Ce que le Seigneur des Anneaux et Harry Potter nous apprennent sur le pouvoir

À bien des égards, la fantasy épique de J.K. Rowling ne pourrait être plus différente de celle de J.R.R. Tolkien. Mais les histoires partagent un point commun frappant sur un thème important.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
The Fellowship of the Ring The Lord of the Rings 4K Ultra HD Warner Bros. Entertainment youtube https://www.youtube.com/watch?v=_nZdmwHrcnw

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce que le Seigneur des Anneaux et Harry Potter nous apprennent sur le pouvoir

Publié le 20 février 2022
- A +

Par Jon Miltimore.
Un article de la Foundation of Economic Education

Pendant de nombreuses années, quand j’étais enfant, je n’aimais pas beaucoup lire, mais cela a changé lorsque j’ai eu environ 11 ans.

Mon père m’a offert le livre de J.R.R. Tolkien, La Communauté de l’Anneau, et ce livre a éveillé mon esprit et mon imagination d’une manière que je ne comprenais pas encore complètement à l’époque. J’ai commencé à dévorer des livres, en commençant par Tolkien, puis en passant à d’autres romans fantastiques écrits par Terry Brooks, Robert Jordan et Frank Herbert. Puis vint une phase de fiction historique – les chefs-d’œuvre de James Clavell (Shogun, Taï-Pan et Noble House), Les Piliers de la Terre de Ken Follet, la série Les Maîtres de Rome de Colleen McCullough, et même un peu de Gary Jennings. S’en est suivie une soif de grands auteurs : Twain, Tolstoï, Hemingway, Shakespeare, Nabokov, et ainsi de suite.

Mon plaisir pour Tolkien n’a cependant jamais faibli au fil des ans. Je relis ses livres tous les cinq ou dix ans et me replonge dans la Terre du Milieu comme dans un bain chaud et familier. L’une des raisons pour lesquelles je relis la saga de Tolkien est que les livres me parlent aujourd’hui d’une manière qu’ils ne me parlaient pas lorsque j’avais 11 ans. À l’époque, mes scènes préférées consistaient à voir Legolas et Gimli battre les orcs à la bataille du Gouffre de Helm (et à compter les points).

Alors que beaucoup disent que le message principal de l’histoire est l’amour (l’amitié et la loyauté entre Sam et Frodon est l’une des relations les plus durables de la littérature), la philosophie de Tolkien porte sur le danger et l’influence corruptrice du pouvoir.

Tolkien a dit un jour que l’Anneau Unique symbolisait la futilité d’essayer d’améliorer le monde par la force. En 1947, il écrivait à son éditeur :

« Vous pouvez faire de l’Anneau une allégorie de notre propre époque, si vous le souhaitez, une allégorie du destin inévitable qui attend toutes les tentatives de vaincre le mal par le pouvoir ».

Que l’Anneau Unique soit une allégorie de l’influence corruptrice du pouvoir n’est pas un secret. Il est littéralement appelé l’Anneau du Pouvoir, et l’allusion n’est pas subtile. Nous le voyons corrompre Boromir, le prince de Gondor, qui utilisera le pouvoir de l’anneau pour écraser Sauron et ses sbires du Mordor.

 

Avec ça, nous serions invincibles !

Cela faisait longtemps que je n’avais pas pensé à l’Anneau de Pouvoir, mais cette idée m’a traversé l’esprit récemment, lorsque j’ai terminé de regarder les films Harry Potter avec ma famille.

À bien des égards, l’histoire de J.K. Rowling ne pourrait pas être plus différente de celle de Tolkien. Il s’agit d’un récit plus sombre, dont les personnages principaux sont des enfants qui font la navette entre l’Angleterre d’aujourd’hui et un pensionnat britannique de magie dans un monde parallèle. Tolkien, un chrétien, n’aurait probablement pas été à l’aise avec l’accent mis sur la sorcellerie et le « Jésus allégorique de Harry Potter« .

Cependant, Rowling et Tolkien semblaient s’entendre sur un point important.

À la toute fin des films Harry Potter, une fois le méchant vaincu, les spectateurs apprennent que Harry est le maître de la « Baguette de Sureau », la baguette la plus puissante qui existe, une arme créée par la Mort elle-même. Ron Weasley se met immédiatement dans la peau d’un petit Boromir lorsqu’il apprend que Harry maîtrise le pouvoir de la Baguette de Sureau.

Ron : Qu’est-ce que tu penses que nous devrions en faire ?

Hermione :  » Nous  » ?

Ron Weasley : Je dis simplement que c’est la Baguette de Sureau, la baguette la plus puissante du monde. Avec ça, nous serions invincibles.

Remarquez que Ron ne demande pas à Harry ce qu’il va faire avec la baguette. Il demande ce qu’on devrait en faire. Il est clair que Ron veut la Baguette de Sureau et implique qu’il devrait pouvoir décider de l’utilisation de son pouvoir, même si ce n’est pas le sien.

Le héros de l’histoire adopte une approche différente. Sans un mot, Harry casse la baguette en deux. Comme George Washington, le Cincinnatus américain, Harry est celui qui est assez fort pour s’éloigner du pouvoir.

La méfiance de Rowling à l’égard du pouvoir est louable, tout comme le courant d’anti-autoritarisme qui traverse ses histoires. Pourtant, l’histoire de Tolkien suggère qu’il comprenait encore mieux les pièges du pouvoir.

Contrairement à Harry Potter, Frodon échoue au test du pouvoir. Notre noble petit hobbit ne peut se résoudre à jeter l’Anneau Unique dans les flammes de la Montagne du Destin, même s’il a parcouru des centaines de lieues pour y parvenir, risquant la mort et souffrant énormément tout au long du voyage. L’Anneau de Puissance vainc notre humble héros. Frodon n’est sauvé que par la misérable créature Gollum, qui prend violemment (et macabrement) l’anneau avant de s’effondrer.

 

Quelle leçon sur le pouvoir ?

La peur du pouvoir qui imprègne le Seigneur des Anneaux et les histoires de Harry Potter était partagée par les fondateurs du système américain, qui avaient compris qu’aucune institution sur Terre n’a plus de pouvoir que le gouvernement.

Dans un discours de 1829 James Madison énonce :

L’essence du gouvernement est le pouvoir ; et le pouvoir, logé comme il doit l’être entre des mains humaines, sera toujours susceptible d’abus

C’est pourquoi Madison et les fondateurs du système américain ont créé des freins et contrepoids dans tout le cadre constitutionnel. Les différentes branches du gouvernement serviraient de contrepoids les unes aux autres, tandis que le gouvernement fédéral aurait des responsabilités limitées et clairement définies, et serait enchaîné par une série d’amendements (la Déclaration des droits) énumérant non pas ce que le gouvernement peut faire, mais énonçant explicitement ce que le gouvernement ne peut pas faire. Et ils n’ont laissé que peu d’indices quant à l’origine du reste du pouvoir.

Ainsi, selon le dixième amendement de la Constitution :

Les pouvoirs qui ne sont pas délégués aux États-Unis par la Constitution, ni interdits par elle aux États, sont réservés aux États respectivement, ou au peuple.

Aussi simple et évidente que soit l’observation de Madison, beaucoup ne voient pas le lien entre le gouvernement et le pouvoir. Beaucoup s’étendent sur les dangers et l’influence corruptrice du pouvoir, mais soutiennent pleinement l’idée de donner toujours plus au gouvernement.

Tolkien, il faut le noter, n’en faisait pas partie. En 1943, il écrit à son fils Christopher :

Mes opinions politiques penchent de plus en plus vers l’anarchie (au sens philosophique du terme, c’est-à-dire l’abolition du contrôle, et non pas des hommes à barbe avec des bombes). Le travail le plus impropre de tout homme, même des saints (qui, de toute façon, n’étaient pas disposés à l’assumer), est de diriger d’autres hommes. Pas un sur un million n’est fait pour cela, et encore moins ceux qui en cherchent l’occasion.

Ce sont les mots de quelqu’un qui a compris l’observation de Madison. L’essence du gouvernement est le pouvoir, et le pouvoir corrompt et détruit.

Traduction d’Alexandre Massaux pour Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Dans le seigneur des anneaux, Sam est le vrai héros dans l’histoire. Il résiste mieux à la corruption de l’anneau que Frodon, et il le sait. Mais il renonce tout de même à réaliser la tâche de Frodon car il sait qu’il devrait affronter son ami. Les héros dans l’histoire sont ceux qui ont renoncé au pouvoir quand l’opportunité leur a été donnée. La destruction finale de l’anneau est due à une intervention divine (dans les livres), et c’était prévu ainsi depuis toujours.

  • La différence entre « Le seigneur des anneaux » et « Harry Potter » ? JRR Tolkien avait lu (et compris) Lord Acton, JK Rowling ignore probablement jusqu’à son nom !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Kurt Loder. Un article de Reason

Attention potentiels spoilers

 

Il n'y a pas beaucoup de surprises dans Les Animaux Fantastiques : Les Secrets de Dumbledore. Même la reconnaissance tant attendue du fait qu'Albus Dumbledore (Jude Law), le futur directeur de Poudlard, a eu une liaison homosexuelle avec le futur fasciste Gellert Grindelwald (Mads Mikkelsen, qui remplace Johnny Depp) n'est guère inattendue.

Les secrets de Dumbledore pas si secret

En 2007, la créatrice de Potterworld, J.K. Rowling, avait déjà... Poursuivre la lecture

La guerre est de nouveau d'actualité, une guerre filmée par une multitude de téléphones. Il est tentant dans ces circonstances de revenir sur les films de guerre évoquant celles du passé.

Et puis, la mode est au classement. Le Top 5, 10, 15, 20 des meilleurs films… ensuite vous complétez par genre, pays, cinéastes etc.

Peut-on établir un Top 5 du film de guerre ? Très certainement, rien de plus facile pour ceux qui aiment les classements.

Mais les gens comme moi ont tendance à tout compliquer. Je me demande d'abord : le T... Poursuivre la lecture

L’invasion de l’Ukraine par l’armée russe nous fait basculer définitivement dans une nouvelle ère. L’évolution était perceptible depuis au moins une dizaine d’années, mais il ne fait désormais aucun doute que Francis Fukuyama se trompait lorsqu’il proclamait la fin de l’histoire en 1992, après la chute de l’URSS. La civilisation occidentale fait rêver beaucoup d’hommes mais ne se généralise pas au monde entier. Elle se heurte au phénomène du pouvoir politique. Le pouvoir est toujours à la recherche de sa propre puissance et il suffit qu’il to... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles