Le secret de la paix et de la prospérité selon la plus ancienne république du monde

Il s’agit d’un endroit où les gens vivent et laissent vivre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Photo by Lorenzo Castagnone on Unsplash - https://unsplash.com/photos/S1JVabNkXP0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le secret de la paix et de la prospérité selon la plus ancienne république du monde

Publié le 29 janvier 2022
- A +

Par Lawrence W. Reed.

 

Un seul pays au monde peut se vanter d’avoir davantage de voitures que d’habitants à l’intérieur de ses frontières – une augmentation stupéfiante de 25 %, selon les statistiques les plus récentes.

Pouvez-vous deviner de quel pays il s’agit ? Je vais vous donner quelques indices supplémentaires…

Le PIB par habitant de cette fascinante enclave est l’un des plus élevés de la planète, presque aussi élevé que celui des États-Unis. Elle prétend, de manière crédible, abriter le plus ancien État souverain existant ainsi que la plus ancienne république constitutionnelle. Pendant la majeure partie de ses 17 siècles d’existence, elle a été l’un des pays les plus libres et les plus tolérants du monde.

Rappelant la République romaine d’il y a plus de deux millénaires, ce pays a non pas un, mais deux chefs d’État. Ils sont élus par l’assemblée législative, sont égaux dans leurs pouvoirs plutôt limités et sont soumis à la limite de mandat la plus stricte au monde. Les remplaçants sont élus tous les six mois. Plus de femmes ont été chefs d’État dans ce pays que dans n’importe quel autre.

Lors des Jeux olympiques d’été de 2020 à Tokyo, deux athlètes de cette nation ont remporté des médailles de bronze et d’argent, devenant ainsi le plus petit pays à marquer des points dans les compétitions cette année-là.

Le pays auquel je fais référence est… (roulement de tambour) – San Marino pour les Italiens, Saint-Marin pour les francophones !

Son nom officiel est la République très sereine de Saint-Marin. Elle ne compte que 61,19 km2 et environ 33 000 habitants. Je l’ai traversée en voiture il y a quelques années en moins d’une heure, y compris un arrêt pour un café et un souvenir. Enclavée et entourée par l’Italie, elle est située sur les pentes du Monte Titano (mont Titan) dans les Apennins, dans la partie nord-est de la péninsule italienne.

L’histoire de Saint-Marin

Saint-Marin tire son nom d’un tailleur de pierre chrétien nommé Marinus, né en Croatie en 275 après J.-C. Alors qu’il travaillait dans la ville italienne de Rimini à l’âge de 20 ans, ses prédications occasionnelles ont attiré l’attention des autorités romaines païennes. Il a été contraint de fuir et s’est réfugié au sommet du mont Titan. Pendant qu’il s’y cachait, il a formé une chapelle et a fini par construire un monastère. À l’époque, le mont était une propriété privée (d’une femme de la ville voisine de Rimini), qui finit par en faire cadeau à Marinus. Il a déclaré l’État indépendant le 3 septembre 301 de notre ère et, à ce jour, la fondation du pays est célébrée chaque année à cette date.

Étonnamment, Marinus et sa minuscule république ont survécu à la grande persécution (des chrétiens) de l’empereur romain Dioclétien, dont le règne a pris fin en 305. Marinus a non seulement survécu à la décriminalisation du christianisme par l’empereur Constantin en 313, mais il a survécu à Dioclétien de plus d’un demi-siècle, mourant en 366 à l’âge avancé de 91 ans.

Le célèbre explorateur, archéologue et historien anglais James Theodore Bent a écrit un livre sur Saint-Marin en 1879 qui portait le titre provocateur de A Freak of Freedom. Il révèle que lorsque Marinus et un ami se sont installés sur la montagne, « ils ont planté une croix au sommet du rocher, sur laquelle était inscrit le seul mot « liberté », et se sont taillé des lits en dessous, que l’on peut voir encore aujourd’hui derrière le maître-autel d’une petite église consacrée à leur protection…« .

Mille ans plus tard, le pape Boniface VIII dépêcha un émissaire pour en savoir plus sur cette curieuse parcelle de territoire appelée Saint-Marin. Bent raconte que lorsque l’émissaire demanda aux Saint-Marinais ce qu’ils entendaient par la « liberté » qu’ils proclamaient si fièrement, on lui répondit ce qui suit :

Les hommes s’appartiennent parce qu’ils ne doivent hommage à personne parmi eux, mais seulement au Maître de toutes choses.

C’est sous le pontificat de Boniface VIII (1294-1303) que Saint-Marin a été condamné à deux reprises à payer un tribut à l’Église catholique. Si le pays avait eu un roi, peut-être aurait-il craché l’argent comme tant d’autres monarques de l’époque étaient heureux de le faire. Mais les républicains de Saint-Marin ont refusé de payer. Les représentants de l’Église ont fait marche arrière les deux fois. Bent écrit :

Au fur et à mesure que la prospérité augmentait sous l’atmosphère bienveillante de la liberté de nombreux regards envieux se tournaient vers le mont Titan.

Par deux fois, l’indépendance de longue date du pays est brièvement interrompue. Les forces de Cesare Borgia, fils du pape Alexandre VI, ont envahi et occupé Saint-Marin pendant six mois en 1503. Le successeur de son père, le pape Jules II, a ordonné à Borgia de partir et de laisser la petite enclave tranquille. Lorsqu’un autre seigneur de guerre cupide a occupé Saint-Marin en octobre 1739, le pape Clément XII a forcé son expulsion quatre mois plus tard.

Napoléon Bonaparte a menacé d’envahir le pays à la fin des années 1790, mais il a été dissuadé par l’un des deux principaux hommes politiques de Saint-Marin (les consuls coéquipiers connus sous le nom de capitaines-régents). Le dictateur français a même proposé d’étendre le territoire de Saint-Marin à l’Adriatique, mais la république a poliment refusé. C’est l’une des raisons pour lesquelles ce petit pays est si apprécié dans la région. Il s’occupe de ses propres affaires.

Une autre raison est son rôle de refuge pour les opprimés. Il a accueilli de nombreuses personnes en danger lors des conflits liés à l’unification de l’Italie au XIXe siècle. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a ouvert ses portes à 100 000 réfugiés, un chiffre plusieurs fois supérieur à celui de sa propre population.

Saint-Marin n’est pas membre de l’Union européenne, bien qu’il partage une frontière ouverte avec l’UE et utilise l’euro comme monnaie. Une proposition d’adhésion à l’UE a été présentée lors d’un référendum national en 2013. Il a échoué en raison d’un taux de participation trop faible pour atteindre le quorum requis de 32 %.

Aujourd’hui, le taux d’imposition des sociétés du pays est inférieur à celui de l’Italie et à la moyenne de l’UE, ce qui en fait un paradis pour les entreprises européennes. En outre, le taux d’imposition des plus-values n’est que de 5 %, soit un tiers du taux américain. Dans l’indice « Ease of Doing Business » de la Banque mondiale, Saint-Marin se classe en moyenne à la 92e place sur les 190 pays classés. Son économie est dominée par la finance, l’industrie manufacturière et le tourisme. C’est un pays très convivial et accueillant.

Le rapport 2021 Freedom in the World de Freedom House félicite Saint-Marin pour sa protection des droits fondamentaux, notamment la liberté de culte et de réunion, la propriété privée et la presse, mais souligne la nécessité de lutter contre la corruption dans le système judiciaire. Freedom House classe Saint-Marin au 12e rang des pays les plus libres du monde.

Regardez cette fascinante vidéo d’une demi-heure (ci-dessus) sur le lieu et vous verrez non seulement de magnifiques paysages de Saint-Marin, mais vous apprendrez aussi l’existence d’une mafia locale du pain qui a utilisé ses relations politiques pour escroquer les contribuables avant d’être démantelée.

Félicitations à Saint-Marin -une république libre durable, un endroit où les gens vivent et laissent vivre. Ils le font depuis plus longtemps que n’importe quelle autre nation sur la planète. Inscrivez-moi pour être le prochain ambassadeur américain à Saint Marin, s’il vous plaît. Je le ferai gratuitement.

 

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Très intéressant, merci.

  • la fiscalité de san marin..

    résumons donc ce que va dire le constructiviste fiscal ueropéen. (oui ue pas eu) la prospérité de san marin va être qualifiée de spoliation…

    les san marinois devraient augmenter les impots;.. en dépit du fait que leur imposition est en partie la raison de leur prospérité..le pays le plus prospère doit servir de contre modèle alors que le but est la prospérité..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

L’invention du droit à Rome s’est faite en séparant progressivement le droit de la morale et de la religion. Cette invention du droit qui se découvrait par des spécialistes, les prudentes puis par les juristes, a eu pour finalité la création d’une véritable science du droit. Le droit était défini comme « l’art du juste et de l’utile », le juste étant défini comme « rendre à chacun son droit, son dû » pour reprendre les mots du juriste jusnaturaliste Javier Hervada.

Ainsi, le droit a été pensé par les Romains comme un objet autonome par... Poursuivre la lecture

culture libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Les activistes de gauche, notamment d’ultra ou d’extrême gauche, ainsi que certains sociologues, qualifient souvent Hayek de chantre de « l’ultra-libéralisme », partisan d'un État minimal relégué à la simple garantie des droits de propriété.

Cependant, une lecture attentive de ses ouvrages leur montrerait qu’il n’en est rien. Chez Hayek, la place de l’État est importante, et c’est ce qu’il convient d’expliquer dans cet article.

 

Le refus chez Hayek de l’État minimal

Contrairement à une idée répandue, Hayek n’est ni ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles