Midterms : les gouverneurs anti-confinement ont gagné

Les gouverneurs opposés aux confinements ont remporté facilement la victoire lors des élections de mi-mandat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ron DeSantis by Gage Skidmore (creative commons CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Midterms : les gouverneurs anti-confinement ont gagné

Publié le 11 novembre 2022
- A +

Par Christian Britschgi.

Les gouverneurs opposés aux confinements ont remporté facilement la victoire lors des élections de mi-mandat.

Dans tout le pays, les dirigeants républicains qui se sont fait connaître en s’opposant aux fermetures d’entreprises et d’écoles ont été réélus avec des marges beaucoup plus confortables que lors de leur première campagne avant la pandémie.

Lors d’un débat en octobre contre son adversaire, le représentant Charlie Crist (D-Fla.), le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a déclaré :

« Je vous ai aidés. J’ai protégé vos droits. J’ai fait en sorte que vous puissiez gagner votre vie. J’ai fait en sorte que vous puissiez faire fonctionner vos entreprises. »

À la fin de la pandémie, DeSantis était devenu le visage de l’opposition républicaine aux restrictions liées au covid. Il s’est opposé aux fermetures d’entreprises et d’écoles, a limité la capacité des gouvernements locaux à imposer leurs propres politiques en matière de covid et a annulé les amendes infligées aux propriétaires d’entreprises pour avoir violé les mandats relatifs à la pandémie.

DeSantis était loin d’être un parfait libertarien sur le sujet du covid. Il a publié un décret interdisant aux entreprises de Floride d’avoir des exigences en matière de vaccination. Bien que l’histoire l’oublie, il a également été un peu plus disposé que certains de ses pairs républicains à fermer des entreprises lors des premiers stades de la pandémie. Il a ordonné la fermeture de bars lors d’une vague de cas en juin 2020.

Pourtant, les électeurs ont récompensé son bilan avec un écrasant 60 % des voix. C’est bien plus que sa petite victoire de 2018 où il n’avait gagné qu’à peu de voix près.

Dans quelle mesure les politiques de DeSantis liées au covid ont-elles joué un rôle dans sa victoire ? Un sondage de l’Université de Floride du Sud réalisé en avril a révélé que la plupart des Floridiens approuvaient la réponse de l’État en matière de covid mais que seulement 9 % d’entre eux considéraient le covid comme leur souci le plus important. Cela correspond aux sondages nationaux qui montrent que la pandémie n’est pas la principale préoccupation des électeurs.

Néanmoins, les Républicains de tout le pays se sont empressés de faire campagne sur la pandémie et semblent en général avoir été récompensés pour cela.

 

Le gouverneur de Géorgie, Brian Kemp, s’est attiré un mépris national massif pour avoir été l’un des premiers gouverneurs à lever les restrictions des commerces en avril 2020. The Atlantic a décrit cette décision comme « une expérience de sacrifice humain ».

Kemp était encore heureux de vanter son bilan en matière de maintien de l’ouverture des entreprises lors d’un débat avec la challenger démocrate Stacey Abrams en octobre. Mardi soir, tard dans la nuit, il a largement battu Abrams avec 54 % des voix. C’est une amélioration par rapport à sa prestation de 2018 contre Abrams, où il a remporté un peu plus de 50 % des voix.

L’ancien représentant Beto O’Rourke (D-Texas) a accusé de manière incendiaire le président sortant Greg Abbott de tuer les Texans avec ses politiques pandémiques, ce qui n’a pas semblé l’aider. Abbott a remporté la victoire avec 55 %. D’un autre côté, les Démocrates sortants ayant soutenu les sévères restrictions ont eu davantage de mal à rester en poste, même s’ils ont gagné les élections.

L’économie est arrivée en tête des préoccupations des électeurs interrogés avant l’élection. L’inflation s’est révélée être la préoccupation la plus citée par les électeurs dans les premiers sondages de sortie des urnes. Pourtant, ces pressions inflationnistes sont en aval d’une approche interventionniste du covid. L’État fédéral s’est engagé dans des milliers de milliards de dollars de dépenses financées par le déficit pour soutenir une économie souffrant des effets persistants des blocages, ce qui a fait grimper les taux d’inflation.

La mauvaise économie a contribué à créer la vague rouge du soir des midterms, ce qui signifie que la pandémie a contribué à animer les électeurs à cette occasion, même si elle n’était pas en tête de leurs préoccupations lorsqu’ils sont entrés dans l’isoloir.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Vous n’avez pas entendu parler de cet article hilarant qui clame l’amnistie ? C’est la blague de fin d’année. Vous me direz, on approche de noel. Seulement, ces gens-ci doivent bien comprendre qu’outre de régler l’addition, nous les poursuivrons jusque dans leurs chiottes s’il le fallait. Quant aux électeurs américains, je ne suis pas certain qu’ils se souviennent encore du Covid, tant les démocrates déclenchent crises sur crises.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
une personne en combinaison de prptection
2
Sauvegarder cet article

Commenter des images de France 24, la voix de son maître gouvernemental s’il en est, qui montre, à travers des images choquantes, les effets néfastes de la politique du zéro covid en Chine.

Pourquoi ?

Par exemple, la photo de droite montre le dos d’un travailleur qui escalade une clôture. Il s’agit du recadrage sur un travailleur d’un groupe de travailleurs de Foxconn, entreprise taïwanaise, filiale d’Apple, dont l’immense usine est située à Zhengzhou en Chine. Elle fabrique 70 % des iPhone de ce groupe (500 000 par jour). La lé... Poursuivre la lecture

Avec le conflit en Ukraine, les questions de défense européenne sont devenues plus d’actualité que jamais. Dans le même temps, certaines initiatives comme le bouclier antimissile sous initiative allemande posent des questions sur sa réalité.

Pour avoir des réponses, la rédaction s’est entretenue avec Jean-Dominique Merchet, journaliste à L’Opinion et spécialiste des questions de défense nationale et internationale. Entretien réalisé par Alexandre Massaux.

 

Alexandre Massaux : Le développement d’un bouclier antimissi... Poursuivre la lecture

photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles