Présidentielle sur Twitter : Zemmour n’a pas dit son dernier mot

Avec près de 52 000 nouveaux followers, Zemmour fait un bond très spectaculaire de 18,5 % sur Twitter.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle sur Twitter : Zemmour n’a pas dit son dernier mot

Publié le 11 janvier 2022
- A +

Après avoir analysé la période mi-août à fin septembre puis septembre à mi-novembre, voici les résultats de la progression des personnalités politiques en termes d’audience sur Twitter de mi-novembre jusqu’à la fin d’année.

Résumé de la période

Pendant les 6 dernières semaines de 2021, après des épisodes peu reluisants (sur un stand d’armes, doigt d’honneur à Marseille…), Éric Zemmour a réalisé une belle performance lors de son meeting à Villepinte.

Personnalités politiques #abonnés au 11/11/2021 #abonnés au 01/01/2022 Croissance des abonnés Progression en nombre
Macron 7 405 738 7508,991 1,4 % 103 253
Zemmour 280 034 331,950 18,5 % 51 916
Pécresse 380 139 408 289 7.4 % 28 150
Ciotti 189 539 210 600 11,1 % 21 061
Mélenchon 2 311 402 2 330 953 0,8 % 19 551
Le Pen 2 632 718 2 650 683 0,7 % 17 965
Di Vizio 132 150 149,932 13.5 % 17 782
Philippot 288 667 305 227 5,7 % 16 560
Villiers 111 978 127 975 14,3 % 15 997
Maréchal 415 209 427 570 3,0 % 12 361
Hidalgo 1 529 130 1 538 490 0,6 % 9360
Le Maire 592 396 601,357 1,5 % 8961
Dupont Aignan 273 756 282 538 3,2 % 8782
Darmanin 283 338 292 079 3,1 % 8741
Philippe 867 191 875 235 0,9 % 8044
Rousseau 56 812 64 656 13,8 % 7844
Lisnard 67 104 74 359 10,8 % 7255
Jadot 79 810 86 257 8,1 % 6447
Wauquiez 347 600 353 380 1,7 % 5780
Lagarde (BCE) 709 400 714 981 0,8 % 5581
Bertrand 197 076 202 286 2,6 % 5210
Retailleau 82 184 85 731 4,3 % 3547
Montebourg 438 581 440 647 0,5 % 2066
M. Onfray TV 92 808 94 383 1.7 % 1575
Piolle 60 397 61 506 1,8 % 1109
Barnier 230 156 230 968 0,4 % 812

 

Il a continué sur sa lancée avec un agenda riche (ralliement de Villiers, émission réussie chez Hanouna, voyage en Arménie…). Pendant ce temps, Valérie Pécresse sortait victorieuse des primaires face à un Éric Ciotti auteur d’une campagne solide ; Marine Le Pen s’avérait combative et adroite face à la concurrence de l’auteur du Suicide Français et à la gestion de la crise du covid, toujours au cœur de la stratégie présidentielle. Et du côté de l’escadrille de candidats de gauche ? Pas grand-chose à retenir sinon les appels désespérés à l’union d’Arnaud Montebourg et d’Anne Hidalgo et l’apparition de Christiane Taubira (qui n’est pas suivie dans notre baromètre).

Et les vainqueurs sur Twitter sont…

Le président de la République conserve naturellement sa forte avance. Grâce à son statut mais aussi à l’actualité sanitaire, sa progression en nombre dépasse les 100 000 nouveaux abonnés. Il reste sur la tendance constatée sur la période d’observation précédente (+ 87 000).

Avec près de 52 000 nouveaux followers, Zemmour fait un bond très spectaculaire de 18,5 %. Il entraîne derrière lui la statue du Commandeur, Philippe de Villiers, qui progresse de 14 % (15 997 nouveaux abonnés). Les anti-pass Philippot et Di Vizio continuent à susciter l’intérêt. La discrète semi-retraitée de la politique, Marion Maréchal, continue une progression tout aussi discrète mais néanmoins solide puisqu’elle ferme le top 10 des progressions en nombre, avec plus de 10 000 nouveaux abonnés.

Toujours à droite, Marine Le Pen sort de sa torpeur. 18 000 nouveaux followers c’est près de deux fois sa progression sur la période précédente !

La finale Pécresse/Ciotti a été favorable aux deux concurrents. Pécresse fait enfin une nette différence avec Bertrand. Ce dernier retombe dans les profondeurs de ce classement (rappelons-nous qu’ils étaient dans un mouchoir de poste sur les deux périodes étudiées précédentes). Cela étant, sa progression est plus de deux fois plus faible que celle de Zemmour. Ciotti progresse fortement (N°4 en progression en nombre).

À gauche, avec son positionnement clair d’opposant sur le pass vaccinal, Mélenchon est le seul à sortir son épingle du jeu, avec près de 20 000 nouveaux abonnés qui s’ajoutent à un stock déjà très élevé de 2,3 millions d’abonnés, acquis au cours des années précédentes et des élections de 2017. Tous les autres candidats écologistes ou socialistes végètent.

Mais, me direz-vous, progression des abonnés ne signifie pas engagement, à savoir interactions avec les internautes.

Nombre de vues Engagements %
Zemmour 144 000 11 050 8 %
Macron 250 000 8112 3 %
Pécresse 235 000 6505 3 %
Le Pen 41 000 3691 9 %

 

Engagement : l’exemple des vœux en vidéo

Là aussi, comparons… des tweets comparables. Les principaux candidats ou favoris ont fait des vidéos le 31 décembre pour présenter leurs vœux.

Zemmour est sur le podium avec plus de 11 000 engagements (commentaires + retweets + likes). Loin devant Macron dont la vidéo a été vue mais a moins suscité d’intérêt (8112 engagements). La prestation figée de Pécresse a été très suivie mais avec un impact limité. Marine Le Pen a été beaucoup moins visionnée. Mélenchon, le poids lourd à gauche ne s’est pas livré à l’exercice.

Conclusion (provisoire) : n’enterrons pas Zemmour

On retrouve d’une certaine manière les tendances soulignées par les sondages récents. Un président solide en tête du peloton mais qui ne s’est toujours pas déclaré. Marine Le Pen également solide. Une Pécresse qui perce mais sans faire la différence. Dans les derniers sondages, elle stagne à 16 %, soit le score que Bertrand atteignait il y a quelques mois…

Zemmour confirme qu’il reste le candidat avec la dynamique la plus forte alors que certains le voyaient déjà hors course avant son annonce de candidature. Nous pourrions dire qu’il a fait le plein d’adopteurs précoces pour utiliser un vocabulaire marketing, un socle fort de fans qui vont favoriser le bouche à oreille.

Toute la question est de savoir s’il arrivera à atteindre un public plus large. Bref, Zemmour n’a pas dit son dernier mot comme l’atteste l’attrait qu’il suscite sur Twitter. Il faudra aussi compter sur Mélenchon, le plus solide à gauche, qui pourrait mécaniquement progresser faute de concurrents sérieux. N’oublions pas son excellente quatrième place en 2017. Passionnantes ces élections !

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Twitter est-il vraiment un indicateur fiable sur les futures intentions de vote ?
    Je serais curieux de connaître les résultats d’une étude sociologique sur les individus qui s’intéressent à ce que racontent les politiques et leurs communicants sur leurs comptes Twitter …

  • Concrètement, les seuls faiseurs de rois continuent à être les médias mainstream, très suivis par les électeurs les plus importants: les vieux. Donc Macron sera à nouveau président, cela ne fait aucun doute.

  • Eh. Il serait intéressant d’avoir le profil des gens qui traînent sur Twatteur, un media qui encourage quand même beaucoup le gauchisme mental.

  • Et cela fait combien de personnes au total, bcp s’abonne a tout. Ça n’a aucun intérêt.

  • Mr Zemmour, reste le premier bien avant les autres dans la totalité des médias, bien avant le Président Macron qui a compromis son image, il traine trop de casseroles

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Décidément, la campagne électorale de Valérie Pécresse a bien du mal à décoller : le pachydermique parti Les Républicains semble être à la peine pour déclencher la moindre ferveur pour sa candidate. Il faut dire que ses prestations sont assez ternes et au contraire d'autres candidats comme Mélenchon ou Zemmour qui ont une certaine verve de tribuns, ses discours et ses blagounettes tombent plus souvent à plat qu'il ne le faudrait.

Oui, certes, tout est bien préparé mais tout cela sent le laborieux, aussi peu rigolo qu'une rédaction de T... Poursuivre la lecture

Lors de chaque élection présidentielle, quelques libéraux optimistes devinent dans les propos d’un candidat un impensé libéral ou des bribes de libéralisme qui témoigneraient de solides convictions cachées pour des motifs tactiques. Par ailleurs, des journalistes plus ou moins orientés ne manquent pas de qualifier de libérale une personne qu’ils veulent ainsi marquer du sceau de l’infamie.

La présente élection ne fait pas exception à la règle et c’est Valérie Pécresse, candidate de la droite, qui se retrouve en première ligne. Plutôt q... Poursuivre la lecture

Non, Monsieur Zemmour, un remake de l’école d’avant ne relèvera pas la France économiquement et n’apportera aucune solution à la situation actuelle que vous n’êtes pas le seul à déplorer ! La bataille se joue en effet à l’école : la France s’est fourvoyée, mais pas comme vous l’entendez !

Oui, la France doit viser l’excellence et son école, l’éclosion d’intelligences multiples.

Sachez que vos propositions qui rappellent les incantations sur le « lire, écrire, compter » de certains ministres de l’Éducation – issus du sérail - , q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles