Banquier central : « C’est l’histoire d’un mec… »

C’est l’histoire d’un banquier central qui paria sur l’inflation transitoire puis se frotta les yeux et se mit à courir à la recherche du temps perdu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
ECB colloquium - Challenges for supervisors and central bankers - Crédits European Central Bank ( CC BY-NC-ND 2.0 )

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Banquier central : « C’est l’histoire d’un mec… »

Publié le 21 novembre 2022
- A +

Coluche en son temps nous proposa une histoire qui n’avait ni queue ni tête, ni début ni chute et dont on cherche encore le pourquoi du comment.

Curieusement, il se pourrait bien que quelques décennies plus tard, nous ayons enfin trouvé le candidat répondant au profil à moustache de la blague de Coluche. Il s’agit du banquier central, un mec qui nous raconte une histoire qu’on a du mal à comprendre puis dont on s’aperçoit qu’elle ne tient pas debout et qui semble se terminer en eau de boudin.

 

L’inflation est un miracle !

Peut-être que l’inflation est un miracle, un truc qui n’aurait jamais dû arriver ?

Nous avons passé près de 40 ans avec une inflation allant entre 1 et 2 %, et soudainement nous voilà à 4 % puis 5 % et aujourd’hui 8 % voire 10 % pour certains. Avons-nous affaire à un miracle ? Simple hasard ou implacable nécessité ? David Hume, l’un des pères fondateurs de l’empirisme (version sceptique) adoptera une approche très minimaliste permettant de trancher entre plusieurs interprétations d’un fait clivant : « il faut toujours rejeter le plus grand miracle ».

L’inflation n’a pas eu recours au divin ou au surnaturel pour jaillir de nulle part.

L’inflation a seulement augmenté parce qu’il s’est produit un déséquilibre abyssal entre d’un côté l’offre de biens confinée (crise liée au covid) puis confisquée (conflit ukrainien) et rationnée (crise climatique) et de l’autre côté la demande maintenue à flots par les autorités (quoi qu’il en coûte). Peut-on quand même dire que l’inflation est une forme de miracle ? Oui, mais il s’agit d’un miracle moins clinquant, moins exigeant que celui invoquant le divin. Le miracle dont il serait question ici invoque la plausibilité du fait, sa vraisemblance. Dans notre cas, l’inflation était improbable mais elle s’est réalisée. Elle serait donc une forme de miracle.

Effectivement, l’inflation était improbable, juste de la poisse en vérité, la résultante d’une mauvaise série comme on en n’a jamais connu. Pensez donc : quelle était la probabilité pour qu’une crise sanitaire mondiale oblige la planète à se mettre en apnée pendant près de deux ans et plus encore si on pense à la Chine et à sa politique de tolérance zéro ? Quelle était la probabilité pour qu’une crise géopolitique majeure vienne de nouveau frapper aux portes de l’Occident et plus encore si l’on pense à la Chine et ses vues sur Taïwan ?

Bref, l’inflation n’était pas impossible mais largement improbable puisqu’elle supposait la réalisation quasi conjointe des trois catastrophes précitées.

 

Banquier central : « quand le doute m’habite… »

Ruminant son inflation transitoire, le banquier central choisit alors de pratiquer un genre de mélancolie muette. Il ne sait pas s’il sait suffisamment et son mutisme agace. Aphasique, apathique, tout y passe et tout lui va. Il semble ne plus réagir à l’épingle sous ses fesses qui devrait le faire trémousser sur sa chaise. On lui reproche une certaine naïveté à penser que le bonnet D de l’inflation finira par s’ajuster à la taille plus modeste du corset économique.

Sommé de choisir entre ce qu’on pourrait appeler un fait (l’inflation élevée) et ce qu’on pourrait appeler de la foi (l’inflation transitoire), il choisit d’abord de ne pas choisir. Il se positionne alors officiellement sur une ligne de crête, un genre d’entre-deux d’agnosticisme monétaire. Il faut dire que la situation est critique. Agir sur l’inflation fera quelques dommages collatéraux. La banque centrale aimerait bien freiner l’inflation sans freiner le reste. Mais c’est impossible, elle sait bien que pour calmer l’inflation, elle devra étourdir l’Homo économicus à coups de hausses des taux d’intérêt, de réduction de la taille de son bilan et globalement de politique monétaire moins accommodante.

La banque centrale aimerait bien secouer l’inflation sans que cela empêche la planète économique de tourner. Mais rien à faire, elle ne sait pas faire fouetter la toupie, cet art de donner de grands coups de fouets sur la toupie afin de la garder en mouvement. La banque centrale ne peut pas punir simplement l’inflation. Elle doit punir tout le monde. Il n’y a pas de justice rétributive possible. Tout le monde doit être sanctionné pour la faute d’un seul : l’inflation. Consommateurs, entreprises, marchés financiers et même les gouvernements vont devoir participer à la peine.

La banque centrale est peut-être magicienne mais pas contorsionniste. Elle peut sortir des billets de son chapeau, faire pousser de la dette à l’infini, transformer un projet non rentable en rente perpétuelle. Mais elle ne peut pas tenir d’une main l’inflation et de l’autre les marchés. Elle ne peut pas monter ses taux directeurs pour lutter contre l’inflation et les baisser en même temps pour sauver les marchés. La banque centrale est paradoxale, pas antinomique : elle fracasse les dogmes économiques, pas les lois de la logique.

 

La fin du sommeil dogmatique

Le dogme et le fait sont têtus mais le fait est généralement plus convaincant.

Que l’on y croie ou pas, l’inflation est bel et bien là. Cela dit, on peut être têtu mais pas obtus. Ainsi, le dogmatique peut très bien accepter d’avoir tort si on lui prouve qu’il n’a pas raison. Les banques centrales ont donc préféré plier plutôt que d’être accusées de sommeil dogmatique (Kant). L’inflation transitoire a perdu son épithète. Le temps du transitoire a échu. Accusées d’hébétude face à une inflation qui dure, elles ont finalement décidé de réagir. Des remords plutôt que des regrets donc.

Depuis, les banques centrales naviguent à vue et c’est peut-être une bonne nouvelle.

En effet, dans un monde nimbé d’incertitudes, l’art de l’improvisation monétaire est particulièrement recommandé plutôt que l’interprétation austère d’une politique restrictive. Les crises et les actes manqués se succédant, le banquier central a donc naturellement développé un complexe obsidional. Convaincu que le monde lui en veut, il se met alors sur la défensive, il opte pour une démarche mal assurée, le pas hésitant, le mot mou, et le regard fuyant. Il s’agit d’éviter tout message trop claironnant afin de ne pas inspirer de réaction exubérante des marchés. D’où une inclinaison naturelle à la pensée conjuratoire consistant à attendre le pire pour être déçu en bien.

Et si la politique monétaire ne récite pas sa leçon à la lettre, c’est peut-être une bonne nouvelle. Certes, cela pourrait passer pour de l’amateurisme, voire de l’incompétence. Mais en vérité il s’agit d’une politique bien plus en phase avec un réel devenu capricieux.

« Nous vivons une suite de chocs intemporels », disait déjà Adorno.

Désormais, il semble qu’il n’y ait plus de récit possible. Le modèle semble buter contre un mur d’incertitudes. Il faut donc improviser, ce qui ne signifie pas faire n’importe quoi mais faire avec ce que l’on a. Un genre d’aventure sur le bateau de Thésée que l’on répare avec les seuls matériaux à disposition, sans être à quai. La musique est probablement le domaine où l’art de l’improvisation produit les miracles le plus impressionnants. Jadis, les Mozart, Chopin, ou Liszt ou plus récemment Keith Jarrett, n’étaient pas les derniers à improviser durant leurs représentations, démontrant que leur talent ne se résumait pas à la seule composition ou interprétation. Et nul besoin d’évoquer le surnaturel, l’intervention divine ou la supercherie. En vérité, les maîtres de l’improvisation ne partent jamais les mains vides lorsqu’ils se lancent dans une production sans filet devant leur public.

Tout comme le banquier central contemporain qui part d’un thème qu’il connaît bien, la lutte contre l’inflation, mais y ajoute ses effets personnels inspirés du moment. Un véritable artiste, vous dis-je.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • les banques centrales en fait impriment de la monnaie, et prétendent le faire pour obtenir un résultat..qui est jugé souhaitable..

    on peut trouver par exemple
    Elle a pour objectif principal de veiller à la stabilité des prix, étayant ainsi la croissance économique et la création d’emplois.

    que signifie stabilité des prix??? pourquoi diable penser que la création d’emploi et une chose souhaitable???

    et comment peut on juger si la mission est accomplie ????????
    foutaise.. c’est une façon de s’approprier l’épargne des gens.

  • L’inflation avait déjà commencé avant le conflit ukrainien qui n’a fait que l’accélérer. Et en fait, elle a été lancée par le fameux « quoiquilencoute » de tous les gouvernements (le notre surtout…). A croire qu’il n’y a pas d' »experts » en économie qui conseillent nos têtes blondes de ministres… Et le pire ? C’est que si à l’époque quelqu’un émettait l’idée que toutes les mesures allait provoquer un tsunami, il était considéré comme antivax ou complotiste : alors, acte volontaire ou d’incompétence ? Dans les deux cas, ça fait peur… CPEF

  • Il semble pourtant que le diable « inflation » était dans sa boîte bien avant les différentes crise mentionnées. C’est en parfaite connaissance de cause que les planches à billets ont fonctionné, on ne se passe pas facilement d’une telle morphine monétaire, elle permet aux politiques des réélections faciles. Normal, l’individu lambda regarde ses propres dettes mais ne prend jamais en compte les dettes collectives (ça ne coûte rien, c’est l’Etat qui paye), par contre les subventions et prestations étatiques sont bien visibles sur ses relevés bancaires. Quant à l’inflation au sens large, non celle des indices des prix, mais l’inflation monétaire, c’est à dire la hausse de prix des actifs, cela fait bien longtemps qu’elle sévit. Il ne faut pas oublier une chose : quand on essaye de modéliser les économies du passé lointain, la mesure de l’inflation ne se fait guère sur le prix du pain , très variable en fonction des lieux, des saisons et du climat, mais sur les prix relevés dans les actes anciens, maisons, terres, fermage, dots … Ce sont bien les prix des actifs qui permettent de mesurer l’inflation sérieusement.

  • Cessons de prendre Mario Draghi et Christine Lagarde pour des abrutis. Tout deux savent bien qu’en créant énormément de monnaie pour racheter les dettes de l’Italie et de la France, ils allaient faire démarrer une inflation durable et élevée. C’est ce qu’on enseigne en 1iere année d’économie. Le fait de dire qu’elle va être transitoire est politique. Si les gouvernements comme la France arrêtaient l’Open bar des aides et commençaient à faire les réformes structurelles nécessaires, on n’en serait pas là.
    Quant au baratin en France qui chante que chez nous c’est moins élevé qu’ailleurs, il est raconté par notre gouvernement à qui veut l’entendre , pour éviter de passer à la caisse qui est plus vide que jamais : de par la loi, toute les aides sociales et le smic sont indexés sur l’inflation. Et comme près de 80% de la population y est assujetti, si ces dépenses suivent l’inflation, elles vont créer encore plus d’inflation et donc encore plus d’augmentation, etc. Et ce coup ci, impossible de d’évaluer comme ce fut le cas du franc à maintes reprises.
    Ce n’est pas pour rien que Macron n’a trouvé personne pour remplacer Bruno Lemaire pour son second quinquennat.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le dollar poursuit son ascension inexorable face aux principales devises : depuis le début de l’année, il a augmenté de 20 % contre la livre, 16 % contre l’euro, 26 % contre le yen, 12 % contre le yuan et même contre le franc suisse depuis la décision de la Réserve Fédérale américaine de remonter les taux d’intérêt initiée en mars dernier.

Rien n’est moins mystérieux que cette appréciation continue de la devise américaine. À tous ceux qui l’avaient oublié, l’hégémonie du dollar est la conséquence de la domination de son marché financie... Poursuivre la lecture

Inflation, guerre, restrictions, politique monétaire… Ça y est ! On peut l’affirmer, les nuages noirs se sont réellement accumulés sur les marchés financiers. Les marchés d’actions baissent entre 20 % et 30 % depuis le début de l’année. Une fois n’est pas coutume, les marchés de taux n’ont été d’aucun secours, l’or non plus (-8 %). De là à dire, à la manière des Anglo-saxons, que « Cash is king » il y a un pas que nous pourrions être tentés de franchir.

Tentés seulement parce que parce que nous estimons, d’une part, qu’à moins d’être u... Poursuivre la lecture

De nombreux économistes classiques estiment que la stabilité économique fait référence à l'absence de fluctuations excessives dans l'économie globale. Une économie caractérisée par une croissance constante de la production et une faible inflation des prix est susceptible d'être considérée comme stable, tandis qu'une économie caractérisée par des cycles d'expansion et de récession fréquents et une inflation variable des prix serait considérée comme instable.

Selon la pensée populaire, un environnement économique stable, avec une augment... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles