Twitter abandonne la croisade maladroite contre la « désinformation »

Musk refuse de participer avec Twitter au projet de l’administration Biden contre la « désinformation » COVID-19, et c’est un signe d’espoir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Screenshot 2022-04-15 at 14-38-48 Elon Musk talks about his Twitter use on 60 Minutes in 2018 - YouTube

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Twitter abandonne la croisade maladroite contre la « désinformation »

Publié le 6 décembre 2022
- A +

Par .

 

Twitter a récemment annoncé qu’il n’appliquerait plus son interdiction des « fausses informations liées au Covid-19 », une catégorie définie de manière floue allant des affirmations de faits manifestement fausses aux déclarations vraisemblables ou vérifiables jugées « trompeuses » ou contraires aux « conseils de sources faisant autorité en matière d’information sur la santé publique mondiale et locale ».

Le changement de politique remarqué pour la première fois par les utilisateurs environ un mois après qu’Elon Musk a finalisé son acquisition de la société est conforme à son engagement en faveur d’une modération plus légère et d’un débat plus libre. Mais selon le Washington Post, des « experts » avertissent que « cette décision pourrait avoir de graves conséquences au milieu d’une pandémie encore mortelle ».

Cette crainte a toujours été la justification pour restreindre ce que les gens peuvent dire du covid sur les médias sociaux et elle n’est en aucun cas sans fondement. Si par exemple de fausses allégations dissuadent les personnes médicalement vulnérables de se faire vacciner ou encouragent l’utilisation de traitements inefficaces et potentiellement dangereux les conséquences pourraient effectivement être graves. Mais les politiques comme celle que Musk a abandonnée présentent deux problèmes croisés : la désinformation est un concept intrinsèquement nébuleux, et les efforts privés pour la supprimer sur une plateforme donnée sont fortement influencés par la pression gouvernementale.

Les restrictions légales sur les discours liés au covid allant au-delà des exceptions reconnues telles que la fraude et la diffamation seraient tout simplement inconstitutionnelles. Mais les responsables gouvernementaux peuvent obtenir des résultats similaires en exigeant publiquement et en privé que les entreprises de médias sociaux fassent davantage pour freiner la propagation de la « désinformation ».

Ces demandes impliquent non seulement une application plus vigoureuse des règles existantes mais aussi des définitions élargies des discours inacceptables. Les plateformes comme Twitter, Facebook et YouTube sont fortement incitées à se conformer à ces « demandes », compte tenu de tous les moyens dont disposent les fonctionnaires mécontents pour leur rendre la vie difficile par le biais de la fustigation, de la réglementation, des litiges et de la législation. Dans la mesure où les entreprises adoptent des pratiques de modération plus strictes qu’elles ne le feraient autrement, le résultat est une censure par procuration.

C’est exactement ce à quoi nous assistons, après une plainte pour atteinte au Premier amendement déposéee en mai dernier par Jeff Landry, procureur général de Louisiane et Eric Schmitt, procureur général du Missouri. La découverte de cette affaire a révélé des courriels montrant à quel point les dirigeants des entreprises de médias sociaux étaient désireux d’apaiser les fonctionnaires fédéraux en supprimant les discours qu’ils considéraient comme une menace pour la santé publique.

Twitter semble avoir entretenu des relations particulièrement étroites avec les chasseurs de désinformation du gouvernement.

Un message de Twitter adressé le 8 avril 2021 aux Centers for Disease Control and Prevention (CDC) indique :

« J’ai hâte de mettre en place des discussions régulières. Mon équipe a demandé des exemples de contenus problématiques afin que nous puissions examiner les tendances ».

Twitter a rapidement répondu aux suggestions de censure du gouvernement.

Un responsable de Twitter a déclaré dans un courriel adressé le 16 avril 2021 au CDC :

« Merci beaucoup pour cela. Nous avons pris des mesures (en étiquetant ou en supprimant) les Tweets en violation de nos règles ».

Le message, qui était intitulé « Demande de comptes à problèmes », était conclu par des salutations « les plus chaleureuses ».

Le même jour, l’assistant adjoint du président, Rob Flaherty, a envoyé à ses collègues un courriel concernant un « Briefing Twitter VaccineMisinfo » sur Zoom. M. Flaherty a déclaré que Twitter informerait « le personnel de la Maison Blanche » sur « les effets tangibles des récents changements de politique, les interventions actuellement mises en œuvre en plus des changements de politique précédents et les façons dont la Maison Blanche (et nos experts covid) peuvent s’associer au travail sur les produits ».

De même, Facebook s’est empressé de rentrer dans le rang, surtout après que le président Joe Biden a accusé la plateforme de « tuer des gens » en permettant la diffusion de messages anti-vaccination. Ces critiques ont été couplées à des éloges aux entreprises ayant adhéré à ce que voulait l’administration Biden. « Dans un avis adressé aux plateformes technologiques, note CNN, le Dr Vivek Murthy, chirurgien général des États-Unis, a cité les règles de Twitter comme un exemple de ce que les entreprises devraient faire pour combattre la désinformation. »

Cet avis du 2021 juillet publié la veille de l’accusation d’homicide portée par Biden contre Facebook, appelle à un effort de « l’ensemble de la société », incluant éventuellement des « mesures juridiques et réglementaires », pour combattre la « menace urgente pour la santé publique » que représente la « désinformation en matière de santé ». La définition que donne Murthy de la désinformation est alarmante par son ampleur et sa subjectivité.

« Définir la désinformation est une tâche difficile et toute définition a des limites », a écrit le chirurgien général. « Une question clé est de savoir s’il peut y avoir un point de repère objectif pour déterminer si quelque chose est qualifié de désinformation. Certains chercheurs soutiennent que pour être considéré comme tel, un élément doit aller à l’encontre du « consensus scientifique ».

D’autres considèrent que la désinformation est une information allant à l’encontre des « meilleures preuves disponibles ».

Les deux approches reconnaissent que ce qui est considéré comme de la désinformation peut changer au fil du temps en fonction des nouvelles preuves et du « consensus scientifique. » Le présent avis préfère le critère des « meilleures preuves disponibles » car les affirmations peuvent être très trompeuses et préjudiciables même si les données scientifiques sur une question ne sont pas encore établies. »

La politique de Twitter désormais supprimée, et que Murthy a citée comme modèle, s’en remettait de même au consensus officiellement reconnu.

L’entreprise a déclaré :

« Nous avons élargi notre définition du préjudice pour traiter les contenus allant directement à l’encontre des conseils de sources faisant autorité en matière de santé publique mondiale et locale. Nous appliquons cette mesure en étroite coordination avec des partenaires de confiance, notamment les autorités de santé publique et les gouvernements et nous continuons à utiliser et à consulter les informations de ces sources lors de l’examen du contenu. »

Selon ce critère, toute expression de désaccord avec les recommandations officielles pourrait être considérée comme de la désinformation.

Twitter a explicitement interdit « les déclarations visant à influencer les autres à violer les conseils recommandés par les autorités sanitaires mondiales ou locales en matière de covid afin de réduire la probabilité d’exposition de au virus ». Elle mentionne spécifiquement les conseils sur l’utilisation du masque et la distanciation sociale, qui soulèvent tous les deux des questions scientifiquement et politiquement controversées, surtout lorsque les conseils inspirent des mesures réglementaires.

La remise en question des avantages du port généralisé du masque relève-t-elle de la désinformation ? (oui, selon Twitter.) Qu’en est-il du fait de concéder l’efficacité des masques N95 correctement portés tout en décrivant les masques en tissu couramment utilisés comme inefficaces ? (également de la désinformation, selon YouTube.)

Si le critère est de contredire les conseils officiels, la remise en question du fondement scientifique de l’obligation de porter des masques dans les écoles ou de maintenir une distance spécifique avec les autres pourrait également être considérée comme de la désinformation. Même le fait d’affirmer que les coûts des confinements sont supérieurs à leurs avantages pourrait être considéré comme une désinformation puisque ces politiques visent à imposer une distance sociale.

Des personnes raisonnables et bien informées peuvent être et sont en désaccord sur ces questions à partir d’évaluations différentes des « meilleures preuves disponibles », ce qui, selon Murthy, est la clé pour distinguer la désinformation d’un discours acceptable. Et quel que soit le point de vue correct aujourd’hui, il pourrait être différent demain. Comme le concède M. Murthy, « ce qui est considéré comme de la désinformation peut changer au fil du temps en fonction des nouvelles preuves et du consensus scientifique. »

Au cours de la pandémie de covid, les idées reçues sur des sujets tels que l’utilité des masques en tissu, la bonne distanciation sociale, les périodes d’isolement, l’intubation des patients et l’efficacité des vaccins pour prévenir la transmission du virus ont changé à plusieurs reprises en fonction des nouvelles preuves. Ce processus serait impossible si chaque écart par rapport au « consensus scientifique » était jugé intolérable.

Heureusement, ni Twitter ni aucune autre entreprise n’a le pouvoir d’imposer une telle conformité dans tout le pays. Grâce au Premier amendement, le gouvernement n’a pas non plus ce pouvoir. La croisade maladroite de l’administration Biden contre la « désinformation » covid vise néanmoins à réduire la diversité des opinions exprimées sur les principales plateformes de médias sociaux, en encourageant des politiques qui assimilent tous les sceptiques et les dissidents à des fêlés et des charlatans. Quoi que l’on puisse penser des autres changements apportés par Musk à Twitter, son refus de participer à ce projet est un signe d’espoir.

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Il paraîtrait qu’en France il y a encore une cinquantaine de morts du Covid par jour. J’ai cherché sur tous les sites de santé publique France pour connaître la répartition de ces décès .
    Il est impossible de savoir quel est le pourcentage des personnes qui décèdent actuellement du Covid qui ont été vaccinées. Ça serait intéressant de savoir quelle est la répartition des décès de ceux qui ont reçu 0, 1,2, 3,4, ou même 5 doses(si,si il y en a).
    Ainsi que ceux qui ont déjà eu le Covid, et pour l’ensemble la répartition par classe d’âge. Si les personnes qui décèdent n’étaient pas vaccinées , ça ferait la Une de tous les journaux d’état, mais je pense que la statistique est tellement mauvaise pour le vaccin pour la protection des personnes à risques que ces chiffres vont rester secret d’état.

    • Cherchez un truc comme « Statut vaccinal des personnes testées ou hospitalisées avec Covid-19 ». Vous n’aurez peut-être pas des chiffres très récents, mais il est parfaitement clair pour les rares lecteurs qui savent à quoi correspond un taux d’incidence que le système hospitalier français ne tiendrait pas en l’absence de vaccination. Ainsi, la vaccination divise à peu près par deux le risque de devoir être hospitalisé. Il y a 80% de la population vaccinée. Le nombre de lits nécessaires serait donc augmenté de 66% si personne ne l’était. Les malades covid occupent aujourd’hui 21.6% des lits de réa (1114), et les services sont saturés. Donc sans vaccination, les lits supplémentaires auraient été trouvés en laissant crever 740 personnes. Par semaine, puisque c’est la durée moyenne d’un séjour en réa. Bon, c’est sûr, certains vont dire l’on ne va pas mourir de laisser crever 3000 personnes par mois…

      • Et pour revenir au sujet de l’article, il est très ennuyeux que la grande majorité ne cherche pas sur Twitter ou ailleurs des éléments à partir desquels se faire une opinion, avec ce genre de calcul de coin de table, mais des points de chipotage pour faire de la pub à leurs opinions gratuites, préconçues et souvent totalement déconnectées des véritables problèmes.

      • Et je précise que j’ai volontairement été très conservatif. Les risques sont divisés par 2 à 5, les durées d’hospitalisation en réa sont de 3 à 8 jours, etc…

      • Pour vous résumer, une surchage de 14% des services de réa entraineraient la mort de ces 14%. Cela ne peut signifier que le système est déjà débordé et à bout de souffle, car aucune marge de manœuvre n’existe. C’est tout à fait plausible, mais cela signifie qu’il y a des problèmes bien plus profonds que de la désinformation sur le vaccin covid…

        • Ben oui. Avez-vous récemment, vous-même ou un proche, été hospitalisé en réa, et pu constater combien, malgré le dévouement de certains, le système est proche de la rupture ? Moi, oui. Et je rappelle que 14% est un minimum. Les chiffres sont difficiles à interpréter car il y a beaucoup de personnes âgées dont on ne sait pas si elles n’auraient pas été en réa même sans covid. Une réduction du risque d’un facteur 7 (vaccin complet pour les tranches d’âge de 40 à 79 ans) et une durée de séjour en réa de 3 à 4 jours seraient plus réalistes, mais pourraient focaliser des polémiques. On arrive alors à un besoin de 40% correspondant à plus de 15000 personnes par mois.
          Les médias servent à focaliser la polémique sur le vaccin ou les masques, quand le problème est notre système médical. Il n’y a pas vraiment de désinformation sur le vaccin, il y a une dissimulation du véritable problème hospitalier. Il y a aussi une absence de sens réaliste chez le Français, qui sous-estiment grandement la signification d’une réduction du risque d’un facteur 2 ou plus.

      • Pour mon compte, je ne suis pas du tout convaincu par tous ces chiffres (DREES, Santé Publique France) qui sont complètement biaisés par le fait qu’ils utilisent le statut « testé Covid » pour déterminer leurs conclusions (en plus du fait que l’histoire a montré que la DREES et les statistiques, cela fait DEUX !).
        Le biais principal est que le « test Covid » n’est en aucun cas un indicateur de la cause de l’hospitalisation, réanimation ou décès) et que aucune autre épidémie à infection respiratoire n’utilise les tests pour ses propres statistiques, ce qui empêche toute comparasion du Covid avec la grippe ou d’autres infections Coronavirus. Chacun sait qu’un accidenté de la route n’est pas mort du Covid, même s’il a été testé positif avant, et pourtant ce genre de décès a parfois été déclaré Covid (et pas seulement en Belgique).
        Les statistiques ATIH de 2020 faisaient mention de 30% de gens rentrant à l’hôpital pour d’autres causes que le Covid, puis déclarés Covid ensuite au cours de leur hospitalisation parce qu’on leur avait fait un test PCR positif ! En outre, les hôpitaux en France étaient « incités » à déclarer les malades au statut Covid parce que les « actes » correspondants rapportaient plus !!
        Comment voulez-vous, à partir de ces comptages biaisés, sortir des statistiques fiables ? C’est exactement le même problème qu’avec l’épidémie elle-même qui a commencé par compter les décès (en mars-avril 2020 quand on ne savait pas faire des tests sauf à l’IHU) et a fini par compter les « cas » : on a donc eu des épidémies de « cas » (ou vagues) !! Tout cela pour s’apercevoir que la « vague » de mars-avril 2020 avait fait le même nombre de décès (toutes causes) que celle de la grippe 2017 (15/12/2016 – 15/02/2017) sur 65 jours de durée (environ 131.000/132.000) et que, en corrigeant du vieillissement et de l’accroissement de la population, on arrivait à 8.000 décès de plus pour la grippe 2017…
        La seule solution fiable est celle qui a toujours été utilisée pour toutes les épidémies respiratoires antérieures, dont la grippe, et qui consiste à étudier les surmortalités en examinant le nombre total de décès toutes causes.
        Il est d’ailleurs étonnant que nos autorités sanitaires se refuse à faire ce décompte sérieusement d’une part et se refuse à donner les statistiques de décès toutes causes associés au statut vaccinal.
        Il paraît que cela ait été demandé par un épidémiologiste (complotiste?), Laurent Toubiana, et que cela lui ait été refusé par notre administration, alors qu’il semble (?) qu’elle soit capable de produire ces données.
        Une fois que l’on a les statistiques sur les décès, on en déduit normalement les mêmes rapports pour hospitalisations/réas, sans avoir besoin de comptages Covid « foireux » !

      • Si vous ciblez la population sans risque, cela ne pas changer beaucoup vos statistiques… Et dès le début, la population à risque a été clairement identifiée… Mais dans sa bonté, le gouvernement a choisi de prioriser sa démarche sur les « autres » (les « sans risques ») ; stratégie JAMAIS utilisée lors d’une épidémie dans toute l’histoire (depuis la connaissance de la médecine bien entendu)…

    • vous auriez ce seul pourcentage…

      l’alpha et l’omega des mesures est d’éviter le débordement hospitalier;. pas de sauver des gens ou d’agirt vraiment sur la mortalité… c’est le choix arbitraire du gouvernement…. approuvé par pas mal de personnel de santé… et par beaucoup de français par dessus le marché;.. surtout ceux qui ont besoin de l’hosto!!!

      la vraie question est alors de savoir si le vaccin diminue les hospitalisations..

      et par dessus le marché..au moment où la vaccination été proposée et avec la durée d’efficacité connue.. on vaccine pour la grippe tous les ans!!! fondamentalement les chiffres actuel on s’en fout..pas l’objet..

      alors pour moi c’est un peu bizarre car la vaccination trouve sa raison d’etre non dans la mortalité générale mais le fait que les hôpitaux tiennent le coup, tandis que sa contestation tient dans les effets secondaires… impact sur la longévité des vaccins.. vs…. morts pouvant être liées à un débordement hospitalier…

      qu’on aime ou pas..c’est ainsi…
      le véritable choix gouvernemental EST d’éviter le débordement hospitalier pas les morts du covid.. ou les morts tout court… parce qu’ils sont responsables des hôpitaux donc des morts lies à un problème hospitalier..

      la santé publique n’est par réductible à un critère de décision..

      il faut en choisir un pour prétendre avoir une politique de santé..
      le gouvernement se fiche donc du comptage des morts !!! puisque ce qu’il craint c’est les morts qui adviennent « à la porte fermée des hôpitaux!!!!

      ce n’est pas une dictature sanitaire!!! ça ne signifie rien.. c’est une « dictature  » pour ne pas être désigné responsables.. éventualité qui d’ailleurs n’existe que parce qu’ils expliquent en longueur et en travers qu’ils gèrent TOUJOURS au mieux… alors que la sagesse populaire sait que les merdes arrivent.. et qu’on peut pas tout prévoir…

      sauver leur image…

      et ça se reproduit en somme pour la fourniture de courant électrique…

  • Certains chercheurs soutiennent que pour être considéré comme tel, un élément doit aller à l’encontre du « consensus scientifique »: Le point problématique, c’est que toute nouvelle découverte va à l’encontre du consensus. Donc toute recherche est potentiellement de la désinformation (enfin, seulement celle qui aboutit!), étrange point de vue pour des chercheurs…

    • Le consensus scientifique est une invention politicienne. En sciences, il n’y a que des assertions réfutées et non réfutées. Le nombre de personnes qui soutiennent une assertion qui n’a pas été réfutée ne donne aucune indication sur son devenir futur. Sera-t-elle réfutée ou bien sera-ce son contraire qui sera réfuté, la prouvant ainsi, rien ne permet de le dire. Le rôle des médias et des réseaux devrait être de mieux poser ces questions, et d’inciter les chercheurs à s’y atteler en en soulignant les enjeux et en en faisant des sujets de discussions ou de polémiques. La désinformation commence là où on prétend que « science is settled » quand elle ne l’est pas.

  • Sans contradicteurs il n’y pas de vérités Possibles espérons qu’il tienne, faut pas laisser la liberté nous échapper. Un fait qui devrait vous alerter, on peut vous transfuser du sang contaminé par le vaccin tueur… Ou le vih, ils s’en foutent du moment qu’il y a des morts. Ils n’ont pas encore admis que ces vaccins ne servent rien qu’a tuer les bien portants, merci bill, sûrement pas vacciné et d’ailleurs, n’a jamais eut le covid, pas comme les vaccines….. Tous.
    ..

  • Dans le proverbe « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis », des fois, il est plus intéressant d’être considéré comme l’imbécile avec le bon avis dès le début…

  • le problème est le soutien de « scientifiques. ».. donc l’incarantion de la science …

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Si vous pensez que les politiques paniques et opportunistes en matière de pandémie ont aspiré la liberté des gens au cours des dernières années, vous avez raison ! Alors que les dirigeants politiques du monde entier serrent depuis longtemps la vis à leurs populations qui souffrent, le covid a donné à un trop grand nombre d'entre eux une excuse pour accélérer le processus. Selon la dernière édition de l'indice de liberté humaine, publié par le Cato institute et le Fraser institute canadien, cela rend la vie pire pour presque tout le monde.

... Poursuivre la lecture

L'endettement des administrations publiques doit aujourd’hui atteindre les 3000 milliards d’euros, soit 44 280 euros par Français. Le déficit du budget de l’État s'est élevé à 156 milliards d’euro en 2022. Plus de la moitié de la production de valeur, soit 59,2% du PIB, est consacré aux dépenses publiques, auquel il faudrait ajouter les chiffres des diverses entreprises (EDF, Engie, ADP, Airbus, Renault…) dont l’État est actionnaire à hauteur estimée de 125 milliards d’euros, valeur purement théorique vu que ces entreprises cumulent un endett... Poursuivre la lecture

Une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux semble accuser Pfizer de développer des mutations sur le Covid-19 pour développer des vaccins.

Let’s see 30M

Share, retweet, and embed this video!

This story is far from over. pic.twitter.com/xaRvlD5qTo

— Project Veritas (@Project_Veritas) February 1, 2023

Filmé en caméra cachée par l’organisation conservatrice Project Veritas, un cadre de l’entreprise pharmaceutique y explique à son interlocutrice quatre choses intéressantes sur la p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles