Qui est vraiment responsable de l’inflation ?

Quelle que soit la manière dont on aborde la question, aucune personne ou politique n’est la seule à blâmer pour l’inflation galopante.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Sophie Jonas on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui est vraiment responsable de l’inflation ?

Publié le 23 avril 2022
- A +


Un article de Reason

 

Les avis divergent pour savoir qui est à blâmer pour l’inflation. C’est le président. C’est l’ancien président. Les chaînes d’approvisionnement. La Russie. Les entreprises.

Avec une inflation de 8,5 %, il est important de comprendre d’où vient la faute. Et avec des problèmes sous-jacents allant des effets économiques liés au Covid-19 et des décisions prises par les banques centrales aux politiques adoptées par les récentes administrations présidentielles et à l’interconnexion de l’économie mondiale, les coupables sont nombreux.

L’inflation est l’augmentation générale du coût des biens et des services. Elle peut se produire pour deux raisons : une augmentation de l’offre d’argent par rapport à l’offre de biens ou une augmentation de la demande de biens par rapport à l’offre. Si toutes les augmentations de prix ne sont pas des preuves d’inflation – les prix fluctuent également en fonction de l’offre et de la demande – une augmentation soutenue des prix dans l’ensemble du pays est la preuve que l’un de ces phénomènes est en jeu.

L’affirmation selon laquelle la cupidité des entreprises provoque l’inflation peut être facilement rejetée car elle n’explique pas pourquoi elle n’a pas provoqué d’inflation dans le passé. Et les plus grands partisans de cet argument, dont les sénateurs Elizabeth Warren et Bernie Sanders, n’attribuent jamais la baisse des prix à la générosité des entreprises. De même, l’affirmation selon laquelle le président Joe Biden est le seul à blâmer est fausse. Les racines de l’inflation sont nombreuses et déconnectées des récits partisans.

Cela ne veut pas dire que Biden n’a pas joué un rôle clé. L’inflation a grimpé peu après son élection, et on n’en voit pas la fin. Sa principale initiative, l‘American Rescue Plan (ARP), a injecté davantage de liquidités dans une économie en surchauffe, alors que les chaînes d’approvisionnement ne pouvaient pas suivre, dépensant près de 2 000 milliards de dollars alors que l’écart de production était plus proche de 400 milliards de dollars. C’est près de cinq fois plus que ce qui était nécessaire, et l’impact était prévisible. Des experts comme Lawrence Summers, de Harvard, ont tiré la sonnette d’alarme depuis plus d’un an.

Mais les grands projets de loi de dépenses de Biden n’ont pas été promulgués immédiatement. L’American Rescue Plan (ARP) n’a pas été signé avant mars 2021, et une grande partie de ses dépenses se sont étalées sur plusieurs mois. De même, la loi sur les investissements dans les infrastructures et les emplois – une autre source de pression inflationniste souvent citée – n’a été adoptée qu’en novembre dernier et ses dépenses ne culmineront pas avant 2026. En outre, une étude de la Réserve fédérale de Chicago a révélé que l’ARP ne peut expliquer que partiellement l’inflation récente.

Ces résultats ne devraient pas être surprenants, car des dépenses importantes étaient en cours avant que Biden n’accède à la présidence. Même avant la loi CARES (Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security) – le projet de loi le plus coûteux signé par Donald Trump – le gouvernement fédéral dépensait des sommes sans précédent en raison du Covid-19. Cette loi prévoyait des versements en espèces à la plupart des Américains, une aide au logement, une augmentation des chèques de chômage et une pause dans le remboursement des prêts étudiants, qui a récemment été prolongée par M. Biden. Ces actions étaient peut-être nécessaires à l’époque, mais ces politiques ont commencé sous la gouvernance de Trump et contribuent aux pressions inflationnistes d’aujourd’hui.

Si l’on met de côté la pandémie, Trump a dépensé de manière extravagante, dépensant davantage en quatre ans que le président Barack Obama en huit ans. Alors que Biden attise peut-être les flammes de l’inflation, Trump a ramassé le petit bois et craqué l’allumette.

Non pas que les politiques démocrates auraient été meilleures. Ils ont fait pression pour un « chômage amélioré » plus généreux, en inondant les États de liquidités et en versant des paiements de relance quasi permanents aux parents. Bien que seules certaines de leurs idées aient été adoptées, l’argent distribué n’a pas disparu, pas plus que les dépenses supplémentaires effectuées par de nombreux gouverneurs d’États démocrates.

Et si l’élection de 2020 est survenue en même temps que la hausse des prix, une expansion de la masse monétaire s’est produite bien avant. C’est important car on ne peut pas comprendre l’inflation sans tenir compte de la Federal Reserve. Aucun président ne contrôle les taux d’intérêt ou les dollars en circulation : Jerome Powell et le Comité fédéral de l’open market le font. Et Powell a admis l’année dernière qu’ils se sont complètement trompés sur l’inflation.

La Federal Reserve n’est pas la seule banque centrale fautive. Tout comme les gouvernements du monde entier ont dépensé généreusement pour venir en aide dans le cadre des pandémies, la menace de récession a fait hésiter les banques centrales du monde entier à augmenter les taux d’intérêt en réponse à la hausse des prix. La Banque centrale européenne a maintenu ses taux constants depuis  début 2016. Pendant ce temps, le Royaume-Uni a augmenté les taux jusqu’au niveau où ils étaient avant la pandémie, mais comme la Federal Reserve, les Britanniques ont baissé les taux d’intérêt au cours des deux dernières années.

Le crédit bon marché peut être approprié lorsque les économies sont confrontées à des chocs inattendus, mais il devient un problème lorsque la demande revient. Mais même si les banques centrales et les autres responsables politiques ne se suivaient pas les uns les autres, il y a d’autres raisons de s’attendre à ce que l’inflation s’envole.

L’inflation dans la zone euro est de 7,5 %, et les niveaux de prix au Royaume-Uni sont similaires. Dans une certaine mesure, ces phénomènes se produisent indépendamment des États-Unis – il est ridicule de suggérer que l’investiture de Biden a déclenché l’inflation à près de 5000 km de là. Mais tout comme la guerre en Russie peut avoir un impact sur le prix du gaz et du blé, les États-Unis peuvent également exporter l’inflation à travers le monde dans une économie interconnectée.

Le point mort d’inflation n’a jamais été aussi élevé au XXIe siècle, mais le fait de blâmer une personne ou une politique en particulier ne rend compte que d’une partie du tableau économique. En réalité, de nombreuses actions – certaines récentes et d’autres remontant à cinq ans – ont amorcé la pompe et intensifié la hausse des prix à l’échelle mondiale.

De même que personne n’est à l’origine de notre situation actuelle, il est peu probable qu’une seule personne puisse la résoudre. L’inflation ne diminuera que lorsque la pandémie prendra fin, que les banques centrales mettront fin à leurs politiques d’argent facile, que le secteur privé augmentera sa production, que la chaîne d’approvisionnement se stabilisera et que, oui, les gouvernements entreprendront enfin des dépenses plus responsables.

 

 

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

L’inflation est là, et prête à durer si rien n’est fait pour la contrer. Dans le même temps, l’action correctrice des Banques centrales ne doit pas engendrer ce que l’économiste Friedrich Hayek appelle une dépression secondaire, c’est-à-dire un second choc négatif à la crise présente, engendrant ainsi un processus cumulatif.

 

Les constats sur l'inflation

Posons un constat : l’inflation est monétaire principalement, c’est-à-dire qu’elle résulte d’un excès de création monétaire par rapport à la demande de monnaie, en même te... Poursuivre la lecture

Par Dan Sanchez.

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais je ressens une sérieuse "lassitude de l'apocalypse". Ces deux dernières années, les nouvelles ont été dominées par une série de catastrophes mondiales.

C'est comme si les quatre cavaliers de l'apocalypse faisaient une course de relais.

La Pestilence (covid) n'a relâché son fouet qu'après avoir passé le relais à la Guerre (invasion de l'Ukraine par la Russie). La Mort universelle, avec le risque accru d'une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie, m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles