Main de l’État partout, justice et réalité nulle part

La France est devenue le pays de toutes les érosions-illusions.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 8
justice source https://unsplash.com/photos/yCdPU73kGSc

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Main de l’État partout, justice et réalité nulle part

Publié le 28 juin 2022
- A +

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en préoccupent (depuis plusieurs mois, bien avant le début de la guerre en Ukraine) et certaines ont même commencé à agir en cessant leurs rachats d’actifs – les fameux quantitative easings– et en relevant assez nettement leurs taux directeurs. Comportement typique de banques centrales qui commencent à trouver que le volume de la monnaie en circulation a atteint un point excessivement dangereux par rapport au volume de l’économie réelle au sens où la valeur de la monnaie s’érode dorénavant dans une inflation galopante. Il est donc temps pour elles de mettre fin à l’argent facile.

Le problème, le seul problème au fond, c’est que ce volume monétaire excessif est lui-même le fruit de politiques monétaires décidées antérieurement par les mêmes experts. À une époque, il fallait aider la croissance, à la fois par des taux d’intérêt maintenus bas afin de faciliter les investissements et à la fois par des rachats d’actifs afin d’alléger le bilan des banques et leur permettre de prêter sans entraves aux États et aux entreprises.

La croissance y a-t-elle trouvé son compte ? Il suffit de regarder la France pour comprendre que ce genre de politique débridée joue contre la prospérité et l’emploi. Ce qui n’a pas empêché notre gouvernement admirablement piloté par Bruno Le Maire de creuser la dette publique de 89 milliards d’euros au premier trimestre 2022, la portant à 2900 milliards soit 114,5 % du PIB. Le « quoi qu’il en coûte » continue de plus belle. Il soulage sur le moment, tout en alimentant l’inflation qu’on souhaite éradiquer.

Autrement dit, nos autorités exécutives et monétaires en sont ni plus ni moins à essayer de corriger les ratés de leurs décisions précédentes. Et il est plus que probable qu’en durcissant les conditions d’investissement, les nouvelles décisions auront finalement un effet parfaitement négatif sur l’activité économique et qu’il faudra à nouveau rectifier le tir. Cercle vicieux.

L’activité économique n’est pas un long fleuve tranquille. Même sans parler de covid ou de guerre, mille et un petits ou grands chocs externes viennent perturber, parfois durement, le rythme de croisière – évolutions technologiques, mode de printemps, météo plus ou moins favorable, nouvelle donne sociétale, nouvelle réglementation, etc. Mais l’observation historique tend à montrer que l’interventionnisme étatique, souvent réclamé par les administrés et accordé par les autorités au nom de la justice sociale pour corriger ce qui ne va pas dans le libre jeu du marché, a en réalité pour effet de prolonger les crises, si ce n’est de les aggraver.

Exemple type donné par Jacques Rueff : lorsque le blé se trouve momentanément en excédent, ce qui fait baisser les prix et devrait inciter les agriculteurs à ajuster leur production de blé à la baisse (sortie de crise « naturelle » par le mécanisme des prix), les pouvoirs publics s’empressent généralement de voler à leur rescousse en fixant un prix minimum qui peut certainement donner l’illusion que leurs revenus sont sauvegardés, mais qui maintient au contraire la production à son niveau excédentaire et recule d’autant plus la fin de la crise.

Exemple concret vécu par la France : début 2020, elle est entrée dans la pandémie de Covid-19 sans être complètement remise de la crise de 2008. Malgré des dépenses publiques et une redistribution au top, son chômage restait curieusement plus élevé que chez ses voisins les plus performants, ses comptes publics plus dégradés et sa croissance toujours aussi poussive.

L’incapacité de la main de l’État à faire advenir un monde meilleur ne se limite pas au champ économique et à l’inflation monétaire. Il existe d’autres inflations, tout aussi illusoires, tout aussi injustes et tout autant pilotées par une volonté étatique de redresser les réalités dérangeantes du monde. Exemple emblématique : le relèvement pour ainsi dire perpétuel des notes du Bac et l’inflation vertigineuse des mentions.

On connaît les étapes de la terrifiante descente aux enfers de notre système éducatif. Au départ, comme souvent, une bonne intention : en 1985, Jean-Pierre Chevènement donnait à la France l’objectif d’amener « 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat d’ici à 2000 » – taux largement dépassé aujourd’hui.

Dans l’idée du ministre, il s’agissait très certainement d’améliorer le système, pas de le tuer. Mais très concrètement, il se révéla très rapidement qu’il était impossible d’atteindre l’objectif par le haut. Idéologie pédagogiste aidant, il fallut au contraire abaisser en permanence les exigences. Résultat, la place de la France recule régulièrement dans les classements internationaux tandis que le taux de réussite au Bac ne cesse d’augmenter et se situe maintenant aux alentours de 95 %.

La discontinuité scolaire de la période covid et les promesses conséquentes de notation « bienveillante » sont passées par là, mais « l’harmonisation » des notes, toujours à la hausse, constitue depuis longtemps l’un des ingrédients les plus efficaces pour donner l’illusion d’une excellence scolaire qui s’évapore de plus en plus.

Ce système s’est à tel point institutionnalisé – comprendre : s’est à tel point éloigné du réel – que cette année, une année en principe « normale », sans covid, les enseignants correcteurs des copies des épreuves de spécialités du Bac ont eu la surprise de constater que l’harmonisation avait été faite directement dans le logiciel de transmission des notes, de façon purement statistique, sans que personne ne se donne la peine de relire le travail effectif des candidats pour vérifier la légitimité de remonter la moyenne de lots entiers de copies de deux points voire plus.

Autrement dit, la France est arrivée à un point où les notes du Bac sont du ressort discrétionnaire exclusif de l’État et où les résultats du Bac sont devenus une donnée de pure propagande politique sans aucun rapport avec la réalité (bien différente) du niveau éducatif. Difficile de ne pas voir dans ce système le comportement typique d’un régime socialiste en échec : arranger le réel par du tripatouillage dans les chiffres et de la « bienveillance » dans le discours plutôt que par un changement – difficile certes, mais radical et indispensable – de cap.

Pour les élèves, rien n’est plus mensonger. Car au-delà du lycée, les études supérieures (du moins certaines d’entre elles) puis le marché de l’emploi se chargeront de procéder à la sélection des jeunes en fonction de leurs connaissances et compétences réelles. Pour certains, le retour à la vraie vie risque d’être absolument terrible.

Rien n’est plus injuste également. Car même si l’effondrement du niveau éducatif affecte tout le monde, les bons et les excellents élèves n’ont pas complètement disparu. Mais les délices de « l’harmonisation » combinées avec des critères d’accès aux lycées qui privilégient le coefficient social de l’élève (collège d’origine, bourse d’étude, etc.) et qui visent à « lisser » les résultats ne permettent plus aux meilleurs de se distinguer.

Les professeurs des lycées Louis-Le-Grand et Henri-IV se sont faits récemment l’écho désolé de ce système qui distribue le Bac et les mentions à la pelle, mais qui est en fait conçu pour écraser l’excellence véritable – triste façon de l’esprit maladivement égalitariste de la France d’envisager l’égalité. Dans le logiciel Affelnet d’affectation des élèves en classe de seconde, logiciel que leur établissement est prié de rejoindre sans broncher à la rentrée prochaine aux dépens d’un recrutement spécifique sur dossier, élève par élève :

Les notes de l’élève sont modifiées, de façon à introduire une ‘note simplifiée’. Par exemple, un élève ayant entre 15 et 20 aura une note simplifiée égale à 16 (on ne peut donc remarquer des qualités exceptionnelles).

Après plus de 75 ans d’État providence, après plus de 75 ans de discours dogmatiques et satisfaits sur la supériorité morale de la gestion collective et planifiée de tout, la France devrait être à tous points de vue un paradis sur Terre.

Et pourtant, il n’en est rien. La France est au contraire devenue le pays de toutes les érosions bâties sur l’illusion ; l’érosion-illusions de sa monnaie – elle n’est pas la seule concernée, mais elle est la plus mal préparée et la moins décidée à changer de ligne – l’érosion-illusion éducative et culturelle, comme on vient de le voir, à quoi l’on peut ajouter sans problème l’érosion-illusion de ses systèmes de santé et de retraite ainsi que celle de la sécurité des biens et des personnes.

Ne serait-il pas temps de donner le fameux coup de pied au fond de la piscine ?

 

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Avatar
    jacques lemiere
    28 juin 2022 at 7 h 42 min

    « Après plus de 75 ans d’État providence, après plus de 75 ans de discours dogmatiques et satisfaits sur la supériorité morale de la gestion collective et planifiée de tout, la France devrait être à tous points de vue un paradis sur Terre. »

    mais enfin..la france est ultralibérale!!!!
    vous savez dans les pays communistes… les problème étaient toujours causés par les capitalistes ou autres dissidents. résiduels .donc meme à 100% du pays controlé par l’etat le problème sera TOUJOURS le libéralisme…

    fascinant on vient juste de contrôler les masques, le gel, de faire la loi alim…

    il faut juste réapprendre l’economie…

    pourquoi mon boucher me « vole ».. mon propriétaire se « ‘gave ». .les riches m’exploitent…
    et remettre bien entendu l’galitarisme des revenus en question…
    C’est simple,regardez une vidéo de ruffin et demandez lui de justifier..

    Ce sont ou la base et ou l’argument à toute mesure anti liberté et antimarché.

  • Coup de pied au fond de la piscine ?
    Ceux qui ont suivi les championnats du monde de natation ont pu voir que quand la nageuse américaine est restée au fond la piscine, les plongeurs ont continué à discuter et il a fallu que son coach plonge tout habillé la sauver. En France, nous n’avons pas de coach, rien qui y ressemble, juste un officiel pour remettre les médailles, des commentateurs, et des plongeurs aussi portés sur la discussion que ceux de Budapest.

    • Vous devez faire partie des commentateurs aussi portés sur la discussion que ceux de Budapest…..😁😁😁

      -2
  • Souvenons nous des shadoks, dans les années 70, ces adorables créatures qui « plus ils pompaient, plus il n’y avait rien » . Nos dirigeants s’en sont inspiré : plus ils travaillent, plus il y a rien…. pas assez de règlements alors ajoutons en… etc

  • L’investissement permis par les taux bas permet à des entreprises non rentables d’émerger et pire encore de capter (ou de conserver) des ressources rares (main d’œuvre qualifiée notamment) qui vont manquer à d’autres entreprises.
    Et quand c’est l’état qui capte l’émission monétaire, il ne l’utilise que rarement pour de l’investissement.

  • C’est certainement la faute des libéraux, s’ils n’atteignent pas le pouvoir. Soit parce qu’ils répugnent à se politiser, soit par culpabilité « sociale » – ils ont honte de « réussir », soit par lucidité : ils se doutent bien de l’impossibilité de réapprendre l’économie dans un pays où la marchandisation est considérée comme un mal par les élites. Alors on pleure dans les manoirs tout en profitant des derniers avantages du marché que les quelques initiés de »droite » connaissent encore (s’ils ont l’âge de la retraite).

    • Bah en fait on rechigne à diriger la vie des gens autrement qu’en leur faisant signer au préalable un contrat de travail, avec leur consentement.
      Demi-blague a part, vous n’avez pas totalement tort, nous n’avons pas tous les talents.
      Ce n’est pas par honte de réussir que les libéraux ne s’engagent pas dans l’arène politique et je doute fortement que les libéraux puissent être considéré dans leur ensemble comme des gens qui réussissent dans la vie. Ou on pourrait discuter de ce qu’est la réussite, et si vous ne la considérez pas comme financière mais comme humaine, oui ce sont des gens qui ont réussi.
      Et oui on est nul et on n’a aucun talent pour la conquête du pouvoir politique, forcément, on s’empêche plus souvent que ce que l’on se permet.

  • Le coup de pied au fond de la piscine on le donnera seulement ( et encore ce n’est pas certain, l’autoritarisme aime le malheur ) lorsqu’on sera au fond de la piscine parce que sinon (1) ce serait un coup de pied dans l’eau et (2) plus prosaïquement nos « apprentis » sorciers ne sont pas encore arrivés au bout de l’argent des autres. Ça ne saurait tarder. Courage à tous, ça va tanguer sévère.

  • on injecte des milliards pour la croissance et le developement durable alors que c est la croissance qui tue la planete. au final on n a ni l un ni l autre

    -3
  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

L’inflation est là, et prête à durer si rien n’est fait pour la contrer. Dans le même temps, l’action correctrice des Banques centrales ne doit pas engendrer ce que l’économiste Friedrich Hayek appelle une dépression secondaire, c’est-à-dire un second choc négatif à la crise présente, engendrant ainsi un processus cumulatif.

 

Les constats sur l'inflation

Posons un constat : l’inflation est monétaire principalement, c’est-à-dire qu’elle résulte d’un excès de création monétaire par rapport à la demande de monnaie, en même te... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles