Les méga-entreprises ne sont pas vos ennemies

Les entreprises sont des cibles politiques faciles, mais leur utilité est irréfutable.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo by Christian Wiediger on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les méga-entreprises ne sont pas vos ennemies

Publié le 20 août 2022
- A +

Par Danny Duchamp.

 

Dans le discours politique moderne, « corporation » est presque une injure.

En 2021, le sénateur américain du Vermont Bernie Sanders, répondant aux critiques de sa proposition fiscale, a publié une vidéo intitulée « Yeah, we’re going to TAX BILLIONAIRES & CORPORATIONS » (traduction : « Oui, nous allons taxer les milliardaires et les sociétés ») dans laquelle il nous assure que les nouveaux impôts seraient prélevés exclusivement sur les grandes sociétés et leurs riches propriétaires, comme si (même si c’était vrai) cela rendait automatiquement la chose acceptable. Il semble impliquer que les revenus des entreprises sont si manifestement injustifiés que nous ne devons pas avoir de scrupules à les prélever.

De l’autre côté, dans son opposition à une autre proposition de hausse d’impôts, le sénateur Rand Paul s’est empressé de souligner qu’elle ferait du tort aux petites entreprises. Pourquoi les petites entreprises, en particulier ? Les grandes entreprises n’ont-elles pas également le droit de conserver ce qu’elles ont gagné ?

Peut-être que Paul se concentre simplement sur les victimes pour lesquelles les gens ont de la sympathie, mais quoi qu’il en soit, lui et Sanders (et la plupart des autres politiciens) organisent leur rhétorique autour de l’idée largement répandue que les grandes entreprises sont des organisations fondamentalement corrompues, inondées de richesses qu’elles n’ont ni gagnées ni méritées.

Cette opinion est toutefois injustifiée. Loin d’être des accumulateurs de biens mal acquis, les entreprises prospères sont une bénédiction incalculable pour l’humanité.

 

L’argument économique simple

D’un point de vue économique de base, l’utilité des grandes entreprises est évidente : le commerce est mutuellement bénéfique, et les grandes entreprises font beaucoup de commerce.

Lorsque vous achetez un hamburger chez McDonald’s, vous devez accorder plus de valeur au hamburger qu’à l’argent, sinon vous ne l’auriez pas acheté. Les propriétaires et les employés de McDonald’s doivent accorder plus de valeur à l’argent qu’au hamburger, sinon ils ne l’auraient pas vendu. Vous accordez tous plus de valeur à ce que vous avez après l’échange qu’à ce que vous aviez avant, de sorte que la richesse totale a augmenté.

Mais les employés ne pourraient-ils pas produire les mêmes biens sans la structure de l’entreprise géante ?

Pour dire les choses simplement, non.

Si les jeunes employés inexpérimentés que McDonald’s a tendance à embaucher pour préparer ses hamburgers lançaient eux-mêmes une entreprise de hamburgers, vous ne vous y rendriez probablement pas. Les entreprises deviennent prospères en fournissant à la fois des capitaux et une structure de gestion qui permet de fabriquer des produits à un prix, une qualité et une constance qui font plus que compenser le coût de fonctionnement de cette structure.

Les employés, tout comme les consommateurs, doivent obtenir plus en s’engageant avec l’entreprise qu’ils ne pourraient obtenir ailleurs, sinon ils ne s’engageraient pas dans l’échange. Encore une fois, après l’échange, la richesse totale a augmenté.

Essentiellement, plus une entreprise est riche, plus elle doit avoir créé de la richesse pour les autres en retour. Cet argument, bien que solide, ne convaincra probablement pas un sceptique. Les détracteurs des grandes entreprises ont des objections qui, selon eux, réfutent ou l’emportent sur notre simple argument économique.

 

L’objection des subventions

Notre argument économique simple ne s’applique peut-être pas aux grandes entreprises, car souvent, leur richesse ne provient pas d’un échange volontaire, mais de subventions gouvernementales. Les conservateurs, les progressistes et les libertariens aiment tous s’insurger contre les aides aux entreprises, non sans raison.

Les entreprises reçoivent réellement des subventions, et le revenu des subventions ne peut pas vraiment être justifié par notre simple argument économique. Après tout, taxer quelqu’un et donner cet argent à une société n’est pas un échange volontaire.

Cependant, d’un point de vue empirique, la grande majorité de la richesse des entreprises ne provient pas de subventions.

Les cinq plus grandes entreprises américaines en termes de capitalisation boursière sont Apple, Microsoft, Google, Amazon et Tesla. L’année dernière, le chiffre d’affaires d’Apple était de 366 milliards de dollars, celui de Microsoft de 168 milliards, celui de Google de 258 milliards, celui d’Amazon de 470 milliards et celui de Tesla de 54 milliards.

La façon évidente de se faire une idée de la part de ces revenus qui est due aux subventions gouvernementales serait de comparer leurs revenus de 2021 à leurs subventions de 2021. Cependant, selon le système de suivi des subventions de goodjobsfirst.org, toutes ces sociétés n’ont pas reçu de subventions en 2021, nous devons donc adopter une vision à plus long terme.

Si l’on fait le total des subventions divulguées pour la période 2011-2021, Apple a reçu 1 414 030 662 dollars, Microsoft 670 043 203 dollars, Google 404 558 866 dollars, Amazon 3 571 589 999 dollars et Tesla 3 586 599 901 dollars. Une simple division révèle que pour la plupart de ces sociétés, l’équivalent de dix années de subventions représente moins de quelques jours de revenus. Même Tesla, relativement bien subventionnée, gagne plus en quelques semaines en vendant des voitures que ce qu’elle a reçu en subventions au cours de ces dix années combinées.

En fait, ces chiffres surestiment encore massivement les subventions aux entreprises. Pourquoi ? Parce que la plupart de ces « subventions » sont des réductions d’impôts. Une subvention réelle est une source de revenus qui n’oblige pas l’entreprise à fournir quoi que ce soit à qui que ce soit. Une réduction d’impôt, c’est lorsque le gouvernement prend moins des profits qui incitent à la production.

Pour être clair, si nous nous soucions de la liberté des marchés, toute subvention gouvernementale mérite d’être combattue. Mais empiriquement, le revenu que les grandes entreprises reçoivent des subventions – même en incluant de façon douteuse les réductions d’impôts – est négligeable par rapport au revenu qu’elles reçoivent en fournissant des biens et des services dont les gens peuvent profiter.

 

L’objection de la « juste part »

Un autre refrain courant est que les entreprises ne paient pas « leur juste part » d’impôts. Pew Research a constaté que 81 % des Américains sont dérangés au moins « en partie » par leur perception que « certaines sociétés ne paient pas leur juste part ».

Si l’on regarde les chiffres, cela peut sembler valable au départ. L’année dernière, l’impôt sur les sociétés a représenté 9 % de l’ensemble des recettes fiscales fédérales, contre 51 % pour l’impôt sur le revenu des personnes physiques. Toutefois, ce tableau présente deux problèmes.

Premièrement, les sociétés sont composées de personnes qui paient déjà des impôts. Tout le monde, des employés de base aux membres du conseil d’administration, paie des impôts sur les revenus qu’ils reçoivent de la société. Les « impôts sur les sociétés » sont en fait payés par toutes les personnes impliquées dans une société, en plus de leur impôt normal sur le revenu.

Certains prétendent que les riches propriétaires de sociétés échappent eux-mêmes à l’impôt, mais c’est tout simplement faux. Une enquête de la Heritage Foundation a révélé que le système fiscal américain est déjà très progressif, les 5 % les plus riches payant 60 % des impôts alors qu’ils ne gagnent que 37 % des revenus.

L’autre problème est que l’on ne voit pas très bien en quoi le fait que les entreprises paient des impôts est une bonne chose. Les sociétés survivent grâce à leur capacité à allouer les ressources mieux que leurs concurrents. Les gouvernements n’ont pas cette exigence.

Prenez les écoles, par exemple. Si une école privée ne fournit pas un bon service, je peux envoyer mon enfant ailleurs, et elle n’aura pas mon argent. Si une école publique ne fournit pas un bon service, elle recevra quand même mon argent par le biais des impôts, même si j’envoie mon enfant dans une autre école.

La même logique s’applique à tous les services publics. L’impôt sur les sociétés est le transfert de ressources d’une organisation bien incitée à les utiliser à bon escient à une organisation peu incitée à le faire.

 

Stop à la haine

Les entreprises sont des cibles politiques faciles. Ce sont des organisations de personnes, plutôt que des individus, il est donc facile de les déshumaniser. Les plus grandes d’entre elles sont, par définition, riches, il est donc difficile de les plaindre.

Mais à la réflexion, il est difficile de trouver une catégorie d’organisations plus bénéfique socialement. Plutôt que d’être considérées comme des cibles acceptables de haine et des sources de pillage sans culpabilité, les grandes entreprises devraient être vues comme des réalisations inspirantes pour le bien-être humain, et leurs créateurs devraient être admirés comme les héros de la civilisation qu’ils sont.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Avatar
    jacques lemiere
    20 août 2022 at 8 h 38 min

    en fait la haine du riche est un reflet du « consumérisme » véritable , comme souvent la politique monétaire.

  • On peut éventuellement défendre les grandes entreprises sans en faire quelque chose d’homérique, de la même façon que ceux qui tapent dessus de manière lapidaire.

  • Elles ne sont peut-être pas mes ennemis, mais je ne suis pas tenu de m’ en faire des amis non plus. En fait, peut-être en bon libéral malgré moi, je considère qu’ il est normal de la part de gens extraordinairement riches du fait de leur génie et réussite, leur capacité à s’ entourer de gens talentueux aussi, qu’ ils participent à la bonne marche du monde. Le contraire m’ ennuierait fortement.
    Stéphane, fan d’ Elon Musk.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il fallait s’y attendre. Chaque nouvel épisode de crise relance automatiquement la chasse aux « profiteurs » de crise. « Amazon se gave ! » lançait Roselyne Bachelot en novembre 2020, au cœur du débat sur les restrictions d’activité anti-covid. Vite, boycottons Amazon, taxons son chiffre d’affaires, ramenons de la sobriété et de la justice sociale dans ce monde de brutes ! Aujourd’hui même combat : haro sur le transporteur maritime CMA-CGM, haro sur le pétrolier TotalEnergies, haro sur tous les profits trop gigantesques pour être honnêtes.Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Dans l’article précédent, nous décrivons les réseaux sociaux comme un hyper-média, une arme d’espionnage et de propagande convoitée par les États. Une arme dont nous sommes les munitions, par les données que nous laissons.

Nous allons voir comment éviter l’espionnage des réseaux sociaux aussi bien sur leurs plateformes qu’en dehors.

 

Espionnage sur les réseaux sociaux

Bien évidemment, le meilleur moyen de ne pas se faire voler les données est encore de ne jamais aller sur le... Poursuivre la lecture

Une des croyances les plus répandues en économie est que le capitalisme est un produit spécifiquement anglo-saxon qui correspond mal à notre culture. Rien n’est plus faux.

Dès 1734, Voltaire, père fondateur de la figure de l’intellectuel français engagé, se réfugie en Angleterre à la suite d’une mésaventure. Il y observe la naissance du capitalisme. Si les « lettres » qu’il publie à cette occasion couvrent nombre de sujets, l’un en particulier a trait à sa prise de conscience de la très grande importance du marché, très au-delà de sa s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles