Peut-on aborder les relations internationales avec une perspective libérale ?

« Peut-on aborder les relations internationales avec une perspective libérale ? », conférence en ligne avec Jean-Baptiste Noé le 13 décembre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Peut-on aborder les relations internationales avec une perspective libérale ?

Publié le 8 décembre 2022
- A +

Conférence en ligne « Peut-on aborder les relations internationales avec une perspective libérale ? »

Avec Jean-Baptiste Noé, rédacteur en chef de la revue de géopolitique Conflits et directeur d’Orbis géopolitique. Il est docteur en histoire (Sorbonne-Université). Son dernier ouvrage Le Déclin d’un monde vient de sortir aux éditions L’artilleur. La conférence en ligne aura lieu mardi 13 décembre 2022, à 18 h 30.

Une conférence de l’Institut Libéral, depuis la Suisse.

« Peut-on aborder les relations internationales avec une perspective libérale ? ».

C’est la question à laquelle nous tenterons de répondre lors de cette conférence en ligne, avec le rédacteur en chef de la revue de géopolitique Conflits, Jean-Baptiste Noé. En partant de la théorie, pour mieux répondre aux défis du moment qui se posent notamment dans le cadre de la situation de guerre en Ukraine.

Depuis le début des hostilités en février, plusieurs interrogations ont (re)fait surface :

Quelle place pour les individus dans les relations internationales ?
Est-il possible d’identifier des « intérêts nationaux » au nom desquels l’État intervient sur la scène internationale ?
L’État est-il légitime à empiéter sur la liberté du commerce au nom d’« intérêts nationaux » ?

 

Une conférence en ligne pour mieux comprendre l’actualité et les défis actuels

Cette conférence en ligne a pour objectif de vous aider à mieux comprendre les affrontements et les guerres d’aujourd’hui, dans la diversité de leur nature et de leurs déroulements. Ainsi que de vous intéresser au rôle joué par la liberté et aux différentes réponses ou approches libérales qui peuvent exister pour y faire face dans le but de mieux comprendre le monde qui nous entoure et les nouveaux défis qui émergent. Car pour incarner une alternative et être crédible aux yeux du grand public, le libéralisme du XXIe siècle devra assurément apporter des réponses concrètes à ces questions.

Inscription obligatoire : lien pour s’inscrire à la conférence du mardi 13 décembre 2022

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
calepin et stylo
6
Sauvegarder cet article

Par Tonvoisin.

 

"Mon cœur s'est noyé dans l'océan de tes rêves !

Au loin, le temps, la vie des vagues silencieuses,

se brisait en cadence sur l'absence de trêve

Et le monde riait ! La folie est joyeuse !

 

J'aurais vécu pour rire dans un monde à pleurer

sans mépriser mes juges de ma peine cruelle

Enfant je suis, enfant je meurs. Me faut-il expliquer ?

La tristesse des autres est ma seule étincelle !

 

Je me croyais vivant et soudain je suis mor... Poursuivre la lecture

Si vous défendez en France le libéralisme classique vous êtes rapidement soumis à un exercice pénible. Face à l’ignorance de votre auditoire, vous êtes contraint d’expliquer les « droits naturels », de remonter à l’humanisme et à l’école de Salamanque, de justifier laborieusement que le libéralisme n’est pas que le marché et la concurrence loyale. Ni le capitalisme de connivence.

Définir facilement le libéralisme est si malaisé que beaucoup commencent par expliquer « ce qu’il n’est pas ».

Bref, en invoquant le libéralisme, vous ... Poursuivre la lecture

Faisant face à une popularité en chute libre, la Première ministre travailliste néozélandaise Jacinda Ardern a récemment démissionné de son poste. Alors que les politiciennes habituelles la défendront bec et ongle contre le « sexisme, » les libéraux sensés se réjouiront de la démission de ce tyran, quel que soit son sexe.

Rassurez-vous, le mot n’est pas utilisé à la légère. Comme trop de gouvernement « libéraux », Ardern a fortement restreint la liberté de mouvement de « sa » population durant la pandémie. Malheureusement, elle a pris ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles