3 conseils pour réparer des relations brisées par un désaccord politique

Si vous souhaitez reconstruire une relation saine et florissante endommagée par la discorde politique, ces conseils peuvent vous aider à y parvenir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Icons8 Team on Unsplash - https://unsplash.com/photos/r-enAOPw8Rs

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

3 conseils pour réparer des relations brisées par un désaccord politique

Publié le 24 mars 2022
- A +

Par Julian Adorney et Geoff Laughton.
Un article de la Foundation for Economic Education

 

Si vous avez perdu des amis ou des membres de votre famille en raison de désaccords politiques au cours des deux dernières années, vous n’êtes pas seul. Selon une étude réalisée en 2021 par l’American Enterprise Institute, pas moins de 15 % des adultes ont mis fin à une amitié pour des raisons politiques.

Beaucoup d’autres personnes ont des relations qui, sans être perdues, sont définitivement sur la corde raide à cause de disputes politiques.

Alors, comment reconstruire vos relations avec des amis proches ou des membres de votre famille qui sont de l’autre côté de l’allée politique ? En tant que coach matrimonial et relationnel depuis 25 ans, qui a aidé des couples à faire tomber leurs blocages et à passer de l’acrimonie à l’harmonie, et en tant qu’ancien rédacteur d’éditoriaux politiques qui parvient à maintenir des relations étroites avec des membres de sa famille et des amis de tous les bords, nous avons quelques idées.

 

Conseil n° 1 : parlez des valeurs

Les bonnes relations se construisent sur un socle de points communs ; il est difficile d’avoir une relation avec quelqu’un avec qui vous n’avez rien en commun. Lorsque vous discutez de politique, le fait de parler de valeurs communes plutôt que d’une position politique spécifique peut aider à mettre ces points communs en évidence… et à rétablir un lien commun avec l’autre.

Par exemple, disons que votre femme est favorable aux subventions pour l’énergie solaire et éolienne. Vous vous opposez à cette politique parce que vous pensez qu’elle est injuste pour les entrepreneurs qui travaillent dans d’autres sources d’énergie (comme le nucléaire) qui ne bénéficieraient pas de subventions similaires. Plutôt que d’argumenter sur le dernier projet de loi sur l’énergie verte du président Biden, il serait plus utile de souligner comment votre opposition découle de la valeur de l’équité. Votre femme n’est peut-être pas d’accord avec vous sur ce point particulier, mais de nombreuses positions progressistes (comme le fait de vouloir augmenter les impôts des 1 %, par exemple) sont souvent fondées sur un désir d’équité.

Mettre en avant cette valeur commune peut vous aider tous les deux à prendre conscience d’un terrain d’entente, et même à comprendre les positions politiques sur lesquelles vous êtes en désaccord.

Pour être honnête, cela ne fonctionnera pas pour toutes les questions. Dans The Righteous Mind, le psychologue social Jonathan Haidt identifie six valeurs fondamentales, ou fondements moraux, qui constituent la façon dont les individus pensent la politique.

Ces valeurs sont les suivantes :

  1. Bienveillance/malveillance (vouloir se préoccuper des personnes moins bien loties, par exemple)
  2. Équité/tricherie (vouloir empêcher le parasitisme et les gains injustes)
  3. Loyauté/trahison (se préoccuper d’abord de sa propre communauté et s’opposer aux personnes de sa communauté qui ne s’en préoccupent pas)
  4. Autorité/Subversion (respect de l’autorité justifiée)
  5. Sainteté/Dégradation (accent mis sur la propreté en tant que composante morale, par exemple, « Mon corps est un temple »)
  6. Liberté/Oppression (préférence pour la liberté et aversion pour la tyrannie, ce pour quoi les libertariens sont célèbres)

 

Haidt souligne que la politique conservatrice a tendance à exploiter les six fondements moraux. La politique progressiste ne fait généralement appel qu’à trois d’entre eux (soin/préjudice, équité/tricherie et tyrannie/oppression). De nombreux libertariens (mais pas tous) se soucient principalement d’un seul.

Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que si votre père est progressiste et que vous êtes très patriotique, ce n’est peut-être pas une valeur qu’il est prêt à comprendre ou à comprendre par empathie.

Mais, surtout, Haidt souligne que la plupart d’entre nous partagent certaines valeurs fondamentales. La plupart d’entre nous se soucient de l’équité, qu’il s’agisse de dénoncer les gains « mal acquis » des 1 % (libéraux), de critiquer les capitalistes de connivence qui s’enrichissent en sollicitant les faveurs du Congrès (libertariens) ou de s’inquiéter des champions de l’aide sociale qui conduisent des cadillacs aux frais de l’État (conservateurs). La plupart d’entre nous veulent aider les pauvres. Et la plupart d’entre nous craignent que les excès du gouvernement ne se transforment en tyrannie, même si les libéraux, les conservateurs et les libertariens ont tendance à s’inquiéter de ces excès dans des domaines différents.

 

Conseil n° 2 : trouver une compréhension commune

Une bonne communication repose sur la compréhension et l’empathie de l’autre, même en cas de désaccord.

Voici un moyen efficace d’y parvenir : lorsque vous êtes tenté de dire pourquoi vous êtes favorable ou opposé à une certaine politique, allez plus loin et expliquez pourquoi votre position est si importante pour vous. Qu’est-ce qui, dans votre vie, vous a amené à vous intéresser à cette position ?

Par exemple, l’un des amis de Julian n’est pas d’accord avec la politique vaccinale et refuse de se faire vacciner contre le Covid-19. La raison en est qu’alors qu’elle était enceinte, sa mère a été fortement encouragée par son médecin à prendre une pilule dont les effets secondaires se sont révélés terribles. Si elle avait suivi la recommandation du médecin, sa fille serait née très malade et n’aurait probablement pas vécu jusqu’à son premier anniversaire.

Cela a ancré en elle un profond scepticisme à l’égard de la médecine nouvelle ou expérimentale.

S’ouvrir aux raisons pour lesquelles vous tenez à une certaine politique peut aider votre partenaire, ami, frère ou sœur, enfant ou parent à comprendre vos convictions, même s’ils ne sont pas d’accord. Réciproquement, cela peut favoriser la compréhension et la compassion plutôt que la colère et le mépris.

Cette pratique requiert également de l’humilité, car vous devez admettre que vous n’êtes pas arrivé à toutes vos idées par le biais de la raison pure et parfaite. L’humilité est un puissant antidote à l’acrimonie.

 

Conseil n° 3 : considérez votre humanité commune

Comme nous l’avons dit, les bonnes relations se construisent sur un socle de points communs. Idéalement, certains de ces points communs proviennent de valeurs et d’expériences politiques partagées. Mais s’il n’y en a pas, vous pouvez trouver un autre type de point commun dans des expériences en dehors de la politique.

Par exemple, Julian est à Nairobi pour servir des organisations à but non lucratif, et l’un de ses amis est un partisan de Trump qui donne des cours particuliers aux enfants des quartiers défavorisés. Chaque fois que Julian est tenté de considérer son ami comme un étranger en raison de leurs opinions politiques, il se rappelle qu’ils ont en fait beaucoup de choses en commun en dehors de la politique : dans ce cas, une passion commune pour l’action en faveur des personnes défavorisées.

Voici une raison pour laquelle cette idée est si puissante : comme Geoff l’a constaté dans sa pratique du coaching relationnel, la rancœur partisane ne surgit pas du néant. C’est généralement le symptôme d’un conflit plus profond.

Les points communs entre vous et votre ami/sœur/conjoint/enfant/parent éloigné peuvent reconstruire la relation entre vous deux sur des bases plus solides. Cela peut guérir la relation dans son essence même, plutôt que de se contenter de régler les symptômes politiques.

 

Vouloir changer

Nous conclurons par une mise en garde.

Une règle du coaching relationnel est que les deux parties doivent vouloir changer. Autrement dit, la douleur (perçue) du changement doit être compensée par la douleur du statu quo.

Si l’autre personne ne veut pas réparer les pots cassés, il n’y a malheureusement pas grand-chose que vous puissiez faire.

Toutefois, si vous souhaitez tous deux reconstruire une relation saine et florissante, ces conseils peuvent vous aider à y parvenir.

 

Sur le web

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Maître Mamadou, grand marabout africain, peut vous solutionner dans les différents domaines de la vie tel que le retour de l’être aimé, la chance dans vos affaires et aux examens, la dissipation des mauvais sorts,
    la protection de votre couple, la protection de votre domicile, de vos amis, de votre famille etc.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles