Midterms (2) : l’importance des élections locales

Cette élection prépare la campagne électorale présidentielle de 2024. Le président Biden a répété à maintes reprises qu’il serait candidat en 2024.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ron DeSantis by Gage Skidmore 2 (creative commons CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Midterms (2) : l’importance des élections locales

Publié le 15 novembre 2022
- A +

Comme nous l’avons vu dans la première partie, les élections américaines de mi-mandat se sont déroulées mardi dernier.

Elles furent définitivement un résultat en demi-teinte pour les deux partis : d’un côté, le parti du président Biden a perdu la Chambre des représentants, l’empêchant de contrôler le budget et de l’autre, les Républicains n’ont pas réussi à gagner le Sénat dont le sort encore indécis ne sera finalement peut-être pas décidé avant le 6 décembre lors du second tour en Géorgie.

 

L’importance du local

Cependant, les élections n’ont pas seulement concerné le niveau fédéral. Elles ont aussi déterminé le choix de nombreux gouverneurs, députés, sénateurs, juges, shérifs, procureurs, référendums et une foultitude de responsables locaux en charge de l’eau, des forêts, des écoles, etc.

Contrairement à la France où l’inénarrable énarque du moment préside à tout dans la médiocrité caractéristique de sa classe parasitaire, le pouvoir est très diffus aux États-Unis.

Les États décident d’une grosse partie du droit (dont presque tout le droit criminel) ; ils financent quasiment 100 % des écoles (y compris les salaires des enseignants) dont ils décident du programme ; ils disposent de la vaste majorité des officiers de police ; et depuis juin ils décident aussi intégralement de la politique de l’avortement…

Pour donner une idée de la question de la division des pouvoirs, notons que le gouvernement fédéral dépense 19,8 % du PIB, les 50 États en dépensent 10,2 % et les comtés et municipalités 8,4 % (ici et ). Et encore, ces chiffres ne tiennent pas compte des 2,9 % du PIB d’aides fédérales aux collectivités locales.

Ceci illustre bien l’importance de cette foultitude d’élections locales.

 

Gouverneurs

Jusqu’à mardi, alors que les Républicains détenaient 28 des postes de gouverneur du pays, les Démocrates en détenaient 22. Cette année, 16 élections avaient lieu dans des États avec des gouverneurs démocrates tandis que 20 auront pris place dans des États où les Républicains occupaient le siège.

Les pronostics – calculés comme la moyenne des sondages en tenant compte de leurs biais passés – donnaient les Républicains gagnants dans la plupart de ces 36 États et prédisaient qu’ils finiraient avec deux gouverneurs de plus.

Si les résultats sont encore incertains dans l’Arizona et le Nevada où il reste apparemment des milliers de bulletins à compter à cause d’un système absolument consternant, il apparaît probable que ce sont en fait les Démocrates qui finiront avec deux gouverneurs supplémentaires.

En effet et comme prévu, les gouverneurs du Maryland et du Massachussetts, États très à gauche dans lesquels les Républicains avaient pris le pouvoir lors de la débâcle démocrate de 2014, retournent dans le camp démocrate.

Dans le reste du pays, les deux partis ont des gains et des pertes en nombre à peu près égaux.

En Arizona, la Républicaine Kari Lake – soutenue par le président Trump – n’a pas réussi à atteindre les chiffres donnés par les sondages. Ancienne présentatrice de télévision, brillante oratrice, elle a pourtant fait une excellente campagne où elle n’a pas abdiqué devant les attaques de tous ses détracteurs, même quand elles venaient de son propre parti (ici ou ).

Son relatif échec – puisqu’on ne sait toujours pas qui va gagner cette élection – est un indicateur de la nocivité de l’ancien président qu’on peut aussi évoquer pour expliquer la cuisante défaite de Tudor Dixon au Michigan, de Doug Mastriano en Pennsylvanie ou de Derek Schmidt au Kansas : tous les candidats au poste de gouverneur aidés par Donald Trump au cours des primaires républicaines ont perdu.

A contrario, le gouverneur de Géorgie, Brian Kemp, qui avait battu le trumpiste lors des primaires, a été aisément réélu alors même que le candidat trumpiste à la sénatoriale dans le même État n’a pas pu franchir la barre des 50 % comme nous l’avons vu précédemment. En d’autres termes, dans presque 5 % des cas, les électeurs géorgiens ont voté pour un gouverneur républicain (NB : le président Trump s’est opposé à lui) et pour un sénateur démocrate.

Au Texas, le Républicain Greg Abbott bat largement le gauchiste Robert O’Rourke – qui se fait appeler « Beto » pour faire plus hispanique – pour la seconde fois. Ses idées bizarres en matière d’immigration (ici) ou ses projets chimériques sur les armes à feu (ici) n’ont apparemment pas aidé à faire passer ses propositions de hausses d’impôts ().

Ceci dit, même si les Républicains n’ont pas eu de chance mardi, il n’en reste pas moins que certains candidats républicains – même s’ils ont perdu – ont fait des scores remarquables dans des bastions de gauche, comme Lee Zeldin à New York et Christine Drazan dans l’Oregon.

Mais l’élection de la soirée revient définitivement à Ron DeSantis en Floride.

L’avocat de Harvard, historien de Yale, engagé pendant la guerre d’Iraq, Judge Advocate General dans les Navy SEAL, lieutenant commander de la navale, décoré de la Bronze Star et de la Marksmanship Medal, ancien député fédéral, est en train de devenir la nouvelle bête noire de la gauche.

Après avoir refusé de tout fermer en Floride pendant la pandémie, résisté aux syndicats d’enseignants sur les questions raciales et de genre, empêché les mesures anti-armes à feu, combattu les wokes de Disney, supporté des baisses d’impôts, baissé les taxes sur l’essence, le gouverneur a réussi à se faire réélire avec près de 60 % de voix.

A noter que son accès au poste de gouverneur était déjà projeté par les sondages, mais avec une marge de seulement 5 %.

Dans le comté de Miami-Dade – à près de 70 % hispanique ou latino selon les registres du recensement –, DeSantis mène de 10 points. Ceci contraste fortement avec ce qui s’est passé lors de son élection précédente, en 2018, lorsque les Latinos ont opté à 54 % pour Andrew Gillum, le challenger démocrate de DeSantis à l’époque.

 

Législatures

Aux États-Unis, il y a 1972 sénateurs et 5411 représentants dans les États.

Les élections législatives de ce mardi avaient lieu pour 88 chambres législatives d’État dans 46 États. Environ 56 % de tous les sièges des chambres hautes et 92 % de tous les sièges des chambres basses étaient à pourvoir.

Avant les élections, les Démocrates détenaient 14 trifectas – c’est-à-dire qu’ils occupaient le poste de gouverneur ainsi que les deux chambres législatives –, les Républicains détenaient 23 trifectas et 13 États avaient un gouvernement divisé (ici).

C’étaient les premières élections affectées par le cycle de charcutage électoral de 2020 qui a redistribué les législatures des États sur la base des données du recensement américain de 2020.

Pour l’instant, les Démocrates devraient renverser au moins trois chambres – les deux chambres du Michigan, plus le Sénat du Minnesota.

Dans les deux États, la réélection d’un gouverneur démocrate le soir des élections signifierait que les Démocrates obtiendraient un trifecta.

Ceci mettrait un frein à la tendance républicaine de ces 20 dernières années.

Après cette élection, sur 50 États, les Républicains détiendraient le pouvoir dans 29 chambres basses et dans 30 chambres hautes avec environ 55 % des élus.

 

Référendums

Sans aller plus loin dans les résultats locaux comme les élections de juges, de shérifs, de procureurs, ou de maires, finissons sur le sujet des référendums.

Nous retrouvons en cette élection tous les travers bien connus de la démocratie directe.

Je crois qu’il est utile de les mentionner car les libéraux qui n’ont pas étudié les sciences économiques pensent souvent que les problèmes de la France ou de la Belgique disparaîtraient si on laissait les gens poser eux-mêmes les questions auxquelles l’électorat répondrait intelligemment.

En fait, sur les centaines de référendums de ce mardi, il se dégage plusieurs tendances :

  • Un grand nombre de référendums concernent des questions absolument débiles comme l’Amendement 8 de l’Alabama qui va donner le droit à l’État de réviser la réglementation des systèmes d’égouts privés dans le comté de Shelby. Je prends cet exemple extrême car il est emblématique : d’abord, la question n’est clairement pas d’un niveau constitutionnel ou d’un niveau étatique. C’est littéralement l’urinoir de Clochemerle ! De plus, 78 % des votants d’un État entier se liguent contre trois propriétaires…
  • Presque toutes les baisses d’impôt sont acceptées avec de larges majorités.
  • Presque toutes les hausses d’impôt sont rejetées avec de larges majorités… sauf évidemment lorsqu’elles s’appliquent aux riches comme pour la question 1 dans le Massachussetts qui a été votée à 52 % et va résulter en un doublement des impôts pour les « riches », inscrit dans la Constitution !
  • Presque toutes les dépenses nouvelles sont adoptées.
  • En particulier, les dépenses financées par la dette sont toujours votées à de très larges majorités. J’en veux pour preuve mon propre comté où les électeurs ont voté tranquillement à 69 % pour 268 millions de dollars de dépenses d’infrastructures pour les écoles, à 77 % pour 74 millions de dollars de dépenses pour divers bâtiments publics et à 76 % pour 51 millions de dollars de dépenses de ponts et chaussées. Le tout financé par la dette.

 

En d’autres termes, comme prévu par les économistes des choix publics, les référendums de ce mardi ont creusé l’écart entre les dépenses et les recettes…

Par ailleurs, les questions salariales trouvent toujours des réponses vers la hausse…

Au Nevada, le Oui est en tête de la question 2 qui vise à augmenter le salaire minimum à 12 dollars de l’heure à compter du 1er juillet 2024. Au Nebraska, les électeurs ont donné le feu vert à une augmentation de salaire minimum de l’État de 9 dollars de l’heure à 10,50 dollars de l’heure à compter du 1er janvier 2023. En 2024, le salaire minimum passerait à 12 dollars de l’heure, suivi d’un salaire horaire de 13,50 dollars en 2025 et de 15 dollars de l’heure en 2026.

Ces résultats sont identiques à ceux concernant les référendums d’initiative populaires sur cette même question dans tous les autres États qui ont essayé lors des élections précédentes.

Dans l’Illinois, l’Amendement 1 – adopté à 58,4 % des voix ! – précise entre autres que le droit fondamental des syndicats publics de négocier – qui peut inclure tout, le salaire, les avantages sociaux, les heures travaillées, les conditions d’emploi, les procédures d’embauche et de licenciement – ne peut jamais être diminué même si l’État est en difficulté fiscale.

C’est exactement transformer en loi constitutionnelle ce que les communistes français appellent les « avantages acquis ». En d’autres termes, le système de retraite ou les avantages que les employés publics obtiennent le premier jour de leur service doivent être les mêmes (ou meilleurs) lorsqu’ils prendront leur retraite des décennies plus tard.

Ceci dit, la question d’un référendum n’est pas toujours économique.

Les électeurs de Californie, du Vermont et du Michigan ont approuvé mardi les mesures de vote inscrivant le droit à l’avortement dans la Constitution de leurs États tandis que ceux des États traditionnellement conservateurs du Montana et du Kentucky ont rejeté les mesures qui en auraient restreint l’accès.

Les votes signalent un soutien au droit à l’avortement après que la Cour suprême en juin a annulé l’arrêt historique de 1973 Roe vs. Wade et le droit constitutionnel fédéral à la procédure, renvoyant ainsi la question au niveau des États.

En août, les électeurs du Kansas avaient également rejeté une mesure de vote qui aurait donné à la législature de l’État le pouvoir de restreindre l’accès à l’avortement par le biais d’un amendement constitutionnel de l’État.

Dans cinq États, les électeurs décidaient de légaliser ou non la marijuana à des fins récréatives : le Maryland et le Missouri ont approuvé leurs propositions tandis que l’Arkansas, le Dakota du Nord et le Dakota du Sud ont rejeté leurs mesures.

Sur les armes à feu, les électeurs de l’Iowa ont décidé d’étendre les droits des armes à feu dans leur État avec l’approbation de l’amendement 1. La mesure ajoute un libellé à la Constitution de l’État indiquant que « le droit du peuple de détenir et de porter des armes ne doit pas être enfreint ». La proposition exige également que toutes les restrictions sur les armes à feu soient soumises à un « examen rigoureux » (strict scrutiny), la norme appliquée aux lois par les tribunaux pour déterminer si elles sont constitutionnelles.

A contrario, la mesure 114 de l’Oregon imposerait de nouvelles restrictions sur les armes à feu, interdisant les chargeurs de plus de 10 cartouches. La proposition exige également que les acheteurs potentiels d’armes à feu suivent un cours de sécurité et réussissent un contrôle de leurs antécédents avant d’obtenir un permis pour acheter une arme à feu.

Cette proposition est probablement inconstitutionnelle après l’arrêt Bruen de la Cour suprême des États-Unis cet été (ici et ) mais elle est emblématique des problèmes des référendums d’initiative citoyenne : il y aura toujours quelque part une majorité pour violer allègrement les droits d’une petite minorité.

 

Conclusion

Finalement, cette élection prépare la campagne électorale présidentielle de 2024. Le président Biden a répété à maintes reprises qu’il serait candidat en 2024.

L’élection était très suivie par de nombreux conservateurs car le président Trump a constamment laissé entendre qu’il lancerait sa campagne de retour à la Maison Blanche dès cette semaine.

Donald Trump donne depuis des semaines un aperçu du type d’attaques qu’il déploierait contre Ron DeSantis si le gouverneur de Floride tentait de se mettre en travers de sa route. À la veille des élections, Trump a proféré une vague menace de révéler des informations sur Ron DeSantis qui pourraient lui nuire s’il se présente.

Exactement 5 sièges de représentants de la Floride ont changé de bord. Si la majorité de la Chambre des représentants finit par se jouer à exactement 5 sièges près, comme cela pourrait bien être le cas, Ron DeSantis aura non seulement gagné la Floride avec 20 % d’avance – contre seulement 1,2 % et 3,3 % pour Trump contre Clinton en 2016 et Biden en 2020 – mais il aura aussi mobilisé tant d’électeurs pour voter pour lui qu’il aura finalement changé la donne au niveau national.

Les conservateurs – aussi mauvais soient-ils en politique depuis des décennies – ne sont peut-être pas tous complètement incapables de compter.

 

Montage des couvertures du New York Post – 9 et 10 novembre 2022

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Avec le conflit en Ukraine, les questions de défense européenne sont devenues plus d’actualité que jamais. Dans le même temps, certaines initiatives comme le bouclier antimissile sous initiative allemande posent des questions sur sa réalité.

Pour avoir des réponses, la rédaction s’est entretenue avec Jean-Dominique Merchet, journaliste à L’Opinion et spécialiste des questions de défense nationale et internationale. Entretien réalisé par Alexandre Massaux.

 

Alexandre Massaux : Le développement d’un bouclier antimissi... Poursuivre la lecture

photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

C’est officiel, Donald Trump se représentera en 2024 à l’élection pour le poste de président des États-Unis. Depuis la station balnéaire de Mar-a-Lago à Palm Beach, l’ancien président a déclaré : « Nous sommes une nation en déclin », mais qu’heureusement, « le retour de l'Amérique commence dès maintenant ». Ça n’a pas l’air d’être l’avis de tous les conservateurs, qui craignent globalement que l’ancien serial winner, tombeur de la dynastie Clinton, ne soit devenu un boulet insupportable pour la droite.

Politiquement, le produit Donald ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles