Le capitalisme n’est pas raciste, le capitalisme sape le racisme

Indépendamment des positions idéologiques, les employeurs préféreront une main-d’œuvre de qualité à des substituts de qualité inférieure.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
racism source https://unsplash.com/photos/m6dyJvhKQss

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le capitalisme n’est pas raciste, le capitalisme sape le racisme

Publié le 4 juin 2022
- A +

Par Lipton Matthews.
Un article du Mises Institute

 

Les intellectuels anticapitalistes ont imprégné le discours dominant de l’idée que la discrimination raciale est inscrite dans l’ADN du capitalisme. Habituellement, les preuves de disparités raciales dans les milieux professionnels sont citées pour étayer le récit selon lequel le capitalisme pénalise les groupes minoritaires. Bien qu’il soit devenu courant d’affirmer que les disparités constituent du racisme, la question est plus complexe.

La discrimination raciale n’est pas une caractéristique bien ancrée du capitalisme, mais les entreprises doivent faire preuve de discrimination pour rester compétitives. Si elles ne récompensent pas les bonnes compétences, elles échoueront. Par conséquent, la discrimination est une politique légitime qui ne devient répréhensible que lorsqu’elle est pratiquée pour des raisons non commerciales. Les consommateurs aussi pratiquent la discrimination au quotidien, même s’ils ne s’en rendent pas compte.

Lorsque les parents insistent pour que leurs enfants fréquentent des écoles gérées par des éducateurs compétents, il s’agit d’une forme de discrimination car ils rejettent les écoles de qualité inférieure. Certains consommateurs préfèrent recourir aux services d’ouvriers ayant reçu une éducation formelle plutôt qu’à ceux de leurs homologues autodidactes et sont prêts à payer une prime pour obtenir cette main-d’œuvre. Le fait de ne pas vouloir faire de discrimination équivaut à de l’incompétence, car les coûts de l’inaction sont préjudiciables à l’entreprise et au bien-être.

En utilisant ce modèle pragmatique de la discrimination, il devient plus facile de comprendre pourquoi certains groupes ont moins de chances d’être employés à des postes de cols blancs. Robert J. Morris présente des données montrant que la rareté des minorités dans les emplois de cols blancs est peut-être une conséquence de l’écart de réussite :

Les étudiants noirs représentaient moins de 3 % des quelque 330 000 étudiants de la promotion 2020 qui ont passé l’ACT et ont été considérés comme des étudiants « prêts pour les STIM » sur la base de leurs résultats en sciences et en mathématiques. Les Hispaniques représentaient 8 % des étudiants « STEM ready », tandis que les Blancs et les Asiatiques en représentaient respectivement 64 % et 11 %.

Des résultats médiocres empêchent automatiquement les élèves issus de minorités de fréquenter les universités d’élite et de devenir des professionnels en col blanc. De même, en lecture, l’écart de performance entre les Blancs et les groupes minoritaires est abyssal. Dans le district scolaire public du comté d’Alachua, en Floride, les élèves blancs affichent 72 % de réussite en lecture, tandis que les élèves noirs n’obtiennent qu’un maigre 25 %.

Lors d’une interview, l’activiste Tia Leather a viscéralement expliqué les implications d’une maîtrise insuffisante de la lecture :

Le niveau de lecture peut signifier qu’il y a certains emplois auxquels vous ne pouvez pas postuler. Vous n’atteindrez jamais certains niveaux de vie […] Et comme nous le savons, grâce aux recherches, cela peut signifier une peine de prison. Et c’est ainsi qu’ils construisent nos prisons en se basant sur la façon dont vous lisez en troisième ou quatrième année. Donc, le problème est qu’il y a tellement de couches à déballer.

En outre, le PDG de Wells Fargo, Charles Scharf, a récemment été vilipendé pour avoir observé que la réalisation des objectifs de diversité pourrait être impossible en raison de la pénurie de talents qualifiés issus des minorités. Si les résultats intellectuels de certains groupes minoritaires sont trop insuffisants pour qu’ils puissent rejoindre les rangs de l’élite, c’est un problème que les communautés minoritaires doivent résoudre. Des sociologues ont rendu des récits convaincants liant la fortune des étudiants à la stabilité familiale, et d’autres affirment que des modèles familiaux équivalents réduiraient l’écart de richesse entre les races. Mais malgré les nombreuses preuves contredisant la théorie racialiste du capitalisme, celle-ci continue d’exercer une influence considérable dans les cercles politiques.

Cependant, la preuve la plus nette à l’encontre la théorie du capitalisme racial est la préférence accordée aux travailleurs noirs à une époque marquée par un racisme virulent. Si le capitalisme juge les individus sur la base de leur race, alors dans un environnement où le racisme est acceptable, les hommes d’affaires racistes devraient s’abstenir de faire des affaires avec des Noirs. Mais ce n’est pas ce que l’on observe en étudiant l’histoire de l’esclavage.

Comme on pouvait s’y attendre, les entrepreneurs sont motivés par l’argent, de sorte que même lorsqu’ils sont racistes, la pression exercée pour accumuler des richesses les pousse à engager des Noirs. Dans les plantations d’esclaves, les surveillants étaient chargés d’exécuter des tâches importantes nécessitant des compétences en matière de gestion. Ils supervisaient le personnel subalterne, disciplinaient les esclaves et rendaient compte aux planteurs. Pour réussir, les surveillants devaient avoir une connaissance approfondie de la gestion de la plantation, c’est pourquoi les planteurs recherchaient des personnes très intelligentes.

Déjà dans le Sud américain, les surveillants noirs étaient favorisés en raison des carences de leurs pairs blancs, comme le souligne Laura Sandy dans un article de recherche :

Lorsqu’ils sont comparés aux surveillants blancs, les esclaves ne sont pas seulement considérés comme équivalents, et annoncés publiquement comme « connus pour être égaux aux capacités de gestion » de leurs homologues blancs, mais ils sont fréquemment considérés comme supérieurs.

Le récit de Sandy est corroboré par des sources primaires :

En 1784, Alexander Rose publia une annonce dans la Gazette of the State of South Carolina, qui faisait l’éloge d’un esclave du nom de Jonathan comme ayant « une connaissance plus générale ou meilleure de la plantation » que la majorité des « hommes blancs » de l’État. Plus tard dans la décennie, un autre planteur, qui prétendait avoir acheté « peut-être l’un des noirs les plus précieux » du Lowcountry, diffusait l’utilisation d’un esclave pour gérer sa plantation sans la présence d’un surveillant blanc. Avec l’esclave à la barre, « tout gestionnaire ou surveillant » était inutile ; le surveillant esclave pouvait diriger les opérations de la plantation de façon très rentable, indépendamment de la supervision des Blancs.

Compter sur des Blancs incompétents pour gérer les domaines était une stratégie perdante pour les planteurs. Alors, pour éviter la disparition de leurs plantations, ils s’empressaient de faire appel aux services des Noirs. Outre la gestion des domaines, les travailleurs asservis étaient si compétents dans les métiers qu’au XVIIIe siècle, ils étaient plus performants que les hommes blancs. Ces constatations ne sont pas propres au Sud américain : à Bridgetown, à la Barbade, les Noirs libres dominaient le marché de la main-d’œuvre qualifiée au détriment des artisans blancs.

Indépendamment des positions idéologiques, les employeurs préféreront une main-d’œuvre de qualité à des substituts de qualité inférieure. Les planteurs racistes choisissaient les Noirs compétents plutôt que les Blancs incompétents au grand dam de leurs collègues lorsque le racisme était tolérable, alors pourquoi à une époque où le racisme est perçu comme déplorable, les employeurs pénaliseraient-ils les employés en raison de leur race ?

Heureusement, nous n’avons pas besoin d’épiloguer sur ce débat, car la question est très simple : certains groupes minoritaires ne parviennent pas à atteindre la parité avec les Blancs en raison de niveaux de capital humain inférieurs. En bref, seuls les groupes en retard et leurs dirigeants peuvent corriger l’écart de réussite, mais une fixation sur les théories douteuses du capitalisme racial ne manquera pas de les détourner de la réalisation d’objectifs valables.

 

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Les Français considèrent parfois la mondialisation comme une menace responsable du chômage. Ce sentiment est renforcé par un discours politique lui faisant porter le poids du déclin économique du pays. En réalité, ce n'est pas la mondialisation en soi qui est la source des problèmes de la France, mais les dysfonctionnements propres de ce pays qui l'empêchent de profiter des effets vertueux de la mondialisation.

 

La défiance des Français vis-à-vis de la mondialisation

Les Français jugent l'ouverture internationale comme la ... Poursuivre la lecture

Par Dr Rainer Zitelmann. Un article de la Foundation for Economic Education

Le Chili a longtemps été considéré comme un pays capitaliste modèle en Amérique du Sud. Dans l'indice de développement humain 2022, le Chili se classe premier parmi tous les pays d'Amérique latine. Et dans l'indice de liberté économique 2022 de l’Heritage Foundation, il se classe 20e, devant les États-Unis et le Royaume-Uni. En 2018, le taux de pauvreté du Chili capitaliste était de 6,4 %, ce qui contraste fortement avec les 76,6 % du Venezuela socialiste.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles