promeuvent la fiction d’une économie par le biais de la statistique du PIB. Le cadre du PIB ne peut pas nous dire si la production de biens et de services finaux est due à l’expansion de la richesse réelle ou à la consommation de capital.

Par exemple, si le gouvernement construit une pyramide, qui n’ajoute rien au bien-être individuel, le cadre du PIB suppose qu’elle contribue à la croissance économique. En réalité, la construction de la pyramide détourne l’épargne réelle des activités génératrices de richesse, étouffant ainsi la production de richesse.

 

Le PIB et l’économie réelle : quelle est la relation ?

Le calcul du PIB réel pose de sérieux problèmes.

Pour le calculer, il faut additionner plusieurs choses. Pour cela, il faut qu’elles aient une unité en commun. Or, il n’est pas possible d’ajouter des réfrigérateurs aux voitures et aux chemises pour obtenir le total des biens finaux. Étant donné que la production réelle totale ne peut être définie de manière significative, elle ne peut être quantifiée. Pour surmonter ce problème, les économistes utilisent la dépense monétaire totale en biens, qu’ils divisent par le prix moyen de ces biens.

Cette méthode pose toutefois un sérieux problème.

Supposons que deux transactions soient effectuées. Lors de la première transaction, un téléviseur est échangé contre 1000 dollars. Dans la seconde, une chemise est échangée contre quarante dollars. Le prix ou le taux d’échange dans la première transaction est de 1000 dollars par téléviseur. Le prix de la seconde transaction est de quarante dollars par chemise.

Pour calculer le prix moyen, il faut additionner ces deux ratios et diviser le résultat par deux. Or, on ne peut pas additionner 1000 dollars par téléviseur et 40 dollars par chemise, ce qui implique qu’il n’est pas possible d’établir un prix moyen. Murray Rothbard a écrit : « Ainsi, tout concept de niveau de prix moyen implique l’addition ou la multiplication de quantités d’unités de biens complètement différentes, telles que le beurre, les chapeaux, le sucre, etc. et est donc dénué de sens et illégitime. »

L’utilisation de méthodes sophistiquées pour calculer le niveau moyen des prix ne peut changer le fait qu’il est impossible d’établir un prix moyen pour des biens et des services sans rapport entre eux. Par conséquent, les indices de prix calculés par les statisticiens gouvernementaux ne sont que des nombres arbitraires. Si les déflateurs de prix sont dénués de sens, il en va de même pour la statistique du PIB réel.

Même les statisticiens gouvernementaux admettent que leurs calculs ne sont pas réalistes.

Selon Steven Landefeld et Robert P. Parker du Bureau of Economic Analysis :

En particulier, il est important de reconnaître que le PIB réel est un concept analytique. Malgré son nom, le PIB réel n’est pas « réel » dans le sens où il peut, même en principe, être observé ou collecté directement, de la même manière que le PIB en dollars courants ne peut pas, en principe, être observé ou collecté en tant que somme des dépenses réelles en biens et services finaux dans l’économie. Les quantités de pommes et d’oranges peuvent en principe être collectées, mais elles ne peuvent pas être additionnées pour obtenir la quantité totale de production de « fruits » dans l’économie.

Comme il n’est pas possible d’établir quantitativement le total des biens et services réels, des données telles que le PIB réel ne doivent pas être prises au sérieux. La statistique du PIB donne l’impression qu’il existe une production nationale. Or, dans une économie de marché, la richesse est produite par les individus et leur appartient de manière indépendante.

Les biens et les services ne sont pas produits dans leur totalité et supervisés par un chef suprême. Cela signifie que le concept de PIB est dépourvu de tout fondement réel en ce qui concerne l’économie de marché.

Selon Ludwig von Mises, l’idée que l’on puisse établir la valeur de la production nationale ou du PIB est quelque peu farfelue :

« Les tentatives de déterminer en monnaie la richesse d’une nation ou de l’ensemble de l’humanité sont aussi puériles que les efforts mystiques pour résoudre les énigmes de l’univers en s’inquiétant de la dimension de la pyramide de Khéops […] Si un calcul commercial évalue une réserve de pommes de terre à 100 dollars, l’idée est qu’il sera possible de la vendre ou de la remplacer contre cette somme. Si une unité entrepreneuriale entière est estimée à 1 000 000 de dollars, cela signifie que l’on s’attend à la vendre pour ce montant ; l’homme d’affaires peut convertir son bien en argent, mais une nation ne le peut pas. »

Que penser des affirmations selon lesquelles l’économie, telle qu’elle est représentée par le PIB réel, a augmenté d’un certain pourcentage ? Tout ce que nous pouvons dire, c’est que ce pourcentage n’a rien à voir avec la croissance économique réelle et qu’il reflète plutôt le rythme du pompage monétaire.

Le PIB étant exprimé en dollars, il est évident que ses fluctuations dépendront des fluctuations du montant de dollars injectés dans l’économie. Nous pouvons également en déduire qu’un taux de croissance élevé du PIB réel reflète très probablement un affaiblissement du processus de formation de la richesse. Une fois que l’on a compris que ce que l’on appelle la croissance économique réelle, telle qu’elle est représentée par le PIB réel, reflète les fluctuations du taux de croissance de la masse monétaire, il devient évident qu’un boom économique n’a rien à voir avec une véritable expansion économique.

Au contraire, un boom est synonyme de contraction de l’économie réelle puisqu’il sape l’épargne réelle qui est au cœur de la croissance économique réelle. Il n’est pas étonnant que dans le cadre du PIB, la banque centrale puisse provoquer une croissance économique réelle, et la plupart des commentateurs qui suivent servilement ce cadre pensent que c’est le cas.

Il n’y a pas de pénurie de soi-disant recherches économiques conçues pour apporter un « soutien scientifique » aux opinions populaires selon lesquelles, par le biais du pompage monétaire, la banque centrale peut faire croître l’économie. Toutefois, ces études ne peuvent aboutir à aucune autre conclusion puisque le PIB est un proche parent de la masse monétaire.

 

Conclusion

Le taux de croissance du PIB réel ne mesure pas la force réelle d’une économie, mais reflète plutôt le chiffre d’affaires monétaire ajusté par une statistique douteuse appelée déflateur des prix. Il est donc évident que plus on injecte d’argent, toutes choses égales par ailleurs, plus l’économie semble forte.

Il n’est pas surprenant que les économistes keynésiens pensent que la Fed peut « piloter » l’économie puisque la banque centrale peut influencer le taux de croissance du PIB par le biais du pompage monétaire. Grâce à la statistique du PIB réel, les décideurs politiques de la Fed et les fonctionnaires créent l’illusion qu’ils peuvent créer de la croissance économique. En réalité, l’intervention économique de la Réserve fédérale et du gouvernement ne peut qu’aggraver la situation à long terme.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • On le savait déjà depuis longtemps, non ?

  • Le PIB a été créé à une époque où l’économie était surtout constituée de production de biens et d’un peu de services. De ce point de vue, c’était un indicateur qui avait sa pertinence.
    De plus en plus, l’économie a mis une couche d’abstraction sur la production physique (si une matière vient à manquer, le marché va faire qu’une autre matière va remplacer), et la finance, moteur des économies occidentales, a mis une nouvelle couche d’abstraction sur l’économie. A la fin, 2 couches d’abstraction sur le sous-jacent physique, ça commence à faire beaucoup pour que cet indicateur soit pertinent.
    La meilleure preuve en est la risible et pitoyable pensée que, comme la Russie avait un PIB égal à celui de l’Espagne, il suffisait de lui couper l’accès à la finance internationale pour l’asphyxier. Sauf qu’entre un PIB basé sur de la production, des matières premières et un peu de services et un PIB basé essentiellement sur des services et un peu de production, le premier résiste parfaitement à une économie de guerre tandis que le second s’effondre. On peut fabriquer une chaise si on on a du bois et une industrie. C’est beaucoup plus compliqué si on a qu’un tableau EXCEL…
    Donc, oui, le PIB est un très mauvais indicateur de l’état réel d’une économie et c’est de pire en pire…

  • L’image d’une économie est donnée par la dette du pays et son déficits commerciale.
    Les pays les plus riches sont les Emirats exportateurs de pétrole : le niveau de vie de leurs concitoyens est infiniment plus élevé que le notre.
    Il est vrai aussi qu’ils mettent les immigrés dehors des qu’ils n’ont plus de travail ou sont illégaux. Ça diminue les bouches à nourrir, à loger et à soigner au frais du contribuable.

  • Avatar
    jacques lemiere
    6 mai 2023 at 11 h 11 min

    et aucune grandeur macroscopique ne convient vraiment pour un libéral car elle suggère l’existence d’une
    l’intention politique.

    la « mesure » est la liberté de tous…

  • D’accord, admettons, le PIB ne mesure pas la prospérité d’une économie.
    Mais alors qu’est-ce qui la mesure ?
    Il est tout à fait légitime de critiquer un indicateur, mais à condition d’en proposer un meilleur.
    Il y a eu des tentatives de remplacer le PIB par des agrégats de mesure de bien-être (éducation, santé, espérance de vie …) mais qui restent très arbitraires et subjectives. Le PIB malgré ses défauts a l’avantage de la simplicité.
    Et le PIB est une approximation de la réalité peut-être imparfaite mais acceptable. Il n’est pas faux de dire que la différence de PIB entre la France et l’Ethiopie est liée à l’écart de prospérité et de développement entre ces deux pays.

    • Oui mais l’Arabie saoudite est beaucoup plus riche que la France et son PIB beaucoup plus faible. De même, les Saoudiens sont beaucoup plus riches que les Français.
      Encore une fois, le PIB n’est pas un indicateur de richesse. La dette et les exportations d’un pays, ainsi que le salaire médian de ses citoyens sont les 3 éléments qui indiquent le vrai état de richesse d’un pays : l’Inde (5ieme puissance en terme de PIB) n’est pas riche mais la Suisse l’est.

      • Bien sûr pour comparer les pays entre eux, ce n’est pas le PIB qui compte mais le PIB par habitant, sans quoi on en conclurait que le Lichtenstein et Monaco sont parmi les plus pauvres. Dans cette liste (https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_PIB_(PPA)_par_habitant) on voit que selon ce critère la Suisse fait mieux que l’Inde et l’Arabie Saoudite fait mieux que la France.
        La dette ? Les exportations ? Mais les USA ont une dette et un déficit commercial colossaux, et c’est l’une des économies les plus développées et florissantes.
        Le salaire médian ? Je n’ai pas trouvé de statistiques comparatives entre pays. Mais pourquoi se limiter au salaire, revenu des seuls salariés, sans prendre en compte les revenus des travailleurs indépendants ?

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont signé en septembre 2023 la Charte créant l’Alliance des États du Sahel (AES). Ces trois pays ont annoncé leur retrait de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) le 28 janvier 2024.

Un article de Marc Raffinot, Économie du développement, Université Paris Dauphine – PSL et François Giovalucchi, Conseil Scientifique, Faculté des Sciences Sociales, Université Catholique de Madagascar (UCM).

Le général Tiani, chef de la junte nigérienne, a fait part le 11 février 20... Poursuivre la lecture

Le film Seul au monde (Cast away) contient plusieurs leçons économiques, mais la plus importante est la suivante : la plupart d'entre nous ne voit pas les miracles qui nous entourent.

Article original paru dans la Foundation for Economic Education.

 

Seul au monde et Robinson Crusoé

Seul au monde raconte l'histoire de Chuck Noland (Tom Hanks), analyste de systèmes chez FedEx obsédé par l'efficacité. Lors d'un voyage d'affaires, l'avion de Chuck s'écrase pendant une tempête. Il est le seul survivant et échoue sur une ... Poursuivre la lecture

Les élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet 2024 sont l’occasion pour les oppositions de la majorité présidentielle de… manifester leur opposition ! Pas étonnant que leurs programmes se ressemblent énormément.

 

Certes, les affiches sont différentes : un totem de gauche d’un côté, le Front populaire, un totem de droite de l’autre, le « national ».

Mais si on gratte un peu, c’est plutôt la ressemblance qui prime, avec le mythe du Front populaire, à droite comme à gauche.

Les oppositions sont ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles