Quand les rurbains font la guerre aux ruraux

L’intégration des citadins dans les milieux ruraux est nécessaire, afin de permettre une vie paisible et harmonieuse des citoyens amenés à vivre ensemble

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les rurbains font la guerre aux ruraux

Publié le 20 mai 2022
- A +

 

On peut être surpris par ce néologisme : pour faire simple, un rurbain est un citadin qui s’installe en milieu rural, à temps partiel ou définitivement.

L’intégration dans un nouvel environnement est primordiale, afin de permettre une vie paisible et harmonieuse des citoyens amenés à vivre ensemble. Si les difficultés d’intégration sont patentes dans les banlieues sensibles, elles existent sous d’autres formes dans les campagnes. Les exemples sont nombreux et relèvent tous d’un refus d’acceptation et d’adaptation à des conditions de voisinage spécifiques souvent ancestrales.

De très nombreuses plaintes pour des motifs de nuisances

Ces litiges de voisinage qui empoisonnent les relations entre riverains sont parfois si virulents qu’ils se terminent au tribunal.

On peut citer le cas du coq Maurice de l’ile d’Oléron dont la propriétaire a été relaxée pour la nuisance occasionnée par ses chants matinaux le 5 septembre 2019 mais qui est mort l’année suivante.

On peut citer le cas des grenouilles de Grignols dont le cas mérite un peu de détails. Pour satisfaire à la demande pressante de leurs voisins, ces retraités de Dordogne décident de déplacer leur mare. Grosse erreur, ils le font sans demander l’autorisation spécifique. Dès lors, leurs voisins obtiennent auprès de la Cour d’appel de Bordeaux leur condamnation pour « des troubles qui se produisent durant la saison chaude par la création illicite d’une mare dans la proximité immédiate d’une habitation qui entraîne des troubles qui excèdent les inconvénients normaux de voisinage ». Ils sont également condamnés à reboucher la mare avec une astreinte de 150 euros par jour de retard. Le pire est que l’injonction de reboucher la mare n’est pas assortie de l’obligation préalable de déplacer les batraciens, ce qui expose les retraités aux sanctions de l’article L 415-3 du Code de l’environnement.

Autre cas, cet éleveur de Haute-Vienne condamné pour les nuisances de sa stabulation. Le TGI de Limoges, dans son jugement du 7 novembre 2001 a reconnu que l’éleveur respectait la réglementation relative à ses installations mais a admis le bruit des animaux comme trouble anormal de voisinage. Pour sa défense, l’éleveur avait produit des relevés sonométriques prouvant que son élevage était moins bruyant que la route proche. Le Tribunal avait considéré « qu’un bruit constant de circulation dans une rue est très probablement plus supportable que les bruits discontinus liés à l’élevage des bovins ». La Cour d’Appel de Limoges a confirmé la condamnation et a condamné l’éleveur à 4000 euros de dommages et intérêts pour chacun des plaignants.

La récente condamnation à 120 000 euros de l’éleveur de l’Oise confirme l’intolérance de certains voisins envers les agriculteurs. Cet éleveur avait bénéficié d’une dérogation préfectorale relativement aux distances, mais la modification des installations a invalidé l’application de l’article L 113-8 (infra). Ce jugement va conduire l’éleveur à cesser son activité, ce qui mérite réflexion dans un contexte où la volonté de produire local a le focus de la communication.

Une réglementation précise et contraignante

L’article 113-8 du Code de la construction et de l’habitation qui remplace le 112-16 récemment abrogé énonce :

« Les dommages causés aux occupants d’un bâtiment par des nuisances dues à des activités agricoles, industrielles, artisanales, commerciales, touristiques, culturelles ou aéronautiques, n’entraînent pas droit à réparation lorsque le permis de construire afférent au bâtiment exposé à ces nuisances a été demandé ou l’acte authentique constatant l’aliénation ou la prise de bail établi postérieurement à l’existence des activités les occasionnant dès lors que ces activités s’exercent en conformité avec les dispositions législatives ou réglementaires en vigueur et qu’elles se sont poursuivies dans les mêmes conditions. »

L’article L 111-3 du Code rural instaure une réciprocité de distance entre les installations d’élevage et les constructions nouvelles. De plus, la réglementation des règlements sanitaires départementaux et des installations classées définissent avec précision les distances d’implantation, les critères spécifiques des installations en fonction du nombre et du type d’animaux concernés.

En matière de bruit, lui aussi fréquemment en cause dans les litiges de voisinage, le décret n°2006-1099 du 31 août 2006 définit comme nuisances sonores les sons produits dépassant le bruit ambiant normal de 5 décibels le jour et 3 décibels la nuit, augmentés en décroissance de 5 à 0 selon la durée. Quand on sait que la parole se situe au niveau de 50 décibels, on comprend avec quelle facilité les plaideurs peuvent revendiquer des nuisances sonores.

Une nouvelle source de conflits

Les ZNT (Zones de Non-Traitement) sont les zones où l’usage des phytos sur les cultures est interdit. Ces surfaces, riveraines d’habitations, d’installations recevant du public, de sites sensibles comme les bordures de point d’eau ou de ruisseaux peuvent avoir une largeur entre 100, 50 et 5 mètres selon les cultures concernées et les produits utilisés. Certains maires avaient pris des arrêtés pour interdire tout traitement ou épandage d’effluents sur les terres agricoles à l’intérieur d’une distance de 150 mètres des habitations pour protéger les habitants.

Pour exemple, une surface de 10,35 hectares aurait été confisquée aux agriculteurs voisins d’une habitation de 500 m² sise au milieu des champs. Le 31 décembre 2020, le Conseil d’État a interdit aux maires de prendre des arrêtés interdisant l’utilisation de pesticides sur le territoire de leurs communes.

Les rurbains contre les locavores

Les récentes pénuries rencontrées lors de la crise du covid et de la guerre en Ukraine ont mis en évidence notre dépendance à l’approvisionnement de denrées de première nécessité vis-à-vis de l’étranger. De plus en plus de citoyens deviennent conscients de l’importance de la souveraineté alimentaire de la France et de l’importance de produire localement notre nourriture. Cependant, les conflits entre voisins d’un même territoire sont de plus en plus fréquents et se terminent majoritairement aux dépens des agriculteurs.

La simple mesure des ZNT prive ceux-ci de surfaces conséquentes pour un objectif qui, s’il peut être considéré comme d’utilité publique, n’applique pas les principes de l’article 545 du Code civil qui prévoit une juste et préalable indemnité pour la perte de la jouissance de sa propriété et de ses fruits.

Nombre de Français veulent consommer local, mais les rurbains ne supportent pas la présence des fermes et de leur environnement près de chez eux.

Cependant, en instaurant autant de zizanie et de contraintes envers les agriculteurs français, notre dépendance alimentaire s’accentue et nous risquons de regretter nos paysans qui ne seraient plus là pour nous nourrir et pour entretenir nos paysages qui ne tarderaient pas à s’ensauvager. La forêt aurait vite fait de reconquérir les terres cultivables. Certes la forêt c’est beau, mais manger des glands ne nourrira pas le peuple.

 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Avatar
    jacques lemiere
    20 mai 2022 at 7 h 20 min

    dans les conflits de voisinage je ne donne pas raison à l’agriculteur.. je ne donne pas nonplus raison à ce qui apparait la tradition..comme le chant du coq..

    on ne peut plus invoquer la tradition quand on parle ruralité…l’agriculture a changé d’echelle et de moyens. et « traditionnellement » tout le monde ou presque était paysan à la compagne donc… tolérant des nuisances agricoles!!

    non il faut de nouvelles « règles de vie en communauté » à la campagne..

    tiens la semaine dernier j’ai vu un cuistre installer son poulailler au bout de son champ, donc près de son voisin..

    vous allez trop loin.. à mon opinion.. »harmonie », « souveraineté alimentaire ».. non…ce ne sont pas des objectifs souhaitables..non plus une société paisible, mais une société où l’innocent est protégé..celui à qui on nuit dédommagé..

    Et en plus…. on a des tas de politiques pour ATTIRER des gens à la campagne avec de l’argent public..!!!

    au lieu d’accepter une certaine dépopulation rurale.

    -6
    • Tiens la semaine dernier j’ai vu un cuistre installer une balançoire au bout de son jardin, donc près de son voisin. Le bruit des enfants qui jouent est insuportable, c’est scandaleux!

  • Le taux de zizanie croît comme le carré de la densité de population.

  • Aux citadins qui veulent imposer leur mode de vie aux ruraux, restez en ville.

  • Chaque fois que les citadins se portent acquéreurs de bien ruraux, au bout d’un certains temps les problèmes commencent pour les ruraux, les arrivants étant des rats de ville, souvent des hauts fonctionnaires, des bobos, des nouveaux riches qui ont beaucoup de relations.

  • Bah, ils quittent la ville à cause du voisin de dessus pour tomber sur des pequenots pire, ils sont chez eux et détestent les citadins.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jonathan Dubrulle.

Dépourvus de connaissances agronomiques de base et éloignés du quotidien des agriculteurs, certains urbains devenus néo-ruraux côtoient l’agriculture au quotidien sans la comprendre pour autant. Ainsi, les nuisances sonores, olfactives et visuelles de certaines pratiques agricoles troublent certaines images d’Epinal bien enracinées lors de la remise des clés du pavillon de campagne tant désiré.

Du patrimoine au bien commun : vers une appropriation des espaces ruraux

La notion de paysage renvoie à la patrim... Poursuivre la lecture

Par h16.

L'avantage de la période estivale est qu'elle donne l'occasion à beaucoup de Français de faire des expériences dont ils n'ont pas l'habitude, à commencer par faire découvrir aux urbains les joies de la campagne. L'inconvénient de la période estivale est qu'elle donne aussi l'occasion à beaucoup de Français de la campagne de découvrir certains Français décidément urbains...

Et d'année en année, les faits divers et les petites histoires dont les journalistes sont friands s'accumulent, montrant de façon de plus en plus cla... Poursuivre la lecture