La chute de l’UERSS

L’Union Européenne des Républiques Socialistes Soviétiques se précipite vers sa chute.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 14
State of the EU MEPs debate about the EU’s most immediate challenges by European parliament (Creative commons CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La chute de l’UERSS

Publié le 23 septembre 2022
- A +

Article disponible en podcast ici.

 

De l’UE à l’UERSS

Il faut se remémorer l’UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus librement possible pour favoriser la richesse de chacun.

Aujourd’hui, UERSS cherche à nous appauvrir. Elle a sciemment réduit l’accès à l’énergie en dissuadant le nucléaire et en stoppant le gaz russe. Auparavant, l’UE facilitait l’accès au charbon.

L’UERSS veut interdire les voitures à essence, alors que cela reste une des rares industries encore rentables dans l’Europe. Auparavant, l’UE facilitait l’accès à l’acier pour aider l’industrie.

L’UERSS souhaite traquer le moindre flux financier quitte à vouloir interdire des nouvelles technologies comme Bitcoin. Auparavant, l’EU voulait une libre circulation des capitaux.

L’UERSS enferme les citoyens chez eux, et demande un passeport sanitaire pour passer la frontière ou aller au restaurant. Auparavant, l’EU voulait une libre circulation des citoyens.

Encore une fois, l’UE ne devait que maximiser les synergies des économies européennes. Aujourd’hui UERSS, nous dit ce qu’on doit mangerquelle voiture achetercomment se chaufferquelle information regarder, comment élever nos enfants ou même comment se laver les mains. L’UERSS vient de sortir un jeu de société pour expliquer la gloire Ursula von der Leyen au bas peuple.

Il semble que l’élite européenne n’a pas supporté la chute de son utopie technocratique communiste en 1991. Elle n’a eu de cesse de recréer une technocratie en Europe de l’Ouest. Cela a commencé par Maastricht en 1992 et se termine par Lisbonne en 2007.

Même cause, même conséquence, la technocratie de l’Ouest est en faillite à cause de choix calamiteux, parfois déjà testés par la technocratie de l’Est.

 

Comment les technocraties meurent

Effondrement de leur monnaie

Rien de mieux pour saboter une économie que de perdre la confiance dans sa monnaie. Les Romains précipitèrent leur perte en rachetant leur propre monnaie en or pour la refondre avec du cuivre au IIIe siècle. La Chine fut un brutal retour à l’étalon-argent au XVIe siècle après avoir trop joué avec ses billets. L’hyperinflation allemande de 1923 a détruit ce qui restait de son économie après la défaite.

Aujourd’hui, après une émission monétaire débridée provoquée par les taux à 0 % et le quantitative easing, l’euro est plus faible que jamais. Il a descendu sous la parité avec le franc suisse puis le dollar. On espère tous éviter le plongeon et revenir à la stabilité.

La science d’État remplace la science des faits

Le signe le plus alarmant du déclin de l’Europe se trouve dans sa science. Autrefois, joyau de l’Occident, la science européenne rayonnait sur le monde. Maintenant, elle sert les idéologies du gouvernement.

La science a la tâche ardue de prouver que les malheureux panneaux solaires remplaceront les centrales nucléaires. Pourtant le site d’EDF permet de comprendre l’arnaque. Les données sur le solaire montrent qu’un panneau solaire ne produit qu’à hauteur de 14 % de sa capacité. Alors que les données du nucléaire montre qu’une centrale nucléaire produit à hauteur de 71 % de sa capacité. (calcul ci-joint)

img

Elle doit prouver qu’un homme ne se définit pas sur des faits biologiques clairs comme ses chromosomes, ses organes sexuels ou ses hormones, mais selon le point de vue de chacun. D’ailleurs un homme peut même tomber enceinte !

Durant le covid, la science d’État tournait à plein régime. Il fallait mesurer l’efficacité des masques selon le stock disponible. Convaincre du bénéfice-risque de s’injecter trois doses d’un vaccin expérimental quand on n’est pas à risque. Expliquer pourquoi le vaccin, le confinement ou le pass sanitaire sont très performants pour vaincre l’épidémie, même s’ils ne parviennent pas à aplatir une courbe.

Le communisme était très friand de la science d’État. On peut citer Staline pour qui l’hérédité, même restreinte aux graines, lui était insupportable. Heureusement, la science d’État, en la personne de Lyssenko, prouva bien vite qu’il n’y a pas d’hérédité dans les semences. Toutes ces régressions scientifiques ont provoqué des pénuries et des famines en URSS.

Mao était lui aussi un fin expert en semences. Il a décidé qu’il fallait tuer tous les oiseaux pour éviter qu’ils mangent les graines dans les champs. Le peuple a exécuté l’ordre promptement en tapant dans des casseroles près des nids. Les oiseaux tombèrent morts de fatigue. Sans oiseaux dans les champs, les récoltes suivantes ont été dévastées par les insectes, il eut 45 millions de morts de faim suite au Grand Bond de Mao.

Ravager l’agriculture

On remarquera le goût prononcé des technocrates pour ravager l’agriculture. L’UERSS ne fait pas exception. Elle vient de nous priver d’engrais azoté en votant les sanctions russes. L’UERSS pousse toujours son programme Farm to Fork pour se passer de tout produit chimique dans l’agriculture.

Pourtant ce sont bien des révoltes pour la faim qui ont renversé le gouvernement du Sri Lanka en 2022, la Syrie en 2012 ou la Tunisie, l’Égypte et la Libye en 2010.

On peut même remonter à la Révolution française, le peuple se soulevait pour réclamer du pain. Ce à quoi Marie Antoinette répondit : « Qu’ils mangent de la brioche ! »

 

Qu’ils mangent de la brioche !

Cette élite totalement déconnectée de la vie de ses sujets est visible dans l’UERSS où cette phrase est déclinée à toutes les sauces.

  • Vous n’avez plus d’essence dans la voiture ? Passez à l’électrique !
  • Vous n’avez plus de gaz pour vous chauffer ? Installez une pompe à chaleur !
  • Vous n’avez plus de pain ? Mangez du bio !

 

Les technocrates de l’UERSS ont appauvri le peuple, pourtant ils persévèrent à imposer leur morale et leur idéologie. Ils continuent de jouer de la musique, comme les musiciens du Titanic, mais ont-ils au moins vu l’iceberg devant eux ?

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • Très bon. Il est presque à souhaiter que l’iceberg ne soit qu’à quelques heures pour en finir avec ce régime européen mortifère !

    13
  • Il en est ainsi de tous les organismes vivants : passer de la jeunesse débridée et enthousiaste à la maturité pointilleuse et sermonnante avec, à ce stade, pour seule ligne d’horizon, la décrépitude de la sénescence.

    -1
  • Entièrement d’accord sauf avec l’acronyme : je parlerai plutôt d’UREE (union des républiques écologistes européennes) si on veut évoquer l’URSS ou UEE (union écologiste européenne) si on veut éviter la confusion avec l’urée.

    • Bah! Socialiste soviétique, ou bien écologistes, c’est un peu la même chose, non? Peut être pas dans les apparences, mais dans le résultat concret sur le niveau de vie des gens,oui! Ah oui, mais c’est vrai, on va m’expliquer que le niveau de vie est un concept fallacieux inventé par la droite ultralibérale qui gouverne la France, et qu’il ne faut pas accorder d’importance à ce genre de choses.

      C’est fou cette mode de tout rebaptiser. Avant on disait communisme, maintenant on dit écologisme. Avant on disait misère, maintenant, sobriété. Je devrais écrire un dictionnaire.

      14
      • non pas pareil..écologisme vise l’appauvrissement sans complexe.. certes il enfume;. le collectivisme promettait laprosperité..et on peut imagine que sans pays plus libres par rapport auquel se comparer.. un régime collectiviste dure avec une population qui « adhère »..

    • En effet, les critiques sont justes mais le sigle UERSS ressortit à l’amalgame complet. Il revient à relativiser l’horreur qu’a été l’URSS, les camps, les déportations, l’esclavage rétabli, les millions de morts, les famines, les interdictions partout (croire, voyager, s’exprimer, protester), etc. Cela revient pour beaucoup qui auraient oublié ce que c’était : « Ah mais, si l’UE c’est comme l’URSS, ça ne devait être si terrible la vie en URSS ! »
      Eh bien si, c’était l’horreur, ça n’a rien à voir avec les dérives de l’UE et de l’Occident en général. C’est une entreprise erronée et mensongère qui revient à relativiser l’abomination totale qu’a été le communisme.

      • oui…mais il faut expliquer que si on décide de suivre les principes pseudo généreux du communisme comme l’urss, on finira par foutre des gens en taule pour dissidence..

        nous ne sommes encore en démocratie.. mais libérale???

      • Est-ce vraiment ça l’URSS ou simplement la mise en embargo états uniens demandant alors des sacrifices?

      • Exactement, on est loin des cent millions de morts.

        • Il a fallu plus de 70 ans au « communisme réel » (sur une population assez large, entre URSS, Chine, Cambodge, Corée, Cuba, etc.) pour y arriver. Un peu d’optimisme, si on voit l’impact de la « crise COVID », l’UERSS devrait pouvoir tenir le rythme (per capita), il faut juste « laisser le temps au temps ».

          Ou espérer que l’effondrement soit plus rapide.

    • Il ne s’agit pas d’urée mais de m… ou de chienlit totale pour être politiquement soft.

  • L’Europe de Maastricht (Masse trique comme diraient certains) nous a été vendue par un certain Mitterrand
    Ce devait être un paradis démocratique, prospère et pacifique
    A l’arrivée: un enfer avec totalitarisme d’une petite clique non élue, pénuries et pauvreté, et la guerre (Balkans, Ukraine)

    13
  • La fin de l’UE est inscrite dans les faits, ce n’est plus qu’une question de temps. En effet Cette union est dirigée par des gens non élus qui décident à la place des peuples voir cette égéries dicatatoriale verte de von der leyen pour être fixé. Nous sommes effectivemetn dans un régime de type communiste où le parti vert allemand s’est infiltré partout et dirige pratiquement tout sans tenir compte des impératifs, économiques, scientifiques, organisationnels etc.. Seule la doctrine du parti compte la catastrophe énérgéntique que nous vivons est directement liée aux utopies des énérgies renouvelables subventionnéee à grand frais avec faut il en rire ou enleurer la production de CO² comme nous n’en avons jamais produits du fait que ces systèmes ne produisent pratiquement pas d’éléctricité et qu’il faut mettre en place des centrales thermiques à gaz et maintenant que l’on n’a plus le gaz russe à charbon et à tourbes avec sans aucun foncement scientifique et ou techniques une opposition vicérale et stupide au nucléaire qui lui pourtant ne produit pas de co². Et des tristes individus comme macron détruisent la technologie française qui ne paricipe pas au réchauffement climatique (voir son discour stupe d’hier avec le parc éolien maritime de saint nazaire) pour la remplacer par des technologies ultra poluantes et produisant du CO² tant et plus donc accélérant le réchauffement climatique. Nous sommes bien dans les raisonnements communistes et dans un contexte communiste où les gens du parti dirigent et croient tout savoir et ne tiennent plus comptes de la réalité ni de la démocratie et de ses instances représentatives que ces fosseyeurs neutralisent par tous les moyens possible. L’Angleterre a eu bien raison desortir de ce merdier de non élus qui ont confisqués le pouvoir et prétendent tout diriger comme tous les partis communistes et dictatauriaux l’ont faits.

    10
    • « Nous sommes effectivemetn dans un régime de type communiste où le parti vert allemand s’est infiltré partout et dirige pratiquement tout ». A l’origine de ce parti vert allemand, on trouve le parti communiste allemand qui a survécu à son interdiction en se peignant en vert. Comme tout parti communiste, il s’est infiltré partout, mais surtout à Bruxelles. Et de là vient son horreur du nucléaire : à l’époque le nucléaire était dirigé contre l’URSS, qu’il fallait épargner à toute force.

    • Deux trois infos concernantes éoliennes :
      – UN réacteur nucléaire équivaut (quand elles tournent) à 80 km d’éoliennes (en linéaire avec espaces entre elles)
      – Un éolienne terrestre c’est 500 à 800 tonnes de béton pour sa base.
      – Concernant les éoliennes maritimes (Cf St Nazaire) c’est 5000 tonnes de béton par éolienne (+ enrochement interne). Ravage du fond maritime…
      Tout cela pour qu’elles fonctionnent que 25% du temps.

      • et elles ne vont pas durer (corrosif , le milieu marin, sans compter une bonne tempête d’ouest…)

        • C’est du composite, ça résiste bien à la corrosion. En revanche, à la fatigue et aux hétérogénéités de l’écoulement venteux, c’est moins sûr. Si on appliquait les normes des tuyauteries nucléaires sur un champ offshore, elles seraient toutes arrêtées après le premier hiver.

      • Elles ne fonctionnent que 14% du temps, chiffres EDF… Ou plutôt elles ne produisent que 14% de ce qu’elles pourraient produire si elles tournaient à plein tout le temps. Pitoyable.

        Et puis, si changer très marginalement la composition chimique de l’atmosphère peut changer complètement le climat, modifier la circulation du vent (responsable de la « modération » du climat de la terre) ne risque-t-il pas plus encore de transformer le climat ? Je pose la question pour un ami…

    • « … produisant du CO² tant et plus donc accélérant le réchauffement climatique »
      Dites nous donc ce qui vous fait penser que le surplus de gaz carbonique contribue au réchauffement.

  • Bravo pour vos comparaisons avec le soviétisme.
    Macron, en serviteur zélé d’Ursula à laquelle il espère succéder en 2027, roule à fond pour cette idéologie suicidaire.
    Les éoliennes ne servent à rien. Oui mais nous sommes en retard sur le programme donc on va mettre les bouchées doubles sur terre et en mer.
    L’école est malade et les résultats sont catastrophiques. Peu importe, les priorités sont la théorie du genre et la lutte contre les discriminations.
    Quand j’étais écolier, il y a fort longtemps, mes instituteurs m’apprenaient à écrire, à compter, à rédiger, à comprendre l’histoire de France et sa géographie.
    Chaque jour je mesure la chance que j’ai eue, moi qui étais d’un milieu fort modeste, d’avoir un enseignement de qualité qui n’avait rien de ludique mais qui savait sélectionner les meilleurs élèves selon des critères indiscutables.
    L’idéologie européiste est une catastrophe dans tous les domaines : nous n’avons plus d’énergie, nous voulons faire la guerre sans armée et rien ne peut arrêter cette machine infernale.
    La chute sera terrible.

    15
    • Bonjour Jean-Paul, je souscris à 1000% à l’article mais aussi à votre commentaire…l’important, tout le monde le sait, c’est la nation-vélo de Borne bien entendu !😹

    • « Quand j’étais écolier, il y a fort longtemps,….. »
      Tout comme vous, dans les années 60, et l’on nous inculquait aussi la nécessaire curiosité vers les réalités de ce monde, l’esprit critique, le goût de l’effort car rien ne tombait tout cuit du ciel dans les années de l’après-guerre, et effectivement on savait lire et surtout comprendre, compter et rédiger dans un langage clair et soutenu pour se faire comprendre de nos semblables sans ambiguïté! Cette époque est définitivement révolue!

  • Le petit jeux sur le parcours de cette personne ( non élue accessoirement !!) est juste dramatique. Il suffit de voir les fabuleuses avancées de l’Union européenne, des règles, des obligations, des contraintes supplémentaires. On a l’impression qu’on voudrait se saboter, on ne pourrait mieux faire. Cette Europe est devenue une merde qui empêche de prospérer et de vivre librement.
    Plus vite arrivera le mur mieux ce sera, plus vite on pourra espérer repartir sur des bases plus saines, comme à son début.

  • Compte-rendu très juste, le bilan des décisions prises , également. C’est quand même désolant et dramatique. Peut-on espérer un réveil, une prise de conscience? Je le souhaite.

  • L’UERSS, ce n’est pas approprié à cet asile de fous et de folledingues. L’ue n’est qu’une surcursale de la Cia avec ses ses présidents zombies. Les. Usa veulent détruire l’ue pour être seuls contre la Russie /Chine… C’est évidement un suicide. Faire monter le dollar, ha ha ha, il ne vaut plus rien dans quelques mois. La faillite de l’euro de la livre est pour demain et tant mieux pour les rosbif… L’occident est moribond, paix à nos âmes grâce au rivotril, seule solution. Espérons que les successeurs de veran le mette en vente libre… A quoi bon souffrir !

  • Avatar
    FrancoisCarmignola
    25 septembre 2022 at 8 h 13 min

    C’est la faute à l’écologie.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Nongqawuse
    Nous, nous avons eu Greta. C’est la même chose: une barbarie stupide amène des paumés à se suicider en masse pour des raisons religieuses débiles.
    Energies renouvelables inutiles et ruineuses
    Arrêt de l’industrie pour cause de guerre avec son principal fournisseur d’énergie
    Arrêt de l’agriculture pour cause de guerre avec son principal fournisseur d’engrais

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une micropolémique idiote en chasse une autre. Un jour, ce sont les propos grotesques de Sandrine Rousseau qui agitent médias et réseaux sociaux. Un autre, le col roulé de Bruno Le Maire, ou encore le match de foot entre élus RN et LFI (qui ne se fera pas).

Attention ⚠️ à la communication sur les petits gestes - le col roulé, la doudoune, l’étendoir à linge…- . Des millions de français dans la pauvreté, la précarité et d’autres débordés par l’inflation la perçoivent comme du mépris et de la provocation de la part d... Poursuivre la lecture

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

union européenne
3
Sauvegarder cet article

La gestion de la crise énergétique actuelle, la planification écologique, ou encore les récentes manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas posent de plus en plus la question du bien-fondé des politiques européennes. Si cela est particulièrement notable depuis la guerre en Ukraine, la plupart des pays européens subissent aujourd’hui les conséquences d’un système énergétique européen fragilisé depuis plusieurs années par des politiques expérimentales et des investissements dans des sources d’énergies peu fiables et résilientes.

L’engoue... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles