Les centres du progrès (10) : Chang’an (commerce)

Chang’an, l’étape la plus orientale de la route de la soie, incarne les effets enrichissants du commerce.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
The Silk Roadies.... (21229070250).jpg - Creative Commons Attribution 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les centres du progrès (10) : Chang’an (commerce)

Publié le 15 août 2022
- A +

Par Chelsea Follett.

Notre dixième Centre du progrès est Chang’an, à l’époque de la dynastie Tang, l’étape la plus à l’est de la route de la soie, qui était autrefois la plus longue route commerciale du monde. De nombreux historiens considèrent la dynastie Tang (618 à 907 après J.-C.) comme un point culminant de la civilisation chinoise, un âge d’or de la culture cosmopolite. La capitale de la dynastie Tang, Chang’an, comptait parmi les villes les plus prospères et les plus peuplées du monde, avec plus d’un million d’habitants à la fin de la dynastie. Si de nombreux lieux présentés comme des centres de progrès devaient leur prospérité, au moins en partie, à un commerce florissant, aucune ville du monde antique n’a mieux incarné les effets enrichissants du commerce que Chang’an.

La route de la soie reliait de nombreuses civilisations, comme l’Empire romain et l’Empire chinois. De grandes caravanes de marchands voyageant le long de la route de la soie ont effectué les premiers échanges de tissus comme la soie et la laine, de métaux précieux comme l’or et l’argent, et d’autres marchandises. La route de la soie s’étendait sur 4000 km et a permis au commerce international et aux échanges culturels d’atteindre de nouveaux sommets, en reliant l’Orient et l’Occident. C’est sur la route de la soie que l’Orient et l’Occident échangeaient non seulement des marchandises mais aussi des idées. À ce titre, la route de la soie était également le premier réseau de communication longue distance au monde.

Chang’an se trouvait dans la zone centrale de la ville actuelle de Xi’an (« Paix occidentale »). Xi’an est la capitale de la province du Shaanxi, dans le nord-ouest de la Chine. Avec plus de 12 millions d’habitants, Xi’an est la ville la plus peuplée du nord-ouest de la Chine et a été qualifiée de mégalopole ou de mégapole chinoise émergente. Le centre urbain reste célèbre pour être l’une des plus anciennes villes de Chine et le point de départ de la route de la soie. C’est également là que se trouve la célèbre « armée de terre cuite », une collection de milliers de statues de soldats enterrés avec le premier empereur de Chine pour le protéger dans l’au-delà.

Chang’an, qui signifie « paix perpétuelle », était une ancienne capitale de plus de dix dynasties dans l’histoire de la Chine. Son nom est approprié, étant donné le rôle important qu’elle a joué dans l’histoire du commerce international, car la paix est une condition nécessaire pour que deux pays s’engagent dans le commerce – l’échange non violent de marchandises. Le premier empereur de Chine a fait construire son mausolée, regorgeant de soldats en terre cuite, entre 246 et 208 avant J.-C., légèrement à l’est de l’endroit où apparaîtrait Chang’an. La date traditionnelle donnée pour la fondation de Chang’an est 202 avant J.-C., au début de la dynastie Han, lorsque l’empereur fondateur de cette dynastie choisit d’y placer sa capitale. Il fit construire à Chang’an un palais qui était alors le plus grand palais jamais construit sur Terre, s’étendant sur 1 200 acres. Il fut judicieusement nommé palais Weiyang (« palais sans fin ») et survécut jusqu’à la fin de la dynastie Tang.

Un réseau complexe de routes commerciales, partant de Chang’an et s’étendant jusqu’au cœur de l’Asie centrale, a commencé à apparaître entre le IIe siècle av. La route de la soie a connu son apogée entre 500 et 800 après J.-C., permettant le commerce à grande échelle et sur de longues distances de marchandises de valeur. La grande route des caravanes suivait le tracé de la Grande Muraille de Chine au nord-ouest, contournait le désert du Taklamakan, traversait les montagnes du Pamir au Tadjikistan, traversait l’Afghanistan et continuait jusqu’au Levant où les marchandises étaient acheminées par bateau à travers la mer Méditerranée. Très peu de marchands ont parcouru l’ensemble de la route de la soie. Au lieu de cela, les marchandises étaient transmises de manière échelonnée, la plupart des marchands agissant comme des intermédiaires qui ne voyageaient que le long d’une sous-section de la route de la soie. La route de la soie tire son nom de l’un des produits les plus précieux vendus le long de son parcours.

Chaque printemps, la ville de Chang’an organisait une cérémonie impériale de production de la soie. Les femmes de la cour préparaient la soie fine, étirant et repassant à la perfection le tissu nouvellement tissé. Il existe une célèbre peinture représentant des femmes de la cour de l’époque de la dynastie Tang préparant la soie pendant la cérémonie (on peut voir une réplique de cette peinture datant de la dernière dynastie Song au Musée des Beaux-Arts de Boston). Si Chang’an était célèbre pour ses exportations de soie, la route de la soie était un vecteur de bien plus que la soie. Les exportations chinoises comprenaient également le papier, l’alcool de riz, les parfums, le camphre et les médicaments. Mais ce sont les importations qui ont rendu la vie à Chang’an si vivante.

Si vous pouviez visiter Chang’an à l’apogée de la route de la soie, vous pénétriez dans une cosmopole florissante où se côtoient le meilleur de nombreuses cultures différentes et où règne une atmosphère de fête. Dans les rues de Chang’an, des défilés d’artistes jouaient des pièces de la Sogdiana, une ancienne civilisation iranienne, devant des foules enthousiastes. Dans les rues, on pouvait assister à toutes sortes de spectacles itinérants, notamment des spectacles de magie venus d’aussi loin que Rome. Des danseurs de toutes provenances, dont une troupe renommée de Tachkent, dans l’actuel Ouzbékistan, se produisaient dans les tavernes bruyantes de Chang’an.

Au milieu de l’architecture élaborée de la ville, vous auriez vu de beaux temples et l’imposante pagode Dayan (toujours debout) qui abritait une bibliothèque bouddhiste contenant des textes indiens. Le marché foisonnant (aujourd’hui un musée) débordait de marchandises inédites apportées par les caravanes de marchands étrangers, notamment des tapis de Perse, de l’ivoire de Thaïlande, des épices d’Inde et de la verrerie romaine. Autour de la ville, vous auriez rencontré des peuples divers et entendu de nombreuses langues différentes.

 

Chang’an et le commerce

Enrichie par le commerce, Chang’an a prospéré et est devenue le site d’une série de magnifiques palais construits par l’empereur pour mettre en valeur la prospérité de son empire. La cour de l’empereur était connue pour ses centaines de danseurs, et la cour entretenait également au moins neuf ensembles musicaux différents. Chaque ensemble se spécialisait dans un style musical différent provenant de divers pays. Les musiciens utilisaient des instruments importés tels que des cymbales d’Inde et des tambours laqués de Kucha, un ancien royaume bouddhiste situé le long de la route de la soie.

Selon l’Encyclopaedia Britannica :

« On peut sentir dans la culture musicale Tang un internationalisme qui n’a pas été égalé avant le milieu du XXe siècle, lorsque les radios et les phonographes ont offert à leurs propriétaires les délices d’une gamme de choix tout aussi diversifiée et étendue ».

Tout le monde n’appréciait pas les fruits des échanges culturels. Le poète et fonctionnaire du VIIIe siècle Yuan Zhen, qui considérait les non-Chinois comme des barbares, se plaignait de la présence de personnes et de pratiques étrangères en Chine. Il déplorait de la pollution atmosphérique prétendument créée par les étrangers, décriait les femmes chinoises qui portaient du maquillage importé et se plaignait des artistes qui se consacraient à des styles musicaux étrangers. S’il a écrit ces mots en rapport avec sa ville natale de Luoyang, les effets des échanges culturels auraient été encore plus prononcés à Chang’an :

« Depuis que […] les barbares occidentaux ont soulevé la fumée et la poussière, la puanteur de la toison, du feutre et du mouton a envahi Luoyang. Nos femmes sont devenues des épouses de barbares et ont appris à les maquiller, tandis que les chanteuses proposent des airs barbares et se concentrent sur la musique barbare. »

Notez que pour Yuan Zhen, occidental signifiait tout ce qui se trouvait au-delà de la Grande Muraille.

La route de la soie a non seulement enrichi la scène artistique de Chang’an, mais elle a également introduit de nombreuses idées nouvelles dans la ville. Diverses philosophies et religions sont arrivées en Chine le long de la route de la soie, notamment le bouddhisme venu d’Inde. Les habitants de Chang’an se sont également familiarisés avec le christianisme nestorien de Syrie, le zoroastrisme et le manichéisme de Perse, le judaïsme et l’islam propagé par les marchands arabes. Les musulmans ont construit la Grande Mosquée de la ville en 742. Pendant un certain temps, la diversité de pensée s’est épanouie, et la ville était connue pour sa tolérance à l’égard des différences religieuses et philosophiques.

Cependant, avec le déclin de la dynastie Tang, la xénophobie et l’intolérance religieuse ont augmenté. De plus, alors que Chang’an s’enrichissait, elle devint malheureusement la cible d’attaques militaires et elle devint instable. La ville a été annexée par des forces rebelles dirigées par un général nommé An Lushan, en 756 après J.-C., mais a été reprise par la dynastie Tang l’année suivante. En 763, des envahisseurs de l’Empire tibétain ont brièvement occupé Chang’an, et une alliance entre l’Empire tibétain et le Khaganat ouïghour a de nouveau assiégé la ville en 765. Les tensions ont donné lieu à deux massacres notables de marchands de la Route de la Soie, menés par des chefs rebelles de l’armée anti-Tang, respectivement Tian Shengong et Huang Chao. Le premier fut le massacre de Yangzhou (760 après J.-C.), suivi du massacre de Guangzhou (878-879 après J.-C.). Ces deux massacres ont entraîné celui de plus de cent mille marchands arabes et perses. Parmi les victimes figuraient des musulmans, des juifs, des chrétiens et des zoroastriens.

Une série de rébellions, dont celle menée par Huang Chao mentionnée ci-dessus, s’est finalement révélée dévastatrice pour la dynastie Tang. Huang Chao a mis à sac Chang’an en 881. Bien que les forces Tang aient finalement réussi à réprimer cette rébellion et à reconquérir la ville, la dynastie ne s’est jamais complètement remise et a été rapidement évincée. L’instabilité politique dans d’autres régions du monde, causée par la perte de plusieurs territoires romains en Asie et la montée en puissance des Arabes au Levant, a rendu la route de la soie de moins en moins sûre. Le commerce le long de la route a donc connu un déclin précipité.

Cependant, aux XIIIe et XIVe siècles, l’empire mongol a remis la route de la soie au goût du jour. C’est alors que l’écrivain et marchand Marco Polo a effectué son célèbre voyage de Venise à la Chine. La route de la soie incarnait non seulement le potentiel du commerce pour améliorer les conditions de vie et créer la prospérité, mais aussi les défis liés à l’interconnexion mondiale, comme le risque d’affrontements culturels et la propagation de maladies contagieuses. Au milieu du XIVe siècle, la route de la soie a contribué à la propagation de la bactérie responsable de la pandémie de peste noire de l’Asie vers l’Europe.

Aucune ville n’était peut-être plus emblématique de la route de la soie que Chang’an. La ville est souvent appelée le « point de départ » de la route de la soie. En effet, elle en est l’étape la plus orientale et le point d’origine d’une grande partie de la soie qui porte son nom. Le commerce a apporté à Chang’an une richesse culturelle et économique extraordinaire et en a fait l’une des villes les plus éblouissantes et les plus cosmopolites du monde à son époque.

Pour son lien vital avec la route de la soie, qui a considérablement développé les échanges internationaux de biens et d’idées, Chang’an, à l’époque de la dynastie Tang, est à juste titre notre dixième Centre du progrès. Aujourd’hui, le commerce mondial et les échanges culturels ont atteint des sommets que les marchands de la route de la soie n’auraient jamais pu imaginer. Si des défis tels que les pandémies font toujours partie de la mondialisation, le commerce et les échanges continuent d’enrichir nos vies de manière incommensurable.

Sur le web

Traduction Contrepoints

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Après Rome et les voies romaines, Chang’an et la route de la soie. Pour les ronds-points et les limitateurs de vitesse, il faudra attendre la série sur les centres de la décadence…

  • Chang’an fut certainement une ville progressiste, un point de convergences, cependant les progrès les plus remarquables se produisirent la période avant au moment des royaumes combattants sur un espace beaucoup plus vaste.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Chelsea Follett.

Notre douzième Centre du progrès est Hangzhou, dans la Chine du XIIe siècle, pendant la "révolution économique" ou la période de proto-industrialisation de la dynastie Song, dite prémoderne.

Grâce à ses innovations dans le domaine de l'imprimerie et de la fabrication, il a été dit que "les Song ont été plus près d'initier une révolution industrielle que tout autre État prémoderne". La dynastie Song, qui s'est étendue de 969 à 1276 après J.-C., a été une période de dynamisme et d'invention. Grâce au commerce ... Poursuivre la lecture

Les dommages causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux chaînes d'approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l'on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l'Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d'engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met en garde : "Une action humanitaire ciblée es... Poursuivre la lecture

Une des croyances les plus répandues en économie est que le capitalisme est un produit spécifiquement anglo-saxon qui correspond mal à notre culture. Rien n’est plus faux.

Dès 1734, Voltaire, père fondateur de la figure de l’intellectuel français engagé, se réfugie en Angleterre à la suite d’une mésaventure. Il y observe la naissance du capitalisme. Si les « lettres » qu’il publie à cette occasion couvrent nombre de sujets, l’un en particulier a trait à sa prise de conscience de la très grande importance du marché, très au-delà de sa s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles