Contraste entre les flammes d’Artemis et nos aspirations à la décroissance

Au lieu d’investir pour produire en profitant de l’innovation, on diffuse la richesse difficilement acquise, ce qui ne fait qu’accentuer les déficits commerciaux et perpétuer la spirale vers l’appauvrissement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 9
Photo by NASA on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Contraste entre les flammes d’Artemis et nos aspirations à la décroissance

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 novembre 2022
- A +

Artemis 1, la première mission ayant pour objectif le retour des Américains sur la Lune, a pris son envol ce mercredi 16 novembre. On peut voir cet événement comme la manifestation de la volonté des Américains de renouer avec leur dynamisme des années Kennedy. Il faut l’espérer, mais il faut aussi souhaiter que ce dynamisme ait un effet d’entrainement sur les mentalités dans ce que, plus que jamais, on doit appeler « la vieille Europe » dans laquelle s’est enfermée une France fatiguée.

En effet, de ce côté-ci de l’Atlantique il semble que l’on s’englue de plus en plus dans un collectivisme mou qui tend à empêcher toute initiative qui ne serait pas « humanitaire » ou « sociale » au sens large.

 

L’Europe et la décroissance

La réaction de notre société à la détérioration de la situation internationale conduisant à la montée des prix de l’énergie, c’est la subvention pour tous – comme si tout était bon pour étendre l’épaisseur de l’édredon plutôt que de remédier aux vraies causes que sont des sanctions stupides contre un pays qui ne nous agressait pas et qui ne nous menaçait pas, dans un pays déjà épuisé par un socialisme lourd.

C’est aussi la demande de taxation des « super-profits », comme si la marge inhabituelle dégagée par une activité qui de facto profite de la situation serait mieux gérée par les petits hommes gris de l’administration que par les locomotives du secteur privé qui, certes, gagnent aujourd’hui mais avaient perdu il n’y a pas si longtemps. Les socialistes voient toujours les gains et ignorent la réalité des pertes comme la nécessité de prévoir le risque.

Le résultat de tout cela c’est qu’au lieu d’investir pour produire et en particulier pour produire plus efficacement en profitant de l’innovation, on diffuse la richesse difficilement acquise dans la consommation, ce qui ne fait qu’accentuer les déficits commerciaux et perpétuer la spirale vers l’appauvrissement toujours plus grand de ceux que l’on veut « aider ». On se retrouve dans le même contexte mental que celui dans lequel se trouvait la bourgeoisie catholique de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle qui avait besoin de ses pauvres pour pouvoir continuer à pratiquer ses bonnes œuvres. Le problème est que cet esprit larmoyant inspirateur d’un assistanat systématique au niveau de l’État moderne est beaucoup plus puissant aujourd’hui car cet État a déjà hypertrophié l’assistance publique dans tous les domaines et détruit les différentes puissances privées qui pouvaient lui résister. Nous sommes ainsi entrés de fait dans un régime autoritaire.

 

Comment l’État socialiste tue l’innovation

Si encore l’État était dirigé par des personnes éclairées ayant reçu une formation économique libérale et ayant eu l’expérience de la vraie vie du fait d’une activité professionnelle au cours de laquelle elles auraient réellement été exposées à la concurrence et à la nécessité de « gagner de l’argent », l’investissement qu’elles décident pourrait avoir un certain sens et une certaine efficacité.

Mais « avoir fait » l’ENA ne donne aucune qualification pour savoir investir et l’irresponsabilité généralisé du statut de fonctionnaire, combinée à l’atmosphère bien-pensante également généralisée, ne motive absolument pas les détenteurs de la richesse captée par l’impôt pour lancer des politiques qui permettraient de rentabiliser l’action, autrement dit d’avoir un retour sur investissement aussi élevé que possible dans un délai aussi court que possible tout en préparant l’avenir.

Dans la France « moderne », l’investissement consiste à financer des ronds-points à l’entrée des villes ou en pleine campagne ou à construire des éoliennes en décidant qu’elles seront rentables en créant des distorsions de marché par une réglementation absurde pour qu’elles le deviennent fictivement.

Car l’obsession de gouvernements à inspiration socialiste et coupés complètement du peuple qui travaille donc produit pour vivre, c’est « réduire l’empreinte carbone » de ce peuple au détriment de sa productivité et de sa compétitivité avec des marchés sur lesquels ces considérations n’ont pas cours. Dans ce contexte, certains économistes diplômés en France, mais qui n’auraient sans doute pu l’être nulle part ailleurs, prônent la décroissance, donc l’effacement progressif.

L’idée est de produire moins donc de polluer moins.

Mais ce principe est la graine de l’appauvrissement, du mal-être et du totalitarisme. En effet, pendant ce temps-là, d’autres produisent à des conditions meilleures des biens qui écrasent par leur compétitivité les biens produits en France et qui sont consommés en France car moins chers. On se retrouve donc dans une spirale ou les « travailleurs » français produisent de moins en moins de valeur ajoutée, ont de plus en plus « besoin » d’assistance et dans laquelle l’État se croit obligé de prendre aux quelques riches qui restent pour donner aux pauvres de plus en plus nombreux sans penser qu’il pourrait laisser agir plus librement les capitalistes privés qui les feraient travailler grâce à des investissements réellement productifs.

La frilosité du détenteur public du capital français se retrouve bien dans sa politique spatiale. On ne veut surtout pas gaspiller d’argent ; on ne veut surtout pas faire des choses inutiles ou moralement non conformes à ce que pense l’opinion « anti-capitaliste ». On décide donc de continuer la recherche scientifique pure aussi éthérée et discrète que possible et on rejette tout ce qui pourrait paraître comme fantaisiste ou tellement nouveau que cela pourrait paraître de la science-fiction.

Dans ce contexte, les gens « sérieux » de l’administration ont décidé une fois pour toutes que la présence de l’Homme dans l’espace profond était une fantaisie inutile et coûteuse. Pas question de sortir des ornières où l’on s’est enfoncé, pas question de tenter « autre chose » ou de regarder en l’air, le seul objectif est d’adoucir autant que possible la suite du voyage en arasant tout ce qui pourrait dépasser. Dans ce contexte, la décroissance est forcément au bout du chemin puisque c’est cela l’idéal de ceux qui n’en ont aucun, une société totalement plate à l’empreinte carbone complètement nulle qui n’imagine même pas que le progrès technologique pourrait arranger les choses. L’idéal n’est plus le progrès ou surtout pas le bonheur individuel, mais l’égalité, quel qu’en soit le prix, sans aucune échappatoire.

Les Américains regardent la Lune et les Français regardent la flaque d’eau que le moteur à hydrogène de la fusée Artemis a laissé sur le sol en brûlant avec délectation son hydrogène dans l’oxygène lors de son départ puissant vers la Lune en attendant les étoiles.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Excellent, je ne saurais mieux écrire ! C’est tellement vrai et aussi tellement désespérant ! Mais merci pour votre réflexion et votre article. J’aimerais qu’il soit diffusé partout.

  • « Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt »

  • Ca me désole mais c est la description exacte de l avenir que nous préparent nos élites qui se pensent éclairées… : notre programmation à la disparition.

  • Avec l’age on se « Tasse », La croissance exponetielle n’existe pas dans le réel, La terre est un espace fini, la population ne peut pas croitre indefiniment…..
    Les dinausores l’avaint semble-til bien compris.

  • Quand on pense que De Gaulle avait fait de la France la 3ieme puissance spatiale !
    Il est très loin le temps où la France avait quelqu’un de compétent pour la diriger et enrichir sa population.

  • Monsieur Brisson, je vous trouve très dur avec nos gouvernants !
    Vous oubliez que la France a aussi de grandes ambitions.
    Que faites-vous du plan vélo de notre première ministre ?
    Que dites-vous des conseils généreusement dispensés par nos brillants ministres ? Le col roulé, l’étendoir à linge, les économies d’énergie…
    Vraiment, vous manquez d’objectivité !

    • Exact. On va atteindre bientôt le niveau des chinois de l’époque Mao. Dans 15 ans on y sera.

    • Merci Jean-Paul.
      Je vous comprends parfaitement. J’ai peur d’être passé complètement à côté des grandes réformes et des impulsions puissantes données par notre gouvernment pour l’épanouissement parfait de notre société (je pense notamment au progrès formidable que représente l’étendoir à linge pour tous).

  • Excellent article, merci !

  • Que dire de plus. Lors de la lecture d’Atlas Shrugged d’Ayn Rand, j’avais eu ce mauvais gout dans la bouche de voir la situation de la France d’aujourd’hui décrite dans les moindres détails. Une grève qui avait commencé avec l’expatriation des élites (3 millions de Français souvent hautement diplômés ont quitté la France), une décrépitude complète des services publiques, un capitalisme de connivence et un jugement de valeur avec l’altruisme comme seule grille de lecture sociale. Rien de plus, rien de moins que ce que vous venez de décrire!

    • Cher Monsieur,
      Comme vous le comprenez, je partage ce même sentiment et je suis également habité par les paroles très fortes d’Ayn Rand dans son magnifique ouvrage, Atlas shrugged!
      Nous ne savons pas jusqu’où ira la dégénérescence dans la spirale de laquelle nous sommes emportés. Mais j’ose espérer qu’en fin de compte les Français se rebelleront, comme ils l’ont toujours fait, et qu’ils repousseront au loin l’édredon socialiste qui les étouffe, les amollit et les déresponsabilise, pour se lever et recommencer à travailler et à produire.

  • Le manque d’ambition de l’Europe dans le spatial ne touche pas que les vols habités. Si ce n’était que ça, on pourrait dire que c’est un choix. Mais cela va beaucoup plus loin. Toutes les missions, sondes, explorations ont déjà été effectuées avant (notamment par les Etats Unis). Le seul contre exemple que j’ai en tête est la mission CoRoT, et encore ce n’est qu’un concours de circonstances avec un résultat, soyons honnête, plutôt pathétique par rapport à Kepler.
    Pourquoi? Car des missions novatrices, jamais réalisées, sont considérées trop risquées. On singe les américains, ou au mieux on participe de façon honorifique aux missions pionnières. Du temps de l’URSS, les US allaient vers Mars, l’URSS vers Vénus (qui a été délaissée depuis du coup). On pourrait faire des choses nouvelles, mais voilà, en 50 ans, on n’a même pas développé de RTG.

    • Vous avez raison titi. Ce qui domine chez les Européens (et les Français en particulier) c’est la timidité pour ne pas dire la peur.
      Mais disons le quand même car c’est le terme le plus approprié. Nous avons peur de mal faire, peur de nous faire reprocher ce qui pourrait être considéré comme extravagant, peur de dépenser trop d’argent en dehors des « aides » diverses, peur du nucléaire, en fait peur de notre ombre…Pour entreprendre des missions spatiales c’est effectivement un facteur profondément démobilisateur et décourageant.

  • +1 à tous.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
dame dans un bureau en train d'écrire sur un tableau blanc
1
Sauvegarder cet article

La notion de « fuite devant la monnaie » est familière aux économistes.

Celle de « fuite devant le travail » pourrait bientôt s'imposer dans le champ de leur réflexion au vu de la situation de pénurie de main-d'œuvre observée dans de nombreux secteurs et de l'émergence de comportements sociaux dévalorisant l'effort.

 

Cherche conducteur de tramway désespérément

On sait que l'hôtellerie et la restauration peinent à attirer des candidats. Mais on observe aussi des difficultés aiguës de recrutement de professeurs, de so... Poursuivre la lecture

Un article de Human Progress

 

Notre vingt-deuxième Centre du progrès est Manchester pendant la première révolution industrielle (1760-1850). Parfois appelée "la première ville industrielle", Manchester a incarné les changements rapides d'une époque qui a transformé l'existence humaine plus que toute autre période de l'histoire. Manchester a été l'une des premières villes à connaître l'industrialisation. Sa métamorphose n'a pas été facile car elle impliquait des conditions de travail et de vie bien inférieures à celles auxq... Poursuivre la lecture

Par Connor Vasile.

 

Si vous cherchez « le capitalisme combat le racisme » dans Google, les premiers résultats de recherche seront des articles comme : « Le capitalisme est-il raciste ? » ;  « Le capitalisme sans racisme : Science ou fiction » ; « L'essor du capitalisme et l'émergence du racisme ».

À la lecture de ces titres, on pourrait croire que le modèle économique le plus triomphant que le monde ait jamais connu est enraciné dans un environnement raciste et hégémonique destiné à profiter aux seigneurs de la soci... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles