Les gens acceptent-ils la monnaie parce que l’État la cautionne ?

Le théorème de régression de Mises montre que la monnaie n’est pas apparue à cause d’un décret étatique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les gens acceptent-ils la monnaie parce que l’État la cautionne ?

Publié le 25 septembre 2022
- A +

Par Frank Shostak.

 

La demande de biens s’explique par les avantages perçus. Par exemple, les individus demandent de la nourriture parce qu’elle les nourrit. Ce n’est cependant pas le cas des morceaux de papier que nous appelons monnaie, alors pourquoi les acceptons-nous ?

Selon Platon et Aristote, l’acceptation de la monnaie est un fait historique entériné par un décret de l’État. C’est ce décret, dit-on, qui fait qu’une chose particulière est acceptée comme moyen général d’échange. Néanmoins, Carl Menger doutait du bien-fondé de ce point de vue, et écrivait :

Un événement d’une signification aussi élevée et universelle et d’une notoriété aussi inévitable que l’établissement par la loi ou la convention d’un moyen d’échange universel, aurait certainement été retenu dans la mémoire de l’homme, d’autant plus certainement qu’il aurait dû être réalisé dans un grand nombre de lieux. Pourtant, aucun monument historique ne nous rapporte de manière digne de foi des transactions qui auraient conféré une reconnaissance distincte à des moyens d’échange déjà en usage, ou qui auraient fait référence à leur adoption par des peuples de culture relativement récente, et encore moins qui auraient témoigné d’une initiation des premiers âges de la civilisation économique à l’usage de la monnaie.

Pourquoi l’analyse conventionnelle de l’offre et de la demande ne permet-elle pas d’expliquer le prix de l’argent ?

Comment une chose que l’État proclame devient-elle le moyen d’échange, acquérant ainsi une valeur ? Nous savons que le prix d’un bien est le résultat de l’interaction entre l’offre et la demande. Nous pourrions en déduire que le prix de l’argent est également fixé par les lois de l’offre et de la demande.

Alors que la demande de biens émerge en raison des avantages perçus, les gens demandent de la monnaie en raison de son pouvoir d’achat par rapport à divers biens. La demande de monnaie dépend du pouvoir d’achat de la monnaie, tandis que le pouvoir d’achat de la monnaie dépend de la demande de monnaie.

Nous sommes pris dans un piège circulaire. (La demande de monnaie dépend de son pouvoir d’achat tandis que le pouvoir d’achat dépend, pour une offre donnée, de la demande de monnaie). La circularité semble justifier l’opinion selon laquelle l’acceptation de la monnaie est le résultat du décret de l’État.

 

Mises soutient l’idée de Menger

Le théorème de régression de Ludwig von Mises soutient les idées de Menger. Mises a non seulement résolu le problème de la circularité de l’argent, mais il a également confirmé l’opinion de Carl Menger selon laquelle l’argent ne provient pas d’un décret étatique.

Mises a commencé son analyse en remarquant que la demande de monnaie d’aujourd’hui est déterminée par le pouvoir d’achat de la monnaie d’hier. Par conséquent, pour une offre de monnaie donnée, le pouvoir d’achat de la monnaie d’aujourd’hui est établi. La demande de monnaie d’hier était à son tour fixée par le pouvoir d’achat de la monnaie de la veille. Pour une offre de monnaie donnée, le prix de la monnaie d’hier a été fixé. La même procédure s’applique aux périodes passées.

Cependant, cela ne résout pas le problème de la circularité, mais semble au contraire le repousser à l’infini. Ce n’est pas le cas, affirme Mises. En régressant dans le temps, nous finirons par arriver à un moment où la monnaie n’était qu’une marchandise ordinaire dont le prix était fixé par la demande et l’offre. Cette marchandise avait une valeur d’échange par rapport à d’autres marchandises, c’est le troc qui établit sa valeur d’échange.

Lorsqu’une marchandise devient de la monnaie, elle a déjà un pouvoir d’achat ou un prix établi par rapport à d’autres marchandises. Ce pouvoir d’achat nous permet d’établir la demande de cette marchandise en tant que monnaie. Celle-ci, à son tour, pour une offre donnée, fixe son pouvoir d’achat le jour où cette marchandise commence à fonctionner comme de la monnaie.

Une fois que le prix de la monnaie est établi, il sert d’intrant pour l’établissement du prix de la monnaie de demain. Il s’ensuit que sans les informations d’hier sur le prix de la monnaie, le pouvoir d’achat de la monnaie d’aujourd’hui ne peut être établi. En ce qui concerne les autres biens et services, l’histoire n’est pas nécessaire pour fixer les prix actuels, car la demande de ces biens découle des avantages perçus de leur consommation. L’avantage que procure la monnaie est qu’elle peut être échangée contre des biens et des services. Par conséquent, il faut connaître le pouvoir d’achat passé de la monnaie pour établir sa demande actuelle.

En utilisant le théorème de régression, nous déduisons qu’il n’est pas possible que l’argent soit apparu à cause d’un décret étatique, car le décret ne peut pas conférer un pouvoir d’achat à une chose que le gouvernement proclame comme devant devenir le moyen d’échange.

Selon Hans Hermann Hoppe :

La monnaie doit émerger en tant que marchandise, car une chose ne peut être demandée comme moyen d’échange que si elle a une demande de troc préexistante.

Une fois qu’une marchandise est acceptée comme moyen d’échange, elle continuera à l’être même si son utilité non monétaire disparaît. La raison de cette acceptation est le fait que les gens possèdent maintenant des informations sur le pouvoir d’achat d’hier, ce qui permet de former une demande de monnaie aujourd’hui.

 

De la monnaie marchandise à la monnaie papier

À l’origine, le papier-monnaie n’était pas considéré comme de la monnaie, mais seulement comme un représentant de la monnaie, qui était l’or. Divers certificats papier étaient des créances sur l’or stocké dans les banques. Les détenteurs de certificats papier pouvaient les convertir en or chaque fois que cela était jugé nécessaire. Comme les particuliers ont trouvé plus pratique d’utiliser des certificats de papier pour échanger des biens et des services, ces certificats ont été considérés comme de la monnaie.

L’introduction de certificats en papier acceptés comme moyen d’échange a ouvert la porte à des pratiques frauduleuses. Les banques pouvaient être tentées d’augmenter leurs profits en prêtant des certificats qui n’étaient pas couverts par de l’or.

Dans une économie de marché libre, une banque qui émet trop de certificats papier se rendra rapidement compte que la valeur d’échange de son certificat par rapport aux certificats des autres banques va chuter. Cette baisse de la valeur d’échange incitera les particuliers à convertir en or les certificats bancaires émis en trop grand nombre afin de protéger leur pouvoir d’achat.

Cependant, la banque sur-émettrice n’aurait pas assez d’or pour honorer tous les certificats papier émis, et serait déclarée insolvable. La menace de faillite dissuaderait donc les banques d’émettre des certificats de papier non garantis par de l’or.

Ainsi, dans une économie de marché libre, le papier-monnaie ne peut pas avoir une vie propre et devenir indépendant de la monnaie marchandise.

 

La Banque centrale applique la norme papier

En réponse aux banques qui émettent trop de monnaie, l’État pourrait, par décret, abolir la convertibilité des certificats de papier en or, empêchant ainsi ces banques de faire faillite.

Toutefois, une fois que les banques ne sont plus obligées de convertir les certificats de papier en or, cela ouvre la possibilité de réaliser des profits, puisque cette action inciterait à l’expansion des certificats de papier, ce qui, à son tour, pourrait produire une hyperinflation et un effondrement économique.

Pour éviter l’effondrement, l’étalon papier-monnaie doit être géré de manière à empêcher les différentes banques concurrentes d’émettre trop de certificats papier. Cela peut être réalisé par l’établissement d’une banque centrale monopolistique, qui gère l’expansion de la monnaie papier. Pour affirmer son autorité, la banque centrale introduit ses propres certificats papier pour remplacer les certificats des banques commerciales. Le pouvoir d’achat du certificat de la banque centrale est établi parce que les certificats papier des banques commerciales sont échangés contre le certificat de la banque centrale à un taux de change fixe.

Le certificat de papier de la banque centrale, qui est déclaré comme ayant cours légal – c’est-à-dire la monnaie – sert également d’actif de réserve pour les banques, ce qui fixe ensuite une limite à l’expansion du crédit des banques. Il semblerait qu’au moyen de politiques monétaires, la banque centrale puisse désormais gérer et stabiliser le système monétaire. Ce n’est cependant pas le cas – l’étalon papier doit être constamment contrôlé pour éviter son effondrement.

Cela signifie un pompage monétaire continu et toujours plus important par la banque centrale pour maintenir le système stable. Cependant, cela conduit à la fois à une baisse du pouvoir d’achat de la monnaie et à des cycles d’expansion et de récession, ce qui, à son tour, déstabilise l’ensemble du système monétaire.

 

Conclusion

Le théorème de régression de Mises montre que la monnaie n’est pas apparue à cause d’un décret étatique. L’acceptation de la monnaie est dictée par son pouvoir d’achat antérieur. Le théorème de régression montre que le pouvoir d’achat est acquis parce que la monnaie est née comme une marchandise. Le théorème de régression montre également que le papier-monnaie a un pouvoir d’achat parce qu’il était initialement entièrement garanti par une marchandise telle que l’or.

 

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Une question cependant. Après une hyperinflation, il est clair pour tout le monde que l’argent papier n’a plus aucune valeur. Alors typiquement, une nouvelle monnaie (papier aussi) est introduite, et se met à servir d’échange. Selon la régression présentée, ce devrait être impossible, car ce bien est considéré sans valeur?
    Il semble ainsi que toute nouvelle monnaie créée par un état a dès le début une valeur d’échange. Et cette valeur semble liée à la crédibilité de cet état. Une partie (au moins) de la valeur de l’argent pourrait elle être liée au pouvoir de répression de l’état si l’on ne l’utilise pas?

    • Parce que la quantité principale de monnaie existe sous forme de dette, d’engagements qui seront libérés plus tard. Or ce qui fixe la valeur de ces dettes n’est pas la monnaie, mais la valeur de l’actif, qui elle, ne disparaît pas. La monnaie « réelle » ne sert que lors des échanges : souscription de la dette et libération de celle-ci. Même si le temps entre contraction et libération de la dette n’est que de quelques millisecondes, cela suffit pour découpler les 2 actes. J’achète un bien dont le prix est libellé en Franc, je paie cet achat en Euros.

      Ce découplage n’est pas très facile à comprendre pour ceux qui n’ont pas manipulé de comptabilité, mais c’est la différence entre un achat et un payement, entre un bon de commande et une facture. Vous n’avez besoin de « montrer » votre monnaie « officielle » qu’au moment ou vous « officialisez » l’échange. Le reste du temps, ca reste de la monnaie, mais totalement scripturale.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Photo de Ludwig von Mises
4
Sauvegarder cet article

À la fin de 1958, l'économiste Ludwig von Mises donna une série de conférences à des étudiants en Argentine. En 1979, après sa mort, sa femme Margit les publia sous la forme de Six Leçons.

Avec l'Institut Mises France, les Éditions John Galt viennent de publier une traduction en français de ces leçons d'économie ignorées par beaucoup, en particulier par les soi-disant élites.

 

Le capitalisme

Les améliorations des conditions de vie des Hommes sont dues aux entreprises capitalistes dont les dirigeants, innovateurs, o... Poursuivre la lecture

Par Jan Krepelka.

Qu'est-ce que la monnaie ?

La monnaie est un outil formidable de civilisation qui nous a permis de sortir du troc, d'épargner et de nous  coordonner par le marché. Elle rend possible à grande échelle la spécialisation du travail, les avantages comparatifs, les gains à l'échange, le calcul économique... Sans monnaie, pas de civilisation moderne, donc.

Traditionnellement, on attribue trois fonctions à la monnaie.

 

Les trois fonctions de la monnaie

Unité de compte 

La mo... Poursuivre la lecture

Par Éric Mengus et Guillaume Plantin.

 

Le 23 septembre au Royaume-Uni, l’annonce du mini-budget et les événements qui ont suivi jusqu’à l’annonce de la démission de la Première ministre Liz Truss, le 20 octobre, ont suscité un regain d’intérêt pour le risque de « dominance budgétaire », c’est-à-dire une situation dans laquelle la banque centrale abandonne son objectif de stabilité des prix pour aider le gouvernement à financer ses déficits.

Mais dans quelle mesure cette séquence d’événements doit-elle nous pousser à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles