Macron va devoir faire le mur. Le mur vaccinal.

C’est bien joli de vouloir picouser tout le monde, mais bizarrement, après quelques doses, les cobayes se lassent…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 8
Elderly man and woman sitting on a syringe and copy space on top. Vaccination concept BY Jernej Furman (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron va devoir faire le mur. Le mur vaccinal.

Publié le 4 février 2022
- A +

Il y a quelques jours sur LCI et avant de réduire unilatéralement la validité de l’immunité naturelle de 6 à 4 mois, Olivier Véran annonçait avec une gourmandise qu’il avait bien du mal à cacher que des millions de Français allaient bientôt « perdre le bénéfice du pass vaccinal ».

Le 25 janvier dernier, sur le ton docte de la maman envahissante qui rappelle à ses petits de bien se couvrir car il fait froid en hiver (et en été, « hydratez-vous ! »), le ministre de la Santé a ainsi exhorté les Français à prendre rendez-vous pour la nouvelle picouse aussi vite que possible et ne pas attendre le dernier moment tant il faut éviter la bousculade. Pensez donc : c’est que la dosette miracle de Pfizer, tout le monde en veut !

Reconnaissons-le tout de suite : le ministre a été entendu et, avec application, les Français se sont donc très bien organisés pour ne surtout pas se bousculer. En fait, les centres de vaccinations sont déserts.

Et cela va, inévitablement, poser un petit souci.

En effet, comme le mentionne le petit Olivier entre deux sourires pour le moment narquois, ceci pourrait donc aboutir à la désagréable situation où il faudrait désactiver plusieurs millions de passeports vaccinaux. En l’espace de quelques jours, des centaines de milliers puis des millions de Français pourraient alors se retrouver propulsés de l’autre côté du miroir, avec l’immonde ramassis d’antivax et autres complotistes affreux qui puent des aisselles, qui fument et qui roulent au diesel…

Or, tout indique que, parmi les imposantes cohortes de vaccinés à deux doses, se sont glissés quelques étonnants réfractaires à la troisième dose, voire, abomination absolue, des triple-picousés qui refuseront obstinément la quatrième onction sanitaire. De façon intéressante et grâce aux chiffres gouvernementaux de CovidTracker qu’un lecteur s’est fort aimablement paluché pour nous, on peut même essayer d’anticiper un peu les évolutions des forces en présence, avec l’attrition plus ou moins naturelle des pfanzer-divisions au profit des rangs jusque là clairsemés des moudjahidines anti-picousards.

Ainsi, en prenant les règles de péremption définies par le gouvernement, à partir du 15 janvier 2022, le pass a été désactivé pour toute personne injectée depuis plus 7 mois (soit une désactivation de ceux qui ont été injectés avant le 15 juin 2021). Cette durée de validité de 7 mois sera valable jusqu’au 14 février (et donc pour les vaccinés jusqu’à 14 juillet). En revanche (changement de règle !) à partir du 15 février, le pass sera désactivé pour tous ceux qui ont été vaccinés avant le 15 octobre 2021. Les vaccinés d’août et de septembre apprécieront l’entourloupe.

En utilisant les données du site, croisées avec les données INSEE pour avoir la population par tranche d’âge, on obtient le tableau indicatif suivant (auquel il faudrait ajouter les passes obtenus par rétablissement, mais dont il est difficile d’avoir les nombres exacts) :

Comme le montre ce tableau, la désactivation du pass à dernière injection plus 7 mois n’est en fait pas très contraignant, les injections des troisièmes doses étant pour l’instant supérieures aux nombres de doses arrivant à échéance, et devant atteindre les 29 millions au 14 février. Ceci n’exclut pas des désactivations de pass, certains n’attendant pas la péremption de leur dernière dose pour en prendre une nouvelle, masquant ainsi ceux qui ne prennent pas de nouvelle injection malgré la désactivation de leur pass. Le nombre de pass désactivés pour l’instant est donc relativement marginal.

Et s’il nous prenait la fantaisie de tracer la courbe des schémas vaccinaux qui arrivent à péremption en fonction du temps, on obtiendrait un graphique intéressant… que s’est empressé de produire mon fidèle lecteur et qui obtient ceci :

Et là, on comprend immédiatement que les changements de règles dans l’attribution du nouveau sésame républicain de conformité vaccinale vont provoquer de nouvelles petites tensions dans la société française apaisée par un quinquennat Macron menée de main de maître : eh oui, l’abaissement de la durée de péremption de la dernière dose à quatre mois au 15 février va – comme qui dirait – provoquer un véritable « mur vaccinal », grâce auquel, subitement, des millions de Français vont se trouver instantanément du mauvais côté électoral sanitaire.

Peut-être l’existence de cette falaise abrupte explique-t-elle la fébrilité actuelle du gouvernement dans l’accélération des mesures restrictives, sur l’impérieuse nécessité d’emmerder les non-vaccinés pour qu’ils cèdent, enfin, au bonheur sucré de la dosette magique : si rien n’est fait, de peu nombreux, ils pourraient devenir quasi-majoritaires et ça, cela ferait désordre dans le bilan pourtant majestueux de l’actuel chef de l’État et de son gouvernement de cadors lumineux.

L’équation gouvernementale se résume donc à essayer de vacciner des millions de bras (on évoque donc 9 millions) dans les 10 jours qui viennent, soit quelque chose comme 900 000 à la journée. Voilà une performance qui méritera d’être suivie de près et ce d’autant plus que ce niveau d’abattage de vaccination n’a jamais été atteint dans le pays. Parions que, déjà, des médecins, des infirmières et tous ceux qui le voudront sont déjà sur le pont, seringue en main et RIB frétillant, pour garantir à tous un accès renouvelé au Pass De La Liberté.

En attendant, le gouvernement et Macron derrière lui s’acheminent tout doucement devant un petit souci : continuer la rhétorique idiote qui a été mise en place contre les refuzpiks risque d’être très contreproductif à mesure que les élections approchent.

En effet, non seulement les rangs des joyeux bénéficiaires du pass risquent de mécaniquement s’étioler nonobstant les gesticulations grotesques des clowns à seringue, mais en plus pouvons-nous constater qu’autour de la France, certains pays retirent progressivement leurs contraintes sanitaires pour revenir à la raison, pendant que le pouvoir hexagonal s’entête.

Les prochaines semaines devraient donc nous offrir un spectacle intéressant avec un Macron qui fera tout pour que l’actualité sanitaire – seule à même de faire oublier son bilan absolument catastrophique – occupe le devant de la scène et ce alors même que tout le monde passera à autre chose. Pire encore : alors que l’Ukraine pouvait constituer un écran de fumée potentiel pour le mirliflore psychopathe, l’actuelle déroute au Mali achève d’évaporer toute crédibilité du petit Chef de Guère.

Avec un pass complètement à contre-temps, des vaccins dont les Français se sont lassés et une actualité internationale très défavorable aux petits mouvements de menton du locataire de l’Élysée, il va devenir particulièrement complexe d’éviter le bilan macronien.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Ne soyons pas trop inquiet pour Macron, il va bien trouver une pirouette magique pour s’en sortir !
    Il suffira qu’il envoie ses « Bouvard et Pécuchet » contemporains qui nous expliqueront que le Conseil scientifique les autorise à suspendre les mesures provisoirement.
    En ce qui me concerne, je n’ai pas l’intention de faire ma 3ème dose et, même si Macron me libère, je n’aurai aucune gratitude pour lui.
    Je n’oublie rien de tout ce que nous avons subi depuis 2 ans et mon vote sera principalement motivé par la défense de mes libertés.

    17
    • Avatar
      LasciatemiCantare
      4 février 2022 at 11 h 10 min

      Je suis exactement dans le même cas. Je suis effaré d’entendre des collègues jubiler d’avoir fait leur 3ème dose pour conserver leur bracelet électronique. Comme s’il y avait de quoi se réjouir que l’octroi d’une liberté fondamentale se fasse au bon vouloir de l’Etat ! Il est effrayant que nombre de mes concitoyens aient la mémoire aussi courte vis-à-vis de leurs libertés passées au point que le passe vaccinal soit devenu leur « norme »…

      Je me passerai de cinéma et de restaurant, mais je ne vois aucun intérêt de me faire injecter une 3ème dose aussi efficace que du sérum physiologique au bout de quelques semaines face au variant Omicron…

      • C’est bien pire que « l’octroi d’une liberté », c’est la cessation d’une privation de liberté.
        Perso zéro dose, quand j’ai vu arriver leurs « vaccins » dans des conditions qui violaient toutes les bonnes pratiques médicale et pour un narratif totalement absurde pour ce type de virus nous avons refusé et résisté jusqu’à maintenant.
        Quand je vois ce qui sort comme effet secondaire, je suis heureux que mes enfants de 20 ans n’aient toujours pas ce poison dans leur veine.

      • @LasciatemiCantare
        Bonjour,
        « l’octroi d’une liberté fondamentale »
        Du coup, il ne s’agit pas d’un droit ni d’une liberté fondamentale : c’est un privilège accordé à ceux qui ont vu leurs libertés volées par ceux-là même qui les leur ont volé et qui leur ôtent leur privilège d’un revers de la main.

  • J’aime bien, chef de guère.. et pets… Ce qui sort de sa bouche ne sent vraiment pas bon.

  • La campagne de rappel est un tel succès qu’un des plus gros vaccinodrôme de France, celui de la BSPP, est vide depuis sa réouverture en décembre. Comme le militaire est loyal mais n’aime pas trop être pris pour un con par le politique, le général commandant la brigade va faire refermer le truc assez prochainement (c’est pas trop tôt me direz-vous) pour ne pas gaspiller de la RH qui manque par ailleurs (en particulier les médecins du SSA).

  • Qui analysera vraiment son bilan ?
    Pas les journalistes bien trop occupés à lécher le royal fondement depuis de longs mois. Ni ses adversaires politiques parce qu’ils n’auront même pas l’occasion de débattre contre lui.
    Il a toujours un budget de (non)campagne illimité, et un temps de parole très peu décompté.
    D’ici peu, il supprime / suspend le pass vaccinal (on aura bien le temps de le réactiver en fin d’année avec le retour des virus saisonniers), ce qui va mettre beaucoup de gaulois de bonne humeur : libertés qui rallongent en même temps que les jours, pensez donc, ça met du baume au coeur.
    Il a déjà les parrainages des maires, donc pendant que ses opposants se présentent pour avoir la place, lui se présentera parce qu’on le plébiscite, en tout cas ce sera présenté comme ça.
    Et s’il y en a qui veulent râler, protester, faire entendre leurs voix, dénoncer son bilan calamiteux dans la rue, n’oublions pas que l’état d’urgence sanitaire est actif jusqu’à l’été et qu’il permet d’empêcher toute manifestation qui dérange.
    Pour peu que ça se tasse en Ukraine après une visite ou une visionconf avec Vlad, ce sera tout bonnement un alignement parfait des planètes macroniennes.
    Le seul changement qu’il risque d’y avoir, c’est peut-être Zemmour à la place de Marine au second tour. Histoire d’apporter de la nouveauté. Et la suite, ça sera du traditionnel, peste brune barrage républicain toussa toussa. Parce que les français, ils aiment la nouveauté, mais ils détestent le changement.

    12
    • J’aime beaucoup l’expression « royal fondement », ça décrit assez bien les journalistes de BFM.
      Mais attention aux aphtes…

    • J’aime beaucoup « ils aiment la nouveauté mais ils détestent le changement ». D’accord avec tout votre article. La mémoire des gens (et hélas j’en fais un peu partie) est aussi éphémère que l’époque est virtuelle.

      • Pour être honnête, ce n’est pas de moi : j’ai entendu récemment cette tirade dans un vieux sketch du Palmashow sur le remaniement politique 😀

    • Hâte de voir le zoo animalier avec tous les castors prompts à construire des barrages à la haine

    • mais faire un bilan c’ets faire une liste!!!

      si vous prétendez faire un bilan économico sanitaire, nous n’y couperez pas, à un moment ou un autre vous devrez estimer combien vaut tant d’unités d’espérance de vie en euro…et autres concept de ce genre..

      alors faites le donc ce bilan; comptez les morts!! regardez la baisse d’espérance de vie..
      attribuez des causes!!!
      on ne peut pas faire de bilan « collectiviste.. sans nier l’individu..
      pour caricaturer , car certaines « démonstrations passent par la caricature, , vous avez accepté que macron joue au loto pour vous.. et vous couinez de ne pas avoir gagné..

      ah !! si on avait écouté raoult…!! ah si on avait fait comme…les australiens brésiliens, japonais ou je ne sas qui..ah si on avait su que le delta serait comme ça et le omicron comme ça..

      le principe de l’actipn politique est de sacrifier certaines personnes pour ensauver d’autres…
      alors on ne peut pas critiquer l’actionpolitique en montrant des morts…

      macron va s’en tirer.. car… le but vague de sa politique fut présenté comme le fait que les hôpitaux « n’explosent pas »..et ce  » à tout prix ».. chose dont la possibilité encas d’inaction du gouvernement ne fait rien est inconnue..

      les hôpitaux n’ont pas explosé.. le prix , on s’en fout, c’est dans le contrat verbal initial.

      mission accomplie.. macron est le sauveur de la france.

      on fait encore le bilan de bachelot, et ceux qui accusaient les suédois de folie..d’irresponsabilité ne sont en rien gênés par les chiffres..et le « bilan »…

      le moment clef c’est moi macron je gère la crise… et je définis la crise!!!!!

      c’est à ce moment que les chose se jouèrent.

      ..

  • L’analyse de votre lecteur est intéressante, mais oublie un point essentiel : ceux qui ont été infectés et qui n’ont par ce fait plus besoin d’une dose de vaccin pour prolonger la durée de validité de leur pass emmerdal. Ils sont plus de 10 millions dans ce cas rien que depuis le début de l’année.

  • 4 mois de validité, cela fait 3 vaccinations par an contre un virus fossil. 2 vaccinations avant que Véran envisage d’en évaluer l’utilité à mi-juillet (car il ne doute pas d’être toujours là bien sur).

    Or ces vaccins ne protègent pas contre omicron et si un nouveau virus émerge, celui-ci contournera forcément le vaccin.

    Ils on pensé à nous faire introduire un cathéter ?

  • oui le discours est absurde on est d’accord, mais parce qu’il veut interdire aux gens leur subjectivité..
    donc en effet les inconnus…

    mais le vacciné il va « moins » urgences..il meurt moins…à l’hôpital..du covid..

    la gravité du covid est affaire de subjectivité
    la peur du covid est affaire de subjectivité..

    mais le taux d’accoupation des hôpitaux est « objectif »..

    dire qu’une personne est un criminel ou un paria car ,non pas son comportement, mais un de ses choix affecte sa probabilité de finir à l’hosto tient de la planification stalinien..

    rappel… probabilité de finir à l’hosto pour le covid ne dépend pas que du vaccin mais aussi des interactions sociales.. donc..interagir socialement est un crime aussi.. non???
    mais c’est aussi le but..de la criminalisation de la non vaccination..
    sacrifie ta liberté de te vacciner à ta liberté de causer à ton voisin… pourquoi? ben parce que! pardi ..
    en toute rigueur on pourrait accuser les gens « sociaux » du même crime..
    parce que l’hosto il appartient à tous..en ce sens qu’il n’appartientpas à celui qui en a besoin et a contribué..
    (nul n’a jamais considéré au fait que les riches contributeurs à l’hopital public sont des » héros »..)

    pour les obligateurs qui s’abritent derrière la raison.. il est necessaire de censurer.. car il y a des tas de fils qui dépassent de la santé publique et si on tire dessus dans le sens de la logique, tout s’en va en couille.

    la raison et la logique s’applique ici ici et là mais pas là là et là…

    le bateau de la sécu flotte.. mais pourtant il prend l’eau par ses défauts de construction, il tient à flot de façon parfois arrogante parce que des tas de gens font des sacrifices pour des raisons idéologiques ou par peur. et par ce que ça fait un moment qu’on ajoute des planches individuelles.. mutuelles et assurances..

    et le plus beau est que les défenseurs de la sécu..peuvent dire que ce qui fait sombrer le bateau ce sont les réparations..

  • Paradoxalement, cette élection tombe trop tôt. Les démonstrations de l’inutilité et de la nocivité du clystère connivent commencent juste à être assez visibles pour ne plus être totalement occultées, mais ne constituent pas encore une lame de fond de nature à atteindre les cerveaux covidés.
    Du coup la tactique de crispation du petit marquis n’est pas absurde (quoique moralement répugnante.) Les pauvres gens qui se baladent dehors avec leurs muselières ne sont pas dans un état mental rationnel, ils seraient paniqués et scandalisés par un revirement trop brusque – perdant plus aisément foi en leur prophète qu’en leur pseudo-religion.
    Comme ces pauvres gens coïncident grosso modo avec l’électorat naturel de bonaparticule, celui-ci joue le tout pour le tout. Et il reste le joker Valérie Pécrave pour mieux convaincre la France rentière de maintenir la clique au pouvoir.
    J’irai voter mais je ne crois pas qu’on va s’en sortir par les urnes.

    • La lame de fond est en cours, n’oubliez pas que grosso modo 2 millions de Français choppent le terrible virus chaque semaine depuis debut janvier… 10 millions de « néo-covidés » en 2022, à la louche, dont très très peu ont eu besoin de l’hopital et dont beaucoup avait été vaccinés, pour nombre d’entre eux même avec la « troisième dose magique ». Et comme ces 10 millions de gens vaccinés désormais contre la propagande (ah ben oui, le vaccin marche pas trop, ah ben non, c’est pas si terrible cette « terrible maladie »… ) ont de la famille, des amis, etc. qui voient aussi, de près, tous ces vaccinés chopper le bug, tous ces « triple piquousés » avoir plus de symptômes que les quelques non vaccinés qui le choppent aussi, etc. le narratif va s’effondrer très vite.

      Je pense que dès fin février ça sera fini, plus possible de continuer à jouer à la terreur dans les médias, impossible de tonner en conférence de presse que « le vaccin nous sauve », impossible de justifier les mesures d’exception sans que beaucoup disent « non, c’est fini, on joue plus » !

  • Macron, Veran, Delfraissy et ce pauvre Castex même combat tenir le pouvoir coûte que coûte, vont ils accepter la défaite du premier nommé aux élections

  • La pirouette pour limiter la classe a été annoncée mardi 1 février : une infection = une injection. Quantité de vaccinés 2 doses qui sont tombés malades depuis ont dorénavant droit au pass sans 3 ė dose.
    Mes collègues, tous tombés malades en même temps fin septembre avaient pris RV pour leur 3 ė dose cette fin de semaine ( nécessaire pour prendre l’avion ou aller au ski). Ils ont tous annulé suite à la dernière annonce verandiėne !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles