Pologne-UE/USA : une partie à gros enjeux avec les médias

La nouvelle loi sur les médias étrangers en Pologne attise la colère des dirigeants européens et américains.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By Piotr Drabik: Piotr Drabik - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pologne-UE/USA : une partie à gros enjeux avec les médias

Publié le 26 décembre 2021
- A +

Les regards sont braqués cette semaine sur la Pologne et en particulier sur son président Andrzej Duda. Ce dernier subit des appels le pressant d’opposer son veto à la promulgation d’une nouvelle loi qui interdirait à des entités non européennes d’être propriétaires d’entreprises de médias du pays.

Un projet de loi sur les médias étrangers qui divise

Le projet de loi a suscité des réactions de l’Union européenne, des États-Unis ainsi que de nombreux Polonais, dont certains ont manifesté contre ledit projet de loi le week-end dernier.

Les partisans du projet de loi soutiennent qu’il vise la Russie, mais l’effet immédiat serait d’obliger le groupe américain de mass media Discovery, Inc. à vendre sa participation majoritaire dans TVN, un groupe audiovisuel polonais privé, propriétaire notamment de la principale chaîne de télévision commerciale indépendante en Pologne.

Le groupe TVN et le gouvernement polonais du parti politique Droit et justice (PiS) sont en conflit depuis 2020. Droit et justice est le parti politique fondé en 2001 par les frères Jarosław et Lech Kaczyński (ce dernier, décédé le 10 avril 2010 dans le crash aérien de Smolensk, en Russie). D’idéologie conservatrice et eurosceptique, le parti PiS est rangé à la droite ou à l’extrême droite de l’échiquier politique polonais bien qu’il soit crédité d’une politique sociale ayant conduit à l’instauration d’un État-providence.

Inquiétude de la part de Washington

Le département d’État américain considère que la loi « affecterait gravement la liberté des médias et le climat des investissements étrangers en Pologne ». La question est de savoir si le président Duda se risquera à voir se détériorer les relations de la Pologne tout à la fois avec l’Union européenne et les États-Unis. C’est une partie à très gros enjeux – même pour un pays comme la Pologne.

L’hebdomadaire satirique belge PAN publie cette semaine dans sa rubrique PAN Philo la recension de votre palingénésiste de Démocraties en déclin, un livre de réflexions de la journaliste américaine Anne Applebaum, mariée à un ancien ministre polonais de la Défense et des Affaires étrangères, Radek Sikorski, membre du Parlement européen, sur les tentations autoritaires.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Duda a raison, il n’en a cure de la liberté de la presse modèle Anglo-Saxon, elle ne saurait pas fonctionner en Pologne actuellement.

    -1
  • La loi « affecterait gravement la liberté des médias et le climat des investissements étrangers en Pologne ». Disent les Etats Unis.
    Ah bon? Essayez d’être Polonais, ou n’importe quoi sauf Américain et propriétaire d’un journal ou d’un chaine television aux US.
    L’hypocrisie des US a leur profit ne surprend pas ( voire la guerre faite par les US contre la confidentialité financière dans le monde entier sauf chez elle) Ce qui est consternant est le suivisme des pays Européens et, évidemment de la commission Européenne, toujours prête a dépouiller les pays d’un peu de souveraineté.

  • L’extradition d’Assange démontre la réelle volonté américaine de défendre la liberté des medias. Les retraits d’accréditation – et pas seulement à des medias étrangers et souvent annulés par la justice – à la maison blanche font également partie de ce vent de liberté

  • Ils n’ont pas de chance ces polonais quoi qu’ils fassent ils déçoivent soit l’ue soit les usa, pourtant l’intention était bonne, bloquer les russes… Ils ont la rancune tenace… Perso, j’aime bien RT, claire nette précise.

  • Le véritable problème pour le PIS n’est pas la participation étrangère de TVN, mais que c’est un des derniers médias à ne pas être à la botte du pouvoir. Les chaines nationale historiques ( TVP1, TVP2 et TVP3) sont devenues des organes de propagande pour l’église et le PIS. Beaucoup de polonais ont cessés de les regarder et se tournent vers TVN , seule chaîne à montrer les scandales journaliers des ministres et autres sbires du PIS. L’audience de « Kurvisia » est tombée, sauf dans les bastions ultra-cathos ( l’est et les montagnards).
    Dans le monde de la radio, c’est le même scénario, la chaine Troïka ( l’équivalent de France-Inter en France) est passée sous le contrôle du PIS. Pratiquement tous les journalistes ont démissionnés ou se sont fait virer. Les bonnes émissions, pourtant non politiques, ont été reprogrammées en pleine nuit et remplacées par des programmes à la gloire du PIS et de la religion.
    Troïka est passée de 15-20% d’audience à quelques % en deux ans.
    Heureusement , deux radios WEB ont pris le relais , sont très écoutées et financées par les auditeurs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a 250 ans, la Pologne subissait le premier partage de son territoire, prélude à sa disparition en tant qu'État. En effet, le 5 août 1772, Autrichiens, Prussiens et Russes officialisaient leurs actes de brigandages étatiques. Cet épisode lointain prend aujourd'hui une autre tonalité avec le conflit ukrainien. En effet la « Pologne » historique englobait les territoires des actuelles Pologne, Ukraine, Biélorussie, Lituanie. Comment cet État longtemps si impressionnant a-t-il pu disparaître ? Ne jouissait-il pas d'une « liberté dorée » qui ... Poursuivre la lecture

Que pensent les Polonais du dernier discours de Viktor Orban ? Le Premier ministre hongrois a créé la polémique chez les médias occidentaux avec son discours en Roumanie du 23 juillet. Outre ses propos sur la politique étrangère de la Hongrie, il a rejeté l’idée d’une Europe peuplée de mélanges raciaux (mixed-race). Cette partie du discours a provoqué une polémique (et des condamnations médiatiques) à l’Ouest. De fait, la dimension identitaire du discours semble même avoir éclipsé la partie géopolitique en rapport avec l’Ukraine et la Russie.... Poursuivre la lecture

L’état de la liberté d’expression en Occident peut se juger à la manière dont sont traités les lanceurs d’alerte comme Julian Assange. Lundi 18 juillet, à Paris, plusieurs organisations et médias ont lancé un appel destiné à obtenir la libération d'Assange et demandant à la France de lui accorder l'asile politique. Parmi elles, la ligue des droits de l'Homme, le syndicat national des journalistes (SNJ) et Anticor.

Au Mexique, le très à gauche président Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré avoir plaidé la cause du journaliste australie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles