Et le prix Mister France 2021 est attribué à Bruno Le Maire

Retour sur la personnalité de Bruno le Maire et ses positions pendant la présidence Macron.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Bruno Lemaire-2 by Jacques Paquier (creative commons CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et le prix Mister France 2021 est attribué à Bruno Le Maire

Publié le 16 décembre 2021
- A +

Après Miss France, Mister France ! Logique. On est pour l’égalité homme femme ou on ne l’est pas. En 2017, Emmanuel Macron avait remporté le titre haut la main. Depuis l’Élysée qu’il occupait depuis peu, il avait brillamment dominé de toute la hauteur de sa pensée complexe le féroce entretien de culture générale que lui avait infligé un Laurent Delahousse plus irrévérencieux que jamais. Cette année, un candidat s’impose à l’évidence dans la compétition. Je veux bien sûr parler de notre fabuleux ministre de l’Économie Bruno Le Maire !

Juste retour des choses. À une époque, le Press Club de France lui décernait volontiers l’un ou l’autre prix de l’humour en politique, mais depuis qu’il a rejoint Bercy sous les auspices macroniens, pas la moindre petite récompense à se mettre sous la dent. Dans la récente cuvée 2021, c’est la charmante Marlène Schiappa qui a décroché le pompon. Alors qu’elle présentait son projet de loi sur la lutte contre la polygamie, elle avait pris soin de préciser : « On ne va pas s’interdire les plans à trois » !

Pourtant, côté humour, côté « franche déconnade », Bruno Le Maire est un véritable expert. Il aime bien raconter qu’enfant, quand il se promenait sur la plage en maillot de bain, on lui disait déjà : « Tiens, on dirait que tu portes un costume. » Forcément, avec de telles dispositions, il n’a pas tardé à devenir « le rigolo » de service à l’ENA. Il faut assumer.

Les perles de Bruno Le Maire

En 2016, cela lui avait valu le double prix Press Club du jury et des internautes pour sa formule « Mon intelligence est un obstacle » livrée dans un entretien accordé à l’hebdomadaire Le Point. Lors de la remise du prix, il s’était employé, non sans un certain humour plus ou moins volontaire et perché, à rétablir la vérité. Soulignant d’abord que quand il faisait une connerie, le bon élève qu’il était ne la faisait pas à moitié (par référence à son double prix), il avait tenu à donner la version longue de son trait d’humour (vidéo ci-dessous) :

La phrase que vous avez citée n’est pas la phrase exacte et je voudrais quand même rétablir la vérité. Je n’ai jamais dit : « Mon intelligence est un obstacle ». J’ai dit : « Mon corps de rêve, mes yeux bleus couleur Méditerranée en colère, ma modestie, mon insondable modestie et mon intelligence sont un obstacle. »

Ses yeux bleus, son corps de rêve, son insondable modestie, sa propension à la connerie achevée – voilà de quoi le qualifier évidemment pour mon grand prix Mister France 2021 ! Mais c’est bien sûr l’ensemble de son œuvre – et Dieu sait qu’elle est fournie – que je tiens à récompenser ici à l’approche des fêtes de fin d’année.

Voici trois exemples particulièrement spectaculaires qui, je l’espère, vous convaincront sans difficulté des remarquables talents de M. Le Maire.

Samedi soir dernier, il était l’invité de l’émission On est en Direct animée par Laurent Ruquier et Léa Salamé sur France 2. Lumière dorée, sapin scintillant de mille feux et trônant au milieu, notre Bruno dans ses habits de bon élève qui découvre soudain, après cinq ans de pouvoir, qu’il faut tout changer dans la façon de gouverner ! (vidéo ci-dessous, 03′ 36″) :

« Je trouve que si on veut réussir le prochain quinquennat, dont je souhaite qu’il soit celui d’Emmanuel Macron, […] il faut changer complètement la façon dont on gouverne dans notre pays. Ce n’est plus possible ! Je le dis avec beaucoup de liberté : Ce – n’est plus – possible ! »

Mais, lui rétorque non sans raison Léa Salamé, pourquoi n’y avez-vous pas pensé plus tôt ? « Vous parlez comme si vous étiez un opposant ! » La réponse du ministre devrait lui valoir un prix à vie auprès du Press Club :

« S’il ne nous restait rien à faire, cela ne vaudrait pas le coup de faire acte de candidature. »

Peut-être faudrait-il même envisager de ne surtout rien faire lors du premier quinquennat pour être certain de ne pas trop s’ennuyer lors du second. Sans compter que « ne rien faire » n’est pas forcément une mauvaise politique si l’on compare avec les conséquences à venir du « quoi qu’il en coûte » effréné relancé récemment avec les mesures de soutien à l’événementiel et aux discothèques.

Le Maire joue la carte de l’opposition

Mais le point important à retenir, c’est que ce ministre, « l’un des ministres les plus brillants de ce gouvernement » comme n’a pas manqué de le souligner Laurent Ruquier samedi soir sans qu’on sache trop si c’était du lard ou du cochon, en tout cas l’un de ceux qui sont toujours en première ligne pour défendre la politique présidentielle – bref, le point à retenir, c’est que ce ministre adore faire comme s’il était en effet du côté de sa propre opposition. Il adore professer une empathie avec les Français, empathie dont on ne discerne plus rien dans les choix politiques qui sont finalement faits.

C’est ainsi qu’en novembre 2018, à l’époque de la crise des Gilets jaunes qui a commencé comme vous le savez par une révolte fiscale face à un projet de hausse des taxes sur les carburants, on l’a vu s’exclamer sur un ton pénétré au micro de Jean-Jacques Bourdin :

« Nous sommes tous des automobilistes. Les Français aiment la voiture et j’aime la voiture ! »

Et de nous raconter comme s’il était le plus moyen des Français moyens comment il avait changé de voiture pour passer d’un 5008 diesel à un 5008 essence pour limiter les émissions de particules fines et combien il avait vu les prix augmenter à la pompe quand il s’était rendu dans le Gers peu de temps auparavant (vidéo, 01′ 23″) :

Et c’est ainsi que quelques jours plus tard, à l’occasion de la présentation du projet de loi de finances 2019, il jouait sur le même registre larmoyant-compatissant en proclamant devant la représentation nationale :

« Nous dépenserons moins et mieux, nous réduirons la dette, mais aussi les impôts et les taxes des Français – on voit bien ce qui se passe actuellement : les impôts et les taxes, ça suffit ! »

« Les impôts et les taxes, ça suffit ! » – comme c’est beau dans la bouche d’un ministre de Bercy. Et surtout, comme c’est vrai !

Ça commence à se savoir que la France est championne du monde des prélèvements obligatoires et des dépenses publiques. Ça commence à se savoir que sa dette publique, loin de se réduire, s’envole rapidement et sûrement dans les volutes du « quoi qu’il en coûte » et autres dérapages dépensiers non contrôlés. Et ça commence à se savoir que les prestations reçues en retour à l’hôpital, à l’école ou ailleurs sont parfois, comment dire, légèrement décevantes.

Mais au fait, Bruno, qui est ministre de l’Économie depuis cinq ans ? Peut-être n’était-ce pas le meilleur moment pour écrire des livres et de la poésie. Peut-être eut-il fallu s’intéresser un peu plus à l’économie. Qu’as-tu fait, ô toi que voilà, versant sans cesse tes larmes de crocodile sur les plateaux télé ? Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà, de tes promesses ministérielles ?

Crédit photo : Bruno Lemaire-2 by Jacques Paquier (creative commons CC BY 2.0)

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée aux excès de création monétaire et de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et donc ... Poursuivre la lecture

Il fallait s’y attendre. Chaque nouvel épisode de crise relance automatiquement la chasse aux « profiteurs » de crise. « Amazon se gave ! » lançait Roselyne Bachelot en novembre 2020, au cœur du débat sur les restrictions d’activité anti-covid. Vite, boycottons Amazon, taxons son chiffre d’affaires, ramenons de la sobriété et de la justice sociale dans ce monde de brutes ! Aujourd’hui même combat : haro sur le transporteur maritime CMA-CGM, haro sur le pétrolier TotalEnergies, haro sur tous les profits trop gigantesques pour être honnêtes.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles