À la conquête de Mars : les solutions pour cultiver son sol stérile…

Le développement de la prochaine génération de cultures nécessaires à l’installation d’êtres humains sur Mars aurait également des intérêts pour leurs cousins restés sur Terre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Curiosity Rover by NASA's Marshall Space Flight(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la conquête de Mars : les solutions pour cultiver son sol stérile…

Publié le 23 juillet 2022
- A +

Par Briardo Llorente.

Des préparatifs sont déjà en cours pour des missions qui feront atterrir des humains sur Mars dans une dizaine d’années. Mais que mangeront les nouveaux Martiens si ces missions aboutissent bien à la colonisation de la planète rouge – colonisation que certains envisagent permanente ?

Une fois que (si) les humains auront réussi à se rendre sur Mars, un défi majeur pour toute colonie sera en effet d’assurer un apport stable en nourriture. Les coûts énormes de lancement et de réapprovisionnement en ressources depuis la Terre, sans parler des aléas pouvant survenir en cours de voyage, rendront cette solution impraticable ou peu s’en faut.

Les humains sur Mars devront impérativement prévoir de ne pas dépendre entièrement des cargaisons expédiées depuis leur planète d’origine, et atteindre un niveau élevé d’autosuffisance.

La récente découverte d’eau liquide sur Mars – qui apporte de nouvelles informations sur la possibilité d’y trouver de la vie – soulève la possibilité d’utiliser ces ressources pour se lancer dans une agriculture de subsistance. Toutefois, la majorité de l’eau martienne est sous forme d’une épaisse couche de glace au niveau du pôle nord notamment. Nous y reviendrons.

Mais l’eau n’est qu’une des nombreuses choses dont nous aurons besoin pour faire pousser suffisamment de nourriture sur Mars.

 

Quelle technologie ?

Des travaux antérieurs ont suggéré de se tourner vers les microbes comme source alimentaire. L’utilisation de serres hydroponiques (hors sol et sans terre, car se pratiquant sur un substrat neutre et de systèmes à environnement contrôlé), semblables à celui qui est testé à bord de la Station spatiale internationale (ISS) pour faire pousser divers légumes et végétaux (salades, choux, riz, blé…), est une autre option.

Vue d’artiste d’une serre hors sol cylindrique à côté d’un module de vie sur Mars
Le recours aux fermes hydroponiques est envisagé pour permettre une agriculture à la surface de Mars.
NASA

Et, dans la revue Genes, nous avons récemment présenté une troisième perspective basée cette fois sur l’utilisation de la biologie synthétique. L’objectif serait de développer les performances potentielles de la vie végétale elle-même dans un environnement martien pour le moins difficile.

Cela, la biologie synthétique est capable de faire. Cette discipline en plein essor combine les atouts de l’ingénierie, de la génétique et de l’informatique (entre autres disciplines) pour conférer des fonctions nouvelles et améliorées aux organismes vivants.

Non seulement nous pouvons lire l’ADN, mais nous pouvons également concevoir des systèmes biologiques inédits, les tester et même créer des organismes entiers. La levure n’est qu’un exemple de microbe industriel dont le génome entier est en cours de « réingénierie » par un consortium international.

La technologie a tellement progressé que le génie génétique de précision et l’automatisation peuvent désormais être combinés dans des installations robotisées automatisées, appelées « biofonderies » (soit, comme le décrit le Génopole d’Évry, des « laboratoires regroupant un ensemble d’équipements et d’automates pour assurer toutes les étapes de la création d’outils et procédés de production biologique, depuis la conception in silico, la réalisation, l’évaluation et l’optimisation, jusqu’à la montée en échelle de production, ndlr).

Ces biofonderies peuvent tester des millions de modèles d’ADN en parallèle, afin de trouver les versions des organismes présentant les qualités les plus pertinentes dans un contexte donné. Mars, en l’occurrence.

 

Mars : ça ressemble à la Terre, mais…

Bien que Mars soit la planète la plus similaire à la Terre parmi nos voisines, les deux astres diffèrent en bien des points.

La gravité sur la planète rouge est environ un tiers de celle de la Terre. Elle reçoit la moitié seulement de la lumière solaire que nous recevons ici, tout en étant frappée par des niveaux beaucoup plus élevés d’ultraviolets (UV) nocifs et de rayons cosmiques. Sa température de surface est de quelque -60 °C. Son atmosphère est mince, ce qui limite son pouvoir protecteur, et est principalement composée de dioxyde de carbone (CO2).

Gros plan sur le sol martien, avec des plaques rocheuses et de la poussière
La surface de Mars, sèche et rocheuse, n’est pas propice à la culture (vue du robot Curiosity).
NASA/JPL-Caltech/Olivier de Goursac

Autant de points qui comptent si l’on envisage de se lancer dans l’agriculture martienne… tout comme la composition des sols. Car si le sol de la Terre est humide et riche en nutriments et en micro-organismes, ce qui favorise la croissance des plantes, Mars est recouverte de régolithe, un matériau aride, entre la poussière et les fragments rocheux, et contient des perchlorates toxiques.

De plus, malgré la dernière découverte d’un lac souterrain, l’eau sur Mars existe principalement – comme on l’a dit – sous forme de glace. De plus, la faible pression atmosphérique de la planète fait que l’eau liquide se mettra à bouillir dès 5 °C…

Les plantes sur Terre ont évolué pendant des centaines de millions d’années et sont adaptées aux conditions terrestres. Or si rudes soient-elles, elles restent plus propices à une vie terrienne que celles qui règnent sur Mars. Faire pousser des plantes terrestres sur Mars sera donc un défi de taille.

Cela signifie que des ressources incontournables actuellement dans toute activité végétale, comme l’eau et l’énergie solaire, seront rares sur Mars. Elles devront être apportées si l’on veut parvenir à une agriculture efficace, en créant artificiellement des conditions optimales de croissance des plantes.

 

Adapter nos plantes aux spécificités de Mars

Une alternative plus rationnelle consisterait à utiliser la biologie synthétique pour développer des cultures spécifiquement destinées à Mars et non plus à chercher à recréer sur Mars les conditions de vie terrestres. Ce formidable défi peut être relevé et accéléré par la construction d’une biofonderie martienne axée sur les plantes.

Une telle installation automatisée serait capable d’accélérer l’ingénierie des modèles biologiques et de tester leurs performances dans des conditions martiennes simulées.

Avec un financement adéquat et une collaboration internationale active, une telle installation de pointe pourrait, en l’espace d’une décennie, améliorer bon nombre des caractéristiques requises chez les organismes étudiés, afin de générer des cultures qui seraient capables de prospérer sur Mars.

Il s’agit notamment de la photosynthèse et la photoprotection (pour aider à protéger les plantes de la lumière du soleil et des rayons UV), ainsi que la tolérance à la sécheresse et au froid. Il serait également possible de concevoir des cultures fonctionnelles à haut rendement.

Nous devrons également modifier des microbes pour leur permettre de détoxifier et améliorer la qualité du sol martien.

Tous ces défis sont à la portée de la biologie synthétique.

 

La Terre aussi en bénéficierait

Le développement de la prochaine génération de cultures nécessaires à l’installation d’êtres humains sur Mars aurait également des intérêts pour leurs cousins restés sur Terre.

L’accroissement de la population mondiale entraîne une augmentation de la demande de nourriture. Pour répondre à cette demande, nous devons augmenter la productivité agricole, mais nous devons le faire sans impact écologique négatif.

La meilleure façon d’atteindre ces objectifs serait d’améliorer les cultures qui sont déjà largement utilisées. La mise en place d’installations telles que la biofonderie martienne permettrait de réduire les délais de la recherche sur les plantes, ce qui aurait des répercussions sur la sécurité alimentaire et la protection de l’environnement.

En définitive, le principal bénéficiaire des efforts visant à développer des cultures pour Mars serait… la Terre.

Briardo Llorente, Research Fellow, ARC Centre of Excellence in Synthetic Biology, Macquarie University

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

The Conversation

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « nous devons augmenter la productivité agricole, mais nous devons le faire sans impact écologique négatif. »
    Tout ça on sait le faire sans aller cramer des milliards pour faire à peine mieux et tout petit sur Mars! On connait les impacts écologiques négatifs de la productivité agricole terrestre, et les solutions pour y remédier, sauf que on veut EN MEME TEMPS diminuer et augmenter la productivité agricole! Cherchez l’erreur!
    Mars est une planète morte qui a peut-être ressemblé à la terre il y a quelques millions d’années, mais qui a perdu son atmosphère à cause d’une gravité trop faible ( due à sa faible masse), qui ne possède pas de champ magnétique protecteur des radiations solaires, ni d’atmosphère susceptible de freiner les météorites. Quand en plus, la distance et le temps de voyage sont tels qu’ils ne permettent pas de transporter hommes et matériels en quantité suffisante, avec les moyens de propulsion actuels, considérer Mars comme une sorte de canot de sauvetage de l’humanité, c’est oublier l’épisode du Titanic!

  • Belle utopie.
    Commençons déjà sur l’Antarctique…..( Où il n’y a pas de rayonnements ).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Certains de mes amis, partisans comme moi de l’exploration de Mars par vols habités, ne partagent pas mon opinion sur le caractère indispensable et quasiment inéluctable d’un établissement permanent et autonome sur la planète rouge (du moins autant qu’il lui sera techniquement possible de l’être). Je leur réponds.

Il y a plusieurs raisons de vouloir envoyer des hommes sur Mars. La première ou plutôt la plus immédiate, c’est son exploration scientifique. On voit bien qu’avec le décalage temporel résultant de la finitude de la vitesse de... Poursuivre la lecture

Ce vendredi 8 avril à 16 h 18 une fusée de SpaceX portant une capsule Dragon avec à son bord quatre astronautes, a décollé avec succès de Floride, Cap Canaveral, Kennedy Space Center, vers la Station Spatiale Internationale (ISS). Elle s’y est connectée samedi à 14 h 29, avec une heure de retard à cause d’un problème de vidéo interne à la capsule. Les passagers resteront à bord de la Station pendant dix jours, en tant que client de la NASA via la société organisatrice, Axiom.

Ce n’est pas un événement ordinaire car il s’agit du premier... Poursuivre la lecture

La compétition s'accélère, quels seraient les avantages de la Russie dans la compétition ? Quels sont les acteurs ? Est-ce que cela va booster l'Europe ?

Les Russes dans la course spatiale du tourisme

L’agence spatiale de Russie Roscosmos vient de récupérer dans le Kazakhstan deux clients touristes japonais qui viennent de séjourner 12 jours dans la Station Spatiale Internationale (ISS) dont la Russie est partenaire.

Yusaku Maezawa, le client accompagné de son assistant, est producteur de vidéos, il n’a aucune formation particul... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles