Nous n’avons pas besoin d’un nouveau Doing Business

Le classement Doing Business s’est révélé vraiment utile dans la mise en œuvre des réformes, malgré ses scandales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Partenariat - Entreprise - Personnel (image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous n’avons pas besoin d’un nouveau Doing Business

Publié le 22 août 2022
- A +

Après le scandale de la manipulation des données du classement Doing Business, qui a ensuite été confirmée par l’enquête interne institutionnelle, la Banque mondiale a décidé de ne plus publier ce rapport annuel sur la régulation des affaires.

Au cours des deux dernières décennies, ce rapport a permis une description importante de la qualité de la régulation des affaires dans les pays du monde entier et a contribué à la mise en œuvre de nombreuses réformes qui ont facilité les affaires et accéléré les taux de croissance économique.

Dans cette optique, avons-nous besoin d’un nouveau Doing Business ?

 

Qu’est-ce que le Doing Business ?

C’est un classement annuel de la qualité de la régulation des affaires qui incluait pas moins de 190 économies du monde.

Avant la création de cet indice, la question de la qualité institutionnelle était rarement soulevée dans l’économie parce qu’il n’existait pas de mesure unique de la qualité des lois, même si les économistes savaient déjà que les texte de lois et les autres règles ont certainement des conséquences économiques, surtout concernant l’efficacité économique. Plus simplement, les pays avec un environnement plus favorable aux affaires auront les taux de croissance économique plus élevés.

Doing Business a recueilli sur le terrain des données objectives auprès de ses partenaires, qui étaient pour la plupart des cabinets d’avocats, des cabinets d’audit et de conseil, sous la forme d’études de cas. De cette manière, les charges administratives réelles rencontrées par les petites et moyennes entreprises ont été mesurées – en d’autres termes, non pas le délai légal d’une procédure, mais combien de temps cela prend concrètement. Les charges réglementaires ont été mesurées par le nombre d’heures de travail nécessaires pour accomplir une procédure, le nombre de jours que celle-ci demande, ainsi que les coûts directs via les frais et les taxes payés.

Le Doing Business observait 10 zones individuelles :

  1. Enregistrement d’une nouvelle société
  2. Obtention d’un permis de construire
  3. Obtention d’une connexion électrique
  4. Enregistrement d’un bien immobilier
  5. Obtention d’un prêt
  6. Protection des actionnaires minoritaires
  7. Paiement des taxes
  8. Commerce transfrontières
  9. Exécution du contrat
  10. Règlement de la faillite

 

Chacun de ces domaines a été étudié sur la base de plusieurs indicateurs.

Par exemple, l’enregistrement d’un nouvelle société a consité à mesurer combien de procédures étaient nécessaires pour créer une nouvelle entreprise, combien de jours ce processus a pris et quel était le montant des coûts (frais et taxes) pour les nouvelles entreprises (société à responsabilité limitée). Si ce processus n’exigeait pas des coûts importants et si les procédures individuelles étaient peu exigeantes, le pays avait une bonne note. Les notes s’étalaient de 0 à 100 ; un nombre de points élevé signifiait un meilleur environnement commercial. Le pays ayant le meilleur score recevait le maximum de 100 points, et la différence entre le maximum et le score individuel de chaque pays était appelée DTF (Distance to Frontier).

 

Pourquoi Doing Business était-il important ?

Jusqu’à l’élaboration de cette métrique, la qualité de la régulation était mesurée par des critères subjectifs, comme la perception des chefs d’entreprise ou des économistes. Un exemple significatif est l’enquête d’opinion auprès des dirigeants du Forum économique mondial, dont les réponses ont été tirées pour l’également célèbre rapport sur la compétitivité mondiale. Mais de telles mesures sont assez difficiles à comparer car elles sont vagues et souvent influencées par le contexte local.

Par exemple, sur de telles mesures, le Tadjikistan obtient des résultats sur l’indépendance de la justice similaires à ceux de l’Allemagne, mais la situation y est certainement pire, et confirmée par d’autres enquêtes. Par conséquent, il est plus probable qu’au Tadjikistan il y ait un problème avec l’échantillon de répondants à ces questions. Leurs réponses sont peut-être influencées par le gouvernement, trop d’optimisme dans l’évaluation du travail des tribunaux parce qu’ils ne savent pas comment fonctionne réellement un système judiciaire indépendant. Cette explication des résultats est plus probable que l’indépendance des tribunaux du Tadjikistan vis-à-vis de l’influence politique ou de la corruption par rapport aux tribunaux allemands.

Doing Business était donc un excellent outil de diagnostic car il permettait justement de comparer la qualité de la réglementation dans différents pays, mais il montrait aussi clairement ce qu’il est possible d’obtenir avec des réformes, c’est-à-dire qu’avec une volonté politique et un effort administratif, il est possible d’améliorer sensiblement la situation puisque d’autres l’ont déjà fait auparavant. Et peut-être le plus important, cela a permis de voir exactement ce qui doit être changé – que ce soit le nombre de procédures nécessaires, leur durée, le montant des frais associés, ou tout autre chose. Grâce à cela, le Doing Business est devenu très populaire, à la fois parmi les économistes et les investisseurs, comme parmi les politiciens – tout le monde voulait que son pays soit classé le plus haut possible sur cette liste.

 

Avons-nous vraiment besoin de Doing Business ?

Malheureusement, il semble que la popularité de la liste Doing Business ait été précisément ce qui a conduit à sa chute.

En termes simples, s’il existe un benchmark qui attire les investisseurs et améliore l’image politique, tout le monde voudra s’en tirer le mieux possible. Cela a également été facilité par la nature de la publication Doing Business, car il est beaucoup plus facile d’influencer les résultats que dans le cas d’autres indicateurs de nature plus générale. En effet, ici, on voit clairement ce qu’il faut faire pour améliorer le classement.

Par conséquent, dans la pratique, un grand nombre de réformes dans le domaine de l’amélioration de l’environnement administratif et de la régulation des affaires n’étaient en réalité que des réformes dans des domaines mesurés par Doing Business, tandis que toutes les autres étaient négligées.

En résumé : « si la Banque mondiale le mesure, réformez-le, si elle ne le mesure pas, n’y touchez pas ».

C’est pourquoi, dans la pratique, nous avons également reçu des exemples quelque peu absurdes : l’environnement des affaires en Macédoine du Nord est-il vraiment meilleur qu’en Allemagne ? ou en Thaïlande plutôt que dans les Pays-Bas, ou en Serbie plutôt qu’en Israël ? Certains pays comme la Serbie ou la Slovaquie n’ont même pas caché leur désir de progresser dans le classement : au lieu que les groupes de travail officiels soient intitulés « groupes pour l’amélioration de l’environnement des affaires », ils étaient baptisés « groupes pour l’amélioration du classement du pays sur la liste Doing Business ».

Doing Business a un autre problème : il implique un État de droit fort – que les lois soient également appliquées à chacun, sans népotisme, corruption et autres faiblesses de l’administration. C’est encore une illusion dans la plupart des pays, en particulier pour ceux ayant un faible niveau d’indépendance du pouvoir judiciaire et un niveau élevé de corruption. Les fondateurs de Doing Business ont essayé d’éviter cet écueil en utilisant des cas pratiques – mais si vous dérangez quelqu’un d’important dans un pays aux institutions faibles, tout le système de l’État de droit s’évaporera très vite.

Enfin – l’importance attachée au classement dans la liste a conduit à des pressions politiques pour modifier le classement de certains pays importants, ce qui a finalement créé un scandale avec la fixation des résultats finaux. À cause de ce scandale, la décision a été prise de mettre fin à cette recherche et à la publication du rapport. Dans le cadre de l’enquête interne, il a été constaté que la direction de la Banque mondiale avait directement influencé la manipulation des résultats dans le cas de la Chine parce qu’elle espérait une augmentation des fonds destinés à ce pays, tandis que des irrégularités sont également constatées dans le cas de l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Azerbaïdjan.

Avec tous ces problèmes à l’esprit, il était temps d’agir.

Mais supprimer complètement ce classement n’est pas la solution la plus intelligente. On ne peut pas espérer que la Banque mondiale ou les institutions internationales vont résoudre ce problème. Kristalina Georgijeva, qui a été accusée dans le rapport interne d’être la personne ayant directement demandé la divulgation de données, est devenue la présidente du Fonds monétaire international.

Doing Business s’est révélée vraiment utile dans la mise en œuvre des réformes : dans de nombreux pays, plusieurs mois ou des milliers de dollars ne sont plus nécessaires pour immatriculer une nouvelle société (comme c’était le cas dans de nombreux pays d’Afrique ou d’Amérique latine), ce qui obligeait une grand nombre d’entrepreneurs à opérer sur le marché noir. Il est déjà possible de le faire en quelques jours seulement et avec des coûts minimes. Depuis le début de la publication de ce rapport, plus de 3000 réformes individuelles ont été enregistrées. Cette vague de réformes a facilité les affaires dans 190 pays.

Par conséquent, une meilleure solution consiste à corriger Doing Business plutôt que de cesser de les publier.

Cependant, la nouvelle version de la liste Doing Business devrait être différente de la précédente. Il doit répondre aux questions posées précédemment, et garantir que les données ne seront pas manipulées.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

asie Chine Russie UE Pologne
1
Sauvegarder cet article

La Russie sera-t-elle encore un pays européen dans les années à venir ? Le conflit en Ukraine a accentué le tournant asiatique de la Russie. La coupure politique et économique avec l’Occident depuis le 24 février 2022, pousse Moscou à chercher des alternatives géopolitiques en Asie, et plus précisément avec la Chine et l’Inde. Le récent exercice militaire commun entre les trois pays en est un exemple.

Cette posture russe, bien qu'ancienne, va dans le sens d’un tournant asiatique de l’ordre mondial avec en toile de fond, la rivalité ent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles