Centres de progrès (21) : Bologne (Universités)

Présentation de la ville qui a été la pionnière du modèle universitaire de l’enseignement supérieur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo by Dom Fou on Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Centres de progrès (21) : Bologne (Universités)

Publié le 27 novembre 2022
- A +

Par Chelsea Follett

Notre vingt-et-unième Centre de progrès est Bologne, où est situé la première université (telle qu’elle est communément reconnue) qui se trouve être aussi la plus ancienne en activité dans le monde aujourd’hui. L’université de Bologne, dont on dit traditionnellement qu’elle a été fondée en 1088, a été la première institution à décerner des diplômes et à promouvoir l’enseignement supérieur à la manière d’un collège ou d’une université moderne.

Aujourd’hui, Bologne est la septième ville la plus peuplée d’Italie et compte plus d’un million d’habitants. Le symbole de la ville est le Due Torri (les deux tours), des structures en pierre qui pourraient dater de 1109 et 1119, respectivement (en raison de la rareté des documents relatifs à cette période, les dates exactes de construction restent un peu mystérieuses). Bien qu’il ait été endommagé par un bombardement en 1944, le centre historique de Bologne est resté en grande partie intact. Avec ses 350 hectares, il constitue la deuxième plus grande étendue d’architecture médiévale d’Europe. Les principales places historiques sont dominées non pas par des statues de généraux ou de personnalités politiques mais par des tombes et des monuments commémoratifs de professeurs médiévaux. Bien que moins populaire auprès des touristes que Florence, Venise ou Rome, Bologne possède une industrie touristique en plein essor. Parmi les autres industries locales importantes figurent l’énergie, les machines, le raffinage et le conditionnement des produits agricoles locaux, la mode et l’automobile. La ville est le siège de Ducati, une entreprise de motos, et de Lamborghini, qui produit des voitures de sport de luxe.

La ville a trois surnoms.

La Rossa (la rouge) pour son architecture médiévale étonnante, caractérisée par des toits rouges et de longs portiques en terre cuite rouge, protégés par l’UNESCO, qui permettent de traverser une grande partie de la ville tout en restant à l’ombre (Bologne a également la réputation d’être une ville politique de gauche, ce qui donne à ce surnom un double sens).

La Dotta (la savante) pour sa longue tradition de dévotion au savoir et pour ses nombreux étudiants universitaires, ainsi que pour son statut de ville qui a produit la première université.

Et La Grassa (la graisse), en reconnaissance des innovations culinaires de la ville et de sa réputation de capitale gastronomique de l’Italie.

La contribution de Bologne à la culture alimentaire mondiale est importante. La ville a donné son nom à la sauce bolognaise, une sauce pour pâtes à base de viande populaire dans la cuisine italienne, qui remonte au moins au XVIIIe siècle. Ses variantes sont servies dans les restaurants italiens du monde entier. Mais la ville est peut-être plus connue dans le monde anglophone comme étant l’origine de la viande transformée pour le déjeuner connue sous le nom de saucisse de Bologne – à noter que Bologna se prononce (et s’appelle) baloney plutôt que « ba-loan-ya » en anglais (les deux orthographes sont acceptées pour cet aliment).

La saucisse de Bologne est une variante de la mortadelle de Bologne dont l’origine remonte peut-être au XIVe siècle. La mortadelle et le baloney sont tous deux fabriqués à partir de viande de porc hachée et séchée à la chaleur. Les immigrants italiens aux États-Unis ont popularisé le baloney au début du XXe siècle. Produit bon marché fabriqué à partir de restes de viande de porc, le baloney est également devenu synonyme d’« absurdité ». C’est d’autant plus ironique que, loin d’encourager les bêtises, la ville de Bologne a été le fer de lance de la recherche de la vérité par l’humanité grâce à l’enseignement supérieur.

 

L’arrivée des étudiants étrangers à Bologne

Bologne jouit d’une situation privilégiée au milieu de vastes plaines fertiles à côté du fleuve Reno. Elle est encore aujourd’hui l’une des principales régions agricoles d’Italie. Il n’est donc pas surprenant que Bologne ait été habitée pour la première fois dès le IXe siècle avant Jésus-Christ.

La situation privilégiée de la ville lui a valu d’être fréquemment conquise par des étrangers. La ville étrusque originale de Felsina (comme Bologne s’appelait alors) est tombée aux mains des Gaulois au IVe siècle avant J.-C. Ce peuple celte a appelé le village Bona, qui signifie « forteresse ». En 196 avant J.-C., Bona est devenue un avant-poste romain portant le nom latinisé de Bononia dont Bologne est dérivée. Après la chute de l’Empire romain, Bologne a été saccagée à plusieurs reprises et occupée de diverses manières par les envahisseurs wisigoths, huns, goths et lombards. La ville a ensuite été conquise par les Francs, menés par le roi Charlemagne, au VIIIe siècle. Les Hongrois ont saccagé la ville au Xe siècle.

Au XIe siècle, Bologne a cherché à échapper à la domination féodale et à devenir une commune libre, avec la devise Libertas (liberté). On ne sait pas exactement quand Bologne a effectué cette transition, mais la plus ancienne Constitution qui subsiste date de 1123. Cependant, la ville n’est pas restée indépendante longtemps, car plusieurs nobles en guerre au Moyen Âge et à la Renaissance italienne s’en sont sont disputés le contrôle.

Bien que les archives médiévales limitées rendent les dates incertaines et l’ordre précis des événements peu clair, à un moment donné au cours du 11e siècle, Bologne est devenue le centre d’un intérêt renouvelé pour l’enseignement supérieur, en particulier l’étude du droit. Des étudiants laïcs de toute l’Europe affluent à Bologne pour étudier le droit sous la direction d’un juriste renommé connu sous le nom de Pepo, expert des compilations de droit romain de Justinien le Grand.

À leur arrivée, les étudiants étrangers étaient confrontés à des lois municipales discriminatoires. Bologne autorisait la punition collective, c’est-à-dire l’imputation à tout étranger des crimes et des dettes de ses compatriotes. En d’autres termes, la ville pouvait saisir les biens d’un Français pour payer la dette d’un autre Français et punir un Hongrois pour un crime commis par un autre Hongrois. L’Italie n’étant pas encore une entité politique unifiée, de nombreux groupes aujourd’hui italiens, comme les Siciliens, comptaient comme des ressortissants étrangers et étaient également soumis à des sanctions collectives à Bologne.

Les étudiants étrangers à Bologne, de plus en plus nombreux, ont décidé d’essayer de modifier les lois relatives aux punitions collectives qui rendaient la vie dans la ville périlleuse pour les non-natifs. Ils ont formé une guilde, une sorte de société d’aide mutuelle, connue sous le nom d’universitates scholarium. La guilde a embauché des juristes pour dispenser un enseignement organisé aux étudiants, et ces derniers ont réussi à demander à l’empereur romain germanique Frédéric Ier (1122-1190) de soutenir leur cause. Frédéric Ier a émis une charte reconnaissant officiellement l’université de Bologne. Connue sous le nom d’authentica habita, cette charte protégeait les universitaires étrangers de Bologne contre les punitions collectives et leur donnait le droit à la « liberté de mouvement et de voyage à des fins d’étude ». Le mot universitas, qui signifiait guilde en latin tardif, a été inventé pour décrire l’organisation et nous a donné le sens moderne du mot université.

Comme les universités d’aujourd’hui, celle de Bologne a créé des départements distincts pour les différents domaines d’études, tels que la théologie, le droit, la médecine et la philosophie. Et comme les universités d’aujourd’hui, celle de Bologne fixait les conditions d’obtention des diplômes et décernait des licences, des maîtrises et des doctorats. En inaugurant le modèle d’enseignement universitaire, l’université de Bologne a aidé l’humanité à progresser dans de nombreux domaines mais surtout dans celui des études juridiques. On dit souvent que Pepo a été le premier instructeur juridique de la première université.

Pepo a rapidement été surpassé par son élève Irnerius (vers 1050-après 1125), qui a également enseigné à l’université de Bologne. Il était à l’origine un étudiant en rhétorique et en didactique. Sa riche protectrice, l’une des nobles les plus puissantes d’Italie à l’époque, Mathilde de Toscane (vers 1046-1115), l’a convaincu de changer de domaine et d’étudier la jurisprudence. Surnommé lucerna juris (« lanterne de la loi »), on attribue à l’érudition d’Irnerius la création d’une grande partie de la tradition du droit romain médiéval. Ses gloses sur l’ancien Code de droit romain ont contribué à faire évoluer le droit médiéval parfois désordonné et contradictoire vers un système plus systématique et rationnel, à l’instar de l’ancien système juridique romain. Les étudiants les plus célèbres d’Irnerius – Bulgaro, Martino, Ugo et Jacopo – ont été baptisés les quatre docteurs de Bologne. Chacun aurait eu une approche différente de la philosophie du droit.

À la fin du XIIe siècle, l’université de Bologne avait le titre incontesté de premier centre européen d’enseignement supérieur, en particulier d’études juridiques, et attirait une foule toujours plus nombreuse d’étudiants internationaux d’élite venus de tout le continent. L’Anglais Thomas Becket (vers 1120-1170), célèbre archevêque de Canterbury qui a cherché à préserver l’indépendance de l’Église vis-à-vis de l’État et qui est aujourd’hui vénéré comme un saint martyr dans l’Église catholique et anglicane, a étudié le droit à l’université de Bologne dans sa jeunesse. Les Florentins Dante Alighieri (vers 1265-1321) et Francesco Petrarca (1304-1374) y ont également étudié. Parmi les autres anciens élèves célèbres figurent quatre anciens papes. Le Néerlandais Érasme de Rotterdam (1469-1536), champion précoce de la tolérance religieuse et de la paix, et sans doute un héros du progrès, est un autre ancien élève célèbre.

Du XIIe au XVe siècle, l’université comptait entre trois et cinq mille étudiants. Aujourd’hui, l’université compte plus de 86 000 étudiants.

L’université de Bologne est également considérée comme la première université à avoir décerné un diplôme à une femme et à lui permettre d’enseigner au niveau universitaire. Selon la tradition, en 1237, une noble nommée Bettisia Gozzadini (1209-1261) a obtenu son diplôme après avoir étudié la philosophie et le droit et a commencé à enseigner la jurisprudence en 1239.

La question de savoir si Gozzadini a réellement obtenu son diplôme à Bologne est devenue un sujet de discorde dans les années 1700. L’écrivain Alessandro Machiavelli (1693-1766) a cherché à fournir des preuves (peut-être truquées) de l’accomplissement de Gozzadini afin d’appuyer la demande de la comtesse bolognaise Maria Vittoria Delfini Dosi de se voir accorder un diplôme de droit. Malgré les efforts de Machiavel, la demande de la comtesse a finalement été rejetée. Les érudits masculins qui s’opposaient à l’idée d’accorder des diplômes aux femmes ont cherché à discréditer Gozzadini en la qualifiant de légende populaire. Les rares archives de l’époque médiévale rendent la vérité difficile à discerner.

Cela dit, l’université de Bologne a employé la première femme professeur d’université salariée, la physicienne Laura Bassi (1711-1778). On lui attribue la popularisation de la mécanique newtonienne en Italie. Elle a également été la première à obtenir un doctorat en sciences et seulement la deuxième femme à recevoir un doctorat. Le doctorat de Bassi a également été obtenu à l’université de Bologne.

Bologne peut se targuer de nombreuses réalisations dans des domaines aussi divers que l’architecture et la gastronomie. Mais la création de la première université du monde est la contribution la plus importante de Bologne au progrès de l’humanité. Depuis lors, les universités ont contribué à promouvoir l’érudition, l’innovation et l’enseignement supérieur. En encourageant l’étude du droit, en particulier, Bologne a aidé l’humanité dans sa quête d’un meilleur système de justice.

La devise traduite de l’université est la suivante : « Saint Pierre est partout le père du droit ; Bologne en est la mère ». Le nom complet de l’université est Alma Mater Studiorum Università di Bologna, ou « la mère nourricière des études de l’université de Bologne ». C’est de ce nom que découle le terme « alma mater », que les diplômés du monde entier utilisent couramment pour désigner l’université qu’ils ont fréquentée. Mais la mère de toutes les universités est Bologne. Pour avoir donné naissance au système universitaire moderne, la Bologne médiévale est à juste titre notre vingt-et-unième Centre de progrès.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les nations changent et évoluent à travers l’enseignement, ce dernier est au cœur des civilisations. Selon Le Robert, dictionnaire en ligne, l’enseignement est "l’action, l’art d'enseigner, de transmettre des connaissances".

L’enseignement se distingue de l’apprentissage qui est l’activité de l’étudiant lorsqu’il s’accommode des connaissances et l’éducation dont le but est l’acquisition globale des connaissances d’un individu à différents niveaux : intellectuel,  moral, social, culturel et scientifique. Nous pouvons donc dire que l’ens... Poursuivre la lecture

Cette semaine, des hordes d'enfants dans tout le pays vont passer une partie de leurs vacances de Noël devant leurs écrans. Et des hordes de parents sont probablement en train de se dire qu'ils ne devraient pas les laisser faire.

Ce "temps d'écran" - écran d'ordinateur, écran de télévision, écran de téléphone portable, etc. - est indistinctement et insidieusement dangereux pour les jeunes esprits.

 

Ces parents devraient se détendre

Certaines recherches - et le bon sens - suggèrent qu'un temps d'écran excessif pourra... Poursuivre la lecture

Los Angeles
2
Sauvegarder cet article

Un article de Human Progress

 

Notre vingt-sixième Centre du progrès est Los Angeles pendant l'âge d'or d'Hollywood (années 1910-1960). La ville a été à l'origine de nouveaux styles cinématographiques qui ont rapidement été adoptés dans le monde entier, donnant ainsi au monde certains de ses films les plus emblématiques et les plus appréciés. Le quartier d'Hollywood à Los Angeles est synonyme de cinéma, représentant les contributions cinématographiques inégalées de la ville.

Avec quelque quatre millions d'habitants, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles