Législatives 2022 : 3 candidats de la Nupes au second tour déjà élus !

Certains duels vont se transformer en scrutin à bulletin unique, une poignée de candidats ayant décidé de jeter l’éponge, quasiment certains d’être battus dimanche prochain.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2022-04-06 at 16-26-34 (2) Les coulisses d’un bureau de vote - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Législatives 2022 : 3 candidats de la Nupes au second tour déjà élus !

Publié le 17 juin 2022
- A +

Dimanche prochain aura lieu le second tour des élections législatives. Ils sont 1153 candidats en mesure de se maintenir. Il fallait arriver dans les deux premiers ou obtenir un score représentant plus de 12,5 % des électeurs inscrits. Chaque impétrant devait déposer sa candidature avant 18 heures ce mardi 14 juin. 572 des 577 circonscriptions sont concernées par ce second tour puisqu’ils sont cinq députés à avoir été élus dès dimanche 12 juin : Yannick Favennec (Ensemble) en Mayenne et quatre élus Nupes à Paris et en Seine-Saint-Denis, Sophia Chikirou, Sarah Legrain, Danièle Obono et Alexis Corbière.

 

Trois candidats de la Nupes seront seuls en lice

Il leur suffit alors d’une seule voix pour obtenir 100 % des suffrages exprimés.

Certains duels aussi vont se transformer en scrutin à bulletin unique, une poignée de candidats ayant décidé de jeter l’éponge, quasiment certains d’être battus dimanche prochain.

Ainsi, dans la 11e circonscription de la Seine-Saint-Denis, la candidate communiste dissidente Virginie De Carvalho, première adjointe au maire de Tremblay-en-France, abandonne avant le second tour, seule Clémentine Autain (Nupes-LFI) reste en lice. Lors du premier tour des législatives, elles ont obtenu respectivement 15,18 % et 46,15 % des suffrages.

Dans la 4e circonscription de la Seine-Saint-Denis, le communiste dissident Azzédine Taïbi, maire de Stains, devait affronter au second tour la communiste Soumya Bourouaha, investie par la Nupes. Mais Azzédine Taïbi a annoncé qu’il retirait sa candidature et qu’il quittait le PCF dont il était membre depuis 35 ans. La candidate Nupes est arrivée en tête du premier tour, dimanche dernier, avec 36,13 % des voix contre 21,43 % pour son rival.

Marie-Luce Penchard, investie par Ensemble! jette l’éponge avant le second tour des législatives et renonce à se proposer aux voix des électeurs de la 4e circonscription de la Guadeloupe. L’ancienne ministre des Outre-mer avait été devancée de 2972 voix par Elie Califer, le candidat de la Nupes. Ce dernier a recueilli 36,61 % des suffrages contre 19,88 % des suffrages pour la vice-présidente de la Région Guadeloupe.

 

Triangulaires : jeu d’alliance en faveur de la Nupes

Avec une abstention record, les triangulaires deviennent de plus en plus rares, mais il y en aura huit en 2022, contre une seulement en 2017. Pour quelques-unes des triangulaires prévues, des désistements ont eu lieu pour empêcher le RN de tirer son épingle du jeu.

Dans la première circonscription du Lot-et-Garonne, la candidate Nupes Maryse Combres a appliqué le « tout sauf le RN ». Arrivée en troisième position avec 26,21 % des voix, elle a décidé de retirer sa candidature au profit du candidat de la majorité présidentielle Michel Lauzzana (29,64 %) face au RN Sébastien Delbosq (27,84 %).

Dans la deuxième circonscription du Lot-et-Garonne en revanche, pas question de se retirer pour le candidat de la majorité présidentielle Alexandre Freschi, face à ses rivaux RN et Nupes, malgré sa troisième position avec 25,62 % des suffrages exprimés. M. Freschi a été débranché par la direction nationale d’Ensemble!.

Dans la deuxième circonscription de la Nièvre, Marie-Anne Guillemain, pour la Nupes, a décidé de se maintenir contre ses rivaux du RN et d’Ensemble!. EELV et le PCF lui ont retiré leur soutien.

 

Les candidats pour le second tour des législatives 2022 ce dimanche

La quasi-totalité des circonscriptions verra s’opposer des candidats en duel pour le second tour.

Ensemble! : 417 candidats qualifiés au second tour (en baisse de près de 20 % par rapport à 2017).

417 candidats de la majorité présidentielle sont qualifiés pour le second tour des législatives du dimanche 19 juin. Ces candidats se trouvent surtout à l’ouest du pays. La majorité présidentielle a perdu une centaine de candidats susceptibles de se maintenir au second tour, par rapport au scrutin de 2017. À l’époque, la coalition de La République en marche et du Modem avait permis de qualifier 518 de leurs candidats.

Nupes : 380 candidats qualifiés au second tour (en hausse significative de plus de 160 % par rapport à 2017)

La Nouvelle union populaire écologique et sociale qui réunit La France insoumise, Europe Écologie-Les Verts, le Parti socialiste, le Parti communiste et Génération. s, a réalisé une percée significative dans ce scrutin de 2022. 380 candidats de la coalition se maintiennent pour le second tour. Si on regroupe ces quatre partis qui s’étaient présentés sous leur propre étiquette, il y a cinq ans, 146 candidats au total étaient arrivés aux portes du second tour de 2017.

Rassemblement national : 208 candidats qualifiés (en progression de plus de 70 % par rapport à 2017)

Il s’agit aussi d’une progression par rapport à 2017. Selon les résultats du 12 juin 2022, 280 candidats étiquetés RN ont réussi à se maintenir pour le second tour. C’est un chiffre en augmentation en comparaison avec les 121 candidats RN qualifiés au second tour en 2017.

Les Républicains : 71 candidats qualifiés, (en nette chute de 73 % par rapport à 2017)

Seuls 71 candidats de ce bloc politique sont qualifiés pour le second tour du 19 juin. Le recul de l’ancrage du parti est visible : en 2017, 267 candidats des LR s’étaient qualifiés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
gouvernement remaniement
0
Sauvegarder cet article

Ce lundi à 16 heures Emmanuel Macron a convoqué un Conseil des ministres à l'Élysée, quelques heures après la nomination du nouveau gouvernement. Il pourrait notamment y être évoquée la question de confiance que la Première ministre Élisabeth Borne peut poser à l'Assemblée à l'issue de sa déclaration de politique générale prévue mercredi. La cheffe du gouvernement n'a pas encore dit si elle engageait ou non sa responsabilité.

L'Élysée annonce que la p... Poursuivre la lecture

Deux députés RN fraîchement élus à l’Assemblée nationale s'y retrouvent vice-présidents depuis mercredi, suscitant un tollé à gauche, pour qui l’extrême droite reste infréquentable.

Il n’est pas question que le #RN ait 2 vice-presidences qui leur permettent d’animer les débats de l’Assemblée. Parler depuis l’hemicycle, certes, c’est la démocratie, parler depuis la tribune et y tenir des propos comme ceux d’hier, en est une autre. #PasDeRNAuPerchoir

— Sandrine Rousseau (@sandrousseau) June 29, 2022

Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles