Les prix régulés : un poison mortel inoculé à EDF

Les prix régulés de l'ARENH sont un danger pour EDF.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo by Léo Léo on Unsplash https://unsplash.com/photos/hndw4euCnsk

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les prix régulés : un poison mortel inoculé à EDF

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 décembre 2021
- A +

Ce qui l’est beaucoup moins c’est que l’État, actionnaire à 85 % d’EDF, aide ces concurrents à le faire sur le dos de l’entreprise française. L’Accès Régulé à l’Énergie Nucléaire Historique (ARENH), invention purement française, est là pour ce faire.

Le problème de l’ Accès Régulé à l’Énergie Nucléaire Historique

EDF est en effet condamnée à vendre à prix à peine coûtant l’électricité nucléaire historique (la moins chère) construite sur les factures des clients ordinaires pour que ses concurrents puissent la concurrencer…

L’idée était de faire baisser les prix et d’encourager lesdits concurrents à mettre la main à la pâte en construisant eux-mêmes de nouvelles unités de production…

Le résultat ne s’est pas fait attendre : alors qu’un quart de la production peu chère d’EDF est distribuée à ses concurrents, ceux-ci n’ont pas ou peu construit de nouvelles unités mais ont abusé de cette situation pour faire de confortables bénéfices au prix du spot qui a atteint près de dix fois ce qu’ils payent à EDF, privant celle-ci des bénéfices qui lui étaient dus…

Non content de cela, le gouvernement envisage contre l’intérêt des Français et de la nation de faire vendre encore plus sous le couvert de l’ARENH, la faisant passer d’un quart à un tiers de la production historique…

En se rappelant que lorsque le spot était inférieur aux 42 euros par MWh, les mêmes concurrents refusaient d’acheter à EDF… ils ne peuvent que gagner à ce jeu de dupes : pile EDF perd, face les concurrents gagnent….

Le danger de l’ARENH pour EDF

Encore quelques points :

Premièrement, au moment où l’on montre du doigt les avantages en nature du personnel d’EDF, on ne parle pas des primes affolantes que se décernent ceux qui bénéficient de cette anomalie qu’est l’ARENH.

Deuxièmement, dans un marché supposé concurrentiel, on devrait laisser EDF vendre au tarif du marché et non au tarif demandé par les concurrents de ladite entreprise nationale. Ainsi, on prive aussi les Français de l’accès à l’énergie nucléaire historique, la moins chère qui soit.

Troisièmement, certains concurrents bénéficiant de l’ARENH annoncent à leurs clients ne vendre que de l’éolien et du solaire… le tour de passe-passe est le suivant : EDF est obligée d’acheter (cher) l’électricité intermittente du solaire et de l’éolien et de compenser leurs variations avec ses propres centrales nucléaires. Les concurrents en question vendent à leurs clients de l’électricité nucléaire historique (cher puisque le client croit acheter de l’éolien ou du solaire) en faisant une nouvelle fois de confortables bénéfices, sans risque de perdre, sauf pour EDF, et donc le pays, qui perd deux fois ! Et si par mégarde un concurrent tombe, ce qui s’est produit récemment, ce dernier vire ses clients et les retourne à EDF.

Enfin, on veut également vendre l’hydraulique d’EDF qui permet d’écrêter les pics de consommation et est parfaitement complémentaire de la production nucléaire. L’historique de certaines de ces ventes montrent que les opérateurs se moquent éperdument de la France et de l’intérêt du pays.

Conclusion

Il faut empêcher le gouvernement de prolonger voire d’étendre le régime de l’ARENH, qui prive les consommateurs du prix juste pratiqué par EDF, et la nation de l’avantage d’avoir une firme nationale qui est bénéficiaire.

Il faut donner à EDF les moyens de vivre bien, garantie d’une bonne gestion de l’entreprise nationale sur le long terme. N’oubliez pas que si la lumière s’allume lorsque vous pressez le bouton, vous le devez à EDF qui a mis à niveau l’ensemble du réseau dans les années 1970, pas à ses concurrents qui ne font rien pour vous.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Tres bon article. Il explique bien la logique kafkaienne en présence. Il arrive à EDF la même chose que ce qui arrive à tous les corps d’état : la folie , la destruction. Aucune structure n’y échappe . Notre état est malade . De mon point de vue la maladie est pourtant assez simple à erradiquer : suppression du statut , ce statut , il n’existe nulle part ailleurs , il empêche toute évolution , bloque toute réforme , décourage toute initiative , donne l’impunité à tous les empêcheurs et les nuisibles et va tuer notre pays . Mais quel fonctionnaire voudra le lâcher ? « mon précieux » gênent t ils de conserve , et ils finiront comme Gollum.

    • Ça paraît stupide mais il y a une logique la dedans, la privatisation du nucléaire sans privatiser vraiment, les bénéfices pour engie total, les pertes pour les français.

    • Le statut de fonctionnaire n’a rien à voir là dedans. D’une part les difficultés que vous évoquez surviennent également dans des établissements publics où le droit privé est quasi omniprésent, comme la sécurité sociale ; d’autre part le statut de fonctionnaire ne garantit pas le maintien de poste, mais de grade. Enfin, la proportion des contractuels va croissant depuis de nombreuses années, ainsi que la transformation d’ETP fonctionnaires en consultance externe, ce qui n’est que tour de passe passe budgétaire et ô combien dommageable pour la société.

  • A 42€ le MWh, tarif fixé en 2010 par la loi NOME et jamais réactualisé, EDF vend non pas à prix coûtant mais à perte, le prix de revient du nucléaire historique étant à 49,5€ le MWh et peut-être bientôt 55 en prenant en compte l’effet du grand carénage certes coûteux mais qui devrait permettre, si nos gouvernants sont raisonnables, d’en reprendre pour 20 ans et constituer, avec l’hydraulique, la source la moins onéreuse d’électricité et de loin.
    Cette arnaque a longtemps été un jackpot « pile je gagne, face tu perds », quand les prix spot étaient bas ils achetaient sur le marché spot et quand ils remontaient ils tapaient dans leur réserve ARENH, gagnants à tous les coups. Maintenant ça a changé et les prix spot s’étant envolés, parfois à plus de 400€ le MWh ils pleurent pour qu’on augmente leur quota ARENH, je trouve qu’ils ne manquent pas d’air! Quant à ceux qui vous vendent de l’électricité « verte » leur seul engagement est d’injecter sur le réseau une quantité d’électricité verte correspondant à votre consommation, vous aurez donc du nucléaire le 15 janvier à 19h qu’ils compenseront en balançant sur le réseau de l’énergie verte pas cher le 15 août à midi.

    • Vous avez raison mais. Cela ne change rien, l’ue décide ou si vous préfèrez, ‘Allemagne, les autres suivent, des autruches le nez dans le sable et des tonnes de dettes sur le dos.

  • Toujours la même histoire: confiez la gestion de quelque chose à des fonctionnaires socialistes et quelques années plus tard vous avez une pénurie. Aujourd’hui nous importons de l’électricité de l’étranger et nous brulons du gaz et du charbon pour en fabriquer. Fermer Fessenheim sous la pression allemande et importer de l’électricité fabriquée avec de la lignite: Absurdie es-tu là?

  • Il ne faut peut être pas exagérer sur le « prix coutant ». Jusque a il y a peu, les industriels achetaient une bonne partie de leur volume <60€/Mwh.
    Le cout du nucléaire historique est relativement bas, aux environs de 35€ le MWh. EDF mènent un double discours (le nucléaire est cher quand il s'agit de vendre aux concurrents, mais très économique quand il s'agit de défendre cette source d’énergie)

    Jusque à maintenant, les marges sur l'électricité étaient modérées. Par contre grâce à la pénurie organisée involontairement par nos "élites" politiciennes, les marges se sont envolées et le manque à gagner pour EDF est effectivement maintenant énorme du fait de l'ARENH vis a vis de ce qu'il aurait pu être dans un vrai système concurrentiel.

    Toutefois je doute aussi que les concurrents d'EDF tirent bénéfice de la situation actuelle. On commence a voir des faillites et ça n'est probablement que le début.

    On peut cependant que s’émerveiller de voir a quel point nos politiciens sont capable de rendre déficitaire des activités qui devraient être lucratives tout en faisant exploser les prix de vente…
    Si on vante le "gagnant- gagnant", la on a un magnifique exemple de "perdant- perdant"

    -1
  • cracher sur le marché c’est facile…
    justifier l’action de l’état est populaire..
    donc on construit un monde de spoliations et de rentes ou l’optimum économique est délibérément sacrifié car « enjeux »….

    quand les problèmes commencent à se voir.. on AJOUTE d’abord une couche de spoliations…

    à l’instar du médecin a qui on explique que ses études payées « par le contribuable » justifie le controle de ses honoraires par le poltique…

    la russie a touché le fond après la chute de l’urss..

    -1
  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis mi 2021, les prix de l’énergie battent record après record. En six mois le prix du baril de pétrole et de la tonne de charbon ont doublé tandis que sur les marchés européens les cours du gaz naturel ont été multipliés par 5. Par effet de ricochet, la tonne de carbone est passée en un an de 32 euros à 82 euros.

Enfin, étant donné la « règle du mérite » appliquée au mix électrique européen (alignement des prix sur la dernière source mise en œuvre c’est-à-dire la plus chère), le MWh a lui aussi atteint des niveaux stratosphériques ... Poursuivre la lecture

L’Accès Régulé à l’Electricité Nucléaire Historique, c’est-à-dire une ponction faite sur la production d’EDF en faveur de ses concurrents (Un non-sens dans l’économie de marché prônée par ailleurs), a des effets délétères sur la capacité de la Nation à entrevoir le futur proche.

Le problème de l'ARENH

L’ARENH pompe littéralement plus d’un quart des bénéfices d’EDF au profit de ses concurrents… lesquels devaient mettre en place des structures de production, ce qu’ils n’ont pas fait et n’ont pas l’intention de faire. Dit autrement, ces b... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

La Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) a fait fuiter sur internet un document (rédigé conjointement avec le ministère de la Transition écologique et Bercy) faisant apparaître qu’EDF pourrait ne pas savoir construire de nouveaux réacteurs nucléaires dans les délais et coûts annoncés. 

C’est à se demander si, pour ce gouvernement qui ne semble pas faire confiance à son électricien national dont il est actionnaire à 83 %, il ne serait pas préférable pour la France d'acheter ses futurs réacteurs nuclé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles