RIP, Yuri Maltsev

Yuri Maltsev était membre d’une équipe économique de haut niveau qui a travaillé sur le paquet de réformes du président Mikhail Gorbachev, la perestroïka.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

RIP, Yuri Maltsev

Publié le 2 février 2023
- A +

Par David Gordon.

 

Je suis désolé de devoir annoncer le décès de Yuri Maltsev. Il était professeur d’économie au Carthage College dans le Wisconsin. Il a occupé divers postes au gouvernement et dans la recherche à Moscou, en Russie. Avant de faire défection aux États-Unis en 1989, il était membre d’une équipe économique de haut niveau qui a travaillé sur le paquet de réformes du président Mikhail Gorbachev, la perestroïka. Avant de s’installer dans le Midwest, il a été chercheur principal à l’Institut de la paix des États-Unis à Washington, DC, une agence de recherche fédérale américaine.

Son travail consistait à informer les membres du Congrès et les hauts fonctionnaires de l’exécutif sur des questions de sécurité nationale et d’évaluation économique et militaire étrangère. Il a également témoigné devant le Congrès américain et est apparu sur CNN, PBS NewsHour, C-SPAN, CBC et d’autres programmes de télévision et de radio américains, canadiens, espagnols, sud-africains et finlandais. Il a écrit et coécrit quinze livres et plus d’une centaine d’articles. Il a reçu le Luminary Award de la Free Market Foundation et a été Senior Fellow du Mises Institute.

J’ai rencontré Yuri pour la première fois lors d’une conférence Mises au début des années 1990 et j’ai été immédiatement frappé par sa chaleur et sa bonne humeur. Lors de ses fréquentes interventions lors des événements Mises, il offrait un regard de l’intérieur sur les échecs de la planification socialiste, présentant de manière vivante l’argument du calcul de Ludwig von Mises devant son public, et pour cela il était très apprécié par Murray Rothbard. Maltsev a enseigné pendant de nombreuses années à l’université Mises, où il était très populaire auprès des étudiants et a noué des amitiés durables avec un certain nombre d’entre eux.

Yuri aimait la vie et avait toujours des histoires drôles à raconter sur les nombreuses aventures de sa vie et sur les personnes qu’il avait connues, comme l’économiste russe Yegor Gaidar, qu’il appelait l’économiste le plus gros du monde. Il a un jour sorti de son manteau les six ou sept passeports qu’il utilisait, dont beaucoup portaient des noms différents. Mais derrière son humour se cachait une dévotion constante pour le marché libre et la liberté individuelle.

Ces dernières années, il a dû faire face à de graves problèmes de santé mais il a toujours réussi à les surmonter, et ses amis pensaient qu’il était indestructible. Il va me manquer.

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dimanche 9 juin, en marge de son voyage en France, le président des États-Unis Joe Biden a indiqué avoir trouvé avec Emmanuel Macron un accord sur l’utilisation des bénéfices produits par les avoirs russes gelés depuis le début de la guerre en Ukraine. La question est d’importance, car les sommes concernées sont estimées à 260 milliards d’euros. Il n’est donc guère étonnant que le sujet figure explicitement à l’agenda du prochain G7 organisé du 13 au 15 juin à Borgo Egnazia, en Italie.

 

En mai 2024, les pays de l’Union eu... Poursuivre la lecture

Le 21 mai 2024, les ministres aux Affaires européennes de tous les États-membres de l’Union européenne ont acté le principe de l’emploi des revenus générés par les avoirs russes confisqués au profit de l’armement et de la reconstruction de l’Ukraine. Une solution simple qui amène cependant à craindre un précédent fâcheux pour l’économie mondiale et une défiance accélérée des pays à économie émergente vis-à-vis du bloc occidental.

 

L’Ukraine, un conflit polarisant

Les relations russo-ukrainiennes sont très compliquées depui... Poursuivre la lecture

La masse monétaire augmente à nouveau et la persistance de l'inflation des prix n'est pas une surprise. L'inflation des prix se produit lorsque la quantité de monnaie augmente de manière significative au-delà de la demande du secteur privé. Pour les investisseurs, la pire des décisions dans ce contexte de destruction monétaire est d'investir dans des obligations souveraines et de conserver des liquidités. La destruction du pouvoir d'achat de la monnaie par le gouvernement est une politique, pas une coïncidence.

Article original paru su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles