La garde rapprochée d’Emmanuel Macron est toujours socialiste

Sur les 12 conseillers principaux de Macron, huit sont issus de la gauche et ont notamment sévi sous les précédents gouvernements socialistes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Emmanuel Macron BY EU2017EE (CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La garde rapprochée d’Emmanuel Macron est toujours socialiste

Publié le 23 février 2023
- A +

Par Philbert Carbon.
Un article de l’IREF

 

En décembre 2017, quelques mois après l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée, nous faisions le constat que dix de ses douze conseillers les plus proches – sa « garde rapprochée » – étaient socialistes.

Cinq ans après, qu’en est-il ? Si l’on prend les toujours douze conseillers qui forment le noyau dur du cabinet du président de la République, trois sont encore présents :

Alexis Kohler

Secrétaire général de l’Élysée, il a été directeur adjoint du cabinet de Pierre Moscovici et directeur de cabinet d’Emmanuel Macron à Bercy. Lors de ses études à Sciences Po, il militait chez les jeunes rocardiens.

Patrick Strzoda

Directeur de cabinet du président, il a été directeur de cabinet de Bernard Cazeneuve au ministère de l’Intérieur, puis à Matignon.

Bruno Roger-Petit

Conseiller mémoire (porte-parole lors de la précédente mandature), ex-journaliste, il a été membre du Parti socialiste et conseiller politique d’Arnaud Montebourg. Il a tenté à plusieurs reprises d’être investi par le PS, notamment pour les élections législatives de 2007.

Les neufs autres n’étaient pas présents il y a cinq ans, même s’ils ont pu rejoindre l’entourage du président dans le courant de son premier mandat :

Emmanuel Bonne

Conseiller diplomatique et sherpa des G7 et G20, il est un diplomate de carrière qui a rejoint le cabinet de François Hollande en 2012.

Pierre-André Imbert

Il occupe le poste de secrétaire général adjoint, a commencé à militer au Mouvement des jeunes socialistes à l’âge de 17 ans, puis il a rejoint le mouvement de Jean-Pierre Chevènement (où il rencontra Clémentine Autain). Il a été conseiller d’Henri Emmanuelli lorsque celui-ci était président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale. En 2012, il est dans l’équipe de Michel Sapin, ministre du Travail, puis dans celles de François Rebsamen et Myriam El Khomri au même ministère. Il s’implique ensuite dans la campagne d’Emmanuel Macron qui en fera son conseiller social en 2017, puis son secrétaire général adjoint en 2020.

Yannick Desbois

Directeur adjoint de cabinet, c’est un officier de l’armée de l’Air et de l’Espace, sans attaches politiques. connues.

Brice Blondel

Ce chef de cabinet était préfet avant de rejoindre l’Élysée en 2020. Il a été auparavant directeur adjoint de cabinet d’Annick Girardin, ministre des Outre-mer d’Emmanuel Macron après avoir été dans les gouvernements Valls et Cazeneuve sous Hollande.

Sibylle Samoyault

Elle occupe le poste de cheffe de cabinet adjointe. Architecte de formation, elle est devenue fonctionnaire puis préfète et n’a pas d’accointances politiques connues.

Vincent Caure

Également chef de cabinet adjoint, c’est un « bébé Macron », puisqu’il a été coordinateur des référents locaux du mouvement En Marche lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2017, dès sa sortie de l’École des Affaires publiques de Sciences Po Paris. Il sera ensuite chargé de mission en charge des réseaux sociaux à l’Élysée, directeur de cabinet de Gilles Le Gendre, président du groupe La République en Marche à l’Assemblée nationale, puis conseiller spécial du secrétaire d’État chargé des transports Jean-Baptiste Djebbari. En 2022, il a été chef de cabinet adjoint dans l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron pour l’élection présidentielle.

Tristan Bromet

Il porte le simple titre de conseiller, mais est en réalité le chef de cabinet de Brigitte Macron depuis 2017. Auparavant, il a passé 7 ans à la mairie de Paris, notamment comme responsable des relations publiques et conseiller au cabinet d’Anne Hidalgo.

David Djaïz

Conseiller en charge du Conseil national de la refondation, il est un haut fonctionnaire qui s’est engagé en 2011 auprès d’Arnaud Montebourg et a été membre de La Gauche populaire, un mouvement proche du parti socialiste.

Claire Le Deuff

Conseillère technique auprès du secrétaire général, elle a intégré l’écurie présidentielle après un stage auprès du conseiller en stratégie, prospective et discours du ministre de l’Intérieur en 2017. Elle sera ensuite collaboratrice d’un député de la majorité présidentielle, occupera divers postes au parti En Marche avant d’être conseillère auprès du ministre chargé des Transports en 2020 et 2021. Elle prendra ensuite part à la campagne électorale de 2022 avant d’intégrer l’Élysée.

 

Le cabinet d’Emmanuel Macron compte 39 autres membres dont il serait fastidieux de décliner le pedigree. En tout cas, sur les douze conseillers principaux du président, huit sont issus de la gauche et ont notamment sévi sous les précédents gouvernements socialistes (Blondel, Bonne, Bromet, Djaïz, Imbert, Kohler, Roger-Petit, Strzoda). Les quatre autres (Caure, Desbois, Le Deuff et Samoyault) n’ont pas eu d’engagement politique affirmé avant de rejoindre les équipes présidentielles. On peut dire que ce sont avant tout des macroniens, et donc, à notre sens, des socialistes.

On notera par ailleurs que le secrétaire général du parti présidentiel Renaissance, Stéphane Séjourné, est un ancien membre du cabinet présidentiel et qu’il a travaillé au cabinet de Jean-Paul Huchon, le président PS de la région Île-de-France, avant d’être conseiller parlementaire d’Emmanuel Macron lorsqu’il était ministre de l’Économie et des Finances.

Évoquons également le cas d’Elisabeth Borne, la Première ministre, qui a été dès le début des années 1990 conseillère au ministère de l’Éducation nationale auprès de Lionel Jospin puis de Jack Lang. Une fois à Matignon, Jospin en fera une de ses conseillères. Après un passage à la SNCF, elle sera recrutée par Bertrand Delanoë à la mairie de Paris pour être directrice générale de l’urbanisme. De 2014 à 2015, elle est directrice de cabinet de Ségolène Royal au ministère de l’Écologie. En 2017, après être passée par la RATP, elle intégrera le gouvernement d’Édouard Philippe.

Enfin, autre personnalité clé du pouvoir, la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet. Après avoir toujours voté PS comme elle l’a elle-même déclaré – elle a été trésorière de la section du Parti socialiste à Tokyo où elle était expatriée dans les années 2000 –, elle a rejoint le parti d’Emmanuel Macron en 2016 et se fera élire députée des Yvelines en 2017. Elle sera présidente de la commission des lois de l’Assemblée nationale entre 2017 et 2022.

Le quotidien Libération titrait le 27 octobre 2022, « Macron est de droite, il n’y a que la droite qui ne le sait pas ». À vrai dire, nous étions davantage convaincus par l’article du 24 février 2017 du même journal qui affirmait qu’Emmanuel Macron s’inscrivait « dans la continuité plus que dans la rupture avec le quinquennat de François Hollande ».

Ce qui est certain en tout cas, c’est que Macron n’est pas libéral comme nous nous efforçons de le démontrer chaque jour.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « On peut dire que ce sont avant tout des macroniens, et donc, à notre sens, des socialistes. »
    …..
    – Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
    – Je n’en ai point.
    – C’est donc quelqu’un des tiens :
    Car vous ne m’épargnez guère,
    Vous, vos bergers, et vos chiens.
    On me l’a dit : il faut que je me venge.
    Là-dessus, au fond des forêts
    Le Loup l’emporte, et puis le mange,
    Sans autre forme de procès.

    -2
  • Le quotidien Libération titrait le 27 octobre 2022, « Macron est de droite, il n’y a que la droite qui ne le sait pas ». À vrai dire, nous étions davantage convaincus par l’article du 24 février 2017 du même journal qui affirmait qu’Emmanuel Macron s’inscrivait « dans la continuité plus que dans la rupture avec le quinquennat de François Hollande ».
    Ce qui est certain en tout cas, c’est que Macron n’est pas libéral comme nous nous efforçons de le démontrer chaque jour.
    ……
    Une Chauve-Souris donna tête baissée
    Dans un nid de Belette ; et sitôt qu’elle y fut,
    L’autre, envers les souris de longtemps courroucée,
    Pour la dévorer accourut.
    « Quoi ? vous osez, dit-elle, à mes yeux vous produire,
    Après que votre race a tâché de me nuire!
    N’êtes-vous pas Souris ? Parlez sans fiction.
    Oui, vous l’êtes, ou bien je ne suis pas Belette.
    – Pardonnez-moi, dit la pauvrette,
    Ce n’est pas ma profession.
    Moi Souris ! Des méchants vous ont dit ces nouvelles.
    Grâce à l’Auteur de l’Univers,
    Je suis Oiseau ; voyez mes ailes :
    Vive la gent qui fend les airs!  »
    Sa raison plut, et sembla bonne.
    Elle fait si bien qu’on lui donne
    Liberté de se retirer.
    Deux jours après, notre étourdie
    Aveuglément se va fourrer
    Chez une autre Belette, aux oiseaux ennemie.
    La voilà derechef en danger de sa vie.
    La Dame du logis avec son long museau
    S’en allait la croquer en qualité d’Oiseau,
    Quand elle protesta qu’on lui faisait outrage :
    « Moi, pour telle passer! Vous n’y regardez pas.
    Qui fait l’Oiseau ? c’est le plumage.
    Je suis Souris : vivent les Rats !
    Jupiter confonde les Chats !  »
    Par cette adroite repartie
    Elle sauva deux fois sa vie.
    Plusieurs se sont trouvés qui, d’écharpe changeants
    Aux dangers, ainsi qu’elle, ont souvent fait la figue.
    Le Sage dit, selon les gens :
    « Vive le Roi, vive la Ligue. « 

  • Moralité :
    L’IREF est plus tank que think !

    -2
  • Un président qui a osé fermer la moitié des commerces pour sauver nos vies n’est pas libéral.
    Un président qui distribue des chèques à tout va n’est pas libéral.
    Un président qui censure les médias qui lui sont hostiles n’est pas libéral.

  • Y a-t-il en France un seul politicien de droite ? Non, tous sont socialistes puisque les gueux veulent rester pauvres et assistés. Il en résulte que, désormais, pour être élu, être socialiste ne suffit plus. Il faut être encore plus à gauche. C’est à dire stalinien comme Mélenchon pour que les gueux mendient pour vivre.

  • Je constate qu’aucun n’a la moindre expérience du privé, à par le stage obligatoire de fin d’études, dans une boite nationalisée si possible, grâce au piston de papa, et encore pour faire des photocopies ou peaufiner une presentation powerpoint, et ils vont vous expliquer comment gérer les affaires de la France et du monde?

    • Ils ne vont pas nous expliquer comment gérer les affaires de la France, ils les gèrent et avec un déficit abyssale de 3.000 milliards s’il vous plaît.
      Ils gèrent aussi EDF, SNCF, RATP avec des déficits plus colossaux chacun que le meilleur bénéfice de la meilleure entreprise du CAC40.
      C’est ça LA FRANCE, Monsieur. Une bonne entreprise est une entreprise en déficit.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

Remis au goût du jour par Édouard Balladur, un maître en matière de style français, le mocassin à pampilles (ou à glands), fit florès dans les années 1980 quand, au milieu du mitterrandisme triomphant, les libéraux espéraient renverser la vapeur et se montraient volontiers plus Thatcher que Bérégovoy. Si certaines illusions furent dissipées, le mocassin à pam... Poursuivre la lecture

Il y a bien un déclin de la France au niveau de l’Europe et du monde, et une tentative de contrôle toujours grandissant de la Commission européenne sur les politiques nationales.

Selon Georgina Wright, « il faudrait déplorer à la fois le déclin du poids de la France au sein de l’Union européenne et la mainmise de Bruxelles sur la politique menée par Paris ».

Dans un article publié par Le Monde, Georgina Wright, directrice à l’Institut Montaigne déplore que les Français considèrent, à tort, que l’Europe serait la cause du « d... Poursuivre la lecture

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

Rendue célèbre par la chanson de Metallica, Dont’t tread on me (« ne me marche pas dessus », « ne me foule pas aux pieds »), l’expression est devenue la devise du mouvement libertarien.

Il s’agit du fameux Gadsgen Flag, avec le serpent à sonnette, qui trouve ses origines dans la Révolution américaine.

Ce serpent est dessiné par Benjamin ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles