Mexique : l’austérité a protégé le peso contrairement à l’euro

Selon certains, le Mexique n’a pas fait assez pour relancer son économie après le covid. Son économie rebondit au même rythme que la France, et sa monnaie résiste face au dollar.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Mexique : l’austérité a protégé le peso contrairement à l’euro

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 juillet 2022
- A +

Selon certains, le Mexique n’a pas fait assez pour relancer son économie après le covid. Le pays n’a pas touché au déficit, à l’inverse de la plupart des autres pays. Son économie rebondit au même rythme que la France, et sa monnaie résiste face au dollar.

Je parlais à un autre Américain que j’avais rencontré à l’église à Paris…

Les compagnies pétrolières, dit-il, ont tout intérêt à nier le réchauffement… mais les chercheurs n’ont pas d’incitation à prouver le réchauffement.

Je réponds que les renouvelables et l’écologie représentent beaucoup plus d’argent que la production d’énergies…

Des centaines de milliards sont déjà dépensés chaque année en rapport avec le climat… et rien qu’en Europe, les objectifs actuels impliquent 1000 milliards d’euros par an de dépenses, soit 7 % du PIB chaque année.

(J’ai vérifié entretemps, la totalité de la planète dépense seulement 2000 milliards de dollars par an sur les énergies comme le pétrole et le gaz, donc les initiatives des écolos rivalisent ou dépassent ces montants.)

Il me répond : « C’est tout ? Ça me semble un coût raisonnable pour avoir une économie sans émissions. »

La plupart des conversations sur ces types de sujets en arrivent au même point.

Les gens révèlent avoir des opinions fermes sur des sujets pour lesquels ils n’ont pas la capacité d’avoir un jugement sensé.

Les 1000 milliards par an servent-ils à quelque chose ? Seront-ils mieux dépensés par les écolos que les autres ? Cela va-t-il aider le climat ?

Et puis de quel droit pouvez-vous prendre 7 % de travail des autres ? Pourquoi pouvez-vous le prendre de force, et non par la persuasion, avec des arguments par exemple ?

Malgré tout, les initiatives paraissent raisonnables à beaucoup de gens.

« C’est du bon sens » dirait le Commissaire européen Thierry Breton, tout en vous interdisant toujours plus de produits et services.

D’autres, à l’entrée de la boulangerie du village où j’étais pour un mariage ce week-end, disent :

« On n’est pas obligé de mettre le masque. Pas encore. Mais je préfère le mettre. Il vaut mieux prendre des précautions. »

Le masque protège-t-il quelqu’un dans l’équation ? Des pays ont obligé le port du masque, d’autres non. Cela n’a pas donné de résultats en faveur des masques.

En fait, pas une seule étude ne montre l’efficacité du port du masque à grande échelle, hors salle opératoire de l’hôpital, pour protéger la santé.

Beaucoup de gens ont néanmoins la certitude du bienfait de ces gestes… comme la nécessité de se signer d’une croix en entrant dans une église…

 

L’alchimie de la dépense

Tout le monde sait aussi que les déficits produisent une stimulation de l’économie… et ainsi aident au développement des pays.

Bloomberg publie par exemple une critique des erreurs du Mexique… car, à la différence de la plupart des pays, ce pays a choisi la modération par rapport au virus… surtout sur le plan de la dépense. Le déficit mexicain a tout juste dépassé 4 % du PIB durant l’année du virus, à peu près dans la norme par rapport aux années précédentes, malgré une chute du PIB comme partout.

En comparaison, le déficit français a atteint 9 % en 2020. Le déficit américain était de 15 %.

En résultat, l’économie mexicaine a sans doute rendu l’âme n’est-ce pas ? Sans subventions, prêts, et garanties, le pays a sans doute mal résisté, non ?

En fait, avec le dollar, le peso mexicain fait partie des meilleures monnaies pour protéger votre argent depuis deux ans. L’euro a perdu 10 % face au peso cette année. Il a même fait mieux que le dollar. La plupart des monnaies, au même titre que l’euro, ont plongé face à la monnaie américaine.

Les monnaies de certains pays exportateurs de matières premières, le Brésil et le Pérou, ont également résisté contre la vague. Les gens savent de leur propre expérience qu’une monnaie forte leur profite davantage qu’une monnaie faible.

Ils savent aussi d’expérience que personne n’attrape de virus dans la rue. Néanmoins, ils veulent mettre des masques. Et ils soutiennent les programmes de déficits.

 

Quel impact a eu l’austérité des autorités au Mexique ?

Regardons un peu la différence dans l’activité économique de la France et du Mexique, selon la Banque du Monde. À peine la moindre différence entre les deux économies. Néanmoins, certains disent que le Mexique a besoin de passer à l’action.

 

John Authers, auteur sur le site Bloomberg écrit :

« Le président du Mexique doit encourager les investissements dans le pays afin d’inverser la mauvaise croissance sous les régimes précédents. Puisque de nombreuses petites sociétés ont été forcées de cesser les opérations à cause de la pandémie, sans recevoir de compensation, l’ère du coronavirus (qui s’est abattue sévèrement sur le pays) va probablement avoir des effets économiques à plus long terme que pour les autres pays. »

En gros, selon lui, la dépense des autorités porte ses fruits. Malgré le coup aux finances du pays… et, à présent, la dégringolade des monnaies, la plupart des pays ont eu raison d’avoir des déficits.

Le point de vue de M. Authers, qui est aussi celui de la majorité des médias et politiciens, suppose que les dirigeants font un meilleur usage des ressources que les particuliers.

Quelles ressources ? Le temps des salariés, l’initiative des entrepreneurs, les investissements, créances, ou talents.

Cependant, les implications seraient énormes, dans ce cas-là.

Ils auraient donc une meilleure compréhension des conditions ou des choix à faire dans tous les secteurs en même temps.

Vous pourriez donner aux énarques le contrôle de tout, des supermarchés aux parcs d’attraction, et pas juste en période de crise.

Ce genre de système a échoué encore et encore dans l’Histoire, ce qui montre que les actes des élus n’augmentent pas la richesse dans l’ensemble, mais la réduisent. J’ai enregistré une interview avec Simone Wapler, où l’auteur explique que cela implique l’échec des banques centrales à améliorer l’activité.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Encore une fois, c’est la faillite des individus à se construire une opinion argumentée et à agir en conformité qui laisse le champ libre aux politiciens. Ayant lu l’étude https://doi.org/10.1073/pnas.2110117118 je mets un masque ffp2 à la boulangerie ou à la supérette où l’on a le visage à 20cm des saucissons quand on attend pour la caisse. Et je n’ai pas une très haute opinion de ceux qui affirment qu’il n’y a pas d’études concluantes, et offrent ainsi une occasion en or aux politiciens de prendre des mesures autoritaires.
    De manière générale, si les particuliers ne montrent pas qu’ils feraient d’eux-mêmes un bon usage des ressources, qu’ils ne viennent pas se plaindre que les politiciens n’en fassent pas un meilleur.

    -2
    • @MichelO
      Bonsoir,
      Si je me souviens bien, vous êtes vacciné. Pourquoi pensez-vous avoir besoin d’un masque, FFP2 de surcroît sachant que celui qui nous a été imposé de force était de le FFP1 ?
      Le Covid 19 a une létalité de 0,0045 (148 000 décès sur 32,3 millions de cas) soit 0,45%, et une mortalité de 0,22% en France pour 1,12% de létalité dans le monde.
      Vous avez plus de malchance d’être victime d’un crime ou délit que de mourir du Covid. Il y a eu 3 017 574 délits et crimes commis en 2020 (avec les confinements et tout). Pour 67 millions d’habitants en France ça fait du 4,5%, pourtant, vous ne portez pas une arme. (le gouvernement si soucieux de notre « bien », de notre santé, ne nous impose pas de porter une arme. Les masques sont validés par le Direction Générale de l’Armement.)
      Ici : https://www.data.gouv.fr/fr/reuses/crimes-et-delits-en-france-1/ les données s’arrêtent en 2019 et elles indiquent 3 777 626, en augmentation constante sur la période visible 2012-2019. Pour 2019, ça fait 5,6%.

  • Vous n’avez pas essayer 2 masques l’un sur l’autre ou encore mieux, le scaphandre…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Depuis son élection, Javier Milei a considérablement réduit les dépenses publiques en Argentine. Le résultat, comme l'avait prédit Hazlitt, est que l'inflation est de mieux en mieux maîtrisée.

 

Le taux d'inflation en Argentine a récemment atteint son point le plus bas depuis janvier 2022, enregistrant une augmentation mensuelle de 4,2 % en mai, selon l'Institut national des statistiques et du recensement (INDEC). Bien que l'inflation annuelle ait ralenti pour la première fois depuis la mi-2023, elle s'élève toujours à 276,... Poursuivre la lecture

À l'heure où notre État se trouve empêtré dans les déficits et une dette devenue difficilement soutenable, et que la campagne des législatives s'articule autour d'une surenchère de promesses plus dépensières les unes que les autres, il est utile de se remémorer dans quelle situation s'est trouvé notre pays lors de la dernière grande crise financière qu'il a connue, celle de 1789.

Le prince n’est plus le même, mais la coexistence d’une dette énorme, fruit des règnes de Louis XIV et de ses successeurs Louis XV et Louis XVI, et de déficit... Poursuivre la lecture

La revue The Economist a publié le 22 février 2024, un intéressant article sur le Pérou comme modèle économique, que pourrait suivre l’Argentine. Cet article a étonné de nombreux Péruviens. Comment, avec la classe politique aussi minable que nous avons, pouvons-nous être un modèle ? (contrairement à l’élite française, l'élite péruvienne ne se prend pas au sérieux). Eh bien, The Economist a parfaitement raison, le Pérou est un pays bien géré sur le plan macroéconomique, grâce à une équipe basée à la Banque centrale du Pérou et au ministère des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles