Campagne électorale : des ministres au taquet

Les campagnes électorales sont souvent l’occasion de promesses éhontées, mais celle-ci dépasse toutes les bornes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Screenshot_2021-02-09 Interview du Président Emmanuel Macron sur TF1 - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Campagne électorale : des ministres au taquet

Publié le 18 mars 2022
- A +

La situation peut bien être tendue et les perspectives pas forcément roses, il n’en reste pas moins que la France bénéficie d’une équipe de ministres véritablement au taquet pour résoudre les vrais problèmes qui se posent au pays. Avec leur passif et l’ampleur difficilement commensurable de leur intellect maintenant déployé à pleine puissance, il ne se passe plus une semaine sans qu’une nouvelle action décisive ne soit menée par la troupe de nos ministres commandos en campagne.

Ainsi, si l’on regarde celui qui est en charge de ce qui reste de Santé en France, tout indique qu’il ne se laissera pas emporter dans l’indifférence par la disparition progressive mais, rassurez-vous, temporaire, sous condition et à son bon plaisir des attributs de la pandémie – masque, passeport vaccinal et brochettes d’experts hypocondriaques de plateau télé. Olivier Véran sera ministre jusqu’au boutiste et entendra bien nous emmerder s’occuper de notre santé jusqu’à la dernière seconde : c’est qu’il y tient, à notre santé et il ne renoncera jamais à la placer systématiquement au-dessus d’absolument toutes nos libertés et tous nos droits fondamentaux !

Oui, que voulez-vous : le cheptel de contribuables n’a pas réellement besoin de s’égayer à sa guise dans les verts pâturages, il a surtout besoin d’être en bonne santé pour subvenir aux besoins d’un État fort et vigoureux, plein de vitamines et de petites taxes pétillantes.

Pour cela et avec le culot qui caractérise maintenant toute cette génération de politiciens hontectomisés très jeunes, notre brave Véran entend donc proposer des séances de psychothérapie pour les Français qui en auraient besoin, bien évidemment gratuites dans le sens où elles seront prises en charge par ces mêmes Français qui n’en auraient jamais eu besoin si notre sémillant ministre n’avait pas absolument tout fait pour qu’ils pètent un câble. Notre brave tortionnaire nous annonce tout joyeux qu’à partir du 5 avril prochain, quelques jours avant le premier tour, les Français pourront donc s’ouvrir à leur psychologue préféré et tenter de ramener un peu de santé dans leur univers mental que notre homme aura passé les deux dernières années à saccager méthodiquement, le tout financé avec leurs impôts.

En somme, l’État se félicite de payer avec notre argent les béquilles qui nous aideront à marcher après qu’il avoir amputés. Si ce n’était pas avec notre argent, il y aurait de quoi devenir fou rire.

Mais voyez-vous, les élections approchent et la période est donc propice à toutes les bassesses, toutes les compromissions, toutes les distributions de cadeaux empoisonnés et surpayés qui pourraient faire favorablement pencher la balance électorale en direction des tortionnaires.

Bien sûr, il ne sera pas facile de faire oublier les cinq années absolument épouvantables de Macron, et notamment les deux dernières années qui auront permis à sa meute de clowns tristes de mettre méthodiquement en pièces l’ensemble des libertés fondamentales des Français. Pour aider à l’Alzheimer précoce chez les électeurs, outre une bordée de picouses aux effets secondaires neurologiques douteux, le pénible locataire de l’Élysée emploie donc une technique de fuite consistant à mélanger de grotesques opérations photographiques adulescentes avec un refus assumé de tout débat qui le renverrait à sa gestion catastrophique de tout l’appareil d’État français, relations internationales comprises.

Et rassurez-vous : la navritude du gouvernement ne s’arrête pas, très loin s’en faut, à Véran ou aux pitreries photographiques de Macron. Sans même s’étendre sur les âneries débitées à cadence industrielle par Castex, un Premier ministre qui sent le buvard de sous-préfecture même lorsqu’il passe à la radio, impossible d’oublier les contre-performances de l’actuel ministre de l’Intérieur qui décroche des médailles d’or olympiques de lancer de Deux Poids Deux Mesures.

L’actuelle péripétie corse illustre assez bien ces prouesses : alors que la plupart d’entre nous se souvient encore sans mal des petits mouvements spasmodiques de menton du même Darmanin lorsqu’il s’agissait d’essayer de faire rentrer dans l’ordre les DOM-TOM suite à la mise en place de l’obligation vaccinale pour les soignants sur place, il est piquant de constater la position actuelle du miniministre qui semble tout faire pour minimiser les exactions commises actuellement dans l’Île de Beauté.

Ainsi, il n’hésite pas, en novembre dernier (c’était il y a seulement quatre mois) à envoyer des troupes du RAID et du GIGN en Guadeloupe et en Martinique pour calmer les ardeurs des citoyens sur place entendant faire valoir leurs droits fondamentaux (les faquins !), avec un succès du reste fort modéré puisque l’État a malgré tout dû transiger quelque peu sur ses velléités.

Cependant et comme l’explique un récent numéro du Canard Enchaîné, l’approche d’élections change notre homme qui n’hésitera pas plus à négocier discrètement le vote indépendantiste en faveur de Macron auprès des nationalistes corses dont le calme et la pondération sont légendaires. En somme, la violence des uns (dans les DOM-TOM) ne vaut pas la violence des autres (en Corse) et si la négociation est hors de question avec ces Français trop lointains, elle est en revanche tout acquise, allant même jusqu’à des propositions particulièrement hardies, même pour les violents beaucoup plus proches et qui peuvent rapporter électoralement.

Et alors que Véran a largement démontré sa toxicité pour tous les Français (au point donc de leur proposer des séances de psy), Darmanin, lui, démontre qu’il compte vraiment pour des prunes : si, à ces négociations corses maintenant éventées et parfaitement lamentables d’amateurisme, on ajoute l’ensemble de ses faits d’armes en matière de lutte contre le cannabis qui en a fait rire plus d’un dans le pays, et son incapacité maintenant indéniable à endiguer la montée des faits de violence dans le pays (Corse incluse, et pour cause), on arrive à une conclusion de nullité sans appel.

Avec l’approche de ces élections, les pires habitudes de nos politiciens s’expriment sans plus aucune retenue. On ne peut que redouter que la tendance empire.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Votre constat est sans appel. Il est évident qu’aucun autre gouvernement n’aurait pu faire le quart de ce qu’a fait celui-là.
    Jamais un tel niveau d’incompétence, de cynisme, de mensonge permanent, de revirements, de faiblesse avec les minorités, de brutalité avec la majorité, n’avait été atteint en France.
    La communication sophistiquée sert juste à emballer un cadeau de merde dans du papier d’argent.
    Si Macron est réélu, on pourra sérieusement s’inquiéter de l’intelligence des Français !

    15
  • Je me demande quand même si je ne vais pas accepter les séances de « psychotérapie » proposées gratuitement (avec l’argent des autres) !
    Entre le dérèglement climatique depuis la fin des années 80, la transition énergétique à base de moulins à vent du 17ème siècle et d’appareils de bronzage, les deux années de grippe Covid gérées comme la lèpre des débuts de l’ère chrétienne, les ravages du wokisme et autres tendances en cours actuelles, j’ai l’impression que mon décalage personnel vis-à-vis de tout cela mérite d’être soigné, faute de quoi je vais « péter les plombs »…

    11
  • Ce qui est totalement sidérant est que des français arrivent encore à croire que « oui il a changé et que oui il va suivre son « nouveau » programme (pourquoi ne l’a t’il fait lors des 5 dernière années??).
    Bêtise ? Amour ? Sado-masochisme ?
    – Sisi : j’arrêterai d’avoir envie de vous emmerder,
    – Sisi : et d’ailleurs je ne vous insulterai plus,
    – Sisi il y a tout de même, un tout petit peu, de « culture » française…
    – Sisi : je vais maîtriser l’immigration et vous allez voir tous les retours que je vais faire (Info :taux de 78% pour l’Angleterre et 17% pour la france…)
    -Sisi : je vais arrêter d’enfumer les français par des commissions citoyennes, non représentatives, au recrutement pipauté et des débats avec des contradicteurs bien choisis…
    – Ménonménon les pauvres appelés engagés par les socialistes dans le maintien de l’ordre en Algérie
    entre 1956 et 62 ne sont pas vraiment, enfin pas tout à fait, des criminels de guerre…
    – Ménonménon je vais, cette fois-ci, c’est sûr, arrêter de sur-endetter la France…mais après les 400 prochains milliards car j’ai encore des encouragements à voter pour moi à financer et il faudra que je puisse encore continuer à cramer la caisse pendant 5 ans.
    Liste non exhaustive à compléter…

    • Dans la même veine, la proportionnelle à l’Assemblée :
      – En 2017, il disait y être favorable , en annonçant qu’il le ferait dès la première année de mandat.
      – En 2019, il a annoncé qu’il était sur le point de le faire, et puis finalement rien.
      – En 2022 (cet après-midi), il a annoncé y être favorable.
      Va-t-il tenir ses promesses une fois réélu ?
      Comme disent les djeun’s, j’crois la question elle est vite répondue.
      Mais au fond, tout ça n’est que de la comédie, il sera réélu. La plupart des gens en ont marre de lui, mais peu de gens sont prêts à opter pour un des charlots d’en face. Sans oublier les millions de citoyens qui se croient parfaitement informés parce qu’ils prennent leur dose de 2h de BFM chaque jour.
      Rien que dans mon petit village, j’ai un maire qui va voter Macron « parce que c’est un progressiste avec une vision d’avenir » (c’est un maire socialiste converti LREM en 2017), un vieux médecin généraliste qui va voter Macron « pour qu’il puisse enfin faire la réforme des retraites », et des voisins trentenaires jeunes parents qui vont voter Macron « parce qu’on ne l’aime pas, mais qu’on ne peut pas mettre n’importe qui en face de Poutine ».
      Depuis des décennies, on « vote contre » (Sarko a remplacé Chirac, Hollande a remplacé Sarko, Macron a remplacé Hollande), cette fois on va voter par défaut. Si seulement un jour on pouvait avoir envie de voter pour quelqu’un avec un vrai projet au lieu de choisir le moins mauvais…

    • Il serait peut-être temps de voter pour le seul candidat qui n’est pas un politicien professionnel, qui ne se présente pas pour le énième fois, et qui veut mettre en place un certain nombre de vos sisi et ménonménon et dont on sait qu’il fera ce qu’il dit parce qu’il un homme de convictions et non un politicien.
      Ça ne pourra pas être pire que ces 10 dernières années…

      • Voter pour le seul qui n’est pas un politicien professionnel, c’est un peu ce qu’on a fait il y a cinq ans.
        Marre de la droite (Chirac, Sarko), marre de la gauche (Hollande), pas prêts à voter pour les extrêmes. Alors on s’est rués sur le sympathique banquier philosophe de formation, qui était arrivé en politique depuis quelques années à peine, en se disant qu’on allait essayer un truc nouveau.
        Et cinq ans plus tard, le bilan de tout ça pourrait se résumer par la citation « On sait ce que l’on quitte, on ne sait pas ce que l’on prend ». Il n’est pas impossible que certains aillent voter Macron parce qu’ils n’oseront pas tenter encore une fois la nouveauté.

        • Ou comme disent nos amis espagnols : « Mieux vaut le mal connu que le bien à découvrir ».

        • Mouais…macron n’était pas vraiment « vierge » de la politique lorsqu’il s’est présenté ! 😉

  • Apparemment voter pour Macron aboutirait aux suicides collectifs des Français.

    • Le problème est que voter pour lui (et même refuser de se déplacer pour voter « contre » ou voter blanc), va le conforter dans son narcissisme et lui donner des ailes pour continuer d’être toxique.
      Sa victoire ne sera pas relative à ses yeux (et ceux de ses groupies)
      Il n’a eu aucun problème, cela ne l’a rendu ni modeste et ni modéré, ni moins arrogant, même de manière infinitésimale, à être élu que par 17% des inscrits !
      Il est en partie a-démocratique puisqu’il néglige les vrais représentants élus par le peuple au profit, de « commissions citoyennes » beaucoup plus facilement manipulables et sans aucune légitimité.
      Ces commission sont un leurre pour faire croire qu’il accorde de l’importance à ce que pensent les citoyens.
      Il est probablement conscient que l’assemblée nationale aux ordres ne lui donne pas cette légitimité populaire…ce qui explique cette recherche d’alternative.
      La solution eut été d’accepter les référendums citoyens dans les mêmes conditions que les « votations » suisses. Mais comme de telles votations ne sont pas aisément manipulables elles sont donc exclues.
      Le minimum serait d’accepter la proportionnelle large aux législatives.
      Faute de quoi le « peuple » qu’il honnit sera contraint de s’exprimer dans la rue : une fois de plus le chaos…
      Je crains que ce soit d’ores et déjà ce qu’exprime l’abstention majeure qui arrive : le premier tour (présidentielles) est très probablement joué, il reste le deuxième tour (législatives) et surtout, compte tenu de l’absence de proportionnelle, restera le troisième tour : la rue avec tout ce que la suppose…
      Pour une large part les français ont psychologiquement enjambé les présidentielles…

      • @Balthazar
        Bonjour,
        Les élections étant truquées par le fait que seules les voix des votants comptent, aucun gagnant ne sera apte
        Je pense qu’aucun des candidats ne dépassera le taux d’abstention, comme en 2017 et que le gagnant du pompon républicain n’obtiendra pas 51% de voix de tous les inscrits.

        • Certes c’est ce qui pour moi légitime le recours au peuple par des « votations » ou par la dissolution de l’assemblée.
          Pour moi macron, suite à la crise des gilets jaunes, aurait du se re-légitimer ainsi. Je pense qu’il serait d’ailleurs sorti vainqueur, peut-être au pris d’une assemblée moins « godillot »…mais c’est cela la démocratie. !
          Suite à la crise de mai 1968 le général de Gaulle c’est soumis à la sanction populaire avec un référendum sur la décentralisation en mettant son poste sur la table…
          En revanche rendre le pouvoir au peuple n’est pas, à cette heure, en faveur du libéralisme…

  • @Balthazar
    Bonjour,
    Les élections étant truquées par le fait que seules les voix des votants comptent, aucun gagnant ne sera apte
    Je pense qu’aucun des candidats ne dépassera le taux d’abstention, comme en 2017 et que le gagnant du pompon républicain n’obtiendra pas 51% de voix de tous les inscrits.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Un mois après sa réélection et à trois semaines des élections législatives, le président de la République (sur proposition du Premier ministre) a choisi son gouvernement. L’attente a été longue, ne serait-ce que par les spéculations sur le nom du successeur de Jean Castex. Sinon, on garde les mêmes et on continue. Deux surprises cependant : le maintien du garde des Sceaux et le nouveau titulaire de la rue de Grenelle.

https://twitter.com/Elysee/status/1527657628540755969

Il faut dire que, soutenu par une coalition hétéroclite qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles