Fed : resserrer les taux d’intérêt causera plus de destruction économique

Pour éliminer l’inflation, il faut admettre qu’elle concerne l’augmentation de la masse monétaire et non l’augmentation des prix.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
federal reserve building by Rafael Saldana (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fed : resserrer les taux d’intérêt causera plus de destruction économique

Publié le 26 juillet 2022
- A +

Par Frank Shostak.

 

Les politiques de la Réserve fédérale visant à promouvoir la stabilité de l’économie et des prix sont une cause majeure de l’accélération récente de la hausse des prix à la consommation. Selon la pensée populaire, la banque centrale est censée promouvoir à la fois une croissance économique régulière et la stabilité des prix, l’économie étant perçue comme un vaisseau spatial qui glisse occasionnellement de la stabilité à l’instabilité.

En principe, lorsque l’activité économique ralentit et tombe en dessous de la trajectoire de stabilité, la banque centrale doit donner une impulsion à l’économie par le biais d’une politique monétaire souple (baisse des taux d’intérêt et augmentation de la masse monétaire), ce qui la réorientera vers une croissance stable.

À l’inverse, lorsque l’activité économique est « trop forte », la banque centrale doit calmer l’économie en imposant une orientation monétaire plus stricte, afin d’éviter une surchauffe. Cela implique de relever les taux d’intérêt et de réduire les injections monétaires pour remettre l’économie sur une trajectoire de croissance et de prix stables.

Les responsables gouvernementaux et les ceux de la Fed affirment que les chocs de l’offre dus aux perturbations du Covid-19 et à la guerre Ukraine-Russie sont à l’origine de la hausse de l’indice des prix à la consommation (IPC). La Fed a donc tenté de freiner la demande de biens et de services en augmentant les taux d’intérêt pour la mettre en adéquation avec l’offre réduite.

 

Hausse des prix et augmentation de la masse monétaire

La plupart des gens pensent que les hausses de prix sont de l’inflation et que les prix baisseront si la demande de biens et de services est réduite par un resserrement des taux d’intérêt.

Mais le facteur clé de la hausse des prix est l’augmentation de la masse monétaire. Notez que le prix d’un bien est la quantité d’argent payée pour l’obtenir. Par conséquent, les augmentations de la masse monétaire, toutes choses égales par ailleurs, impliquent que donner davantage d’argent pour des biens entraîne une augmentation des prix des biens.

Une fois que nous acceptons ce point, nous pouvons en déduire que la force motrice de la hausse générale des prix est l’inflation monétaire. Or, en règle générale, les prix généraux ont tendance à suivre les augmentations de la masse monétaire. Il est toutefois possible que si l’offre de biens augmente au même rythme que la masse monétaire, aucune hausse générale des prix ne se produise.

Une fois que admis que l’inflation est liée à l’augmentation de la masse monétaire, nous pouvons conclure qu’indépendamment de l’augmentation des prix, le taux d’inflation reflétera le taux de croissance de la masse monétaire. Notez que les augmentations de la masse monétaire détournent la richesse des générateurs de richesse vers les détenteurs de l’argent nouvellement généré. Ce détournement affaiblit le processus de création de richesse, ce qui nuit à la croissance économique et au bien-être des individus. Inversement, une baisse de la masse monétaire réduit le détournement de la richesse, ce qui renforce le processus de création de richesse et augmente le bien-être des individus.

Pour renforcer la création de richesse, il faut fermer toutes les échappatoires monétaires liées à l’achat d’actifs par la Fed. Par exemple, lorsque la Fed achète un actif, elle le paie avec de l’argent généré à partir de rien. Si l’actif provient d’un établissement non bancaire, cela va presque immédiatement augmenter la masse monétaire. Une fois monétisé par la Fed, un creusement du déficit budgétaire du gouvernement augmentera également la masse monétaire.

Une fois que les diverses échappatoires permettant de produire de l’argent seront colmatées, le détournement de richesse prendra fin. Disposant de plus de richesses, les créateurs de celles-ci sont susceptibles d’en élargir le réservoir, jetant ainsi les bases d’une véritable croissance économique.

Cela va à l’encontre d’un resserrement des taux d’intérêt, qui compromettra non seulement diverses activités de bulles, mais aussi les véritables producteurs de richesse.

Tout comme une orientation monétaire souple, un resserrement des taux d’intérêt fausse les signaux de taux d’intérêt émis par les consommateurs, car il entraîne une mauvaise affectation des ressources et affaiblit la croissance économique réelle. Par conséquent, le relèvement des taux d’intérêt pour contrer la hausse des prix sape également les activités de bulles et affaiblit les producteurs de richesse.

L’exemple suivant pourrait clarifier davantage ce point.

Considérons un parasite qui s’attaque au corps humain et nuit à sa santé. Le parasite génère également divers symptômes, dont des douleurs. Pour résoudre le problème, le parasite doit être directement éliminé. Une fois le parasite éliminé, le corps peut commencer à guérir.

L’autre moyen de lutter contre le parasite consiste à utiliser divers analgésiques. Ils réduisent la douleur mais affaiblissent également l’organisme. L’alternative risque de nuire gravement à la santé de l’individu. Au lieu de s’attaquer aux symptômes de l’inflation, il convient de combler les lacunes en matière de production d’argent.

La suppression de ces échappatoires mettra fin au détournement de la richesse des générateurs de richesse et renforcera le réservoir de richesse, ce qui permettra de gérer beaucoup plus facilement les divers effets secondaires de la liquidation des activités de la bulle. Par conséquent, la récession sera plus courte.

La plupart des décideurs politiques pensent que la Fed doit augmenter les taux d’intérêt de manière significative pour briser la spirale inflationniste. Beaucoup sont certains qu’une politique de fortes augmentations des taux durant l’ère Volcker a brisé la spirale inflationniste : en mai 1981, le président de la Fed, Paul Volcker, a porté le taux cible des fonds fédéraux à 19 %, contre 11,25 % en mai 1980. Le taux de croissance annuel de l’IPC, qui était de 14,8 % en avril 1980, était tombé à 1,1 % en décembre 1986.

Étant donné la forte probabilité que le réservoir de richesse de l’économie soit en difficulté, une hausse agressive des taux d’intérêt est susceptible de prolonger la récession émergente, la transformant en un grave marasme économique.

En libérant l’économie de l’interférence des banques centrales sur les taux d’intérêt et la masse monétaire, la destruction de la richesse sera arrêtée, ce qui renforcera le processus de création de richesse. Avec plus de richesse réelle, il sera beaucoup plus facile d’absorber les diverses ressources mal allouées.

 

Conclusion

En réponse aux fortes augmentations récentes des prix des biens et des services, la Fed a introduit une politique de resserrement des taux d’intérêt. Si la Fed suivait la définition correcte de l’inflation (une augmentation de la masse monétaire), elle découvrirait qu’un resserrement des taux d’intérêt nuit gravement à l’économie. Pour éliminer l’inflation, il faut reconnaître que l’inflation concerne l’augmentation de la masse monétaire et non l’augmentation des prix, puis agir en conséquence.

 

Traduction Contrepoints.

Sur le web

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • L’auteur écrit : «Par conséquent, les augmentations de la masse monétaire, toutes choses égales par ailleurs, impliquent que donner davantage d’argent pour des biens entraîne une augmentation des prix des biens.»

    Oui cependant dans la réalité le « toutes choses égales par ailleurs » n’est pas vrai. La hausse des prix est certainement liée à plusieurs phénomènes, on est plus dans le « et » que dans le « ou ». En principe on peut donc aussi intervenir sur plusieurs paramètres.
    Mais dans l’idée générale je partage l’article.

  • Il est assez logique que le prix montent quand la masse monétaire augmente plus vite que la production de biens. En revanche je conteste que l’augmentation des taux d’intérêt soit une mauvaise chose. L’augmentation des taux d’intérêt a pour effet de concentrer l’ investissement sur les activités les plus profitables qui seules peuvent ainsi se payer les ressources les plus rares sans qu’elles soient captées par des entreprises zombies. Cela va donc dans le sens d’une meilleure allocation de ressources et donc d’une meilleure efficacité économique globale.
    Par ailleurs le taux d’intérêt ne se décrète pas vraiment. Il est surtout piloté par les achats d’OAT par les banques centrales et les acteurs économiques auxquels ont met le couteau sous la gorge pour les acheter.
    Faire baisser de force les taux d’intérêt revient à émettre bien plus d’OAT et donc à permettre aux états de prélever encore plus de ressources réelles sur la production puisque la monnaie ainsi créée va bien évidemment être utilisée (et surement pas de manière optimale !).
    Donc les taux d’intérêt faibles (voire négatifs, ce qui est l’absurdité suprême) ne sont pas favorables à la croissance. C’est bien ce que l’on constate puisque des décennies de taux faibles n’ont pas réussi à faire décoller la croissance qui se traine toujours lamentablement.

  • Bien que je soit d’accord avec tout ce qui est dit ici, allez donc expliquer à Madame Michu que le problème, c’est qu’il y a trop d’argent en circulation. Elle vous répondra sans doute que dans ce cas, Macron n’a qu’à m’en donner un peu, ou encore pire, que Macron n’a qu’à en prendre à ceux qui en ont pour m’en donner un peu plus.

    Tout cela montre bien que la théorie économique est un objet d’étude très intéressant, mais que la politique n’en a que faire. L’intérêt à court ou moyen terme des politiciens n’a pas grand chose à voir avec la théorie économique.

    • Madame Michu comprend très facilement que l’on ne doive pas donner d’argent à ceux qui ne font rien de leurs dix doigts ni de leurs trois circonvolutions cérébrales. Madame La Coache Alimentaire, en revanche…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

L’inflation est là, et prête à durer si rien n’est fait pour la contrer. Dans le même temps, l’action correctrice des Banques centrales ne doit pas engendrer ce que l’économiste Friedrich Hayek appelle une dépression secondaire, c’est-à-dire un second choc négatif à la crise présente, engendrant ainsi un processus cumulatif.

 

Les constats sur l'inflation

Posons un constat : l’inflation est monétaire principalement, c’est-à-dire qu’elle résulte d’un excès de création monétaire par rapport à la demande de monnaie, en même te... Poursuivre la lecture

Vous me connaissez peut-être déjà. Je suis un simple crayon de bois jaune. Je vous ai déjà raconté la merveille et l'étonnement de ma généalogie. Des mines du Sri Lanka aux forêts de Californie, ma lignée est tout sauf linéaire - il s'agit plutôt d'une collaboration mondiale complexe visant à réunir mes éléments constitutifs. J'espère que vous connaissez bien cette histoire et que vous n'avez pas besoin que je la répète ici aujourd'hui.

Mais j'ai réfléchi à une autre leçon qui pourrait vous intéresser. En repensant à toutes les mains q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles